Toutes Ces Horreurs

Satan

13/03/2020

Throatruiner Records

A voir leurs têtes sur les photos promo, on se dit qu’on a affaire à un groupe méchamment Indie, de ceux qu’on croise dans les pages « espoirs » des Inrocks ou Gonzaï. Couleurs automnales, tronches impassibles, blousons anonymes, barbes méchamment velues, et pourtant, ce groupe de Grenoble est tout sauf le chouchou d’une élite qui se masturbe régulièrement sur des artistes aussi underground que leur musique est insipide et digne des galeries d’art les plus condescendantes et trash. On pourrait même croire que ce pseudo de SATAN n’est qu’une provocation cheap destinée à donner la chair de poule aux minettes qui se pâment d’Electro minimaliste, et pourtant, il est un aveu, et l’assomption d’une plongée dans les abysses les plus insondables de l’âme humaine. Pris dans un autre contexte, plus Metal, on pourrait penser que les SATAN s’affilient à la mode des combos estampillés Acteurs de l’Ombre, précurseurs arty, défricheurs Post, mais lorsqu’on se souvient de leurs œuvres passées, on sait. On sait qu’on ne sait pas grand-chose, à part que les grenoblois ont toujours repoussé les limites du chaos pour dessiner leurs propres frontières. Accusant plus de dix ans d’existence, le quatuor composé de Frédéric (batterie), Hugo (Guitares), Michael (Basse) & Léo (chant) se lance donc dans le grand bain du troisième LP, cinq ans après l’initial L’Odeur du Sang, et trois après le séminal Un Deuil Indien. Mais avant d’avoir abordé la production sous son angle le plus étendu, SATAN a tâté du split, et beaucoup d’ailleurs, partageant son temps avec les SORDIDE, SETE STAR SEPT, WHORESNATION ou GRINDING, histoire de mieux créer des liens et asseoir leur réputation. Au début de l’aventure, le quatuor n’était que Grind traité façon Black, une puissance assourdissante, un poème morbide à l’attention des dépravés toujours lucides. Aujourd’hui, l’orientation à légèrement dévié, même si l’instinct bruitiste est toujours là. Mais il est aussi difficile de classer Toutes Ces Horreurs dans un style précis que d’affirmer que Richard Kern n’était rien d’autre qu’un provocateur porn n’cheap. Et pourtant, la comparaison n’est pas vaine.

SATAN provoque, de son nom évidemment, mais surtout de son attitude artistique. Plus de dix ans après leur émergence, les grenoblois sont toujours à cheval entre les genres, et décollent les étiquettes comme un dégriffeur au noir dans son atelier de fortune. Est-ce du Black, est-ce du Grind, est-ce du Blackened je-ne-sais-quoi ? La question n’a aucune importance, puisque la musique n’a jamais déçu, pas plus aujourd’hui qu’hier. Toujours conscients de leur unicité, les mecs avancent à bon rythme, torchent des longue-durée à l’amplitude de EP’s, réconcilient la scène Boucherie des eighties, la vague des légions noires, le catalogue Throatruiner, la No-Wave new-yorkaise, l’Indus anglais et celui de Brooklyn, tentent de faire rougir de honte le spectre de Lemmy avec une basse plus distordue que son poireau, et finalement, restent bien seuls sur leur montagne automnale qui peine à cacher leur singularité. Ne rien faire comme tout le monde, sans le faire exprès mais en restant soi-même, tel est le leitmotiv de Toutes Ces Horreurs qui en est une assurément, et qui se vautre dans la fange canadienne pour mieux hurler des textes en français qui résonnent d’un Punk pas tout à fait assumé, mais intégré à la culture personnelle (« Peinture Au Plomb »). Avec cet album, le groupe sonne toujours aussi sale, comme si ses morceaux émanaient d’une vieille cave aux murs suintants, d’un immeuble à la façade décatie, amplifiant ce son si crade qui condamne les guitares à geindre et la batterie à se contenter d’une prise live avec un vieux micro usé jusqu’à la membrane. Oui, mais la laideur a valeur de beauté dans une époque immonde, et ce troisième LP est une preuve de plus à charge de créativité pour SATAN, qui n’a aucun équivalent sur la scène actuelle. On repense aux premières démos de NAPALM, à ces échos de la scène Anarcho-Core, mais aussi aux GARCONS BOUCHERS, au Hardcore allemand le plus nihiliste, lorsque le propos se veut humaniste et les mots plein de rage (« Le Sang Des Bêtes »). Impitoyable, Toutes Ces Horreurs s’échine à justifier son titre à chaque riff, à chaque rythmique, avec toujours au premier plan la voix fielleuse de Léo qui ne crie pas, mais exhorte, et oblige les consciences à se réveiller.

SATAN ne s’adresse pas à tout le monde, loin de là, et ne concerne qu’une poignée de fans avertis, mais totalement dévoués. Il faut pour les apprécier s’accorder d’une production roots, compacte, d’ambiances délétères, de métissage extrême, de Metal salement dilué dans le Punk, mais le Punk français, pas son homologue anglais ou son rival américain, même si le spectre de DISCHARGE et CRASS plane parfois bas au-dessus des titres (« Toutes Ces Horreurs »). En s’éloignant de ses racines purement Grind, le groupe n’en est pas pour autant rentré dans le rang, même si on trouve toujours une excuse pour affoler le tempo comme à la grande époque de Scum (« Le Sang Du Poète »). Pas plus de trois minutes, toujours cette propension au malaise, aux sons qui choquent, à la gravité acide et aux textes déclamés d’une voix déshumanisée (« Caveau Familial »), avec des riffs froids comme le BM nordique, et une basse concentrique et hypnotique. Avec un tempo qui rivalise avec les plus grands noms de la scène norvégienne, une froideur qui le confine à la rigor mortis (« Faux-Amis »), SATAN signe le manifeste d’abomination idoine pour une époque de fracas, de fureur et d’incivisme, nous forçant à la réflexion avant de passer à l’action. Pas grand-chose de très gai à se mettre sous la dent, d’autant que le quatuor a tout fait pour instaurer l’inconfort en concept principal (« Triste Sœur », qui rappelle un peu nos historiques MORSÜRE), et qu’il l’avoue même sur fond de Hardcore noir et chaotique (« Zone D’Inconfort »). L’un dans l’autre, Toutes Ces Horreurs est un catalogue de sévices infligé aux tympans, qui souffrent d’intermède bruitistes et Ambient (« L’Ennemi Déclaré », aux cymbales insupportables), mais qui au final, s’extirpent d’une torpeur que la musique moderne aime à instaurer. Personne ne saurait s’y retrouver complètement sous peine d’avouer ses tendances psychotiques, mais il y a quelque chose de rassurant dans ce malaise ambiant qui refuse la facilité, s’aliène les masses, pour mieux se présenter sous un jour présentable, mais réellement roublard.

L’habit ne fait pas le moine, mais le moine défroqué retire les habits. N’attendez pas de ces enfants de cœur la moindre complaisance. Ils ne passeront jamais à confesse.                         

                                        

Titres de l’album :

                     01. Confiture Pour Cochons

                     02. La Guerre Lente

                     03. Le Sang Du Poète

                     04. Caveau Familial

                     05. Faux-Amis

                     06. Triste Soeur

                     07. Zone D’Inconfort

                     08. L’Ennemi Déclaré

                     09. Peinture Au Plomb

                     10. Le Sang Des Bêtes

                     11. Toutes Ces Horreurs

                     12. Lève-Toi Et Rampe

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 10/04/2020 à 17:29
80 %    503

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
la reine des neiges

ha ha! nul!

18/04/2021, 00:02

Eliminator

Tout est à chier, riffs insipides, claviers ultra kitch, refrain ultra mielleux. Ce son de gratte de merde, c'est époustouflant ! Cette mode des grattes 7/8 cordes me saoule, laissez ça à Meshuggah. Meme pas envie de juger le reste. Monde de merde! ;)

17/04/2021, 23:54

Gargan

On peut écouter la totalité à présent, et il faut bien dire que ça sort tout de suite du lot ! Je me tâte pour une commande.

17/04/2021, 19:01

Wolf88

17/04/2021, 17:26

NecroKosmos

Nous sommes vieux et nous avons bon goût. Bon, moi qui suis ultra-fan, j'adore le dernier album mais je trouve que la production y était un peu à chier. Mais je reste totalement confiant.

17/04/2021, 10:03

NecroKosmos

Bien vu le nom du groupe : facile à prononcer pour les non-biélorusses...  :)

17/04/2021, 09:59

Humungus

Mouais...Clairement pas terrible.Je rejoins Simony (sauf que moi j'avais plus qu'apprécié les deux derniers albums).Bref... A juger sur la longueur quoi... ... ...

17/04/2021, 08:51

Humungus

Ne nous voilons pas la face MorbidOM :Nous sommes vieux bordel !!!

17/04/2021, 08:51

Gargan

Très belle punchline finale haha !

17/04/2021, 08:41

MorbidOM

Je partageais les mêmes craintes d'autant que le dernier n'était pas forcément un accident (ça faisait un moment que le groupe tournait un peu en rond, d'ailleurs l'avant dernier si il était moins mauvais était déjà d&eacu(...)

17/04/2021, 02:21

Buck Dancer

J'etais parti pour dire du mal, j'en avais tellement envie vu ce qu'il reste du groupe et ce qu'il est devenu, mais je trouve le morceau presque bon. Surprenant dans sa construction, pas trop linéaire et avec des riffs pas si convenu. Puis il y a le chant bien hargneux (...)

16/04/2021, 23:53

Simony

J'y retrouve les mêmes défauts que les dernières sorties du groupe, titre lambda à la fin duquel tu ne retiens rien ! Au niveau des guitares c'est d'une pauvreté affligeante, indigne d'un groupe de ce niveau, y a pas de riff c'est de la r(...)

16/04/2021, 20:47

Wolf88

Tracklist:1- Intro 2:042- Die erste Levitation 5:073- Zelfkastijder 6:034- Hypnotisch Bevel - De daimonische Mensch 7:325- Zelfbestraffingstendenz en occulte Raadsels 6:106- Vom freien Tode 7:377- Scabreusheden uit hed Tuchtarsenaal 9:26(...)

16/04/2021, 14:07

Wolf88

voir aussi info:Rock'n Load 

16/04/2021, 13:57

RBD

De toute façon avec les moyens avancés par le label pour l'habillage, la production et mixage, le clip, c'est qu'il mise quelque peu sur un succès potentiel.

15/04/2021, 20:26

Jus de cadavre

Tout pareil, je suis encore ce groupe parce que j'aime beaucoup leur coté on "emmerde tout le monde" mais le dernier m'avait beaucoup déçu... et puis sur scène la dernière fois pour moi (un Hellfest) c'était bien pourri (et tr&egr(...)

15/04/2021, 19:51

KaneIsBack

J'ai à la fois hâte et peur, le dernier album en date était franchement mauvais, et la longue période (7 ans, quand même !) entre les deux ne me rassure pas vraiment. Mais c'est ImpNaz, donc j'écouterai ça avec attention quand mê(...)

15/04/2021, 19:14

Humungus

"De plus on parle de groupe 100% masculin tout aussi peu intéressant, si ça c'est pas une preuve !"AH AH AH AH !!! !!! !!!

15/04/2021, 16:23

Simony

Pour ce qui est de la présence de la news si ce n'était pas des femmes, bien sur que l'on en parlerait tout de même, d'ailleurs tu remarqueras que cet aspect (groupe 100% féminin) n'est absolument pas mis en avant et de plus on parle de groupe 100% m(...)

15/04/2021, 15:04

RBD

C'est une belle saloperie, mais il a l'air très optimiste. Peut-être que les médecins ont été rassurants. Je ne sais s'il en sortira en état de reprendre, mais il a déjà tellement fait pour le Thrash !

15/04/2021, 12:51