II : A Material God

Wesenwille

12/03/2020

Les Acteurs De L'ombre Productions

En termes de Black Metal, l’image est au moins aussi importante que le son. Et sans vouloir résumer la problématique à quelques éléments superficiels, il suffit parfois de regarder la pochette d’une œuvre ou les photos promo d’un groupe pour en savoir plus sur leur démarche. En prenant le cas des WESENWILLE, l’imagerie frappe les yeux bien avant que la musique n’atteigne les tympans. Photos noir et blanc, poses étudiées, décor choisi, esthétique léchée, il ne faut pas être bien malin pour comprendre que nous avons affaire à des artistes à part, qui désirent plus que tout s’éloigner des poncifs les plus éculés du genre. Ne comptez donc pas sur eux pour poser en habit d’apparat (clous, cuir, poses grotesques) dans une quelconque forêt allemande ou norvégienne, ces deux musiciens valent mieux que ça et le savent. N’y voyez pas de prétention déplacée, et de mépris envers les images d’Epinal les plus gravées dans la mémoire des fans d’extrême : les WESENWILLE cherchent juste autre chose qu’un Halloween facile et factice, et se posent en héritiers reconnaissants, mais désireux de faire fructifier le legs sans trahir la foi d’origine.

En utilisant la photo « Wall Street » frappée du sceau 1915 de Paul Strand, et en posant sur des carrelages époque Art Déco, les deux membres du groupe plantent LEUR décor, et aménagent la vue pour que l’ouïe s’adapte sans avoir à faire d’effort. Malgré leur nom qui semble suggérer une nationalité allemande, les deux musiciens formant le concept WESENWILLE (R. Schmidt - composition, textes, guitare, basse, voix, D. A. Schermann - batterie) viennent d’Utrecht, aux Pays-Bas. Certes, les deux pays sont frontaliers et partagent une culture commune, mais cette spécificité à son importance dans l’équation. Alors que souvent, le BM germain se vautre dans le stupre bestial et martial ou se pourlèche les babines d’une expérimentation poussée, les hollandais choisissent le mi-chemin, et nous proposent une musique certes légèrement élitiste, mais appréhendable par les fans lambda qui ne désirent pas se creuser la tête pour rien. Et si trois ans après leur premier long défendu par Redefining Darkness les deux complices reviennent par la porte française des Acteurs de l’Ombre, on comprend assez rapidement que Gérald a accueilli chez lui un groupe qui s’y sentira parfaitement bien.

D’ailleurs, le label historique n’hésite pas à comparer WESENWILLE à des valeurs établies comme DEATHSPELL OMEGA, IMPERIAL TRIUMPHANT, ULCERATE ou SVART CROWN. Mais prenez plus ces comparaisons comme base d’analyse, puisque le BM des deux hollandais n’a pas grand-chose à voir dans son entièreté avec les approches de ces références. Nominativement, WESENWILLE tire son nom de l’ouvrage de Ferdinand Tönnies, Gemeinschaft & Gesellschaft, dans lequel il est décrit comme la volonté naturelle qui pousse les communautés vers un but unique et s’oppose à un désir plus rationnel et égoïste, prédominant dans les sociétés plus conséquentes comme celles où nous vivons aujourd’hui. Musicalement, les originaires d’Utrecht trouvent le point de jonction le plus parfait entre le BM moderne aux aspirations artistiques rigides, et celui des origines européennes, plus viscéral et immédiat. Cette moyenne de violence n’évite évidemment pas les débordements rythmiques, et lorsque D. A. Schermann donne le tempo, R. Schmidt impose ses riffs les plus crus, mais aussi les plus rigides et incompressibles. La musique du groupe dégage donc une dualité de chaleur/froideur tout à fait fascinante, qui permet à des motifs dissonants et stridents de se faire une place dans le déluge de violence ambiant.   

Produit par JB van der Wal (DOOL, LUGUBRE, ex-ABORTED), II : A Material God se rapproche donc de l’esthétique de cette photo de couverture, nous montrant un immense immeuble de béton et quelques passants anonymes et chapeautés dont le mouvement flou indique le degré d’urgence. Wall Street, en 1915 n’a donc pas l’image de 2021, mais l’attraction et la fascination que cet ensemble boursier génère est toujours le même. Le BM de ce second album s’accorde donc de cette absurdité qui pousse les hommes vers l’avant d’un précipice, mais aussi de la triste réalité capitaliste qui domine encore les échanges humains dans notre société moderne. Et c’est pour se satisfaire de cette comparaison que les huit titres de cet album adoptent diverses inflexions, faisant des allers retours dans le passé et le présent pour comparer les évolutions musicales et sociétales.

Evidemment conceptuel, II : A Material God n’en est pas pour autant élitiste. Il peut faire penser à une dérivation sur l’école de pensée du Bauhaus (impression qu’accentuent les photos promo), prônant une modernisation dans la prolongation de la tradition, ce que « The Descent » semble incarner plus qu’aucun autre titre. Le nom de MARDUK pourra venir à l’esprit, celui des dernières années, qui substituait à la véhémence la plus crue des ambiances dissonantes et malsaines. Mais plus que malsain, le BM de WESENWILLE est intelligent et froid. Il est attentiste dans sa prise de position, ne choisissant d’autre camp que le sien, mais aussi activiste dans les mouvements. Evitant le surplace et le statisme gênant, et la violence comme seul argument de discussion, il entraîne l’auditeur dans une logique de mise en place qui peut éventuellement s’apparenter à un labyrinthe clairement dessiné Art Déco dans un  hôtel quelconque des Pays-Bas. « Opulent Black Smog » évoque d’ailleurs bien les déambulations d’une clientèle perdue dans les couloirs d’un bâtiment anonyme, l’expression figée à la Resnais de Marienbad, avant d’accélérer les choses pour provoquer des réactions.

Utilisant des effets épars et sobres, l’album ne repose donc pas sur des gimmicks, mais se sert de quelques passages narrés pour accentuer cette sensation de perdition dans un monde moderne qui n’est que le prolongement de l’ancien. Le très sournois « Ritual » en est d’ailleurs la constatation, tandis que « A Material God », en bon title-track qui se respecte déballe la colère comme d’autres les affaires sortant des valises.

Il n’y a pourtant pas grand-chose d’inhabituel dans cette démarche, ce qui nous empêche de classer cet album dans les rayons encombrés de l’avant-garde, à son avantage. Entre les dissonances appuyées et les quelques mélodies maladives qui jonchent les pistes, les nombreuses accélérations fulgurantes, et les cassures habilement amenées, II : A Material God n’est pas vraiment une expérience sensorielle, mais plus un constat. Celui qui consiste à réaliser qu’aussi moderne le Black Metal se veut en 2021, il aura toujours besoin de son passé pour se justifier et exister. WESENWILLE l’a très bien compris, et ne prétend pas se déconnecter de la réalité. Juste en proposer une autre, légèrement différente, la sienne, qui vous offrira un point de vue plus global sur la crédibilité d’un style qui n’a de cesse de se renouveler sans se trahir.

                                                                                                                                                                       

                                 

Titres de l’album:

01. The Descent

02. Opulent Black Smog

03. Burial ad Sanctos

04. Inertia

05. Ritual

06. A Material God

07. Ruin

08. The Introversion Of Sacrifice


Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 19/03/2021 à 15:16
85 %    55

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
JTDP

En tout point d'accord avec cette (belle) chronique ! Cet album fut une vraie belle surprise de l'année passée. 

19/04/2021, 21:28

Buck Dancer

J'ai jamais vraiment accroché a Pestilence, mais ce morceau est loin d'être degueu. Comme dit Simony, bien meilleur que les précédentes sorties récentes du groupe. 

19/04/2021, 10:49

Arioch91

+1Je n'ai pas aimé Resurrection Macabre, à tel point que je n'ai pas posé une oreille sur Doctrine et Obsideo.Hadeon, je l'ai écouté uniquement parce qu'une interview de Mamelick disait qu'il revenait sur le passé d(...)

19/04/2021, 10:24

Simony

Ca me semble quand même bien plus intéressant que ce qu'ils ont produit depuis leur retour aux affaires.

19/04/2021, 09:59

Arioch91

Oups ! J'étais totalement passé à côté de cette chronique ! Merci @mortne2001 pour l'avoir rédigée !

19/04/2021, 08:48

Arioch91

OK, on reprend les bonnes vieilles recettes visibles sur Hadeon : on prend Testimony, on mélange avec Spheres et ça donne Hadeon et semble-t-il Exitivm.A voir.

19/04/2021, 08:44

metalrunner

Une sacrée bonne surprise de l énergie de l innovation le futur quoi ..Dommage que la tournée de juin soit annulée

18/04/2021, 19:48

RBD

Je réagis plutôt comme Buck Dancer. Mes attentes envers FF sont basses depuis longtemps. Je n'espère plus de grands titres comparables à ceux qui remontent aux années 90 (formulé comme ça, c'est encore plus dur). Si tout est à l&apo(...)

18/04/2021, 12:39

yul

Rien de bien intéressant ici.

18/04/2021, 11:57

Gargan

Tu n’es donc pas optimiste.

18/04/2021, 08:15

la reine des neiges

ha ha! nul!

18/04/2021, 00:02

Eliminator

Tout est à chier, riffs insipides, claviers ultra kitch, refrain ultra mielleux. Ce son de gratte de merde, c'est époustouflant ! Cette mode des grattes 7/8 cordes me saoule, laissez ça à Meshuggah. Meme pas envie de juger le reste. Monde de merde! ;)

17/04/2021, 23:54

Gargan

On peut écouter la totalité à présent, et il faut bien dire que ça sort tout de suite du lot ! Je me tâte pour une commande.

17/04/2021, 19:01

Wolf88

17/04/2021, 17:26

NecroKosmos

Nous sommes vieux et nous avons bon goût. Bon, moi qui suis ultra-fan, j'adore le dernier album mais je trouve que la production y était un peu à chier. Mais je reste totalement confiant.

17/04/2021, 10:03

NecroKosmos

Bien vu le nom du groupe : facile à prononcer pour les non-biélorusses...  :)

17/04/2021, 09:59

Humungus

Mouais...Clairement pas terrible.Je rejoins Simony (sauf que moi j'avais plus qu'apprécié les deux derniers albums).Bref... A juger sur la longueur quoi... ... ...

17/04/2021, 08:51

Humungus

Ne nous voilons pas la face MorbidOM :Nous sommes vieux bordel !!!

17/04/2021, 08:51

Gargan

Très belle punchline finale haha !

17/04/2021, 08:41

MorbidOM

Je partageais les mêmes craintes d'autant que le dernier n'était pas forcément un accident (ça faisait un moment que le groupe tournait un peu en rond, d'ailleurs l'avant dernier si il était moins mauvais était déjà d&eacu(...)

17/04/2021, 02:21