II : A Material God

Wesenwille

12/03/2020

Les Acteurs De L'ombre Productions

En termes de Black Metal, l’image est au moins aussi importante que le son. Et sans vouloir résumer la problématique à quelques éléments superficiels, il suffit parfois de regarder la pochette d’une œuvre ou les photos promo d’un groupe pour en savoir plus sur leur démarche. En prenant le cas des WESENWILLE, l’imagerie frappe les yeux bien avant que la musique n’atteigne les tympans. Photos noir et blanc, poses étudiées, décor choisi, esthétique léchée, il ne faut pas être bien malin pour comprendre que nous avons affaire à des artistes à part, qui désirent plus que tout s’éloigner des poncifs les plus éculés du genre. Ne comptez donc pas sur eux pour poser en habit d’apparat (clous, cuir, poses grotesques) dans une quelconque forêt allemande ou norvégienne, ces deux musiciens valent mieux que ça et le savent. N’y voyez pas de prétention déplacée, et de mépris envers les images d’Epinal les plus gravées dans la mémoire des fans d’extrême : les WESENWILLE cherchent juste autre chose qu’un Halloween facile et factice, et se posent en héritiers reconnaissants, mais désireux de faire fructifier le legs sans trahir la foi d’origine.

En utilisant la photo « Wall Street » frappée du sceau 1915 de Paul Strand, et en posant sur des carrelages époque Art Déco, les deux membres du groupe plantent LEUR décor, et aménagent la vue pour que l’ouïe s’adapte sans avoir à faire d’effort. Malgré leur nom qui semble suggérer une nationalité allemande, les deux musiciens formant le concept WESENWILLE (R. Schmidt - composition, textes, guitare, basse, voix, D. A. Schermann - batterie) viennent d’Utrecht, aux Pays-Bas. Certes, les deux pays sont frontaliers et partagent une culture commune, mais cette spécificité à son importance dans l’équation. Alors que souvent, le BM germain se vautre dans le stupre bestial et martial ou se pourlèche les babines d’une expérimentation poussée, les hollandais choisissent le mi-chemin, et nous proposent une musique certes légèrement élitiste, mais appréhendable par les fans lambda qui ne désirent pas se creuser la tête pour rien. Et si trois ans après leur premier long défendu par Redefining Darkness les deux complices reviennent par la porte française des Acteurs de l’Ombre, on comprend assez rapidement que Gérald a accueilli chez lui un groupe qui s’y sentira parfaitement bien.

D’ailleurs, le label historique n’hésite pas à comparer WESENWILLE à des valeurs établies comme DEATHSPELL OMEGA, IMPERIAL TRIUMPHANT, ULCERATE ou SVART CROWN. Mais prenez plus ces comparaisons comme base d’analyse, puisque le BM des deux hollandais n’a pas grand-chose à voir dans son entièreté avec les approches de ces références. Nominativement, WESENWILLE tire son nom de l’ouvrage de Ferdinand Tönnies, Gemeinschaft & Gesellschaft, dans lequel il est décrit comme la volonté naturelle qui pousse les communautés vers un but unique et s’oppose à un désir plus rationnel et égoïste, prédominant dans les sociétés plus conséquentes comme celles où nous vivons aujourd’hui. Musicalement, les originaires d’Utrecht trouvent le point de jonction le plus parfait entre le BM moderne aux aspirations artistiques rigides, et celui des origines européennes, plus viscéral et immédiat. Cette moyenne de violence n’évite évidemment pas les débordements rythmiques, et lorsque D. A. Schermann donne le tempo, R. Schmidt impose ses riffs les plus crus, mais aussi les plus rigides et incompressibles. La musique du groupe dégage donc une dualité de chaleur/froideur tout à fait fascinante, qui permet à des motifs dissonants et stridents de se faire une place dans le déluge de violence ambiant.   

Produit par JB van der Wal (DOOL, LUGUBRE, ex-ABORTED), II : A Material God se rapproche donc de l’esthétique de cette photo de couverture, nous montrant un immense immeuble de béton et quelques passants anonymes et chapeautés dont le mouvement flou indique le degré d’urgence. Wall Street, en 1915 n’a donc pas l’image de 2021, mais l’attraction et la fascination que cet ensemble boursier génère est toujours le même. Le BM de ce second album s’accorde donc de cette absurdité qui pousse les hommes vers l’avant d’un précipice, mais aussi de la triste réalité capitaliste qui domine encore les échanges humains dans notre société moderne. Et c’est pour se satisfaire de cette comparaison que les huit titres de cet album adoptent diverses inflexions, faisant des allers retours dans le passé et le présent pour comparer les évolutions musicales et sociétales.

Evidemment conceptuel, II : A Material God n’en est pas pour autant élitiste. Il peut faire penser à une dérivation sur l’école de pensée du Bauhaus (impression qu’accentuent les photos promo), prônant une modernisation dans la prolongation de la tradition, ce que « The Descent » semble incarner plus qu’aucun autre titre. Le nom de MARDUK pourra venir à l’esprit, celui des dernières années, qui substituait à la véhémence la plus crue des ambiances dissonantes et malsaines. Mais plus que malsain, le BM de WESENWILLE est intelligent et froid. Il est attentiste dans sa prise de position, ne choisissant d’autre camp que le sien, mais aussi activiste dans les mouvements. Evitant le surplace et le statisme gênant, et la violence comme seul argument de discussion, il entraîne l’auditeur dans une logique de mise en place qui peut éventuellement s’apparenter à un labyrinthe clairement dessiné Art Déco dans un  hôtel quelconque des Pays-Bas. « Opulent Black Smog » évoque d’ailleurs bien les déambulations d’une clientèle perdue dans les couloirs d’un bâtiment anonyme, l’expression figée à la Resnais de Marienbad, avant d’accélérer les choses pour provoquer des réactions.

Utilisant des effets épars et sobres, l’album ne repose donc pas sur des gimmicks, mais se sert de quelques passages narrés pour accentuer cette sensation de perdition dans un monde moderne qui n’est que le prolongement de l’ancien. Le très sournois « Ritual » en est d’ailleurs la constatation, tandis que « A Material God », en bon title-track qui se respecte déballe la colère comme d’autres les affaires sortant des valises.

Il n’y a pourtant pas grand-chose d’inhabituel dans cette démarche, ce qui nous empêche de classer cet album dans les rayons encombrés de l’avant-garde, à son avantage. Entre les dissonances appuyées et les quelques mélodies maladives qui jonchent les pistes, les nombreuses accélérations fulgurantes, et les cassures habilement amenées, II : A Material God n’est pas vraiment une expérience sensorielle, mais plus un constat. Celui qui consiste à réaliser qu’aussi moderne le Black Metal se veut en 2021, il aura toujours besoin de son passé pour se justifier et exister. WESENWILLE l’a très bien compris, et ne prétend pas se déconnecter de la réalité. Juste en proposer une autre, légèrement différente, la sienne, qui vous offrira un point de vue plus global sur la crédibilité d’un style qui n’a de cesse de se renouveler sans se trahir.

                                                                                                                                                                       

                                 

Titres de l’album:

01. The Descent

02. Opulent Black Smog

03. Burial ad Sanctos

04. Inertia

05. Ritual

06. A Material God

07. Ruin

08. The Introversion Of Sacrifice


Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 19/03/2021 à 15:16
85 %    119

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview

Palavas Surfers

RBD 16/07/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

Vieille bonne époque, rien a voir avec le collège d'aujourd'hui, on a tous commencé avec le hard rock et differentes vagues, mais pour sauver notre héritage va falloir commencer par plus fort !Mon fils sera bercé des sa naissance part du Death e(...)

24/09/2021, 01:05

Humungus

Moshimosher + 1.

23/09/2021, 17:28

Moshimosher

Necromantia avec une seule basse, c'est plus vraiment Nécromantia... dommage...

23/09/2021, 16:08

Orphan

Et je trouve le titre de grande classe

23/09/2021, 15:28

Orphan

Excellente news !20 ans plus tard, il y a toujours un moment dans l'année où je me réécoute ANCIENT PRIDE

23/09/2021, 15:21

metalrunner

Super version James a la pêche bravo pour ces petits concerts  a prix casse .

23/09/2021, 11:41

Humungus

Alors !J'ai enfin pris le temps d'écouter tout cela cher Jus de cadavre (car j'ai moi aussi de mon côté des trucs en attente à ouïr...). Et autant le dire tout de suite, je ne connaissais aucuns groupes de ta sélection.Alors c&ap(...)

23/09/2021, 11:37

Kerry King

En 2021 plus aucun intérêt de taper sur Metallica, on leur a taper dessus suffisamment comme ils l'ont mérité sur les 20 dernières années.Voyons maintenant ce groupe comme le pondeur de 5 albums majeur de l'histoire, d'une certaine no(...)

23/09/2021, 10:30

Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!J'l'avais pas vu arrivé celle-là !Le titre est lambda. Malheureusement pas de retour au "vrai son NECROMANTIA".Hâte tout de même d'entendre l'album complet...

23/09/2021, 09:44

Humungus

On peut taper allégrement sur ces mecs (moi le premier), mais ce genre d'initiative "retour aux sources et aux fans", y'a quasi qu'eux qui le font...

23/09/2021, 09:38

Bones

Je me rends compte que j'ai visionné ça comme si j'avais retrouvé un vieil objet familier dans ma cave, analysant si l'humidité avait eu prise dessus, cherchant (et trouvant) les points de rouille... Ca fait bizarre de voir ces mecs prendre autant de rid(...)

23/09/2021, 07:50

Le Z président

A boire et à manger sur ces deux disques, mais le sentiment d'avoir le dernier groupe de rock ingérable, capable de tout et de tous les excès et débordements, malgré les moments musicaux plus romantiques parmi les instants plus sauvages. 

22/09/2021, 21:24

Le Z président

N'en déplaisent aux haters, Swansong est le dernier album véritablement sincère du groupe. Depuis la reformation, Carcass fait du fan service à tout va et je trouve cela très malhonnête. Comme Petrozza qui continue Kreator car c'est une source de(...)

22/09/2021, 21:18

FOUR POUR TOUS

ça cachetonne sec depuis trop d'années, en d'autres temps, on t'aurait foutu tout ça dans une oubliette.

22/09/2021, 21:14

RBD

Ca c'est inespéré ! Le groupe s'était séparé il y a longtemps déjà et je ne pensais plus jamais en entendre à nouveau parler autrement qu'au passé.

22/09/2021, 11:25

Arioch91

C'est Australien ? J'boycotte !!!  

22/09/2021, 08:54

Bones

J'irai faucher sur vos tombes.

22/09/2021, 07:27

Bones

3ème écoute intégrale. Des moments vraiment excellents sur cet album. J'y trouve une fraîcheur et une richesse dans les riffs que je n'osais même pas espérer. Il y a vraiment chez Bill Steer une patte complètement inimitable, une aisance &a(...)

21/09/2021, 23:14

RBD

Plein de bonnes vidéos à prévoir, cool !

21/09/2021, 22:13

RBD

Tous les metalleux de cette époque ont dû faire cette expérience, Bones. En tout cas je me souviens assez bien des clivages dans mon bahut de garçons (cette particularité grossissait encore le phénomène). Bon, les fans des Gun's et de Sepultura(...)

21/09/2021, 21:52