Nothing Beside Remains

Deadline

16/04/2018

Bad Reputation

Attention, ce n'est pas là un petit groupe de jeunots qui se présente à nous. En effet, Heading West, publié en 2012 avait été mis en boite avec Beau Hill connu pour son travail avec RATT, TWISTED SISTER, EUROPE ou WINGER, ce n'est pas forcément un gage d'album exceptionnel, mais on aime à penser que le gaillard ne s'embarrasse pas de projet qui ne le servirait pas. En 2014, DEADLINE remet le couvert avec Fire Inside qui va ancré le groupe sur la scène Hard Rock internationale. Il faut dire que le Classic Rock développé par les frenchies lorgne assez largement vers David Coverdale et WHITESNAKE, Ronnie James Dio et BLACK SABBATH auquel ils rajoutent une modernité qui nous renvoie vers ALTER BRIDGE et une nouvelle scène anglaise qui intègre une bonne dose de Heavy old-school à la recette, à la manière d'un SCORPIONS également.

Ce Nothing Beside Remains doit donc être l'album de la confirmation et si le groupe n'est pas encore extrêmement connu dans nos frontières, un lien de parenté avec YANN ARMELINO & EL BUTCHO saute tout de suite aux oreilles que ce soit le très Dio "D.O.C." ou le plus AEROSMITH flirtant avec un SKID ROW/GUNS N' ROSES, "Fly Trap", la variété des tempo, des ambiances pour un album complet et très plaisant montre un groupe à l'aise dans l'exercice de l'écriture. Au final, cet album est assez dynamique d'ailleurs là où bon nombre glissent une bonne pelleté de slows pour essayer de niquer backstage, je ne signifie pas que ces 5 là ont fait vœu d'abstinence, mais il y a une âme résolument rock'n'roll sur cet album qui n'est pas qu'une façade. 

Pourtant, on pourra regretter que les accents bien appuyés de Arnaud Restoueix envers les mimiques d'Axl Rose se fassent parfois trop présents comme sur la chanson titre mais surtout, la production de Thierry Velly pour le mixage au Totem Studio et le mastering de Brett Calda Lima (DEVIN TOWNSEND, MEGADETH, pourtant...) donne un aspect bien Rock et lisse à tout cela, la batterie ne ressort pas réellement et tout comme les guitares, tout cela manque cruellement de profondeur, à croire que des passages radio sont clairement dans le collimateur, alors ce n'est pas une tare mais avec une production plus sale et vivante, les titres auraient encore un peps supplémentaire qui pourrait faire adhérer bien des Metalleux à l'univers de DEADLINE qui se dessine au temps de la prohibition aux États-Unis, règlement de compte, échange d'amabilité à coup de pistolet et de coups tordus, un véritable univers Rock'n'roll version bad boys.

On remarque que le groupe prête une attention pointue à tous les aspects de leur art et c'est un vrai plus, de l'artwork à l'univers, la musique ultra produite sans tomber dans le Desmon Child-like tout de même, le quintet met tous les atouts de son côté et c'est là un effort qui n'est pas vain car si le propos est important, l'habillage l'est tout autant aujourd'hui, à l'heure où le premier coup d'oeil doit accrocher le "client". Et ce Nothing Beside Remains est clairement un album qui plaira aux amateurs de tous les groupes précités même si je ne peux m'empêcher de trouver dommage la facilité du titre sur les attentats du 13 novembre, "Silent Tears (November 13)", attention je ne remets pas en cause la sincérité de la démarche et le titre est d'ailleurs une réussite même si il commence sur une ballade des plus mieleuse, mais c'est devenu une telle évidence que ça en devient presque contre-productif. En tout cas, pas grand chose à reprocher à cet album, une personnalité affirmée, une écriture variée et efficacement Rock, un univers complet mais la production clean, quelques mimiques piochées à quelques autres chanteurs bien connus très appuyées et un style ultra répandu n'aide pas à faire de cet album, un disque sensationnel, mais si vous tombez dessus, il y a de fortes chances que vous vous laissiez séduire et vous auriez bien raison.

Track-listing :

  1. Devil's In The Details
  2. D.O.C.
  3. Fly Trap
  4. Nothing Beside Remains
  5. Mercenary
  6. Man On A Mission
  7. Angry Destiny (feat. CJ Sleez)
  8. Natural Born Pimp
  9. Silent Tears (November 13)
  10. Last Shot
  11. Override
  12. Sleepless Nights

Site Officiel


par Simony le 16/08/2018 à 08:30
71 %    411

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
mortne2001

@Humungus : Il y a toujours un historien qui connaît le fils du neveu du facteur du biographe d'EXODUS et qui SAIT. Honorons leur présence sur ce site. ;)

29/09/2020, 17:42

Buck Dancer

Ce groupe n'en est plus un depuis bien trop longtemps (le retour de Cazares?) et pourtant comme RBD, j'ai jamais lâché. Même si les deux derniers albums m'ont déçu je voulais continuer a y croire. Cazares va t'il continuer à (...)

29/09/2020, 15:31

Bones

"There is a Fric Factor in the system"  

29/09/2020, 15:23

RBD

Burton ayant été de toutes les incarnations du groupe au fil des intrigues, j'imagine mal que FF puisse continuer maintenant avec les uns ou les autres. La réconciliation avec Christian et Raymond ne me paraît pas possible, d'autant qu'eux aussi sont pass(...)

29/09/2020, 12:57

licks0re

Santa barbara...

29/09/2020, 11:51

Baxter

Le mec n'est pas blanc non plus c'est encore une crise comme en 2002 ou son détachement en 2008. D'ailleurs Burton avait en 2008 vendu des parts à Raymond et Christian (puis virant la femme de ce dernier étant manageuse de F.F à ce moment) puis suite &ag(...)

29/09/2020, 10:46

Raumsog

Y a une bonne petite ambiance Deströyer 666 dans le son et les riffs! 

29/09/2020, 10:38

jean mounier

Quel foutoir ce groupe depuis une bonne dizaine d'années quand même, niveau musical comme niveau humain. Je ne vois pas Fear Factory sans Burton, mais je ne voyais pas Suffocation sans Frank Mullen également...

29/09/2020, 09:58

Humungus

Aaaaaaahhh !!!Les commentaires de 78.192.38.132... ... ...

29/09/2020, 09:00

Humungus

Bah putain...Devait y avoir une sacrée ambiance depuis un sacré bout de temps dans le groupe hein...Je ne savais pas du tout que Burton avait un projet annexe.Je m'écoute ça en ce moment là : Rien de Metal là-dedans.

29/09/2020, 08:53

Arioch91

Slamming Beatdown...La lutte contre le tabassage...  

29/09/2020, 08:08

Arioch91

@NecroKosmos : alors, tu l'as écouté finalement ? T'en as pensé kwa ?

29/09/2020, 08:04

Xoen

Chronique montrant une méconnaissance flagrante de l'histoire de Blasphemy et des groupes cités...

29/09/2020, 08:03

Bones

Kézako ??? Slamming Beatdown ??Ca y est, je suis officiellement devenu un vieux con.

28/09/2020, 17:52

LeMoustre

Excellent, lui, il a la palme, en effet.

28/09/2020, 17:12

LeMoustre

En plus le clip est sympa, et le morcif, avec es leads finaux amène une ambiance plus typée black, hâte de le commander, ce disque.

28/09/2020, 11:21

Gargan

 Le chant et le mixage de la batterie, whaa, faut pas écouter ça après ta journée de travail...

28/09/2020, 09:42

LeMoustre

Le dernier EP est super, voilà une sortie qu'elle devrait être bonne en deathmetal.

28/09/2020, 09:41

grinder92

Sur le clip de Belphegor, perso, je trouve que la langue serpent fait son petit effet... mais effectivement, un peu de sang et un crucifix... ils auraient pu se fouler.... et les roubignolles du bouc en gros plan à la fin, c'est rigolo 

27/09/2020, 21:50

David

Merci pour ces commentaires élogieux. Et si vous voulez en savoir plus sur les groupes d'il y a 30 ans, allez faire un tour sur ma chaine : Shud, Dagon, Misanthrope ou Nomed vous y attendent...

27/09/2020, 21:23