En même temps, il suffit de se balader dans les allées d’un supermarché, d’observer le comportement de ses collègues de travail, de constater le mépris ambiant face à la misère, de noter l’égoïsme qui pousse le quidam à protéger sa pelouse comme s’il défendait son bien le plus précieux, ou glander sur les forums Internet pour constater que l’homme (dans le sens global « d’humanité », s’il en reste) n’est qu’un troll du destin qui n’a décidément pas compris grand-chose à l’intérêt commun. Mettons-nous tous (ou presque, il reste quand même quelques âmes pures et des traces d’empathie en fouillant bien du côté du Lubéron ou de Detroit) dans le même panier, et célébrons la déchéance du collectif au profit de l’individuel, et prônons nous aussi des valeurs consuméristes, protectionnistes, histoire d’accélérer les choses et de raser cette planète qui mérite bien mieux que nous. Et histoire de mettre en musique un constat non fataliste, mais réaliste, quoi de mieux qu’une bonne rasade/décharge de Grind, le seul style resté éveillé socialement et concerné éthiquement. Depuis les premiers textes de NAPALM DEATH et même ceux des ancêtres Hard et Anarcho-Core, le Grind a toujours été le coup de poing dans la gueule apte à remettre les idées en place, et penser à autre chose que son mètre cube de propriété individuelle. Et la tendance n’est pas prête à s’inverser, tant que des combos aussi furieux que prosaïques qu’AXIS OF DESPAIR viendront nous secouer les puces. Suède, une fois encore, mais cette fois-ci, pas question de vintage, quoique leur barouf sente le old-school à plein nez. Nouveau combo me direz-vous, au jugé de leur discographie unique ? Oui et non, puisque comme dans toute formation bordélique qui se respecte, ses membres sont des activistes dangereux et productifs, qu’on retrouvait déjà au casting de bon nombre de formations cultes.

Pensez-donc et envisagez le CV. Derrière le line-up d’AXIS OF DESPAIR, nous retrouvons des faciès célèbres, ou presque, puisque ce ne sont pas les visages qui comptent le plus dans ce créneau, mais bien les aptitudes à foutre le bordel de façon civique. Au menu, d’anciens membres de NASUM, COLDWORKER, INFANTICIDE, VOLTURYON, LIVET SOM INSATS, NERVGIFT, OVERTORTURE, soit la crème de la crème de la violence musicale organisée. Avec en tête de liste Joel Fornbrant (chant), Oskar Pålsson (basse) et Anders Jakobson (batterie), réunis en 2013 et au trio vite complété par l’arrivée de Kristofer Jankarls (guitare), ce nouveau concept érigé à la gloire des blasts et des riffs épidermiques et instinctifs nous pond un premier LP qui fera date dans l’histoire de la furie musicale, au même titre que World Downfall de TERRORIZER ou Helvete de NASUM, dont Contempt for Man emprunte la concision, la fermeté, la rapidité, et l’efficacité dans l’exagération. Pour faire simple et user de raccourcis, on pourrait d’ailleurs voir en ce premier jet une combinaison fatale des talents des deux groupes précités, agrémentés et augmentés de la puissance de feu des NAILS, et de l’esprit old-school des NAPALM DEATH, sans oublier une colère patente made in BRUTAL TRUTH, et quelques relents de THE KILL pour l’absence totale de baisse de régime. Suite à un tel constat, vous seriez en droit de vous attendre à un tir de barrage ininterrompu, et c’est presque ce à quoi vous aurez droit, puisque le quatuor suédois ne ralentit que très peu la cadence, même si les brusques changements de rythme font partie intégrante de sa signature…

Car les mecs qui s’agitent et brusquent leurs instruments derrière ce projet ne sont pas nés de la dernière pluie acide, et savent manier le verbe et le geste à une vitesse proprement hallucinante, tout en faisant preuve d’un brio en fluidité absolument dément. Anders Jakobson n’a rien perdu de sa faculté à dévaler son kit à une vitesse de roadrunner en pleine crise de paranoïa, et nous permet de faire le lien avec le passé/passif de NASUM, dont le fantôme hante plus d’un plan. Pour autant, inutile de ranger Contempt for Man dans la petite case des fac-simile habiles mais stériles, puisque la patte des guitaristes sait nous éloigner de la routine habituelle à base de riffs supersoniques sans queue ni médiator. Ici, on mouline, mais on mouline intelligent, avec accroches graves et thématiques séduisantes dans l’horreur, un peu Mosh sur les bords mais sans l’aspect comique qui en ruine le sérieux, pour une symphonie de l’outrance qui ne prend que très rarement le temps de se poser pour réfléchir à la portée de son message. Celui-ci est pourtant clair, dénoncer les travers d’une humanité qui voit son verre déborder mais qui continue de le remplir au cas où elle manquerait de quelques chose qu’elle possède déjà en quantité suffisante, et entre les fulgurances supersoniques et les soudaines pertes de régimes Heavy pour bien enfoncer le clou, ce premier album est une démonstration de style, et surtout, une façon de prouver par aaaargh+tatatatata que le Grind reste l’un des styles les plus efficaces et jouissifs du marché.

Pourtant on ne perd pas de temps. D’ailleurs, jusqu’à la neuvième piste, rien ne dépasse la minute, et pourtant, en profite pour caser le maximum d’idées en un minimum de temps. Il faut donc attendre les presque trois minutes de « Crush The Empire » pour voir les débats se temporiser quelque peu et oser l’assise plus prononcée, sans pour autant que la machine ne baisse dans les tours. Tout ici est fait pour avoir un effet immédiat, et ça fonctionne, d’une parce que les musiciens sont les meilleurs dans leur créneau, et de deux parce la production est un véritable modèle du genre. Rude mais ronde, abrupte mais brutale, brillante mais mâte, elle met en relief les hooks balancés comme à la parade par les guitaristes (« Flytande Dod », le plus long, mais aussi l’épilogue fatal qu’on espérait), et catapulte au premier plan les acrobaties d’un percussionniste qui n’a pas oublié que des baguettes doivent autant caresser que percuter. Alors forcément, ça prend direct à la gorge, et ça ne vous lâche pas tant que vous n’admettez pas être un sale con plus concerné par sa petite personne que par l’avenir d’une planète qui en a franchement ras le bol de vos conneries. Mais en bons égoïstes que nous sommes, nous nous contenterons donc d’apprécier un putain d’album de Grind qui renvoie la concurrence underground dans les limbes de l’oubli préhistorique, sans tenir compte de son message, pourtant de la plus haute importance. Mais pour le comprendre, il est tout aussi efficace de se balader dans les allées d’un supermarché, d’observer le comportement de ses collègues de travail, de constater le mépris ambiant face à la misère, de noter l’égoïsme qui pousse le quidam à protéger sa pelouse comme s’il défendait son bien le plus précieux, ou glander sur les forums Internet pour constater que l’homme (dans le sens global « d’humanité », s’il en reste) n’est qu’un troll du destin qui n’a décidément pas compris grand-chose à l’intérêt commun.

Enfin bref, vous avez pigé.   

 

Titres de l'album:

                         1. Värdelös

                         2. Demons and Angels

                         3. Pawn Sacrifice

                         4. The Wolven Law

                         5. Lockdown

                         6. The Punishment Begins

                         7. The Noose Tightens

                         8. Det Går Aldrig

                         9. Crush the Empire

                         10. Pre-Emptive Nuclear Strike

                         11. A Life of Ceaseless Grind

                         12. Streams of Sludge

                         13. Into the Hard Earth

                         14. The Pain Maze

                         15. Vile Behaviour

                         16. Defea

                         17. Dull Dead Future

                         18. To Smite

                         19. A Brutal Truth

                         20. Flytande Död

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 26/08/2018 à 15:09
88 %    457

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

Neptrecus + Manzer + Nokturn Gorgon

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !