En même temps, il suffit de se balader dans les allées d’un supermarché, d’observer le comportement de ses collègues de travail, de constater le mépris ambiant face à la misère, de noter l’égoïsme qui pousse le quidam à protéger sa pelouse comme s’il défendait son bien le plus précieux, ou glander sur les forums Internet pour constater que l’homme (dans le sens global « d’humanité », s’il en reste) n’est qu’un troll du destin qui n’a décidément pas compris grand-chose à l’intérêt commun. Mettons-nous tous (ou presque, il reste quand même quelques âmes pures et des traces d’empathie en fouillant bien du côté du Lubéron ou de Detroit) dans le même panier, et célébrons la déchéance du collectif au profit de l’individuel, et prônons nous aussi des valeurs consuméristes, protectionnistes, histoire d’accélérer les choses et de raser cette planète qui mérite bien mieux que nous. Et histoire de mettre en musique un constat non fataliste, mais réaliste, quoi de mieux qu’une bonne rasade/décharge de Grind, le seul style resté éveillé socialement et concerné éthiquement. Depuis les premiers textes de NAPALM DEATH et même ceux des ancêtres Hard et Anarcho-Core, le Grind a toujours été le coup de poing dans la gueule apte à remettre les idées en place, et penser à autre chose que son mètre cube de propriété individuelle. Et la tendance n’est pas prête à s’inverser, tant que des combos aussi furieux que prosaïques qu’AXIS OF DESPAIR viendront nous secouer les puces. Suède, une fois encore, mais cette fois-ci, pas question de vintage, quoique leur barouf sente le old-school à plein nez. Nouveau combo me direz-vous, au jugé de leur discographie unique ? Oui et non, puisque comme dans toute formation bordélique qui se respecte, ses membres sont des activistes dangereux et productifs, qu’on retrouvait déjà au casting de bon nombre de formations cultes.

Pensez-donc et envisagez le CV. Derrière le line-up d’AXIS OF DESPAIR, nous retrouvons des faciès célèbres, ou presque, puisque ce ne sont pas les visages qui comptent le plus dans ce créneau, mais bien les aptitudes à foutre le bordel de façon civique. Au menu, d’anciens membres de NASUM, COLDWORKER, INFANTICIDE, VOLTURYON, LIVET SOM INSATS, NERVGIFT, OVERTORTURE, soit la crème de la crème de la violence musicale organisée. Avec en tête de liste Joel Fornbrant (chant), Oskar Pålsson (basse) et Anders Jakobson (batterie), réunis en 2013 et au trio vite complété par l’arrivée de Kristofer Jankarls (guitare), ce nouveau concept érigé à la gloire des blasts et des riffs épidermiques et instinctifs nous pond un premier LP qui fera date dans l’histoire de la furie musicale, au même titre que World Downfall de TERRORIZER ou Helvete de NASUM, dont Contempt for Man emprunte la concision, la fermeté, la rapidité, et l’efficacité dans l’exagération. Pour faire simple et user de raccourcis, on pourrait d’ailleurs voir en ce premier jet une combinaison fatale des talents des deux groupes précités, agrémentés et augmentés de la puissance de feu des NAILS, et de l’esprit old-school des NAPALM DEATH, sans oublier une colère patente made in BRUTAL TRUTH, et quelques relents de THE KILL pour l’absence totale de baisse de régime. Suite à un tel constat, vous seriez en droit de vous attendre à un tir de barrage ininterrompu, et c’est presque ce à quoi vous aurez droit, puisque le quatuor suédois ne ralentit que très peu la cadence, même si les brusques changements de rythme font partie intégrante de sa signature…

Car les mecs qui s’agitent et brusquent leurs instruments derrière ce projet ne sont pas nés de la dernière pluie acide, et savent manier le verbe et le geste à une vitesse proprement hallucinante, tout en faisant preuve d’un brio en fluidité absolument dément. Anders Jakobson n’a rien perdu de sa faculté à dévaler son kit à une vitesse de roadrunner en pleine crise de paranoïa, et nous permet de faire le lien avec le passé/passif de NASUM, dont le fantôme hante plus d’un plan. Pour autant, inutile de ranger Contempt for Man dans la petite case des fac-simile habiles mais stériles, puisque la patte des guitaristes sait nous éloigner de la routine habituelle à base de riffs supersoniques sans queue ni médiator. Ici, on mouline, mais on mouline intelligent, avec accroches graves et thématiques séduisantes dans l’horreur, un peu Mosh sur les bords mais sans l’aspect comique qui en ruine le sérieux, pour une symphonie de l’outrance qui ne prend que très rarement le temps de se poser pour réfléchir à la portée de son message. Celui-ci est pourtant clair, dénoncer les travers d’une humanité qui voit son verre déborder mais qui continue de le remplir au cas où elle manquerait de quelques chose qu’elle possède déjà en quantité suffisante, et entre les fulgurances supersoniques et les soudaines pertes de régimes Heavy pour bien enfoncer le clou, ce premier album est une démonstration de style, et surtout, une façon de prouver par aaaargh+tatatatata que le Grind reste l’un des styles les plus efficaces et jouissifs du marché.

Pourtant on ne perd pas de temps. D’ailleurs, jusqu’à la neuvième piste, rien ne dépasse la minute, et pourtant, en profite pour caser le maximum d’idées en un minimum de temps. Il faut donc attendre les presque trois minutes de « Crush The Empire » pour voir les débats se temporiser quelque peu et oser l’assise plus prononcée, sans pour autant que la machine ne baisse dans les tours. Tout ici est fait pour avoir un effet immédiat, et ça fonctionne, d’une parce que les musiciens sont les meilleurs dans leur créneau, et de deux parce la production est un véritable modèle du genre. Rude mais ronde, abrupte mais brutale, brillante mais mâte, elle met en relief les hooks balancés comme à la parade par les guitaristes (« Flytande Dod », le plus long, mais aussi l’épilogue fatal qu’on espérait), et catapulte au premier plan les acrobaties d’un percussionniste qui n’a pas oublié que des baguettes doivent autant caresser que percuter. Alors forcément, ça prend direct à la gorge, et ça ne vous lâche pas tant que vous n’admettez pas être un sale con plus concerné par sa petite personne que par l’avenir d’une planète qui en a franchement ras le bol de vos conneries. Mais en bons égoïstes que nous sommes, nous nous contenterons donc d’apprécier un putain d’album de Grind qui renvoie la concurrence underground dans les limbes de l’oubli préhistorique, sans tenir compte de son message, pourtant de la plus haute importance. Mais pour le comprendre, il est tout aussi efficace de se balader dans les allées d’un supermarché, d’observer le comportement de ses collègues de travail, de constater le mépris ambiant face à la misère, de noter l’égoïsme qui pousse le quidam à protéger sa pelouse comme s’il défendait son bien le plus précieux, ou glander sur les forums Internet pour constater que l’homme (dans le sens global « d’humanité », s’il en reste) n’est qu’un troll du destin qui n’a décidément pas compris grand-chose à l’intérêt commun.

Enfin bref, vous avez pigé.   

 

Titres de l'album:

                         1. Värdelös

                         2. Demons and Angels

                         3. Pawn Sacrifice

                         4. The Wolven Law

                         5. Lockdown

                         6. The Punishment Begins

                         7. The Noose Tightens

                         8. Det Går Aldrig

                         9. Crush the Empire

                         10. Pre-Emptive Nuclear Strike

                         11. A Life of Ceaseless Grind

                         12. Streams of Sludge

                         13. Into the Hard Earth

                         14. The Pain Maze

                         15. Vile Behaviour

                         16. Defea

                         17. Dull Dead Future

                         18. To Smite

                         19. A Brutal Truth

                         20. Flytande Död

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 26/08/2018 à 15:09
88 %    160

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Heresy

Blasphemia

Sadist

Spellbound

Prezir

As Rats Devour Lions

Septagon

Apocalyptic Rhymes

Blood Curse

Sorceress

Orion Dust

Legacy

Cult Leader

A Patient Man

Warkunt

Of Ruins And Agony

Dalkhu

Lamentation And Ardent Fire

Edremerion

Ambre Gris

Beer Breath

Story of a Decayed Life

Sacral Rage

Beyond Celestial Echoes

Eternal Rot

Cadaverine

Cancer

Shadow Gripped

Warrel Dane

Shadow Work

Zealotry

At the Nexus of All Stillborn Worlds

Heir Apparent

The View from Below

Hæster

All Anchors No Sails

Syd Kult

Weltschmerz

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Tyrant Fest J2 [Photo Report]

Simony / 29/11/2018
Black Metal

Tyrant Fest J1 [Photo Report]

Simony / 25/11/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Solstafir

12/12 : Le Moloco, Audincourt (25)

Solstafir

13/12 : L'aéronef, Lille (59)

Revocation + Rivers Of Nihil + Archspire

15/12 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Pas mal du tout en effet ! Old-school, brutal, bas du front. Combo !


chro séduisante, bon morceau également, merci pour la découverte


Franchement meilleur que les dernières prod de Death Fr...


Humungus : +1
Ben oui, normal. Déjà assimiler "vegan" et "antifa" est hors sujet.
Soutenons UADA !


KaneIsBack + 1.


Nefarious + 1.


Non.


Cet album est absolument fantastique !!!


Ravi de lire un report sur Aura Noir


J'ai jamais vraiment écouté Cancer, pourtant je fais partie de cette génération des 90's qui a découvert( le death metal avec ces sorties majeures. Très efficace ce titre , va falloir que je rattrape quelques lacunes.


commandé


Le metal selon les Grammys... Vaste blague.


Candlemass c'est pourris depuis la première séparation des années 90...Avant c'était génial et sombre.


Rien d'autre a faire que d'aller au Botswana ?


Donc Ici on ne peut pas être anti-fa, et vegan sans être aussi une cible...


Les antifas sont effectivement aussi fascistes que ceux qu'ils dénoncent. Pitoyable histoire...


Si Jeff est aussi insipide dans MDB qu'il ne le fut dans Paradise Lost, ça promet de sombres catastrophes. Je me souviens encore de la manière dont il détruisait "As I die" sur scène...


Très très curieux d'entendre ça, surtout avec le retour de Langqvist.


Faut voir le résultat, je suis très méfiant avec CANDLEMASS qui n'a rien proposé de bandant depuis fort longtemps ! Mais sur le papier... oui c'est la classe ultime !


C'est exactement ce que je me disais... La classe !