End Times

Perdition Sect

11/12/2020

Seeing Red Records

Pendant le premier confinement qui a semblé durer des années, chacun a cherché à s’occuper comme il a pu. Beaucoup ont accepté le télétravail, obligatoire, d’autres ont assuré en présentiel, certains sont restés bien au chaud chez eux au chômage technique, mais nos artistes préférés ont profité de cette période d’isolement obligatoire pour s’adonner à leurs vices les plus recommandables. Ainsi, dans l’Ohio a résonné un barouf incroyable, émanant de la caverne de composition de quatre brutes bien décidées à ne pas rester inactives et à partir à la chasse aux sons les plus abrasifs et colériques. C’est ainsi que le supergroupe PERDITION SECT n’a pas chômé, et a composé plus que de raison pour nous proposer un album une fois le calme revenu. Pour les néophytes vivant comme des ermites, PERDITION SECT c’est comme l’ardoise magique, comme le biberon du même nom, quand il n’y en a plus, il y en a encore. Lorsque la violence semble épuisée et qu’on pense tout le monde étalé pour le compte, ces lascars-là continuent d’appuyer sur la pédale et de mouliner comme des ânes. Supergroupe oui, mais pas dans le sens egocentrique du concept. Supergroupe, parce que les membres du combo sont tous des figures connues de l’underground, s’étant regroupées un jour pour multiplier leur haine viscérale à l’égard d’un monde qu’ils conchient. On retrouve donc dans les rangs de l’album des noms fameux, dont celui de Kyle Severn (INCANTATION, SHED THE SKIN) à la batterie, mais aussi ceux de Matt Sorg (RINGWORM, SHED THE SKIN) à la guitare, de Mike Lare (ETERNAL BLOODSHED, RINGWORM) à la basse et au chant, et celui d’Aaron Dallison (BRAIN TENTACLES, AXIOMA) à la guitare et au chant.

Des brutos donc, purement américains, et qui pourtant lorgnent du côté de l’Europe de quoi mettre à mal sa suprématie. Tirant clairement leur épingle Crust/D-beat du jeu, les PERDITION SECT nous proposent avec End Times de résoudre l’équation la plus simple qui soit. DISCHARGE multiplié par TOTALITAR égal ? Egal à peu près tous les autres groupes en compétition dans le créneau, qu’ils viennent de Birmingham ou de Stockholm, et le rendu de ce nouvel album est tout bonnement effrayant, spécialement lorsqu’on considère la linéarité de la production actuelle. Utilisant la puissance du Death pour épaissir un Hardcore déjà méchamment gras à la base, les originaires de l’Ohio nous proposent donc le LP le plus excitant du moment, qui relate les turpitudes de DISCHARGE en terre nordique inconnue, fixant ses humeurs ténébreuses sur un journal de bord. Aussi à l’aise dans la récupération qu’un NAPALM DEATH se faisant plaisir avec des reprises, ou qu’un Nicke Andersson se barrant d’ENTOMBED pour exploser avec les HELLACOPTERS, PERDITION SECT ne se prend pas la tête, et reprend à la lettre les commandements du Crust et du D-beat, pour les détourer à sa sauce, la plus explosive de toutes. On a même parfois le sentiment d’écouter l’ENTOMBED période n’Roll passé au vitriol de l’école Hardcore suédoise des années 80, tant la véhémence ambiante nous écorche les tympans sans pitié. Profitant d’une production rêche et sombre, le groupe tente et réussit à résumer cette terrible année 2020 en moins d’une demi-heure, gardant toujours le cap sur la vitesse, toutefois régulièrement brisée par des passages en mid entêtants.

    

Tout ça semble facile sur le papier, les exactions Crust étant d’un classicisme confondant, et pourtant parvenir à respecter le genre tout en lui conférant une touche personnelle est un art Ô combien ardu. Mais les américains sont rompus à l’exercice, et leurs morceaux dépotent d’une hargne qui en dit long sur leur ressentiment. Et dès « Plague of Incompetence », le plus long morceau de l’album, on comprend que les quatre lascars ne sont pas là pour rigoler, et qu’ils n’ont pas pris la tâche à la légère. Après une courte intro aux tonalités clairement Death, le massacre commence, et la boucherie prend des allures de marché du samedi matin. Les mecs découpent les côtelettes sans laisser de gras, la basse gronde dans un déluge de distorsion excessif, tandis que les guitares sonnent comme exhumées des années 90. Le chant quant à lui n’a pas oublié qu’un peu de Death dans le Hardcore ne fait pas que du Deathcore, et le tout noircit l’âme mais la rend plus lucide. Profitant d’un niveau individuel et d’une expérience en solitaire de haut niveau, PERDITION SECT envoie valser la concurrence, défèque sur le paillasson de 2020, et réserve son plus bel étron à cet avenir qui se dessine sous un ciel de plus en plus voilé. Assez caractéristique de l’ambiance qui règne actuellement aux Etats-Unis, avec cette lutte fratricide entre deux candidats, et ces lieux de vote pris d’assaut par les pro-Trump armés qui craignent pour la dignité de leur candidat, End Times sonne donc le rappel des troupes du peuple, et appelle au soulèvement.

Tout n’est pas bourrin mais quand même, le tempo accélère quand il en a envie (« Not If, But When »), les lyrics fustigent la mainmise des plateformes sociales numériques et leurs conditionnement (« Social Media Leprosy »), et le tout à des allures d’incursion de DISMEMBER dans l’espace vitale Crust anglais. La sensation est évidemment délicieuse, et le rendu épais, comme l’accouplement d’ENTOMBED avec un EXTREME NOISE TERROR remonté comme trois pendules. De quoi mettre une solide claque dans la gueule de 2020, en attendant que 2021 s’annonce sous des auspices encore plus déprimants. Mais un défouloir fabuleux à cette frustration ambiante, et un album qu’on aborde comme un exutoire sans avoir à faire appel à l’aide d’un psychiatre.           

                                                                                                            

Titres de l’album:

01. Plague of Incompetence

02. Scorched Earth Industry

03. Not If, But When

04. Social Media Leprosy

05. Bite the Hand

06. Contagion of Necessity

07. Infinite Incarnation

08. Missed Information

09. Your Safe Space Isn’t Here

10. Progress of Failure


Facebook officiel

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 21/12/2020 à 15:46
85 %    200

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Simony

Vraiment dommage pour DANTESCO car le dernier album est vraiment le plus abouti vocalement, quelle frustration de le voir nous quitter si jeune !Ecoutez donc le dernier album :https://dantesco666.bandca(...)

07/03/2021, 13:19

Bizarre

Thanks for spreading the news. Just a minor correction...I live in Oslo, Norway (although the band started in Russia) 

06/03/2021, 20:50

Trooper666

J'ai en vinyl. Acheté sur la commune Cour-Cheverny en Loir et Cher, là ou les deux protagoniste se sont rencontrés. 

06/03/2021, 18:36

Jus de cadavre

Je trouve ça excellent en tout cas !

06/03/2021, 17:58

Gargan

Marrant, ça me fait penser par moments à du Hakuja, la thématique étant nipponne, ça colle.

06/03/2021, 13:20

Seigneur FRED

Un album généreux ! Seigneur Fred - METAL OBS

06/03/2021, 10:57

Arioch91

Killers fut mon premier Maiden aussi. Avec un pote, on était fan de leur zique autant que de leurs pochettes. Eddie dans les 80's, c'était une sacrée mascotte !J'ai découvert le premier un peu plus tard mais j'ai adoré aussi. En fait,(...)

06/03/2021, 10:21

Moshimosher

Je viens enfin de découvrir (et d'acheter cet album)... quelle tuerie ! Un pur chef-d’œuvre !!! Vraiment de très bonnes sorties sur ce label !

05/03/2021, 23:00

Moshimosher

C'te pochette !!! Ah !!! Pas étonnant que Killers soit le premier album de la Vierge de Fer que j'ai acheté ! Probablement leur meilleure (même si j'en adore plein d'autres dont celle de Powerslave) ! 

05/03/2021, 22:36

Meuleu

J'ai fait la date sur Caen et vlà la baffe que j'ai pris sur Ulcerate, c'était énorme !

05/03/2021, 16:18

Gargan

L'horrible phoque humanoïde de Riot, brrrrr...

05/03/2021, 09:04

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

L\'anonyme

@ metalrunner: tout à fait d'accord avec toi.Je pense qu'Iron Maiden a beaucoup oeuvré dans le metal en ce qui concerne les pochettes d'albums. D'abord parce qu'ils ont instauré une forme de rituel que certains ont repris en gardant le mê(...)

04/03/2021, 18:18

Bones

Mouais, sommaire très moyen... mais la couv claque. :-)Sont malins, les p'tits salopiots, ils savent que ça va générer de l'achat compulsif. :-D

04/03/2021, 17:04

Arioch91

Suis plus abonné.Je verrai à l'occasion si je le vois en kiosque mais bon.

04/03/2021, 13:26

metalrunner

Quelle pochette je pense quelle ont bcp aide maiden  

04/03/2021, 07:44

Ragnar56

Je viens d'apprendre la nouvelle via un commentaire sous une vidéo YouTube

03/03/2021, 22:55

MorbidOM

Une double provocation assez géniale ?Les true métalleux le prennent pour un guignol depuis longtemps et la ménagère Polonaise le vois sans doute comme le rebelle de salon indispensable à ce genre d'émission, une sorte de JoeyStarr

03/03/2021, 04:08

Bones

Ca fait une publicité maousse autour de Behemoth et leur donne la "crédibilité" qu'ils recherchent.Faire le buzz => vendre des disques.Je ne m'en fais pas pour Nergal, ce petit malin fait bien parler de lui et c'est l'objectif.

02/03/2021, 18:47