Il y a des matins comme ça, où on a envie de se la jouer plus fin que d’habitude. Et manque de bol, on finit par reprendre une tranche de pain, du pâté et un bon verre de rouge bon marché.

Bon.

Au moins aurais-je eu la volonté…

En même temps, j’aurais pu m’en douter…Des mecs aux sobriquets aussi subtils que Phlegathon (chant), KK Destruktor (guitare), Chainsaw (basse) et Olaaf (batterie), réunis sous la bannière HOLOCAUST LORD, et qui flanquent la pochette de leur premier album d’un gros zombie décharné à croix inversée, fallait pas s’attendre à du Ronsard sur fond de Nick Drake suggéré…

Mais le bourrin, même de bon matin, ça a du bon. Déjà ça réveille, et puis ça met plutôt de bonne humeur, pour peu que l’esprit soit chafouin et joueur.

Et il l’est, je vous le confirme.

Alors, histoire d’en dire un peu plus au risque d’être en retard, je vous précise d’emblée que ces olibrius existent depuis 2014, qu’ils ont déjà publié une démo la même année (…Go To Hell), et un EP un an plus tard (Pure Holocausting Hell), qu’ils sont manifestement obnubilés par l’enfer et ses démons, mais surtout par un Thrash à relents Black N’Speed de bon ton.

Le genre de mecs qui dessinent un pentagramme sur le sol du salon à la craie et qui se marrent de voir la tête de mémé qui en a marre qu’on salisse son parquet.

Des influences avouées ? Celles figurant sur leur page Facebook, VENOM, BATHORY, MOTORHEAD évidemment, soit la crème du barbare tartare qui ne laisse jamais la barbaque traîner trop longtemps sur le buffet.

Une touche de Unholy Sleazy Black Rock N’Roll plus tard, et nous obtenons cette mixture caliente qui déborde de leur premier longue durée, et qui va bien réchauffer vos mois d’hiver pas encore entamés.

Il est certain que Violence Beyond Death est tout sauf fin, mais il est malin, très malin. Dans un registre de Black paillard et avançant au sonar, on a rarement fait mieux, et on sent dès les premières minutes que le quatuor n’est pas là pour nous prendre la tête, mais plutôt la replonger dans les souvenirs bénis du début des eighties, lorsque la violence instrumentale n’avait pas encore dépassé les bornes.

On sent bien sur la révérence aux VENOM, au travers de ce chant gentiment sadique et de ces rythmiques primitives qui piquent, et celle de CELTIC FROST pour l’abordage de la violence sous sa lumière la plus primale et aveuglante.

Pas de fioritures techniques, mais un abordage tout sauf clinique qui rappelle aussi les DESTROYER 666, voire même un DAKTHRONE du samedi soir, un peu torché mais qui arrive encore à s’accorder dans le noir.

Alors bourrin certes, mais est-ce pour autant que les chansons de ces allumés tiennent debout pour de bon ? Evidemment, parce qu’au-delà de leur apparence de gentils satanistes du dimanche, ces Canadiens savent jouer, simple et carré, et surtout, trousser de solides hymnes à la débauche parfaits pour headbanger sans trop se demander si on n’a pas mieux à faire de sa journée.

On pense souvent à une union virtuelle entre VENOM et HELLHAMMER (« Possessed/Evil Shall Arise »), reliée par une passion commune vouée à Lemmy et sa tête de moteur, voire à l’émergence de la nouvelle scène Thrash N’Speed d’Amérique du Sud pour cette débauche de décibels et de folie qui reste quand même dans les limites de la raison.

Car là est la force de ces quatre fondus, ne pas hésiter à pousser l’exubérance sur son dernier charnier, sans toutefois oublier de jouer. Parce qu’il est toujours facile d’affirmer que l’on est plus « true evil » que la moyenne, encore faut-il le prouver.

Et les HOLOCAUST LORD avancent les arguments de leur outrance, en pondant de petits hymnes à la décadence grasse, comme cet irrésistible « Blasphemic Majesty », qui peut se targuer de développer un riff sobre et accrocheur sur un mid tempo qui n’est pas moins frondeur. Simple et efficace, véritable « hit » de l’enfer qui reste dans la tête et vous la plonge dans les flammes, avant un soudain déchaînement de blasts aussi surprenant que charmant.

On sent en arrière-plan une passion non dissimulée pour le SODOM le plus vilain mais carré, et ils nous refont d’ailleurs le coup de la violence acharnée à vitesse modérée à intervalles réguliers, comme sur ce terrible « Total Black Damnation » que Tom Angelripper et Schmier auraient pu entonner lors d’un sabbat improvisé.

Mais c’est bien évidemment l’ombre de Tom Warrior qui plane au-dessus de cette messe noire sans victimes, comme l’avoue à demi-mots « Satanic Blood », qu’on aurait aisément pu retrouver sur la séminale démo Satanic Rites des Suisses.   

La production très sèche et à l’écho un peu excessif rappelle d’ailleurs les productions underground des années 84/85, avec ce son de guitare un peu grésillant et ce chant mixé en arrière-plan, sans parler de ces soli primitifs qui lacèrent les enceintes avant qu’un break incisif ne réconcilie les boomers avec la console à vif (« Force Of Darkness », le genre DESTRUCTION joue du canon avec DESTROYER 666).

Mais tout ça déborde d’un réel enthousiasme et d’une foi sans borne, et les hymnes s’amoncèlent sans faiblir, l’album se terminant même sur deux postulats définitifs de Thrash N’Black N’Speed de folie.

« Alcohol Antichrist » fait fraterniser le TANKARD le moins entamé avec les premiers SEPULTURA encore à peu près frais, tandis que « Satanic Speed Metal » gagne sa place au panthéon des tubes improbables, et concrétise le rêve d’un Killmister tapant le bœuf avec la scène Allemande et Suisse des eighties infinies. Raclage de gorge, riffs en lames de scie qui volent à travers la pièce, basse qui cimente et batterie qui plâtre, c’est du bricolage d’orfèvres de l’orgie en fièvre, et finalement, l’impression laissée en pointillée est plus que bonne, elle est…endiablée.

Oui, tout ça est simple et hautement nostalgique, mais c’est tellement bien fait qu’on se moque des possibles améliorations à apporter, puisque la perfection n’est pas une donnée viable dans ce genre de projet.

Beaucoup d’exagération, une brutalité de fond, mais beaucoup d’amour et de Speed, pour un Black Thrash très ludique et surtout, toujours unique.

Alors, fuck la finesse et vive la liesse en vitesse.

Tiens, et si j’étalais le pâté sur une vierge effarouchée ?


Titres de l'album:

  1. Intro - Unholy Evil
  2. Storm of Black Devastation
  3. Jaws of Hellish Blasphemy
  4. Possessed - Evil Shall Arise
  5. Blasphemic Majesty
  6. Force of Darkness
  7. Bestial Cruelty
  8. Satanic Blood
  9. Total Black Damnation
  10. Alcohol Antichrist
  11. Satanic Speed Metal

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 22/12/2016 à 14:32
75 %    274

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Religious Observance

Utter Discomfort

Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Powerwolf + Amaranthe + Kissin' Dynamite

JérémBVL / 18/01/2019
Powerwolf

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Venefixion + Defenestration

19/01 : Brasserie Bleizi Du, Morlaix ()

Photo Stream

Derniers coms

Oui mercato réussi.


Ça ressemble à un record de coms ça !


Oui je trouve aussi. Fiable quoi.


Cela semble être une bonne idée...


Je n'ai pas lu le livre de Moynihan qui est, paraît-il, plutôt complaisant avec tout l'ensemble y compris ce qu'il y a de plus inacceptable. Au-delà de ce que je rejette très fermement les meurtres et incendies de lieux de culte, je ne me suis jamais reconnu dans le Black Metal même sous un sim(...)


On a vraiment lu tout et son contraire sur ces histoires, sans compter le mystère entretenu par les protagonistes de l'époque. J'ai beau essayé de faire le blasé, de me dire que c'était que des "petits cons", des abrutis, que le bouquin n'est qu'un torchon un peu trop orienté, il n'empêche qu(...)


Excellente chronique... j'avais découvert avec l'album précédent sans approfondir plus que ça. Tu viens de réanimer ma curiosité Mortne2001 !
C'est d'une saleté indécemment propre au niveau de la production là où la concurrence balance des riffs lambda avec une production crasseuse p(...)


J'espère juste que le film dira clairement que les protagonistes n'étaient que des petits cons paumés... Mais sinon, oui, rien qu'avec l'attention portée aux détails, ça donne envie, clairement.


Trailer bien plus convaincant que les précédents. Et oui le " Based on truth and lies " est bien pensé.
Ça fait envie.


En tout cas beau job de l'ensemble de l'équipe de ce site, avec une chouette ergonomie. Bon, j'ai pas pigé comment on fait pour aller directement suivre un fil de discussions/commentaires sans passer par le titre du thème concerné, mais pas grave.


Sans conteste, ce qui précède est en lice pour être la meilleure discussion dans le futur top 2019...


Putain, ça donne envie tout de même hein...
Pis le "Based on truth and lies" est tellement bien trouvé bon dieu de dieu !


Vive le Méan !


Lemmy disait : "Tant qu'il y aura 2 ou 3 mecs pour jouer et 2 ou 3 autres pour les écouter, le rock se portera bien".
Donc tant qu'il y a aura 2 ou 3 personnes pour écrire et 2 ou 3 autres pour les lire, Metalnews se portera bien ! :-D
Lemmy disait aussi : "C'est pas ta soeur qui m'i(...)


Putain, vla l'équipe :D ! Entre un promoteur de boxe véreux, moi qui pète une durite pour rien et un Bernard Pivot sous je ne sais quelle(s) substance(s) ! Les gens vont se barrer !


Pas eu le temps d'appeler le docteur... je m'excuse ! :-)


... et de consulter... oui, de consulter... vite !


Alors non, une bonne fois pour toutes, on ne s'excuse pas ! C'est bien trop facile !!! On demande pardon, on présente ses excuses, on prie de bien vouloir nous excuser mais tout ! L'excuse est à présenter à l'autre et non à soi même !

"Salut M'dame, je viens de m'introduire chez t(...)


Enfoiré :D Mais c'est ça, lu (beaucoup) trop vite donc compris de travers et je m'en excuse ;).
Rien à voir mais j'en profite, y'a du monde qui va à Morlaix pour la date la plus bestiale de l'année ce samedi ?


On a lu le même livre Grinder92 !!