Wormrot + Pound + Dying Earth

Wormrot, Pound

Secret Place, St Jean De Védas (France)

du 08/03/2023 au 08/03/2023

Nous regrettions un peu d'avoir raté la grosse tournée avec Napalm Death, Dropdead, Siberian Meat Grinder et autres. Mais une tournée serrée de Wormrot promettait mieux qu'une consolation. C'était le Mosh Fest avant l'heure, en clair. D'ailleurs on retrouvait ce soir beaucoup d'habitués du festival, en tout cas ceux vivant dans un rayon de deux cent kilomètres. Et les conversations sous un ciel frais et menaçant tournaient souvent autour de la prochaine date de la tournée à laquelle participeraient tels ou tels. Il faut dire que pour une fois les Singapouriens labourent vraiment la France et l'Europe occidentale, et beaucoup voulaient en profiter au maximum. D'ailleurs, pour une tournée aussi extrême qui s'arrête à Toulouse et Marseille et Barcelone, l'affluence ce soir était vraiment haute. Arrivé plus tôt que d'habitude, j'ai trouvé à toute cette soirée un esprit de fraternité particulièrement présent. Voir Chris d'Inhumate engager la conversation avec les membres originels de Wormrot en était un bel exemple – je ne sais vraiment pas comment le growleur de la légende Alsacienne se trouvait par chez nous, mais c'était lui on me l'a confirmé. Un pré Mosh Fest, je vous dis.

Le groupe d'ouverture local venait précisément de Marseille. DYING EARTH n'existe que depuis deux ans mais ses membres ne sont certainement pas des débutants. En formation à quatre classique (déjà la dernière basse que l'on verra de la soirée), ils ont proposé un Death plutôt brutal de tradition avec une bonne double, sonnant bien grave mais propre dans la tradition américaine, très vigoureux et tout à fait dans mon style. Le chanteur, fort guttural, se tenait penché très bas en se serrant le larynx avec la main libre. Les bruitages Industriels qui meublaient les silences étaient un peu superflus en raison de la truculence de ce growleur intérimaire à l'accent chantant comme je l'aime : son charisme aurait suffi à maintenir la tension dans une salle déjà à fond. Peut-être que ces samples annoncent un trait de style du groupe, dont le premier EP est encore en gestation à ce que j'ai compris. Le riffing est encore rudimentaire mais ils ont largement la marge pour faire mieux. La fosse avait déjà fait plus que s'échauffer avec le premier "Paquito Mosh" bien de chez nous, pour honorer un set réduit à la demi-heure réglementaire mais convaincant… et obligeant pour l'avenir.


Après un assez long intermède, le groupe qui tournait avec Wormrot se présentait en simple duo batterie-guitare venu de la lointaine et mythique Seattle. Pourtant, POUND a peu à voir avec une certaine scène qui a marqué l'histoire du Rock dans les années 90. Ils ont servi des titres purement instrumentaux, gorgés de riffs et de breaks à la guitare pure branchée sur une valise entière de pédales, le tout cadré par une batterie intenable. Cette complémentarité était même visuelle entre un guitariste à l'énorme barbe sous sa casquette, débonnaire, et un batteur chauve et rasé, poupin dans son casque de retours. Nous nous disions, entre grognards, que c'était parfaitement le genre de groupe dont nous nous sommes nourris pendant plus de quinze ans au Black Sheep, avec son mélange virevoltant de Sludge rapide, de Mathcore déjanté et de Grind bourru. Impossible de rester planté. Je songeais plus précisément à Black Cobra, on retrouvait vraiment cet esprit dans un style un peu plus sale et intense. C'est alors que sortit de nulle part Julien Deyres, chanteur de Gorod (mais que foutait-il là lui aussi la veille de la sortie du nouvel album ?) qui se cala sur le coin gauche en regardant la scène, pour une reprise improvisée de The Warriors. Son regard rivé sur les deux instrumentistes illustrait bien la tension causée par cet exercice non répété mais réussi. Reprenant ensuite la formule de base pour la ligne droite finale, les Américains nous gratifièrent d'un set d'un peu plus d'une demi-heure environ, agréablement décalé entre les deux autres, propre à séduire une autre partie du public local.


Après une autre longue pause, WORMROT firent eux-mêmes leurs balances puis s'élancèrent. Toute réserve fut vaporisée dès les premières secondes par le trio, qui justifia instantanément de son statut suprême dans la scène Grindcore. La conflagration était énorme et parfaitement contrôlée. Rasyid, avec un sourire largement accroché aux oreilles, envoie des riffs abrasifs avec une souplesse exceptionnelle dans le poignet, il pourrait faire du Satriani s'il en avait envie. Mais non. Dans la fosse, les moshers affamés étaient déchaînés, on ne voyait que par bribes ce qui se passait sur la scène pourtant située à quatre mètres de moi. Impossible pour moi de vous commenter en détail la set list tirée d'une discographie assez courte mais essentielle. Pour cette tournée en Europe, c'est le beugleur du groupe Allemand Implore qui prêtait sa gorge, et elle faisait largement l'affaire. Et le batteur ! Même si son kit n'est pas très fourni, son débit le transforme en véritable armement automatique ! Personnellement je regrette l'absence de basse pour agrémenter ce déferlement et arrondir un peu les riffs, mais la mosher team s'en foutait bien visiblement, plus occupée à tourner autour du poteau ou à monter un nouveau paquito. Voire, cette simple formule batterie-growl-guitare est la base de cette sobriété typique des Singapouriens en furie – ils revêtaient des t-shirts "Vans" d'une banalité plate – qui invite à se focaliser sur l'essentiel, à accueillir en pleine poire la colère du Grindcore sans même être distrait par tels détails. C'est presque une forme d'élégance dans la sauvagerie. Et en plus, à trois, ils avaient presque de la place sur cette petite scène en coin. Le set parut assez court hélas (trois quarts d'heure, à la louche), mais marquera les mémoires.


Sous une petite pluie bienfaitrice, les gens restèrent assez longtemps à l'abri du préau pour prolonger l'effet de cette authentique célébration du Grindcore du siècle présent. Mais je n'étais pas frais, le lendemain.


par RBD le 12/03/2023 à 11:43
   410

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report

1984

mortne2001 10/01/2024

From the past

SÉLECTION METALNEWS 2023 / Bonne année 2024 !

Jus de cadavre 01/01/2024

Interview

Show No Mercy

mortne2001 03/12/2023

From the past
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
senior canardo

je suis entré dans la file d'attente 122000eme ....j'ai fermé l'onglet et choppé mon pass pour le ThroneFest ;)

21/02/2024, 09:33

LeMoustre

Pas mal du tout. En effet Whiplash rôde.Beau papier aussi lol la phrase des vautours, excellent.Merci

20/02/2024, 07:31

LeMoustre

Comme d'habitude agressif et sans surprise. Immuable.

20/02/2024, 07:28

Badinter en enfer

oui

17/02/2024, 22:18

Bong Joon Whore

wow Badinter en enfer, c'est David?

17/02/2024, 16:16

Benstard

Méchante ambiance. 

17/02/2024, 14:19

Benstard

Méchant son de basse et simpa les soli. Ça groove en mode papi. Mais c'est cool qu'ils continuent. 

17/02/2024, 14:16

je te pisse dans le cul, ça fait un bubble tea

Groupe de boomers avec des tarifs pour boomers. Les mêmes qui viendront chialer que les légumes, c'est cher et chouiner que le prix de l'essence augmente.

17/02/2024, 07:08

Bille Baroud

Si la musique est toujours aussi bien pour un vieux groupe, genre dont il ne reste pas tellement de représentants pour assurer, tant pis pour l'artwork, je crache la thune.

16/02/2024, 20:36

Tourista

Humungus, t'es fan d'AC/DC et de coquillettes ?  

16/02/2024, 17:49

Saddam Mustaine

Faut payer l'ehpad du père Brian 

16/02/2024, 16:39

Humungus

"84 euros la dragée"...Si seulement...152,85 € le bifton en ce qui me concerne.J'avoue que ça pique un chouille bordel... ... ...

16/02/2024, 13:02

Badinter en enfer

D'un coté, si ça fait chier les sacs à merde parasitiques comme Valnoir ou Fortifem, je suis 1000% à fond pour l'usage de l'IA. Le problème, c'est que ça impacte aussi les artistes honnêtes et qui ne se servent pas leur activit&e(...)

16/02/2024, 06:10

Buck Dancer

Très bon ! (par moment ça me fait penser à Pantera, A New Level) 

16/02/2024, 05:15

Solitary Sabred

Merci, thanks for the support!!

16/02/2024, 05:09

Tourista

Bien sûr, les ventes physiques s'effondrent, pourquoi se casser le cul et investir ?  Ca va être simple pour bibi : IA sur la pochette, je laisse ma carte bleue à l'ombre. Technophobe ?  MMMMmmOUI.J'ai bossé modestement dans la(...)

15/02/2024, 19:46

Amer Smashed Pils

Miam miam maim ! Crado à souhait !

15/02/2024, 19:11

Jus de cadavre

@ Tourista : c'est exactement ce que je me suis dit... Quelle misère... Mais j'imagine que pour les label c'est vite vu niveau $$$ (gratos, pas de délais, etc...). Autant pour les petits groupes sans un rond je peux comprendre, mais là, merde, pour (...)

15/02/2024, 18:38

Tourista

Il va falloir s'habituer à ces pochettes de merde sous IA.   Et c'est que le bédut.Le Tricatel de l'artwork.  

15/02/2024, 18:31

Humungus

Je prends aussi !

15/02/2024, 06:49