From Below

Crypt Dagger

27/03/2020

Dying Victims Productions

D’ordinaire, je ne suis pas toujours tendre avec les groupes de Blackened Thrash/Speed qui se vautrent dans la parodie comme d’autres se confondent en excuses malhabiles et hypocrites. La nostalgie a du bon, spécialement pour les gens comme moi qui accuseront bientôt le coup d’une cinquantaine assumée, mais tout ne doit pas être justifié d’une cause perdue d’avance, grossière justification d’un manque d’inspiration qui le confine au plagiat. Sous ce point de vue, j’aurais dû laminer les allemands de CRYPT DAGGER. Car tout, de leurs pseudos en passant par leur son n’est qu’un recyclage des meilleures méthodes rustres de l’underground européen des années 80, la fraîcheur en moins, et la roublardise en plus. J’aurais crucifié leur culot sur l’autel de l’impolitesse, j’aurais brûlé sur le bûcher de l’honnêteté leur inspiration calquée, en gros, je les aurais démontés point par point sans avoir besoin de jouer les avocats du diable. Et pourtant, j’écris cette chronique, ce qui vous le savez est signe d’approbation. Car pour parler clair et net, les allemands ne sont vraiment pas chiés, mais on le flair de proposer leur repiquage avec talent et panache. Deux motifs de condamnation à l’écoute de ce second EP. D’une, il ne fait que refourguer le précédent avec une poignée d’inédits et une reprise hasardeuse. De deux, il ose la retranscription totale sans artifices ni mise en scène d’un de mes EP cultes de chez culte, le légendaire Morbid Tales de CELTIC FROST. Ne cherchez pas, tout y est, les dissonances, le look à-peu-près-provocateur, les pseudos ridicules, les riffs simplissimes et noirs comme de la poix, les stridences intempestives, l’occultisme de supermarché, et même les inflexions vocales rauques et glauques. Ne manquent à l’appel que les clous, le maquillage à la truelle, et le déguisement eut été parfait. Et après avoir vu les photos promo des trois lascars en question, je regrette d’ailleurs qu’ils n’aient pas fait appel à un tuto pour se farder la tronche, la leur n’étant pas super présentable.

Mais de From Below exhale un parfum unique, celui des abysses de la sincérité, celui des caves de la passion, celui des cabanes à chiottes de l’obsession. Un parfum enivrant, qui empeste le salpêtre, la moiteur des murs en chaux, la saleté des sols en terre battue. De cet EP émanent des gaz asphyxiants, des odeurs de corde usée par les chairs, de jeunesse à chercher la bagarre virtuelle avec le mainstream, à se triturer le neurone pour pondre la musique la moins populaire possible. A dégoûter le plus grand dénominateur commun de la chose Metal, en gros, tout ce qu’on a aimé chez les esthètes de l’époque, les VENOM, BATHORY, LIVING DEATH, RAZOR, mais surtout HELLHAMMER et CELTIC FROST dont tous les tics sont reproduits ici, à tel point qu’on pense « Devastation » titre inédit tiré des séances de Satanic Rites, avec sa rythmique inamovible et son riff cyclique et redondant à l’extrême. D’ailleurs, les trois nouveaux morceaux proposés enfoncent encore plus le clou dans le cercueil des principes, puisque Poser Disposer (chant/guitare), Executer ov Hell (basse) et Savage Defiler of the 144000 (batterie) n’hésitent plus à exposer aux fans médusés leur fascination pour Tom Warrior. On se croirait revenu des décennies en arrière et délocalisé en Suisse tant les similitudes sont flagrantes, mais loin d’un simple jeu de photocopieuse, les jeunes allemands nous proposent leur version de la chose, en agrémentant des structures classiques d’arrangements très personnels. Ainsi, le vraiment démoniaque « Blood for the Crypt Dagger » se voit transcendé de petits fills de batterie inventifs, tandis que Poser Disposer lâche deux ou trois cris de belette pour convier Lucifer aux agapes des musiciens qui puent des pieds. Tout ceci vous paraît subjectif et sommaire comme motivation ? Laissez-vous tenter, et revenez vers moi. Vous comprendrez.

Et en une seule reprise, les allemands nous expliquent le pourquoi du comment de leur existence, et surtout, une culture de la musique underground qui ne se limite pas aux exploits Black n’Speed. En reprenant à leur compte les fabuleux DEAD MOON, les trois CRYPT DAGGER font évidemment preuve de bon goût, mais établissent un parallèle entre leur cas et celui des trois américains, qui eux non plus ne concevaient la musique sous un autre angle que la série B, les poubelles de l’art, et le minimalisme en forme ultime d’expression. Alors, les CRYPT DAGGER, nouveaux DEAD MOON de l’extrême ? Quelque part oui, et avec fierté en plus, les quatre anciens morceaux de Tales of Torment trouvant un autre éclairage une fois ajoutés à ces quatre inédits. On se retrouve donc face à un EP aux proportions de LP, certes court, mais parfaitement cohérent. La preuve en est que je l’ai laissé tourner un nombre conséquent de fois avant de claquer mon laïus sur clavier, et qu’à aucun moment la lassitude ne s’est pointée. Avec en sus une production professionnelle mais pas trop, qui ne dénature pas les morceaux mais leur donne corps, un chant décidément mi blasé, mi hérétique qui n’usurpe pas le statut de focalisation centrale, une guitare traînante aux motifs cycliques, et un background velu, From Below est un petit miracle que Dying Victims Productions ne pouvait absolument pas laisser passer. Certes, il convient d’être grand fan de CELTIC FROST pour l’apprécier, mais une fois happé par ce vortex, impossible de s’échapper. Ce qui est la marque des grandes œuvres old-school n’est-il point ?

Huh !                       

                                 

Titres de l’album :

                        01. The God Fukk You

                        02. Six Horned Pervertor

                        03. Death to All

                        04. Rape from the Grave

                        05. The Cruel Reign

                        06. Devastation

                        07. Blood for the Crypt Dagger

                        08. 5440 or Fight

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 30/03/2020 à 14:27
80 %    311

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Humungus
membre enregistré
06/04/2020, 13:32:51
Bon, ben moi quand on me dit qu'un groupe est hautement inspiré par la bande à Tom G. Warrior, bah je fonce tête la première.
Et bien pas déçu pour deux sous bon dieu de dieu !!!
Pure merveille que voilà !!!
Merci mortne2001.

LeMoustre
@93.4.16.166
06/04/2020, 17:41:03
Première phrase admirable, Humungus.
M'en vais essayer, tiens.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview

Palavas Surfers

RBD 16/07/2021

Live Report

Monarch ! 2009 + 2015

RBD 06/07/2021

Live Report

Electric Wizard + Verdun 2011

RBD 04/06/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : ENDLESS DIATRIBE

Jus de cadavre 30/05/2021

Vidéos

Open Bar Vol2 : Antoine Perron

Baxter 20/04/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Gargan

Le clip, it was a good idea at the time, comme y disent les englishes.

02/08/2021, 15:18

Simony

oui pardon, problème de dyslexie sur le clavier... c'est corrigé !

02/08/2021, 15:14

Fabior destructor

Il s'agit bien de Thyrfing   , espérons qu'il soit bon

02/08/2021, 14:24

Simony

Groupe hautement sous-estimé et un titre qui les replace sur de bons rails, j'attends l'album avec délectation maintenant... 

02/08/2021, 11:19

KKMetal

Merci pour vos retours !On en tiendra compte pour la suite !Juste pour clarifier : Le podcast tente d'être "fun" comme une discussion de comptoir dans un bar et en format assez court !Vous pouvez nous replayer sur

02/08/2021, 10:04

Buck Dancer

De mon côté, de Grave, je retiens surtout "Soulless" que je prends encore plaisir à écouter à l'occasion. 

01/08/2021, 22:13

Humungus

Ah y m'semblait bien !Etonnant, il n'apparait nulle part sur METAL ARCHIVES...

01/08/2021, 12:55

RBD

Oui, j'ai écouté un certain nombre d'épisodes de DLSDD, c'est sans doute celui qui me botte le mieux dans ce que j'ai essayé au long du confinement. L'approche plus austère dans la forme et limite intello sur le fond me va pa(...)

01/08/2021, 00:43

Kerry King

Sinon HS mais pour aller dans le sens d'un commentaire plus haut, je fais aussi parti des fans de X Factor, perso Sign of the Cross est l'un de mes titres favoris de la vierge de fer, et Man on the Edge un des titres qui me donne une pèche d'enfer. 

01/08/2021, 00:26

Kerry King

C'est Duff des Guns qui tient la basse. 

01/08/2021, 00:22

Buck Dancer

J'ai pas écouté tous les épisodes mais c'est vrai que "Dans le secret des dieux" est plutôt agréable à écouter.Pour l'instant le meilleur reste, pour moi, "Métal Bunker " qui était toujours(...)

01/08/2021, 00:14

Bones

J'écouterai ce podcast sur le chemin des vacances.RBD : as-tu suivi "Dans le secret des Dieux" (par Sylvain Bégot, membre de Monolith) ? Je trouve ce podcast vraiment bien troussé, intéressant, posé, les arguments sont creusés, il y (...)

31/07/2021, 23:33

Humungus

C'est qui à la basse là ?

31/07/2021, 22:01

Humungus

Hé hé hé...Je trouvais bizarre aussi que tu mettes autant de temps à commenter ta propre news mec...

31/07/2021, 21:54

Kerry King

Ce mec est juste un génie et restera un monstre du genre.

31/07/2021, 19:24

Joni

Pour ma part après un seventh son qui confirmait la tendance mou du genou amorcée sur le précédent, les merdiques no prayer et fear of m'ont achevé... Le reste je n'en parle même pas. 

31/07/2021, 19:10

poair

Calmez-vous les chialeuses made in "up the irons".

31/07/2021, 18:31

RBD

Mentionner des sorties de groupes importants pour donner un avis négatif ne me choque pas - même si pour ma part ce FF est une petite bonne surprise par contre. C'est plutôt qu'effectivement ça balance beaucoup sans trop argumenter, avec une musique de fond par(...)

31/07/2021, 18:17

metalrunner

Pas finauds les mecs .

31/07/2021, 17:18

Simony

Moi ce qui me choque le plus c'est dire adorer le grand Maiden des années 90, donc les années où ils ont été les moins bons artistiquement et en plus balancer "Run To The Hills" pour illustrer ces années 90. Mais bon.... à la limite (...)

31/07/2021, 13:29