Le but du jeu est avoué, et connu de tous. Faire la musique la plus agressive, la plus puissante, la plus irritante, bruyante, noire et concassante possible, et la compétition est ouverte, depuis de nombreuses années. Mais certains à ce petit jeu s’en tirent beaucoup mieux que d’autres, qui sombrent dans le grotesque du chaos et de la panoplie intégrale du sous-zéro (ou sous-héros) incapable de faire la différence entre pied de nez au solfège et fête de patronage à fond les ballons pour faire chier ses voisins. Parce qu’après tout, on peut très bien emmerder ses voisins tout en leur opposant une vraie musique. Un truc aussi dark que la nuit, et aussi noisy qu’un cri d’enfant perdu dans une cave vide. Un truc qui fout vraiment les jetons, et qui vous laisse avec une impression tétanisante la nuit, à passer des heures à regarder sous le matelas pour savoir s’il bouge vraiment, ou si l’on délire de transe.

Allez, faites le recensement des performances qui en valaient vraiment la peine ces derniers temps. TRAP THEM, FULL OF HELL, pas mal de Crust, de BM, de Noise, de Hardcore maladif, et puis le reste. Mais surtout ça à vrai dire, des brutes épaisses aux leitmotivs minces comme du papier à clopes. Et tant qu’on y est, pourquoi ne pas parler de la perméabilité de l’extrême ? De cette façon de tordre le coup aux préjugés pour laisser le Black s’imprégner du Hardcore et inversement.

Crust Black ? Oui, et finalement, le métissage a du bon dans le bricolage. Parce que ça aussi, ça rentre dans les règles du jeu. Faire la musique la plus agressive, la plus puissante, la plus irritante, bruyante, noire et concassante possible. Et sur le tapis, les originaires de Chicago de MORAL VOID ont mis une belle mise, et semblent avoir une bonne main. Un poing plutôt. Celui très serré qu’ils nous collent dans la gueule via leur premier longue durée, Deprive.

Un monstre de violence et de véhémence qui rappelle les plus grandes heures de la non alternance entre vitesse et brutalité, qu’ils marient avec une aisance sans pareille.

FULL OF HELL, TRAP THEM, NAILS, voilà des références qui en jettent. Si vous y ajoutez la crème du BM le plus sale, et celle du Hardcore ne l’étant pas moins (CONVERGE, BRUTAL TRUTH, MAYHEM, DARKTHRONE), vous obtenez cette énorme bombe qui vous pète à la tronche sans retardateur, décomposée en dix éléments, et qui prend une bonne demi-heure à exploser complètement. Alors certes, on connaît la fragmentation qui consiste à noircir la haine Core d’une virulence Black, mais admettons qu’elle est ici poussée à ses extrêmes les plus éloignés. En termes de fureur, d’oppression et de glaciation des sens, Deprive est une machinerie tellement bien huilée que son essence coule dans vos veines quelques secondes après injection…létale. Deux EP, d’égale qualité, un split, et puis le grand saut, dans le vide d’une moralité qui n’a d’autre juge que ses propres vices, qu’elle a assumés depuis fort longtemps. Une ode à l’ultraviolence si chère à Alex, qui de son siège et face à son verre de lait reste goguenard devant une telle démonstration de vilénie, que même Kubrick n’aurait pas pu anticiper. Un viol des sens et du libre arbitre, via l’une des musiques les plus absolues qui soient, et qui se sert de rythmiques purement Crust pour y apposer à la volée une bordée de riffs aussi Hardcore que Black, un peu comme des scies circulaires sur les avant-bras tranchant des chairs pales d’une lune déjà morte.

Quel tableau, mais quel effort aussi pour tenir la distance. Et on finit complètement à plat, le cœur, l’âme, les muscles, mais aussi la conscience, qui refuse de croire qu’un être humain est capable d’une telle somme de méchanceté musicale…pas si gratuite que ça.

Parce qu’en plus, ces trois là (Rus Holler, Matt Russell, Ryan Emmans) ont redoutablement bien agencé leur approche, en commençant par les titres les plus immédiats, et en progressant constamment vers une longueur traumatique qui nous enfonce un peu plus le clou dans l’oreille. Ainsi, le son de l’entame cathartique de « Harvest » est l’un des plus abominables qu’il m’ait été donné d’entendre, avec sa distorsion au-delà de toute raison qui fait rouiller sur place un des riffs les plus vilains de l’histoire du Blackened Core. Et comme l’expression est lâchée, autant l’employer pour juger sur pièce du monstrueux « Callous » qui laisse en effet les mains calleuses de trop se protéger le visage de la déflagration.

Dur, rapide, intense, et intelligent, une combinaison diabolique que le trio décline comme toute responsabilité. Car après tout, si vous êtes encore là, c’est que vous le voulez bien non ?

         

Alors profitez-en pour imaginer un CONVERGE dopé à l’amphétamine FULL OF HELL, et vous toucherez du doigt la quintessence de l’atrocité qui vous attend et qui est pourtant délectable, jusqu’à la dernière goutte. Car entre des horreurs bruitistes comme les quarante-six secondes de « Dust », propres à ridiculiser tous les groupes de D-beat suédois, et le long et souffreteux « Shadow », qui se doomise d’une basse lugubre et de guitares absurdes, le panel est large, et les moyens de vous faire souffrir nombreux. Entre rapidité excessive et lancinance, le groupe n’a pas choisi, et manie ses instruments comme des scalpels nous retirant le derme couche par couche, pour nous laisser les muscles à vif, sans anesthésie.

« Bereft » dénote d’ailleurs un esprit vraiment sadique, de ses dissonances et de ses itérations cycliques purement Black, alors que « Martyr » avoue enfin le but global, nous transformer en héros d’une cause qui est forcément la nôtre. Celle d’une quête d’absolu, visant à aller toujours plus loin, pour satisfaire notre addiction à une fièvre que rien ne saurait apaiser. Beaucoup penseront que ce carnage presque propre a des airs de déjà-vu, et n’auront pas tort. Pourtant il y a quelques chose dans le refus de lumière qui me pousse à croire que les MORAL VOID sont encore plus dénués de moralité que les cadors de la terreur que sont les références citées en amont, et qu’ils risquent fort de pousser le fight club de l’abomination musicale à revoir ses propres règles.

Sur Deprive, rien ne semble perfectible, ni mesuré. L’excès est présent à chaque instant, et nous oblige à faire face à notre propre violence, comme les spectateurs d’un snuff musical, aussi écœurés que vicieusement fascinés. Mais c’est surtout la validation d’une mutation du Hardcore qui se rapproche de plus en plus dangereusement du nihilisme BM, et en épouse les contours les plus définitifs. Mais prosaïquement, c’est surtout un album qui peut sans peine se hisser à la hauteur d’un Trumpeting Ecstasy ou d’un You Will Never be One of Us. Et c’est assez ironique d’ailleurs. Parce que maintenant, les MORAL VOID sont l’un des vôtres, grâce à Deprive. Et ça, dans votre démarche aveugle, vous ne l’aviez pas vu venir…et vos pauvres voisins non plus…


Titres de l'album:

  1. Harvest
  2. Callous
  3. Drudge
  4. Dust
  5. Prey
  6. Frail
  7. Bereft
  8. Deceit
  9. Shadow
  10. Martyr

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 03/09/2017 à 18:45
85 %    306

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Find Me

Angels In Blue

Royal Republic

Club Majesty

The Morganatics

Love Riot Squad Vs The F-world

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)


Je n'entends pas du tout le truc Crust dans ce disque... Par contre, c'est un sacré putain de bon disque, avec un nombre de riffs qui tuent complètement affolant ! Entre Death Mélo et Dark Metal suédois. On oscille pour ma part entre du Tribulation plus vénère, moins prog' et du Dissection pé(...)


"Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired."

1988 soit 30 ans passé.

Oui ils ont quand même sorti un très bon album depuis indiscutable depuis...Le Black Album ! Il y a 28 ans...

-
<(...)


Voir un groupe aussi lourdaud que le Metallica actuel reprendre Thin Lizzy c'est quand même la honte. Finalement Jojo c'était parfait pour eux.


Hate d'écouter la suite un groupe que je trouve vraiment excellent dans le style...bref un beau voyage auditif pour moi.


Oui pas mal en tout cas beaucoup plus audible que le dernier DEIPHAGO :)))


Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired.


Ils ont morflé les Mets, c'est l'age c'est normal mais tant que l'envie et là !

C'est surtout le père Hetfield, Lars est un peut plus boudiner qu'avant. Rob ça va par contre c'est celui qui a le moins bougé, il a la même dégaine qu'il y a 10 ans.


Buck Dancer + 1 putain !!!
A l'instar (dans une moindre mesure tout de même) d'un "Fear, emptiness, despair", deux albums totalement décriés à l'époque...
Allez savoir pourquoi putain ?!?!
Aaaahhhlala ! Les fameux critiques-pisse-vinaigre... … ...


Une belle chro qui m'a donné envie d'en écouter davantage


En parlant de Napalm, j'ai une période Diatribes en ce moment. Album que j'ai négligé à l'époque mais... quel putain de tuerie !!! Un de mes préférés.


Monstrueux ! C'est la saison des baffes en ce moment !


Mitch Harris est bloqué à cause de raisons familiales (et parentales, une histoire de maladie, il me semble). Aux USA.


Billet en poche. Ca va chier. Je les ai vus au moins 12 fois sur scène. Pas grave, j'en serai encore.


Mais il n'a rien écrit pour le prochain album. Juste enregistré ses parties de guitare.


Il est toujours là mais pas sur scène


Et sinon Mitch Harris, il revient quand dans le groupe ?