Deprive

Moral Void

11/08/2017

Translation Loss Records

Le but du jeu est avoué, et connu de tous. Faire la musique la plus agressive, la plus puissante, la plus irritante, bruyante, noire et concassante possible, et la compétition est ouverte, depuis de nombreuses années. Mais certains à ce petit jeu s’en tirent beaucoup mieux que d’autres, qui sombrent dans le grotesque du chaos et de la panoplie intégrale du sous-zéro (ou sous-héros) incapable de faire la différence entre pied de nez au solfège et fête de patronage à fond les ballons pour faire chier ses voisins. Parce qu’après tout, on peut très bien emmerder ses voisins tout en leur opposant une vraie musique. Un truc aussi dark que la nuit, et aussi noisy qu’un cri d’enfant perdu dans une cave vide. Un truc qui fout vraiment les jetons, et qui vous laisse avec une impression tétanisante la nuit, à passer des heures à regarder sous le matelas pour savoir s’il bouge vraiment, ou si l’on délire de transe.

Allez, faites le recensement des performances qui en valaient vraiment la peine ces derniers temps. TRAP THEM, FULL OF HELL, pas mal de Crust, de BM, de Noise, de Hardcore maladif, et puis le reste. Mais surtout ça à vrai dire, des brutes épaisses aux leitmotivs minces comme du papier à clopes. Et tant qu’on y est, pourquoi ne pas parler de la perméabilité de l’extrême ? De cette façon de tordre le coup aux préjugés pour laisser le Black s’imprégner du Hardcore et inversement.

Crust Black ? Oui, et finalement, le métissage a du bon dans le bricolage. Parce que ça aussi, ça rentre dans les règles du jeu. Faire la musique la plus agressive, la plus puissante, la plus irritante, bruyante, noire et concassante possible. Et sur le tapis, les originaires de Chicago de MORAL VOID ont mis une belle mise, et semblent avoir une bonne main. Un poing plutôt. Celui très serré qu’ils nous collent dans la gueule via leur premier longue durée, Deprive.

Un monstre de violence et de véhémence qui rappelle les plus grandes heures de la non alternance entre vitesse et brutalité, qu’ils marient avec une aisance sans pareille.

FULL OF HELL, TRAP THEM, NAILS, voilà des références qui en jettent. Si vous y ajoutez la crème du BM le plus sale, et celle du Hardcore ne l’étant pas moins (CONVERGE, BRUTAL TRUTH, MAYHEM, DARKTHRONE), vous obtenez cette énorme bombe qui vous pète à la tronche sans retardateur, décomposée en dix éléments, et qui prend une bonne demi-heure à exploser complètement. Alors certes, on connaît la fragmentation qui consiste à noircir la haine Core d’une virulence Black, mais admettons qu’elle est ici poussée à ses extrêmes les plus éloignés. En termes de fureur, d’oppression et de glaciation des sens, Deprive est une machinerie tellement bien huilée que son essence coule dans vos veines quelques secondes après injection…létale. Deux EP, d’égale qualité, un split, et puis le grand saut, dans le vide d’une moralité qui n’a d’autre juge que ses propres vices, qu’elle a assumés depuis fort longtemps. Une ode à l’ultraviolence si chère à Alex, qui de son siège et face à son verre de lait reste goguenard devant une telle démonstration de vilénie, que même Kubrick n’aurait pas pu anticiper. Un viol des sens et du libre arbitre, via l’une des musiques les plus absolues qui soient, et qui se sert de rythmiques purement Crust pour y apposer à la volée une bordée de riffs aussi Hardcore que Black, un peu comme des scies circulaires sur les avant-bras tranchant des chairs pales d’une lune déjà morte.

Quel tableau, mais quel effort aussi pour tenir la distance. Et on finit complètement à plat, le cœur, l’âme, les muscles, mais aussi la conscience, qui refuse de croire qu’un être humain est capable d’une telle somme de méchanceté musicale…pas si gratuite que ça.

Parce qu’en plus, ces trois là (Rus Holler, Matt Russell, Ryan Emmans) ont redoutablement bien agencé leur approche, en commençant par les titres les plus immédiats, et en progressant constamment vers une longueur traumatique qui nous enfonce un peu plus le clou dans l’oreille. Ainsi, le son de l’entame cathartique de « Harvest » est l’un des plus abominables qu’il m’ait été donné d’entendre, avec sa distorsion au-delà de toute raison qui fait rouiller sur place un des riffs les plus vilains de l’histoire du Blackened Core. Et comme l’expression est lâchée, autant l’employer pour juger sur pièce du monstrueux « Callous » qui laisse en effet les mains calleuses de trop se protéger le visage de la déflagration.

Dur, rapide, intense, et intelligent, une combinaison diabolique que le trio décline comme toute responsabilité. Car après tout, si vous êtes encore là, c’est que vous le voulez bien non ?

         

Alors profitez-en pour imaginer un CONVERGE dopé à l’amphétamine FULL OF HELL, et vous toucherez du doigt la quintessence de l’atrocité qui vous attend et qui est pourtant délectable, jusqu’à la dernière goutte. Car entre des horreurs bruitistes comme les quarante-six secondes de « Dust », propres à ridiculiser tous les groupes de D-beat suédois, et le long et souffreteux « Shadow », qui se doomise d’une basse lugubre et de guitares absurdes, le panel est large, et les moyens de vous faire souffrir nombreux. Entre rapidité excessive et lancinance, le groupe n’a pas choisi, et manie ses instruments comme des scalpels nous retirant le derme couche par couche, pour nous laisser les muscles à vif, sans anesthésie.

« Bereft » dénote d’ailleurs un esprit vraiment sadique, de ses dissonances et de ses itérations cycliques purement Black, alors que « Martyr » avoue enfin le but global, nous transformer en héros d’une cause qui est forcément la nôtre. Celle d’une quête d’absolu, visant à aller toujours plus loin, pour satisfaire notre addiction à une fièvre que rien ne saurait apaiser. Beaucoup penseront que ce carnage presque propre a des airs de déjà-vu, et n’auront pas tort. Pourtant il y a quelques chose dans le refus de lumière qui me pousse à croire que les MORAL VOID sont encore plus dénués de moralité que les cadors de la terreur que sont les références citées en amont, et qu’ils risquent fort de pousser le fight club de l’abomination musicale à revoir ses propres règles.

Sur Deprive, rien ne semble perfectible, ni mesuré. L’excès est présent à chaque instant, et nous oblige à faire face à notre propre violence, comme les spectateurs d’un snuff musical, aussi écœurés que vicieusement fascinés. Mais c’est surtout la validation d’une mutation du Hardcore qui se rapproche de plus en plus dangereusement du nihilisme BM, et en épouse les contours les plus définitifs. Mais prosaïquement, c’est surtout un album qui peut sans peine se hisser à la hauteur d’un Trumpeting Ecstasy ou d’un You Will Never be One of Us. Et c’est assez ironique d’ailleurs. Parce que maintenant, les MORAL VOID sont l’un des vôtres, grâce à Deprive. Et ça, dans votre démarche aveugle, vous ne l’aviez pas vu venir…et vos pauvres voisins non plus…


Titres de l'album:

  1. Harvest
  2. Callous
  3. Drudge
  4. Dust
  5. Prey
  6. Frail
  7. Bereft
  8. Deceit
  9. Shadow
  10. Martyr

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 03/09/2017 à 18:45
85 %    506

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

En plus le clip est sympa, et le morcif, avec es leads finaux amène une ambiance plus typée black, hâte de le commander, ce disque.

28/09/2020, 11:21

Gargan

 Le chant et le mixage de la batterie, whaa, faut pas écouter ça après ta journée de travail...

28/09/2020, 09:42

LeMoustre

Le dernier EP est super, voilà une sortie qu'elle devrait être bonne en deathmetal.

28/09/2020, 09:41

grinder92

Sur le clip de Belphegor, perso, je trouve que la langue serpent fait son petit effet... mais effectivement, un peu de sang et un crucifix... ils auraient pu se fouler.... et les roubignolles du bouc en gros plan à la fin, c'est rigolo 

27/09/2020, 21:50

David

Merci pour ces commentaires élogieux. Et si vous voulez en savoir plus sur les groupes d'il y a 30 ans, allez faire un tour sur ma chaine : Shud, Dagon, Misanthrope ou Nomed vous y attendent...

27/09/2020, 21:23

Moshimosher

Concernant le clip de Belphegor, je suis un peu déçu... Je trouve qu'il y a de belles images (non, non, je ne parle par d'Helmuth), bien puissantes, mais qu'elles sont mal exploitées... dommage...

27/09/2020, 20:28

Jus de cadavre

From Mars To Sirius... que de souvenirs ! Même si je ne suis pas un fan absolu de Gojira, à la sorti de cet album je me suis dit "ça y est la France tient enfin un groupe qui va exploser mondialement". Pour moi ils étaient au sommet artistique à(...)

27/09/2020, 16:56

Arioch91

L'influence de Toxik est celle qui me vient tout de suite en tête mais ça a l'air pas mal.A approfondir.

27/09/2020, 16:40

Satan

Quand j'entends le titre de Leaves' Eyes, je me demande comment certains peuvent encore écouter ce type de beauferies...

27/09/2020, 13:16

Wildben

Et en ce 27 septembre, comme tous les ans, une grosse pensée pour Cliff Burton... et un petit Orion dans les esgourdes.

27/09/2020, 12:38

Gargan

Y'avait une captation live sans public d'Enslaved il y a peu (incapable de retrouver le lien sur YT) avec une mise en scène assez sobre et atmo, ça valait vraiment le coup. Mais pour un groupe de death ou de thrash, je peux comprendre que ça coince.

27/09/2020, 11:50

LeMoustre

Comm précédent erroné. 

27/09/2020, 09:55

LeMoustre

Y'a un décalage entre la note et le contenu du texte

27/09/2020, 09:51

LeMoustre

Bien bon ça, même si ça sonne amateur vocalement. 

27/09/2020, 09:49

metalrunner

Du thrash du vrai sans fioritures sans chichi ca tabasse style warbringer en moins bien mais en live cela doit le faire.

27/09/2020, 07:50

Kerry King

Pas d'autre choix que d'attendre janvier pour enchainer les concerts a un rythme fou pour rattraper le retard.Attendre...Attendre.

26/09/2020, 19:13

Humungus

AH AH AH !!! !!! !!!coquerelle = Meilleur commentaire 2020 !!!

26/09/2020, 17:36

coquerelle

Ouais

26/09/2020, 09:19

metalrunner

J y perçois du vektor mais effectivement surtout du toxik de par le chant. Au moins ils ne cachent pas leurs influences. A écouter plus attentivement pour voir la digestion des dites influences.

26/09/2020, 08:50

NecroKosmos

Ah, oui, ce titre me plait carrément. Le chant est génial avec effectivement un côté REALM ou FORBIDDEN, voire HIRAX.

26/09/2020, 08:06