Le but du jeu est avoué, et connu de tous. Faire la musique la plus agressive, la plus puissante, la plus irritante, bruyante, noire et concassante possible, et la compétition est ouverte, depuis de nombreuses années. Mais certains à ce petit jeu s’en tirent beaucoup mieux que d’autres, qui sombrent dans le grotesque du chaos et de la panoplie intégrale du sous-zéro (ou sous-héros) incapable de faire la différence entre pied de nez au solfège et fête de patronage à fond les ballons pour faire chier ses voisins. Parce qu’après tout, on peut très bien emmerder ses voisins tout en leur opposant une vraie musique. Un truc aussi dark que la nuit, et aussi noisy qu’un cri d’enfant perdu dans une cave vide. Un truc qui fout vraiment les jetons, et qui vous laisse avec une impression tétanisante la nuit, à passer des heures à regarder sous le matelas pour savoir s’il bouge vraiment, ou si l’on délire de transe.

Allez, faites le recensement des performances qui en valaient vraiment la peine ces derniers temps. TRAP THEM, FULL OF HELL, pas mal de Crust, de BM, de Noise, de Hardcore maladif, et puis le reste. Mais surtout ça à vrai dire, des brutes épaisses aux leitmotivs minces comme du papier à clopes. Et tant qu’on y est, pourquoi ne pas parler de la perméabilité de l’extrême ? De cette façon de tordre le coup aux préjugés pour laisser le Black s’imprégner du Hardcore et inversement.

Crust Black ? Oui, et finalement, le métissage a du bon dans le bricolage. Parce que ça aussi, ça rentre dans les règles du jeu. Faire la musique la plus agressive, la plus puissante, la plus irritante, bruyante, noire et concassante possible. Et sur le tapis, les originaires de Chicago de MORAL VOID ont mis une belle mise, et semblent avoir une bonne main. Un poing plutôt. Celui très serré qu’ils nous collent dans la gueule via leur premier longue durée, Deprive.

Un monstre de violence et de véhémence qui rappelle les plus grandes heures de la non alternance entre vitesse et brutalité, qu’ils marient avec une aisance sans pareille.

FULL OF HELL, TRAP THEM, NAILS, voilà des références qui en jettent. Si vous y ajoutez la crème du BM le plus sale, et celle du Hardcore ne l’étant pas moins (CONVERGE, BRUTAL TRUTH, MAYHEM, DARKTHRONE), vous obtenez cette énorme bombe qui vous pète à la tronche sans retardateur, décomposée en dix éléments, et qui prend une bonne demi-heure à exploser complètement. Alors certes, on connaît la fragmentation qui consiste à noircir la haine Core d’une virulence Black, mais admettons qu’elle est ici poussée à ses extrêmes les plus éloignés. En termes de fureur, d’oppression et de glaciation des sens, Deprive est une machinerie tellement bien huilée que son essence coule dans vos veines quelques secondes après injection…létale. Deux EP, d’égale qualité, un split, et puis le grand saut, dans le vide d’une moralité qui n’a d’autre juge que ses propres vices, qu’elle a assumés depuis fort longtemps. Une ode à l’ultraviolence si chère à Alex, qui de son siège et face à son verre de lait reste goguenard devant une telle démonstration de vilénie, que même Kubrick n’aurait pas pu anticiper. Un viol des sens et du libre arbitre, via l’une des musiques les plus absolues qui soient, et qui se sert de rythmiques purement Crust pour y apposer à la volée une bordée de riffs aussi Hardcore que Black, un peu comme des scies circulaires sur les avant-bras tranchant des chairs pales d’une lune déjà morte.

Quel tableau, mais quel effort aussi pour tenir la distance. Et on finit complètement à plat, le cœur, l’âme, les muscles, mais aussi la conscience, qui refuse de croire qu’un être humain est capable d’une telle somme de méchanceté musicale…pas si gratuite que ça.

Parce qu’en plus, ces trois là (Rus Holler, Matt Russell, Ryan Emmans) ont redoutablement bien agencé leur approche, en commençant par les titres les plus immédiats, et en progressant constamment vers une longueur traumatique qui nous enfonce un peu plus le clou dans l’oreille. Ainsi, le son de l’entame cathartique de « Harvest » est l’un des plus abominables qu’il m’ait été donné d’entendre, avec sa distorsion au-delà de toute raison qui fait rouiller sur place un des riffs les plus vilains de l’histoire du Blackened Core. Et comme l’expression est lâchée, autant l’employer pour juger sur pièce du monstrueux « Callous » qui laisse en effet les mains calleuses de trop se protéger le visage de la déflagration.

Dur, rapide, intense, et intelligent, une combinaison diabolique que le trio décline comme toute responsabilité. Car après tout, si vous êtes encore là, c’est que vous le voulez bien non ?

         

Alors profitez-en pour imaginer un CONVERGE dopé à l’amphétamine FULL OF HELL, et vous toucherez du doigt la quintessence de l’atrocité qui vous attend et qui est pourtant délectable, jusqu’à la dernière goutte. Car entre des horreurs bruitistes comme les quarante-six secondes de « Dust », propres à ridiculiser tous les groupes de D-beat suédois, et le long et souffreteux « Shadow », qui se doomise d’une basse lugubre et de guitares absurdes, le panel est large, et les moyens de vous faire souffrir nombreux. Entre rapidité excessive et lancinance, le groupe n’a pas choisi, et manie ses instruments comme des scalpels nous retirant le derme couche par couche, pour nous laisser les muscles à vif, sans anesthésie.

« Bereft » dénote d’ailleurs un esprit vraiment sadique, de ses dissonances et de ses itérations cycliques purement Black, alors que « Martyr » avoue enfin le but global, nous transformer en héros d’une cause qui est forcément la nôtre. Celle d’une quête d’absolu, visant à aller toujours plus loin, pour satisfaire notre addiction à une fièvre que rien ne saurait apaiser. Beaucoup penseront que ce carnage presque propre a des airs de déjà-vu, et n’auront pas tort. Pourtant il y a quelques chose dans le refus de lumière qui me pousse à croire que les MORAL VOID sont encore plus dénués de moralité que les cadors de la terreur que sont les références citées en amont, et qu’ils risquent fort de pousser le fight club de l’abomination musicale à revoir ses propres règles.

Sur Deprive, rien ne semble perfectible, ni mesuré. L’excès est présent à chaque instant, et nous oblige à faire face à notre propre violence, comme les spectateurs d’un snuff musical, aussi écœurés que vicieusement fascinés. Mais c’est surtout la validation d’une mutation du Hardcore qui se rapproche de plus en plus dangereusement du nihilisme BM, et en épouse les contours les plus définitifs. Mais prosaïquement, c’est surtout un album qui peut sans peine se hisser à la hauteur d’un Trumpeting Ecstasy ou d’un You Will Never be One of Us. Et c’est assez ironique d’ailleurs. Parce que maintenant, les MORAL VOID sont l’un des vôtres, grâce à Deprive. Et ça, dans votre démarche aveugle, vous ne l’aviez pas vu venir…et vos pauvres voisins non plus…


Titres de l'album:

  1. Harvest
  2. Callous
  3. Drudge
  4. Dust
  5. Prey
  6. Frail
  7. Bereft
  8. Deceit
  9. Shadow
  10. Martyr

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 03/09/2017 à 18:45
85 %    414

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Neptrecus + Manzer + Nokturn Gorgon

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !


Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)


@Blind :
Ah ah ah !!! !!! !!!
Ton intervention (très gentille au demeurant...) m'a laissé perplexe quelques secondes avant de me rendre compte que tu avais mal compris mon propos : N'ayant pas vu de descriptif de ladite box et ne m'étant donc fié qu'aux photos de NUCLEAR BLAST, je ne(...)


@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.


Rooohhhlala !!!
Je viens de voir qu'il y avait actuellement chez NUCLEAR BLAST une preorder pour une box collector de ce futur album avec double vinyles + double CDs + drapeau + slipmat + patchs (autocollants ?)…
Pas bon pour mes finances tout ça bordel !


Dommage que ce soit loin de chez moi...


Miam miam !!!


Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.