L’adage populaire dit que la fortune sourit aux audacieux. C’est certes assez vrai, mais je dirais en adaptant cette maxime à la langue de Shakespeare que la chance sourit aussi aux opiniâtres, aux persévérants, à ceux qui ne cessent d’y croire. Et la chronique du jour le prouve, puisque l’histoire de ce groupe hors-norme défie toutes les lois temporelles et les probabilités…FORTUNE fut à la base crée par les frères Richard et Mick du même nom, venant d’une famille de musiciens professionnels. Ne résistant pas bien longtemps à la tentation, les deux frangins finirent inévitablement par emprunter le même chemin, et fondèrent dans les glorieuses seventies un gang portant leur propre nom, avant de sortir un album lui aussi éponyme en 1978, sur la major Warner Bros. Mais loin d’être la mouture définitive du projet, ce premier jet n’en était qu’un et le line-up connut quelques ajustements et enrichissements, avant que FORTUNE ne grave à nouveau en 1985 un « second premier LP », toujours éponyme, et cette fois-ci distribué par MCA Records, via Camel. Las, la boite fit faillite avant qu’une promotion digne de ce nom ne permette aux frères de s’en faire définitivement un, et l’histoire s’arrêta-là à jamais, du moins selon l’opinion publique…Mais c’était sans compter sur la passion et les efforts de patience développés par les frères, qui finalement en 2006 ont remonté un trio pour relancer leur carrière, avant de formaliser leur retour plus officiellement en 2016 et une participation Rockingham Music Festival, qui se renouvela l’année suivante. L’accueil leur ayant été réservé fut tellement dithyrambique, qu’un simple coucou temporaire n’était plus envisageable, et c’est donc à partir de cette date que FORTUNE connut une seconde jeunesse, et que les musiciens se remirent au boulot de composition.

Et on pouvait compter sur la présence d’esprit du label transalpin Frontiers Records pour les y encourager. C’est ainsi que le mois d’avril 2019 célébra la naissance du second (ou troisième, selon les options) LP du groupe, très logiquement baptisé II pour faire écho à l’œuvre de 1985…Précisons les choses d’emblée. Si le nom de FORTUNE ne vous est pas familier, sachez qu’en tant que titre d’album (celui de 1985 encore, pas de confusion), il a été célébré par tous les esthètes AOR du monde entier, qui se sont souvent accordé à dire qu’il ne représentait rien de moins que la quintessence absolue du genre. Et connaissant l’œuvre en question, je ne saurais complément contredire ces fanatiques, les chansons du groupe ayant à cette époque la patine brillante parfaite pour illustrer une sorte d’exercice de style absolu. Mais le calendrier n’est plus ouvert sur les eighties, nous sommes aujourd’hui en 2019, et le public est en droit d’avoir d’autres exigences que les simples clichés d’un Hard Rock mélodique tel qu’on le jouait il y a trente ans, même si la vague nostalgique nous rappelle à tout moment qu’avant, c’était parfois mieux que maintenant. Alors, finalement, le FORTUNE d’aujourd’hui, vaut-il celui d’hier et surtout, peut-il se montrer compétitif face aux jeunes loups suédois qui aimeraient bien devenir calife à la place du calife ? La réponse est un oui massif, et le résultat est d’autant plus troublant que les frères n’ont pas changé d’un iota leur optique, signant là une suite qui se montre à la hauteur de l’original…     

Aujourd’hui quintette (Mick Fortune - batterie, Richard Fortune - guitare, Larry Greene - chant, Ricky Rat - basse et Mark Nilan - claviers), le gang à de sérieuses allures de référence légendaire revenue à la vie, sans pourtant forcer le destin ni adopter des postures à la mode. Impossible pour ces musiciens de faire autre chose que ce qu’ils ont toujours fait brillamment et ce II, malgré l’âge, malgré les années, les kilomètres et les regrets sonne aussi frais que le premier effort d’un ensemble d’une vingtaine d’années de moyenne d’âge. Loin de verser dans la complaisance et de faire appel au pilotage automatique, le tandem Richard/Mick a taillé dans la soie de quoi essuyer le canon des flingues, et nous livre une copie immaculée, parfaitement équilibrée entre pulsions romantiques et instincts hargneux, pour un véritable festival de Hard-Rock mélodique tout sauf niaiseux. L’écueil de l’autosatisfaction a donc été évité avec brio, et les dix nouvelles compositions tiennent admirablement bien la distance, bénéficiant évidemment d’une production que Frontiers a voulu impeccable, et a obtenu. Et si j’admets que les néophytes du genre ne comprendront pas très bien ce que cet album a d’exceptionnel, les plus aguerris y reconnaîtront la patte des maîtres, de ceux capables de se situer pile à la frontière (évidemment…) du Rock et de la Pop, sans sonner Pomp ni Mock. Plus proches de la vague suédoise actuelle que des mous du bulbe américains de la décennie d’or et d’argent, FORTUNE lâche la vapeur dès « Don’t Say You Love Me », qui dans les années 80 aurait fait un carton absolu, et montre que le poids du destin ne l’a pas accablé, et que la faim est toujours aussi grande. On aime ce riff redondant qui ne se laisse pas marcher sur les cordes par le clavier, ce chant passionné mais qui ne dégouline pas de vibrato tragique, et cette rythmique dont chaque coup porte et qui se refuse à jouer les simples supports.

Et pour être bien certains de ne pas être pris pour des pleureuses d’un passé perdu à jamais, les FORTUNE confirment d’un trépidant « Shelter Of The Night » que le grand Jami JAMISON aurait fait sien avec beaucoup d’amour. En choisissant le sur-mesure et en conchiant le prêt-à-porter, le quintet se montre à la hauteur de sa propre légende, et parvient avec plus de trois décades dans le rétro à se montrer aussi convaincant que lors de sa prime jeunesse. Et les hits s’enchaînent, glissant parfois sur la pente du romantisme sans s’engluer dans la mièvrerie made in Hollywood (« A Little Drop Of Poison », écoutez-moi cette puissance de distorsion avant de sortir les mouchoirs), mais gardant toujours le cap sur un Rock up-tempo nerveux, à dominante de claviers, mais toujours du bon pied (« What A Fool I’ve Been », du ASIA survitaminé aux premiers SURVIVOR et FOREIGNER). Inutile évidemment de passer en revue tout le nouveau répertoire, puisque la surprise partielle doit subsister, mais sachez que la qualité des premiers morceaux ne se dément pas sur les derniers, et que l’agressivité est toujours de mise, sous des atours veloutés (« The Night », la perfection n’existe pas ? Je ne parierai pas…). Agrémenté d’un morceau live dans son édition Japan deluxe, II est le retour en force d’un groupe qui va fatalement décrocher la timbale qu’il mérite. Un genre de best-of AOR/Melodic Rock sous couvert d’inédits, et une FORTUNE qui va tomber comme le jackpot d’un bandit manchot de Las Vegas un peu trop émotif.

 

Titres de l'album :

                         1.Don’t Say You Love Me

                         2.Shelter Of The Night

                         3.Freedom Road

                         4.A Little Drop Of Poison (For Amy W.)

                         5.What A Fool I’ve Been

                         6.Overload

                         7.Heart Of Stone

                         8.The Night

                         9.New Orleans

                        10.All The Right Moves

Facebook officiel


par mortne2001 le 28/06/2019 à 17:42
88 %    133

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Wayward Sons

The Truth Ain't What It Used To Be

Marduk

La Grande Danse Macabre

Various Artists

Brutal Africa - The Heavy Metal Cowboys of Botswana

The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Gutalax + Spasm + Guineapig

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

+ Inconcessus Lux Lucis + Nocturnal Graves

28/10 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

R.I.P.


Il résume très bien la situation actuelle...


T'inquiètes, t'es pas tout seul. Cet album vaut le déplacement.


Effectivement, dur de pas penser à Chritus à l'écoute de l'album pour le moment. Même avec la plus grande volonté. Et plutôt d'accord aussi avec Humingus, sans lui et ce malgré la qualité de la musique, on passe d'un groupe stoner au dessus du lot à un groupe "comme les autres". Bien dommag(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)