The Root Of Demise

Aziza

30/05/2019

Autoproduction

J’aurais pu me la commencer ludique, citant Balavoine et lâchant un pathétique « L’Aziza, je te veux si tu veux de moi ». Mais non, c’eut été indigne de la puissance dont fait preuve ce groupe qui finalement, mérite mieux que des poncifs. Mais je l’ai fait, cédant à la facilité d’une citation nationale, pour essayer de moduler le choc frontal subit à l’écoute de ce second longue-durée d’une autre troupe américaine en débarquement. Sauf que mes oreilles et les vôtres se substitueront aux plages de Normandie, et encaisseront avec plus ou moins de flegme et de résistance les assauts sonores de ce trio qui décidément ne nous veut pas que du bien. AZIZA, Minneapolis, Minnesota, une carrière entamée en 2013, pour un parcours en ascension. Comme tous les autres ou presque, ces musiciens ont commencé par une démo bizarre (Thunderpunk? Jesus en 2014), avant de se faire les mains sales sur quelques EP’s (High Hopes are at an All Time Low en 2016 et Council of Straitjackets l’année suivante), puis de rester tapis dans l’ombre pour préparer leur grand soir, s’illuminant en 2019 d’une lumière blafarde, aux irisés tamisés et à la portée plus ou moins limitée. Encore une fois, il est difficile de cerner la démarche de ce trio/quatuor sur les photos, qui visiblement a perdu un compagnon en route (Taylor Hamel - batterie, depuis 2018, PJ Randol - basse/chant et Bearach Coughlin - guitare), mais qui continue son petit bout de chemin en prônant des valeurs de crossover qui ne sont toutefois pas les plus simples à expliquer. Les sites parlent d’un mélange de Sludge et de Hardcore, les faits confirment partiellement, mais il y a quelque chose de pourri au royaume de Minneapolis, et de temps à autres, des formes larvées de Blackened Sludge ou de Post Hardcore à tendance Crust s’invitent aux agapes de la brutalité.

Dès lors, difficile d’affilier les instrumentistes à un mouvement quelconque, puisqu’ils n’en font qu’à leur tête, adoptant la posture du poirier pour regarder le monde à l’envers tout en foutant le bordel du regard. On sent évidemment de méchantes accointances avec la lourdeur du Sludge, version sud des Etats-Unis, avec ces riffs boueux et cette voix rauque et incantatoire, mais aussi des tendances à la bestialité d’un Death pas vraiment assumé, mais présent dans les gènes. Tout ceci est parfois très palpable, dans la veine d’un comeback commun des ACID BATH et FETISH 69 (« Procession »), avec dissonances et petits jeux de vibrato combinés pour agacer, mais souvent, se place en marge des modes et des coutumes, suggérant une traduction très personnelle des écrits de la scène Modern Core allemande. Beaucoup de rudesse donc, ce qui est tangible dès « Aegis », qui entame les hostilités sans ménagement, via des rythmiques heurtées et des riffs biscornus. Avec un batteur qui s’amuse bien à empiler les figures et imbriquer les changements de tempo, un guitariste qui refuse la franchise de riffs immédiats, des lignes de chant vomies et des basculements vers un Grind roublard, l’ensemble à des airs de formule biscornue pour réduire au silence tous les chantres d’une normalité musicale fatigante. Mais comment expliquer à un néophyte de quoi ce The Root Of Demise est fait puisque justement, ce premier album garde ses secrets les plus inavouables cachés dans les coffres imprévisibles de l’individualité ? En affirmant peu ou prou que le Sludge et le Death sont très similaire pour les AZIZA, et qu’ils aiment mélanger les deux approches en nous narguant d’une attitude Hardcore presque Punk dans les faits, mais méchamment intelligente dans le fond.

Le fond, justement, on le touche souvent, celui du désespoir, même si quelques thèmes et gimmicks nous extirpent de la boue nauséeuse des bas-fonds de l’extrême. Relevant la gageure de proposer des titres courts proposant un maximum de pistes, les trois américains amalgament, fondent, mélangent avec flair les sous-genres, pour élaborer le leur, tenant à la fois d’un Metal poisseux et compact, d’un Death des origines opacifié à outrance, et d’un Hardcore des égouts de New-York ou Boston, le tout résumé en une poignée d’élans vicieux (« Dead WagEr »). Enchaînant une rivière de perles de jais sur le collier de la brièveté musicale (« Frightened of the New Normal », « Deleted » et « Pyre », moins de cinq minutes à eux trois), The Root Of Demise ne cherche jamais la longueur mais bien l’effet choc, la percussion, mais aussi la prise de revers, chaque plan suivant le précédent sans pour autant paraître complètement logique. La production, évidemment sèche et glauque, accentue cet effet de claustrophobie qui nous étouffe, mais entre des blasts lâchés comme à la parade, des licks dissonants et discordants soulignant des éructations vocales d’un chanteur sous-mixé qui gerbe sa haine plus qu’il ne hurle, une alternance entre numéros de funambule sur les toms et des poussées de gravité, ce premier LP est de ceux qui restent difficile à cataloguer, et impossible à domestiquer.

On navigue souvent en terrain Death, analogique et viscéral, on plonge régulièrement dans le marigot du Sludge le plus repoussant, et lorsque la machine atteint sa vitesse de croisière, on s’immerge dans les courants d’un extrême qui refuse les panneaux directionnels trop clairs. « Eluded Axiom » n’est par exemple ni l’un ni l’autre, mais bien les deux, « Wilted Religion » est à peu près aussi rassurant qu’un inédit de NEUROSIS repris à son compte par les MORBID ANGEL, alors que le final « In Our Disfigurement » abandonne toute envie de musicalité pour mélanger le feedback et les stridences et nous offrir un crescendo samplé d’horreur et de terreur. La créativité de l’ensemble est indéniable, tout comme cette envie de se singulariser est palpable, et en définitive, malgré sa boussole cassée et sa carte perdue, The Root Of Demise s’impose comme le point de rencontre improbable entre le Death le plus vicieux, le Sludge le plus crasseux et le Post le moins heureux. Une façon comme une autre d’affirmer ses positions, et surtout, une toute petite demi-heure de tension qui ne se relâche jamais. AZIZA, beaucoup de monde ne voudra pas de toi, et tu n’as rien de la fille/enfant du prophète roi. Mais ça, je pense que tu t’en fous.      

         

Titres de l’album :

                          1.Aegis

                          2.Dead WagEr

                          3.Frightened of the New Normal

                          4.Deleted

                          5.Pyre

                          6.Eluded Axiom

                          7.Wilted Religion

                          8.Odious

                          9.Procession

                         10.In Our Disfigurement

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 20/08/2019 à 16:52
78 %    464

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35

Humungus

Tracasses RBD !Moi vivant, ils ne tomberont pas dans l'oubli !Pour tout ce que tu viens d'évoquer...PS : Seul bémol à SUPURATION et SUP : La quasi totalité de leurs pochettes !

23/10/2021, 21:39

RBD

Merci car je connaissais très mal les débuts de Supuration (à part que S. Buriez leur avait donné un coup de main). C'est l'un des premiers groupes de Death que j'ai vu, c'était l'un des plus originaux avec son univers particulier. S&apo(...)

23/10/2021, 20:50

Medrawt

En concert avec Konvent le 19 avril à Paris. Ca va être un bon moyen de découvrir le groupe. j'aime plutôt bien les 3 titres proposés en écoute.

23/10/2021, 18:36

Baltringue

@seb : des sous

23/10/2021, 14:20

Bones

Pour moi, dès que Johan Liiva s'est barré, c'était déjà une affaire terminée ce groupe.

23/10/2021, 14:08

Kairos

original le clip quant même... le groupe qui joue seul dans un hangar, du jamais vu!

23/10/2021, 11:55

Seb

putain mais qu'est ce que Jeff Loomis fait dans ce groupe ...

22/10/2021, 19:25

Invité

Un titre bien trouvé, ça fait longtemps que ce groupe est décevant...

22/10/2021, 17:52