J’aurais pu me la commencer ludique, citant Balavoine et lâchant un pathétique « L’Aziza, je te veux si tu veux de moi ». Mais non, c’eut été indigne de la puissance dont fait preuve ce groupe qui finalement, mérite mieux que des poncifs. Mais je l’ai fait, cédant à la facilité d’une citation nationale, pour essayer de moduler le choc frontal subit à l’écoute de ce second longue-durée d’une autre troupe américaine en débarquement. Sauf que mes oreilles et les vôtres se substitueront aux plages de Normandie, et encaisseront avec plus ou moins de flegme et de résistance les assauts sonores de ce trio qui décidément ne nous veut pas que du bien. AZIZA, Minneapolis, Minnesota, une carrière entamée en 2013, pour un parcours en ascension. Comme tous les autres ou presque, ces musiciens ont commencé par une démo bizarre (Thunderpunk? Jesus en 2014), avant de se faire les mains sales sur quelques EP’s (High Hopes are at an All Time Low en 2016 et Council of Straitjackets l’année suivante), puis de rester tapis dans l’ombre pour préparer leur grand soir, s’illuminant en 2019 d’une lumière blafarde, aux irisés tamisés et à la portée plus ou moins limitée. Encore une fois, il est difficile de cerner la démarche de ce trio/quatuor sur les photos, qui visiblement a perdu un compagnon en route (Taylor Hamel - batterie, depuis 2018, PJ Randol - basse/chant et Bearach Coughlin - guitare), mais qui continue son petit bout de chemin en prônant des valeurs de crossover qui ne sont toutefois pas les plus simples à expliquer. Les sites parlent d’un mélange de Sludge et de Hardcore, les faits confirment partiellement, mais il y a quelque chose de pourri au royaume de Minneapolis, et de temps à autres, des formes larvées de Blackened Sludge ou de Post Hardcore à tendance Crust s’invitent aux agapes de la brutalité.

Dès lors, difficile d’affilier les instrumentistes à un mouvement quelconque, puisqu’ils n’en font qu’à leur tête, adoptant la posture du poirier pour regarder le monde à l’envers tout en foutant le bordel du regard. On sent évidemment de méchantes accointances avec la lourdeur du Sludge, version sud des Etats-Unis, avec ces riffs boueux et cette voix rauque et incantatoire, mais aussi des tendances à la bestialité d’un Death pas vraiment assumé, mais présent dans les gènes. Tout ceci est parfois très palpable, dans la veine d’un comeback commun des ACID BATH et FETISH 69 (« Procession »), avec dissonances et petits jeux de vibrato combinés pour agacer, mais souvent, se place en marge des modes et des coutumes, suggérant une traduction très personnelle des écrits de la scène Modern Core allemande. Beaucoup de rudesse donc, ce qui est tangible dès « Aegis », qui entame les hostilités sans ménagement, via des rythmiques heurtées et des riffs biscornus. Avec un batteur qui s’amuse bien à empiler les figures et imbriquer les changements de tempo, un guitariste qui refuse la franchise de riffs immédiats, des lignes de chant vomies et des basculements vers un Grind roublard, l’ensemble à des airs de formule biscornue pour réduire au silence tous les chantres d’une normalité musicale fatigante. Mais comment expliquer à un néophyte de quoi ce The Root Of Demise est fait puisque justement, ce premier album garde ses secrets les plus inavouables cachés dans les coffres imprévisibles de l’individualité ? En affirmant peu ou prou que le Sludge et le Death sont très similaire pour les AZIZA, et qu’ils aiment mélanger les deux approches en nous narguant d’une attitude Hardcore presque Punk dans les faits, mais méchamment intelligente dans le fond.

Le fond, justement, on le touche souvent, celui du désespoir, même si quelques thèmes et gimmicks nous extirpent de la boue nauséeuse des bas-fonds de l’extrême. Relevant la gageure de proposer des titres courts proposant un maximum de pistes, les trois américains amalgament, fondent, mélangent avec flair les sous-genres, pour élaborer le leur, tenant à la fois d’un Metal poisseux et compact, d’un Death des origines opacifié à outrance, et d’un Hardcore des égouts de New-York ou Boston, le tout résumé en une poignée d’élans vicieux (« Dead WagEr »). Enchaînant une rivière de perles de jais sur le collier de la brièveté musicale (« Frightened of the New Normal », « Deleted » et « Pyre », moins de cinq minutes à eux trois), The Root Of Demise ne cherche jamais la longueur mais bien l’effet choc, la percussion, mais aussi la prise de revers, chaque plan suivant le précédent sans pour autant paraître complètement logique. La production, évidemment sèche et glauque, accentue cet effet de claustrophobie qui nous étouffe, mais entre des blasts lâchés comme à la parade, des licks dissonants et discordants soulignant des éructations vocales d’un chanteur sous-mixé qui gerbe sa haine plus qu’il ne hurle, une alternance entre numéros de funambule sur les toms et des poussées de gravité, ce premier LP est de ceux qui restent difficile à cataloguer, et impossible à domestiquer.

On navigue souvent en terrain Death, analogique et viscéral, on plonge régulièrement dans le marigot du Sludge le plus repoussant, et lorsque la machine atteint sa vitesse de croisière, on s’immerge dans les courants d’un extrême qui refuse les panneaux directionnels trop clairs. « Eluded Axiom » n’est par exemple ni l’un ni l’autre, mais bien les deux, « Wilted Religion » est à peu près aussi rassurant qu’un inédit de NEUROSIS repris à son compte par les MORBID ANGEL, alors que le final « In Our Disfigurement » abandonne toute envie de musicalité pour mélanger le feedback et les stridences et nous offrir un crescendo samplé d’horreur et de terreur. La créativité de l’ensemble est indéniable, tout comme cette envie de se singulariser est palpable, et en définitive, malgré sa boussole cassée et sa carte perdue, The Root Of Demise s’impose comme le point de rencontre improbable entre le Death le plus vicieux, le Sludge le plus crasseux et le Post le moins heureux. Une façon comme une autre d’affirmer ses positions, et surtout, une toute petite demi-heure de tension qui ne se relâche jamais. AZIZA, beaucoup de monde ne voudra pas de toi, et tu n’as rien de la fille/enfant du prophète roi. Mais ça, je pense que tu t’en fous.      

         

Titres de l’album :

                          1.Aegis

                          2.Dead WagEr

                          3.Frightened of the New Normal

                          4.Deleted

                          5.Pyre

                          6.Eluded Axiom

                          7.Wilted Religion

                          8.Odious

                          9.Procession

                         10.In Our Disfigurement

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 20/08/2019 à 16:52
78 %    159

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

3rd From The Sun

3rd From The Sun

Agnostic Front

Get Loud!

Spoil Engine

Renaissance Noire

Lightning Born

Lightning Born

Sapiens

Sapiens Project

Nitrate

Open Wide

(echo)

Below The Cover Of Clouds

Exylle

Exylle

Goodbye June

Community Inn

Avatarium

The Fire I Long For

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

On dirait du Pestilence la pochette.


Cet artwork très "old-school death metal" !


La musique me replonge directement dans les années 90' cassage de nuques et headbanging, mais j'ai plus de mal avec le chant.


L'intro de "Hell Awaits" sur Decade... M. A marqué à vie !


Gros respect pour Slayer même si j'ai seulement 2 mauvais souvenirs de concert (sur plus d'une quinzaine) Pour moi aussi decade reste le meilleur live , ne serait ce que pour l'intro de hell awaits qui plante le décor pour tout le reste de l'album.


Ah bon, pas le dimanche ?!


Qu'il revienne en 2021 pour les 40 ans et des dates en France et on en parle plus.


@Jus de cadavre ;

oui pour Decade of Aggression auquel je juxtapose Dance of the Dead, bootleg enregistré au Zénith le 22/11/1991.

Ca tombe bien, j'y étais :p


Ach !
Vous n'êtes peut-être pas assez trve pour brûler leur stock, mais dénoncez nous ce groupe si dégueulasse...
On veut un nom et le pourquoi du comment bordel !

(#Closer #Public #Voici)


@king : nan, le meilleur live de l'histoire c'est Decade Of Aggression !!! ;)
Concernant la violence de ce groupe, je me suis toujours demandé d’où venais leur colère et même cette haine palpable. Surtout à leur débuts : King est un premier de la classe à l'école, aucun dans le grou(...)


Je me retape le Still Reigning en ce moment.

LE MEILLEUR LIVE DE L'HISTOIRE.


+ 1000.

Le plus grand groupe de Metal de l'histoire tout simplement...


@JDC : j'aurai pas dit mieux ! J'ai eu la chance de les voir pour la tournée Divine Intervention en 94 au Zénith de Paris (Machine Head en 1ère partie). Effectivement, le concert le plus brutal que j'ai jamais fait. Les morceaux sur scène et sur album sont d'une intensité rare. Est-ce du aux ry(...)


J'aurais vraiment aimé les voir une dernière fois. Mais on connaît l'histoire, Hellfest tout ça ....

Jusqu'à maintenant je pensais aussi qu'un jour ils seraient de retour, mais maintenant je suis moins convaincu.

Dommage que Lombardo n'ai pas participé à la fête, m(...)


@Humungus :
Araya, ça m'étonnerait tout de même.

Veut profiter de sa retraite durement gagnée :p

Pis sans déconner, tune ou pas tune, le genre de zique pratiquée par Slayer + la vie en tournée + loin de chez soi au bout d'un moment, ça doit vraiment peser lour(...)


Arf, un pincement au cœur, pour un Label que nous avons crée il y a fort longtemps, et que d'autres ont repris par la suite. Merci à vous de votre dévouement et votre professionnalisme. Un estie de bon Label en Tabarnak, je ne pourrais en dire moins ... Bonne route.


Je plussoie tout les coms ici. Un groupe à part, d'une intensité rare sur scène comme sur album. Le Metal extrême ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui sans Slayer. Reign In Blood sera à jamais un des albums les plus extrême, violent et intense jamais sorti. Slayer aura marqué au fer rouge n(...)


@ Arioch91 :
La tune mon brave… La tune...


Un groupe énorme qui a marqué mon adolescence.

Contrairement à Humungus, je ne pense pas que Slayer reviendra. Araya a voulu lâcher l'affaire à plusieurs reprises. Si ça se faisait, ça risquerait bien d'être sans lui.

Et il a bien raison. Faut savoir s'arrêter à t(...)


Pareil. Un groupe sans qui le metal au sens large ne serait pas le même aujourd'hui. Un héritage considérable et un palanquée d'albums et de shows d'une intensité rare. Un moment de vie qui s'en va, pour de nombreux fans pour sûr.