L’émotion. Juste l’émotion. Qu’elle soit cathartique, exubérante, mais surtout, qu’elle soit authentique, qu’elle transpire d’une œuvre comme la peinture coule des doigts et le sang de l’âme. Sentir, ressentir, souffrir, être bousculé, sorti de sa zone de sécurité, qu’on hurle, qu’on trépigne, qu’on en vienne à haïr ce que l’on ressent, mais qu’on puisse se sentir enfin vivant et maître de son destin, malgré les coups de la vie, malgré cette douleur sourde qui vous coupe les jambes mais pas l’espoir. La musique est un art, et n’est donc pas logique, car s’il le devient, il perd son essence. Il faut continuer à chérir l’imprévu, le discordant, l’inhabituel, l’illogique, car ce sont les seules échappatoires à la normalité abusive d’une routine qui nous enterre progressivement. Et Kristin Hayter sait tout ça, elle qui transforme ses traumas en expériences sonores, comme beaucoup d’interprètes avant elle. Le néophyte n’ayant jamais entendu - ou plutôt « éprouvé » - son approche la rapprochera immanquablement d’autres interprètes féminines à fleur de peau, transformant la douleur en musique. Il y verra du CHELSEA WOLFE, du PHARMAKON, du Anna VON HAUSSWOLFF, et il n’aura pas tort d’un certain côté, puisque toutes ces comédiennes de l’âme partagent une même approche. Concevoir l’art différemment, et le personnifier pour lui faire épouser les contours d’une existence pas toujours simple, et rarement bénéfique d’un point de vue personnel. Avec des instrumentations le réclamant au classique, des arrangements bruitistes et l’utilisation d’orgues, de cuivres, de piano, et le refus des structures évolutives traditionnelles, ces artistes ont fait avancer la cause créative plus vite que n’importe quelle référence éprouvée. Et LINGUA IGNOTA (langue secrète créée au XIIe siècle par Hildegarde de Bingen), en deux albums, s’est construit un univers unique, à base de mélodies épurées, de cris déchirants, de thérapie primale dévastatrice, et pourtant libératrice. Après l’introductif et marquant All Bitches Die, Kristin Hayter s’en revient avec des textes qui fouettent les sens et qui trouent les chairs auditives, des mots qui cognent et qui lacèrent, mais des mots vrais. La vérité. Toujours la vérité.

Difficile pourtant d’offrir un successeur à la hauteur de ce premier effort. On y sentait les prémices d’une œuvre globale pleine de sens, certes difficile d’approche, et multiple, mais surtout l’émergence d’une nouvelle diva infernale aux épreuves passées plus dures que votre peine actuelle. Ses morceaux, libres et inspirés tout autant de l’opéra maudit que du Free Rock à tendance Noise avaient profondément choqué, parfois dérouté, et une frange passionnée du public s’était retrouvée dans son travail assez facile à identifier en termes de références. Et en étant un peu ferme et formel, il n’est pas difficile pour moi d’affirmer à l’emporte-pièce que Kristin Hayter n’est rien de moins que la fille adoptive idéale de Kate Bush et Diamanda Galas, empruntant à la première sa théâtralité, et à la seconde son sens de l’impudeur graphique et vocale. On y retrouve ces arabesques vocales qui semblent figées sur un libretto maudit, ces notes de piano éparses qui touchent en plein cœur de leur épure, et surtout cette violence omniprésente qui vous tord la colonne vertébrale de son vécu horrible, de ces coups portés qui marquent le cœur et les souvenirs. Extraordinaire vocaliste, Kristin est aussi une très intelligente compositrice qui a vite compris que l’expérimentation n’est jamais aussi efficace que lorsque qu’elle est noyée dans l’harmonie et la beauté la plus trouble (« Fragrant Is My Many Flower’d Crown »). Mais pourtant, c’est avec le sombre et évanescent, presque chamanique « Faithful Servant Friend Of Christ » qu’elle nous accueille, portant les stigmates des frappes répétées, et des mots qui font encore plus souffrir que les actes. On sent des influences celtiques, un froid glacial qui passe sous la porte, et surtout, la chair à vif qui ne cicatrisera jamais vraiment. Difficile comme entame, mais honnête, et surtout, fidèle à une démarche qui ne se dément pas depuis le premier album. Et cette phrase, lourde de sens qu’elle hurle comme un mantra cathartique, « How do I break you before you break me? » rappelle que chaque jour, une femme tombe sous le sadisme d’un époux/concubin qui ne peut comprendre et parler un autre langage que la brutalité. Eprouvant, mais indispensable.

Légèrement moins sombre et cauchemardesque que son aîné Galas, Kristin Hayter n’en est pas moins aussi extrême, comme le démontre le long, sinueux et ténébreux « Do You Doubt Me Traitor » et ses presque dix minutes d’incantation en poupée vaudou, ou les aiguilles s’enfoncent sous la peau du coupable. On sent le parrainage indirect d’œuvres sombres comme Saint of The Pit, et surtout, une authenticité qui fait défaut à d’autres performeuses comme CHELSEA WOLFE, encore un peu trop marquées par l’apparence et le visuel plus que par le vécu. Une rythmique qui pulse comme les battements d’un cœur trop fatigué, un piano sépulcral, quelques arrangements venteux, qui ne sont là que pour servir d’écrin à une voix qui incarne, qui se souvient, qui vomit sa bile et qui écume sa rage de lèvres usées par les appels de désespoir. Entre Post Noise, classique, Drone, Ambient, cette musique hors du temps mais ancrée en lui nous réserve des fulgurances éprouvantes, soudainement brisées par un apaisement qui loin de rassurer, inquiète comme le calme avant la vraie tempête (« If The Poison Won’t Take You My Dogs Will »). Se livrant complètement tout en gardant sa pudeur intacte, se montrant nue mais fardée d’émotions, Kristin détourne les codes, cite des classiques, et emprunte à Frank O’Hara cette phrase qui en dit long, « All I want is boundless love ». Mais ce besoin d’amour, plaqué sur des notes sentencieuses est vite modulé d’une réalité beaucoup plus triste et résignée, lorsque l’interprète avoue « ne connaître que la violence », qu’elle met en musique avec une douceur inhabituelle, mais tellement sincère (« I Am The Beast « )…Dans un affrontement permanent entre clins d’œil classiques et déchirements presque Post Hardcore (« Day Of Tears And Mourning »), Caligula utilise cette image du dictateur fou et sanguinaire pour dénoncer les dérives de la phallocratie, et mélange Galas, Margaret Chardiet, ISIS, NEUROSIS, les SWANS et MYRKUR pour assombrir une réalité mélodique et lui faire adopter les contours traumatiques d’une vie de souffrance.

On pourrait évidemment citer aussi Nicole DOLLANGANGER, et pas seulement à cause de la contribution de Dylan Walker de FULL OF HELL (et d’autres guests comme Sam McKinlay (THE RITA), Lee Buford (THE BODY) Ted Byrnes (CACKLE CAR, WOOD & METAL), Mike Berdan (UNIFORM), et Noraa Kaplan (VISIBILITIES)), mais mieux vaut se focaliser sur LINGUA IGNOTA, qui en combinant tous ces univers nous entraine dans le sien, d’une beauté qui subjugue (« Sorrow! Sorrow! Sorrow! », Kate BUSH en voyage astral en Orient), mais d’une violence qui perturbe. Une ode à la guérison qui accepte les blessures, un trip aux confins de la douleur intime, et surtout, un album qui choque, et qui révèle à nu la composante la plus importante de l’art. L’émotion.        

 

   

Titres de l’album :

                      1. Faithful Servant Friend Of Christ

                      2. Do You Doubt Me Traitor

                      3. Butcher Of The World

                      4. May Failure Be Your Noose

                      5. Fragrant Is My Many Flower’d Crown

                      6. If The Poison Won’t Take You My Dogs Will

                      7. Day Of Tears And Mourning

                      8. Sorrow! Sorrow! Sorrow!

                      9. Spite Alone Holds Me Aloft

                     10. Fucking Deathdealer

                     11. I Am The Beast

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 12/08/2019 à 17:43
90 %    160

Commentaires (3) | Ajouter un commentaire


RBD
membre enregistré
13/08/2019 à 23:26:44
Découvert en live en avril dernier et signalé dès lors par Metalnews. Comment ne pas penser effectivement à Diamanda Galas ? Cette catharsis vocale m'avait captivé le temps d'un set, plus que la tête d'affiche même, avec sa sensibilité à fleur de nerfs qui se préoccupe du spirituel. La sobriété des effets et de la présentation scénique n'empêche pas que ce soit assez arty, très expressif, ce qui pourrait dissuader rapidement le fan austère de Metal bourrin. Cela laisse plus de place aux autres.

Jus de cadavre
membre enregistré
14/08/2019 à 14:42:17
Ouch... je n'ai écouté qu'un seul morceau et pourtant je suis sur les rotules. C'est d'une intensité rare. Cathartique. Quand elle hurle, on a juste envie de hurler avec elle, encore plus fort pour... je ne sais pas vraiment en fait ! Tout bonnement impressionnant. Et éprouvant !
Merci mec pour la chro et la découverte...

Buck Dancer
@79.87.138.218
14/08/2019 à 15:34:42
Oui le morceau en écoute est... éprouvant ! Bien plus violent que certains groupes de métal. Je suis pas sur que ce soit pour moi par contre...
PS: Elle donne une interview dans le dernier New noise.

Ajouter un commentaire


Vak

Loud Wind

Ascend The Hollow

Echoes Of Existence

Aziza

The Root Of Demise

Twilight Force

Dawn Of The Dragonstar

Perpetual Among Us

Thy Will Be Done

Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Skeletal Remains + Black March

RBD / 21/08/2019
Beatdown Death

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

+ All In The Small + Dopethrone

25/08 : Le Dropkick, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

Très bon report. Précis et honnête.
Et bien dommage qu'un groupe du niveau de Skeletal Remains soit si peu communicatif... c'est surtout con pour eux d'ailleurs.


@maxime : je ne comprends pas ???


Cool ! Je suis un héros ! :-)


Très chouette tour-report ! Merci ! Et du coup j'en profite pour découvrir ABYSSIC dont la musique est vraiment cool.


Merci ! Merci de rappeler qu'il suffit juste de savoir lire pour être un héros... ;-)


Celui qui arrive à lire et surtout comprendre ce pavé est un héro...


Je ralais d’être absent pour cette date mais tu m’as remonté le moral. J’ai personnellement du mal avec la non communication (voir le mépris pour certains) des groupes envers leurs fans.. surtout dans des musiques dites de niches..
Sauf erreur de ma part, leur excellent batteur est p(...)


Belle découverte!


Chronique sacrément bien torchée. Chapeau !


"Carnal knowledge prophecy!" à 15h...ok je sors :-)


Cet album m'attire, je trouve le truc ambitieux mais 'tain, pas évident de bien rentrer dans le délire !


On a pas dû écouter le même album!


Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever