Anthropocene

Cry Of Dawn

19/05/2023

Frontiers Records

Le CV de Göran Edman donne le tournis. Jetez un œil à son entrée Wikipedia pour juger par vous-même. Le chanteur a collaboré avec les plus grands musiciens depuis les années 80, et son carnet de santé comprend des vaccins prodigués par Yngwie Malmsteen, John Norum, Jayce Landberg, et des piqûres de rappel aux dispensaires MADISON, GLORY, BRAZEN ABOTT, STREET TALK, KARMAKANIC, ou SIGNUM REGIS. Mais tout ceci n’est qu’un petit résumé de la vie de cet artiste, session-man très recherché, qui a illuminé de sa voix certains des meilleurs albums de Rock mélodique.

Depuis quelques années, Göran s’est lancé dans un autre projet, tournant autour de son talent vocal et des aptitudes de compositeurs divers. CRY OF DAWN a déjà présenté son plan sur un premier album éponyme très remarqué, mais après six ans d’attente, les fans commençaient à se dire que ce premier jet n’en était qu’un et n’appelait pas de suite. Ils seront donc ravis de retrouver leur chanteur préféré dans le même costume en 2023, mais cette fois-ci habillé par l’un des maîtres en la matière, Tommy Denander.

Ce dernier, connu comme le loup blanc, s’est non seulement chargé de la composition, mais aussi de l’instrumentation. Guitare, basse, batterie, claviers, programmation, excusez du peu, pour un résultat destiné à mettre en valeur une fois encore le timbre très pur de Göran, totalement à l’aise dans un costard brillant, aux matières nobles.

Sans cravate, sans jabot, mais avec classe, Edman s’est donné à fond pour défendre ce répertoire AOR de classe A, véritable Mercedes des studios, au moteur vrombissant et aux sièges cuir confortables. Un road-trip sans avoir à bouger de votre fauteuil, et qui s’évade de Suède pour bruler le bitume de Californie, celle des eighties, et ce son West-Coast qu’ont défendu en leur temps TOTO et JOURNEY. Le résultat se situe d’ailleurs entre les deux, avec un petit plus d’énergie à la PALACE, soit la quintessence de la douceur musicale aux tonalités harmoniques policées.

Toutefois, restez vigilants amateurs de productions Frontiers, car cet album est un véritable album d’AOR, dans la plus pure tradition de IV de TOTO, de LOVERBOY ou d’un Eddie MONEY des années 80. Ce qui implique donc une guitare et un clavier à parts égales, des harmonies vocales comme s’il pleuvait des larmes, et une rythmique stable, mais souple. Inutile donc d’espérer des riffs en fusion et des coups de caisse claire en béton, les abonnés en sont absents. Douceur, volupté donc, pour des clins d’œil et des références très appuyées (« Swan Song Of Our Love », qui n’aurait pas dépareillé au catalogue TOTO, aux pages Bobby Kimball).

Mais tout Tommy Denander est là si vous cherchez bien. Ce talent unique pour pondre des tubes comme la concurrence accouche péniblement de fillers, la préciosité d’un son américain pur jus, et cette capacité incroyable de caméléon pour offrir à ses interprètes un écrin parfaitement adapté à leur diamant. Il est donc normal que ce cher Göran se sente comme chez lui après ces sept années de silence, puisque Anthropocene est un follow-up magistral à ce premier album éponyme qui nous avait tant séduit.  

La précision et les détails sont tout simplement troublants. S’il faut évidemment pour les plus enhardis passer le cap des multiples ballades qui se succèdent, les esthètes se raviront de cette délicatesse de forme et de fond. Parfaite bande-son d’un summer movie de 1986/87, Anthropocene est aussi agréable qu’une légère brise en plein mois d’aout, ou comme le baiser timide d’un premier amour (« Edge Of A Broken Heart », plus Joseph Williams que VIXEN). Evocateur du meilleur CHICAGO des années Peter Cetera ou du REO SPEEDWAGON le moins englué, CRY OF DAWN est une aube qui se révèle dans toute la splendeur d’un soleil aveuglant, une lumière qui donne envie de faire son sac et de démarrer l’engin pour partir sur les autoroutes de la joie.

Lorsque le tempo se dégourdit les jambes, l’euphorie est immédiate (« Sign Of The Times »), et en version mid, l’interprétation est au biseau pour nous ramener aux périodes les plus chaudes. Avec en arrière-plan le podium du Billboard qui prépare sa moquette la plus douce, et des hordes de fans en t-shirts fluo qui affluent en bus ou en vélo, Anthropocene est plus qu’un simple album de plus, il est un voyage dans le temps qui ne se contente pas de capitaliser sur la nostalgie pour exister. Non, le décor est recréé à l’original certes, mais les conditions sont modernes et l’exploitation n’est pas opportuniste. Après tout, Göran traine ses basques dans le milieu depuis suffisamment longtemps pour ne plus avoir à justifier ses choix, lui qui aime le Rock mélodique par-dessus tout.

Alors, la qualité ne flanche pas, et le déroulé défile sans aucun accroc. Professionnel jusqu’au bout des ongles, ce second chapitre partagé par deux poids lourds de la scène suédoise est une ode à la liberté, qui donne des ailes lorsque son beat commence à s’enflammer (« A Million Years Of Freedom », du SURVIVOR survitaminé pour superhéros sans surchauffe). Et à titre d’information, ne vous laissez pas abuser par le médiocre « Devils Highway », qui ouvre mollement le bal. Ce titre est sans conteste possible la seule faute de goût d’un album presque parfait, qui se sent comme un poisson dans l’eau entre mid tempo chaloupé (« End Of The World »), et stupre suave et musqué (« Long Time Coming Home »)

C’est beau, c’est entraînant, ça donne chaud. Entre la caresse du sable sur la peau et la douceur de celle d’une belle éperdue, Anthropocene est une étude anthropologique de la Californie des années 80, et le rapport entre ses fans de Rock et sa musique diffusée sur les ondes. Une étude complète, qui nous replonge dans le contexte, et qui assume ses conclusions : on n’a jamais fait mieux depuis en termes de mélodies, d’harmonies et d’envie.

 


Titres de l'album :

01. Devils Highway

02. Memory Lane

03. Before You Grow Old

04. Swan Song Of Our Love

05. Edge Of A Broken Heart

06. Sign Of The Times

07. Last Of The Innocent

08. A Million Years Of Freedom

09. End Of The World

10. Long Time Coming Home

 11. High And Low


Facebook officiel



par mortne2001 le 05/05/2023 à 17:20
85 %    411

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report

Midnight + Cyclone + High Command // Paris

Mold_Putrefaction 24/04/2024

Live Report

DIONYSIAQUE + JADE @La Chaouée

Simony 23/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Dobey swamp

Il y a décalage notoire entre ce report et la perception de ce pseudo journaliste qui a oublié d être objectif je pense et l avis du public. Ça arrive trop souvent malheureusement.

30/05/2024, 19:02

gory salope

@gory : on veut lire ton report alors, petite catin

30/05/2024, 14:16

GORY

Ce report, c'est du grand n'importe quoi rédigé par une personne qui n'y connaît rien (j'y étais). 

30/05/2024, 11:48

Jus de cadavre

Terrible. Le Thrash / Death au top. On dirait du Legion of the Damned en (bien) mieux avec un coté Slayer de vicelard. 

29/05/2024, 22:14

Jus de cadavre

Setlist de malade tout simplement. Tom est une brute absolue derrière les futs c'est taré. J'avais même pas entendu causer de cet album live ! Merci pour la chro et le rattrapage ;)

29/05/2024, 22:07

Saul D

"pense"

29/05/2024, 17:28

Saul D

Je le sais, je les avais interviewés il y a un moment, mais je ne pensent pas qu'ils aient des tendinites du bras, eux :-)

29/05/2024, 17:28

Gargan

Les birds, en mode vieux con, je les évite depuis leur retrait du dernier hellfest (en même temps, pas mon style donc je le vis bien :D). Raisons très vagues et tellement dans l'air du temps : z'en font pas assez pour les femmes (y'a pourtant rien de pire et d&a(...)

29/05/2024, 15:46

Steelvore666

Miam-miam !

29/05/2024, 07:54

Matürin/ Mobütu

Ici le chanteur du gang Mobütu.Il est vrai que j’ai cette fâcheuse habitude de trop parler entre les morceaux et je te le concède et te remercie pour le consei(...)

28/05/2024, 17:21

Jus de cadavre

Saul D : et bien pas tant que ça en fait ! Al-Namrood (qui veut dire "non-croyant" en arabe) est clairement anti-islam ! Au point que les membres restent anonymes car ils risquent (très) gros dans leur pays qui a le coup de sabre facile...

28/05/2024, 15:04

Saul D

Mettre en lien Al Namrood et Nokturnal Mortum, c'est cocasse :-)

28/05/2024, 12:44

PTT

Je trouve que DPD a raison. Et paradoxalement, je compose de la zique plutôt moyenne, on sort des albums qui sont certainement dispensables, 90% de nos "fans" sont nos potes. Mais je continue. Parce que j'aime ça, parce que sinon il ne me restera plus que d(...)

27/05/2024, 23:38

Johnny grossebite

Allez, après les boomers hivy mitol, voici venir les goudous en colère. De mieux en mieux

27/05/2024, 22:12

DPD

@LeaJ'exprime mon avis tout le monde me tombe dessus je défend mon point de vue et voilà tout. Il y a toujours quelqu'un pour remettre une pièce dans la machine, pour moi j'ai effectivement tout dit du coup je m'amuse un peu que voulez-vous.

27/05/2024, 16:40

DPD

Je vois pas l'homophobie, je réalise les souhaits d'un homosexuel, j'essaye d'aider, tu veux quoi, j'y vais direct au Talmud ?

27/05/2024, 15:49

Lea

DPD je ne comprends pas du tout pourquoi tu t'acharnes comme ça, on a bien compris tes messages. Tu te fais plaisir à cracher sur tout et n'importe quoi, je vois pas trop le délire, tu t'emmerdes ?

27/05/2024, 12:50

Cämille

Vous pouvez pas virer cette merde homophobe ? Histoire de remonter le niveau. Merci

27/05/2024, 12:19

Gargan

Merci pour ce live report étoffé, va vraiment falloir que je me bouge les miches pour le prochain !

26/05/2024, 21:48

Gargan

Y’a pas de batteur ? J’aurais du mal à comprendre un changement de style..

26/05/2024, 20:55