Tout ça va finir par devenir très compliqué. Fut un temps, très reculé j’en conviens, où les groupes se contentaient d’un style pour s’exprimer. Il était dès lors assez simple d’en parler, en se basant sur les analyses déjà poussées et proposées, et aussi aisé de les disséquer pour savoir s’ils avaient quelque chose de neuf, ou du moins de qualitatif à proposer dans le créneau, sauf que ces mêmes créneaux n’existent plus depuis longtemps. Plus sous la même forme claire, aux limites bien définies en tout cas. Tenez, en 2017, est-il encore possible de trouver des combos qui se calent bien au chaud au creux d’un Black rudimentaire ? Ou d’un Hardcore lapidaire ? La question semble anecdotique, mais reste d’importance. Parce qu’à force de fouler du pied les limites conjointes ou pas, on finit par se perdre et ne plus très bien savoir de quoi on parle. On parle de quoi d’ailleurs ? De Crust Black ? De Sludgecore ? De Darkcore ? Tout ça devient encore plus ridicule qu’un catalogue de VPC des nineties, et finalement, mieux vaut faire fi des étiquettes pour apprécier la musique pour ce qu’elle est.

Et dans le cas des DARKCHARGE, elle est très vilaine, très méchante, et très sombre. Lettrage de patronyme purement BM, pochette à la The Return de BATHORY, ambiance poisseuse comme les doigts d’un pervers après tripotage en règle de sa victime, on nage en plein cauchemar extrême, mais finalement, il est assez facile d’en identifier les contours puisque le groupe nous file un sacré coup de main, sans le faire exprès, enfin je crois. Mais si, regardez bien, écoutez, et réfléchissez. Un peu d’aide, vous avez du mal ce matin ?

Crust, cris de belette Black coincée dans un piège de soir de sabbat, riffs nihilistes mais galopant, et puis ce nom, qui en évoque deux autres, bien concrets. DARK/CHARGE, le tout graphisé inintelligible histoire de montrer son allégeance. Et puis surtout, du D-beat joué comme à la parade du Metal noir, sans complexe, mais avec beaucoup d’animosité, justifiée. Alors, le mélange commence à vous titiller les neurones ? Sinon, jetez un coup d’œil aux influences de ces américains de Floride, et la réponse vous sautera aux yeux et aux oreilles. DARKTHRONE plus DISCHARGE, égal DARKCHARGE. Facile non ? Et pourtant, rien n’est plus vrai, sauf que le quintette (Chant – Nastros, Guitares - Nick No, Hooey Davis, Khris, Basse - Nick No, Hooey Davis et  

Batterie - Nick No) tire peut-être plus d’un côté que de l’autre. Lequel ? Celui vers lequel il va sombrer, et nous entrainer avec lui dans sa chute. Mais ce côté rudimentaire non dénué d’une certaine ambition a de quoi plaire, surtout que le son de la chose, ce Resurrection qui visiblement leur colle à la peau, tire méchamment vers la démo enregistrée un soir de pleine lune pour voir si les loups vont hurler. DARKCHARGE, c’est un peu le pire des deux mondes. Un Crust/D-beat vraiment abrasif, et un BM aussi lapidaire qu’une séance de spiritisme orchestrée par Fenriz et Nocturno Culto, pour un crossover qui fait peur, mais se montre aussi efficace, donc encore plus effrayant dans les faits, puisqu’il n’y a rien de plus vain qu’un bruit modelé à la hâte, histoire de se montrer encore plus extrême que les copains. Extrêmes, les américains le sont, sans conteste, mais ils tiennent à garder prise avec une musicalité qui n’est pas flagrante au prime abord. Alors, ils adoptent les rythmiques échevelées du Crust, et les saupoudrent d’une bonne dose de poivre BM des origines, qui tire même vers sa propre version canadienne, très froide et rigide. Pourtant ça groove, comme le démontre le très malin «When There's Nothing Left to Burn », qui pourrait être un méchant et très humour noir clin d’œil adressé au BURZUM pyromane des nineties. Pas très politiquement correct tout ça, mais on n’a pas forcément envie non plus de faire partie d’une société bienpensante et castratrice.

Alors, ces fameuses influences ? Citées sur leur page Facebook, et remarquables. Et moi, un groupe qui a le culot de juxtaposer dans la même énumération des références aussi cruciales que HELLHAMMER, ANTI CIMEX, DOOM, BATHORY, CELTIC FROST, NAPALM RAID, TOTALITÄR, MAYHEM, PISSCHRIST, ANTISECT, NAUSEA, VENOM, CONFLICT, TRAGEDY ou DISFEAR suscite mon intérêt et ma curiosité, direct. Et un groupe qui en plus, est capable de transposer l’esprit des premières démos de HELLHAMMER dans un contexte purement Deathcrush de MAYHEM (« Disciples Of Destruction »), est forcément constitué de musiciens à la culture globale remarquable, et aux capacités d’adaptations notables. Ce qui est le cas, même si tout ça ne va pas plaire à grand monde de son caractère un peu décalé, et de son approche un peu amateur. Mais si vous aimez les albums épidermiques, enregistrés comme des maquettes et sonnant comme tel, alors l’épiphanie de violence vous guette. D’ailleurs, vous n’aurez pas longtemps à attendre pour le réaliser, puisque le plus que BM que le plus BM des groupes de BM « Ensom Ulv » vous attrape d’entrée sans vous laisser le temps de vous préparer ou vous défendre, comme une attaque conjointe de DARKTHRONE et de DOOM, piège savamment orchestré pour prouver que les intentions ne sont pas si bonnes que ça. Certes, il reste des défauts à gommer, un certain systématisme notamment qui fait que certaines idées sont réemployées d’un titre à l’autre, mais entre ces soli lapidaires et purement suédois, cette rythmique qui cavale de bon aloi, et ce chant absolument répugnant qui vomit son dégoût de la normalité, la valse file la gerbe, et rassure quant au leitmotiv d’une troupe qui n’a cure d’une quelconque politesse musicale.

Alors en gros, tout ça prend des allures de joli orgie sonore, ce que confirme avec force bruitages immondes et lignes vocales ne l’étant pas moins le final « What Lies Beyond », qui pourrait symboliser à merveille la paillardise des premiers VENOM transposée dans un contexte de Crust un peu hystérique, joué par les DAKTHRONE et URSUT en commun. Mais comme je le disais, Resurrection, c’est vilain, pas beau, moche, et pourtant salement jouissif. Et transgressif. Alors, comment ne pas craquer ?

Impossible. Un peu comme un film d’horreur de série B, assez mal foutu, aux effets cheap mais au bon mauvais goût soutenu.


Titres de l'album:

  1. Ensom Ulv
  2. Nail The Coffin Shut
  3. Until The Blood Runs Dry
  4. When Ther's Nothing Left To Burn
  5. Disciples Of Destruction
  6. Lust
  7. Devour The Eclipse
  8. What Lies Beyond

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 30/12/2017 à 14:12
76 %    338

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Marduk

La Grande Danse Macabre

Various Artists

Brutal Africa - The Heavy Metal Cowboys of Botswana

The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Gutalax + Spasm + Guineapig

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

+ Inconcessus Lux Lucis + Nocturnal Graves

28/10 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

R.I.P.


Il résume très bien la situation actuelle...


T'inquiètes, t'es pas tout seul. Cet album vaut le déplacement.


Effectivement, dur de pas penser à Chritus à l'écoute de l'album pour le moment. Même avec la plus grande volonté. Et plutôt d'accord aussi avec Humingus, sans lui et ce malgré la qualité de la musique, on passe d'un groupe stoner au dessus du lot à un groupe "comme les autres". Bien dommag(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)