Resurrection

Darkcharge

16/11/2017

Autoproduction

Tout ça va finir par devenir très compliqué. Fut un temps, très reculé j’en conviens, où les groupes se contentaient d’un style pour s’exprimer. Il était dès lors assez simple d’en parler, en se basant sur les analyses déjà poussées et proposées, et aussi aisé de les disséquer pour savoir s’ils avaient quelque chose de neuf, ou du moins de qualitatif à proposer dans le créneau, sauf que ces mêmes créneaux n’existent plus depuis longtemps. Plus sous la même forme claire, aux limites bien définies en tout cas. Tenez, en 2017, est-il encore possible de trouver des combos qui se calent bien au chaud au creux d’un Black rudimentaire ? Ou d’un Hardcore lapidaire ? La question semble anecdotique, mais reste d’importance. Parce qu’à force de fouler du pied les limites conjointes ou pas, on finit par se perdre et ne plus très bien savoir de quoi on parle. On parle de quoi d’ailleurs ? De Crust Black ? De Sludgecore ? De Darkcore ? Tout ça devient encore plus ridicule qu’un catalogue de VPC des nineties, et finalement, mieux vaut faire fi des étiquettes pour apprécier la musique pour ce qu’elle est.

Et dans le cas des DARKCHARGE, elle est très vilaine, très méchante, et très sombre. Lettrage de patronyme purement BM, pochette à la The Return de BATHORY, ambiance poisseuse comme les doigts d’un pervers après tripotage en règle de sa victime, on nage en plein cauchemar extrême, mais finalement, il est assez facile d’en identifier les contours puisque le groupe nous file un sacré coup de main, sans le faire exprès, enfin je crois. Mais si, regardez bien, écoutez, et réfléchissez. Un peu d’aide, vous avez du mal ce matin ?

Crust, cris de belette Black coincée dans un piège de soir de sabbat, riffs nihilistes mais galopant, et puis ce nom, qui en évoque deux autres, bien concrets. DARK/CHARGE, le tout graphisé inintelligible histoire de montrer son allégeance. Et puis surtout, du D-beat joué comme à la parade du Metal noir, sans complexe, mais avec beaucoup d’animosité, justifiée. Alors, le mélange commence à vous titiller les neurones ? Sinon, jetez un coup d’œil aux influences de ces américains de Floride, et la réponse vous sautera aux yeux et aux oreilles. DARKTHRONE plus DISCHARGE, égal DARKCHARGE. Facile non ? Et pourtant, rien n’est plus vrai, sauf que le quintette (Chant – Nastros, Guitares - Nick No, Hooey Davis, Khris, Basse - Nick No, Hooey Davis et  

Batterie - Nick No) tire peut-être plus d’un côté que de l’autre. Lequel ? Celui vers lequel il va sombrer, et nous entrainer avec lui dans sa chute. Mais ce côté rudimentaire non dénué d’une certaine ambition a de quoi plaire, surtout que le son de la chose, ce Resurrection qui visiblement leur colle à la peau, tire méchamment vers la démo enregistrée un soir de pleine lune pour voir si les loups vont hurler. DARKCHARGE, c’est un peu le pire des deux mondes. Un Crust/D-beat vraiment abrasif, et un BM aussi lapidaire qu’une séance de spiritisme orchestrée par Fenriz et Nocturno Culto, pour un crossover qui fait peur, mais se montre aussi efficace, donc encore plus effrayant dans les faits, puisqu’il n’y a rien de plus vain qu’un bruit modelé à la hâte, histoire de se montrer encore plus extrême que les copains. Extrêmes, les américains le sont, sans conteste, mais ils tiennent à garder prise avec une musicalité qui n’est pas flagrante au prime abord. Alors, ils adoptent les rythmiques échevelées du Crust, et les saupoudrent d’une bonne dose de poivre BM des origines, qui tire même vers sa propre version canadienne, très froide et rigide. Pourtant ça groove, comme le démontre le très malin «When There's Nothing Left to Burn », qui pourrait être un méchant et très humour noir clin d’œil adressé au BURZUM pyromane des nineties. Pas très politiquement correct tout ça, mais on n’a pas forcément envie non plus de faire partie d’une société bienpensante et castratrice.

Alors, ces fameuses influences ? Citées sur leur page Facebook, et remarquables. Et moi, un groupe qui a le culot de juxtaposer dans la même énumération des références aussi cruciales que HELLHAMMER, ANTI CIMEX, DOOM, BATHORY, CELTIC FROST, NAPALM RAID, TOTALITÄR, MAYHEM, PISSCHRIST, ANTISECT, NAUSEA, VENOM, CONFLICT, TRAGEDY ou DISFEAR suscite mon intérêt et ma curiosité, direct. Et un groupe qui en plus, est capable de transposer l’esprit des premières démos de HELLHAMMER dans un contexte purement Deathcrush de MAYHEM (« Disciples Of Destruction »), est forcément constitué de musiciens à la culture globale remarquable, et aux capacités d’adaptations notables. Ce qui est le cas, même si tout ça ne va pas plaire à grand monde de son caractère un peu décalé, et de son approche un peu amateur. Mais si vous aimez les albums épidermiques, enregistrés comme des maquettes et sonnant comme tel, alors l’épiphanie de violence vous guette. D’ailleurs, vous n’aurez pas longtemps à attendre pour le réaliser, puisque le plus que BM que le plus BM des groupes de BM « Ensom Ulv » vous attrape d’entrée sans vous laisser le temps de vous préparer ou vous défendre, comme une attaque conjointe de DARKTHRONE et de DOOM, piège savamment orchestré pour prouver que les intentions ne sont pas si bonnes que ça. Certes, il reste des défauts à gommer, un certain systématisme notamment qui fait que certaines idées sont réemployées d’un titre à l’autre, mais entre ces soli lapidaires et purement suédois, cette rythmique qui cavale de bon aloi, et ce chant absolument répugnant qui vomit son dégoût de la normalité, la valse file la gerbe, et rassure quant au leitmotiv d’une troupe qui n’a cure d’une quelconque politesse musicale.

Alors en gros, tout ça prend des allures de joli orgie sonore, ce que confirme avec force bruitages immondes et lignes vocales ne l’étant pas moins le final « What Lies Beyond », qui pourrait symboliser à merveille la paillardise des premiers VENOM transposée dans un contexte de Crust un peu hystérique, joué par les DAKTHRONE et URSUT en commun. Mais comme je le disais, Resurrection, c’est vilain, pas beau, moche, et pourtant salement jouissif. Et transgressif. Alors, comment ne pas craquer ?

Impossible. Un peu comme un film d’horreur de série B, assez mal foutu, aux effets cheap mais au bon mauvais goût soutenu.


Titres de l'album:

  1. Ensom Ulv
  2. Nail The Coffin Shut
  3. Until The Blood Runs Dry
  4. When Ther's Nothing Left To Burn
  5. Disciples Of Destruction
  6. Lust
  7. Devour The Eclipse
  8. What Lies Beyond

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 30/12/2017 à 14:12
76 %    448

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Sodomizing The Archedangel

JérémBVL 22/05/2020

Dawn of Dreams

mortne2001 20/05/2020

Concerts à 7 jours
Blue Oyster Cult 02/06 : Le Trianon, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
asqer

La partie metal est plutot mauvaise. Du power sympho pompeux matiné de pseudo folk...

28/05/2020, 23:44

asqer

super originale la pochette

28/05/2020, 23:40

NecroKosmos

Belle chronique avec laquelle je suis tout à fait en adéquation. Hélas, cette excellente formation est passée inaperçue à l'époque. Mais, non seulement ce groupe n'est pas apparu au bon moment et il faut avouer qu'il lui manquait tout de même un p'tit quelque chose en plus pour vraiment se d(...)

28/05/2020, 21:18

Jus de cadavre

Ouah ! La branlée ! Un énorme merci pour la découverte, je ne connaissais même pas de nom cette tuerie intégrale... C'est maintenant corrigé.
Le Metal Extreme au sens noble. Putain que c'est bon !

28/05/2020, 15:58

Simony

Au risque de créer la polémique car je sais que le début de carrière des gars est intouchable dans le milieu Métal, c'est le seul album du groupe que je peux écouter entièrement sans grincements de dents... Kings Of Metal est trop calibré US pour moi et je ne parle même pas du Louder Than H(...)

28/05/2020, 15:53

Moshimosher

Album de qualité, pour sûr ! :)

28/05/2020, 12:06

Metalhead

Magnifique chronique pour un non moins excellent et étonnant album, parfaite combinaison d'un folk rafraîchissant et d'un metal aussi traditionnel que terriblement efficace. Monumental !

28/05/2020, 11:36

Gargan

A peu près la même histoire, ado à l'époque et ce digi noir m'intriguait dans les bacs (il fut ruiné par une promenade nocturne en voiture dans un marais inondé, mais c'est une autre histoire !). Les premiers instants avec l''incendie puis le cri perçant introducteur m'avaient vraiment impre(...)

28/05/2020, 11:04

recber

C'est plus Currie d'anus faisandé que curry d'agneau là pour le coup.

27/05/2020, 19:14

LeMoustre

Excellente nouvelle.

27/05/2020, 07:42

Simony

Voilà un retour dans le passé qui laisse bien des regrets quand à l'orientation et le chemin suivi par ce groupe et Anneke.

26/05/2020, 21:15

Buck Dancer

Quelle claque j'ai pris à l'époque avec cet album ! Entre "Skinfather" et son break imparable ou un "Dreaming in red" magnifique, Dismember est vite devenu un de mes groupes fétiches.
J'ai aussi pu les voir à ce moment là, à l'Elysée montmartre, en premiere partie de Morbid Angel (Gra(...)

26/05/2020, 19:38

Yolo

Album de l'année pour ma part, comme à chacun de leurs albums.

26/05/2020, 18:43

Buck Dancer

Superbe Setlist qui était à la demande des fans, je crois.

26/05/2020, 18:07

JérémBVL

Enorme surprise, ça va être l'album de l'été!

25/05/2020, 13:44

Gargan

Ep suivant avec les tubes "Respect social distanciation", "keep your mask before I call the cops", "fucking conspiracist", "Vaccinate or eliminate" !

25/05/2020, 10:51

Listing Monstercity

Ahhh, cet album de Cancer... :-) Je l'avais justement dépoussiéré il y a 15 jours. Que de souvenirs ! Ca faisait plaisir à l'époque de retrouver James Murphy après sa mise à la porte de Death (quel gâchis !). Je trouve que ce type n'a pas du tout eu la carrière qu'il méritait (sans parler (...)

24/05/2020, 20:36

Buck Dancer

El Gringo, le nouveau café de Jacques Bave.

24/05/2020, 19:27

Gargan

Ce nom de groupe, gringo.. Prochain nom d'album "between the arabica and the robusta (a black curse of unholy flavor)"

24/05/2020, 18:34

Humungus

Putain ce son de CANCER tout de même !!!
Un grand merci Simony de me remémorer cette merveille.
Je vais me réécouter les albums pour la peine... ... ...

24/05/2020, 16:00