Je connaissais déjà les PEACE, LOVE & PITBULLS, j’étais coutumier des slogans baillés béatement par la génération Woodstock, mais j’avoue que jusqu’à aujourd’hui, j’ignorais le concept du Peace, Love & Heavy Metal, qui dans les faits, est un petit miracle en soi. Et un miracle multiple s’il vous plaît, puisque non seulement ce groupe parvient à unir dans une même inspiration la puissance du Hard Rock et la souplesse fleurie de la Pop la plus chérie, mais il arrive en plus à donner le sourire au plus dépressif des huissiers de justice. Une sorte d’alternative fatale à la morosité ambiante, et surtout, une demi-heure bien plus efficace que n’importe quelle prescription d’antidépresseur massue. Et comme par hasard, ce combo au sang chaud nous en vient une fois de plus du nord de l’Europe, et assoit un peu plus la réputation d’une zone géographique à l’hégémonie artistique de plus en plus indiscutable. Mais puisqu’il faut bien en dire un peu plus pour vous allécher, quelle est donc la formule appliquée par les finlandais de DESTINY OCEAN ? Simple, une grosse dose de fun, une science de la composition exacte, et surtout, une pluralité de ton qui le confine à l’hétéroclisme absolu, puisque ces quatre fêtards devant l’éternel n’hésitent pas à piquer un peu partout de quoi meubler leur buffet. On trouve donc sur cet album des allusions directes au Hard Rock nordique le plus frais, des clins d’œil appuyés à la scène Rock la plus légère des seventies, des confettis, des ballons de baudruches, des tronches de cake fabuleuses, et puis un peu de Power Punk, des mélodies à s’en étouffer, et des refrains à reprendre en cœur dans la cour de récréation, entre les sandwich aux figues et la tranche de melon. Vous avez encore mis dans le mille Emile, ce Peace, Love & Heavy Metal est une sorte d’épiphanie Rock à lui seul, se permettant le luxe d’aligner pas moins de dix hit singles à rendre dingue n’importe quel Desmond Child de la création. 

Fondé selon leur page Facebook en 2005, ce quatuor de dézingués du bulbe rachido-harmonique (Young Diamond - guitare/chant, Nikke - basse, Vilu Moukari - batterie/chœurs et Onni - guitare) n’a selon les sources que j’ai pu consulter sorti qu’un seul LP, celui que vous allez immédiatement écouter une fois cette chronique terminée. Et sans se montrer trop précis dans leur démarche, les finlandais admettent viser l’universalité, et donc chercher à fédérer les masses de leurs chansons efficaces aux motifs immédiatement mémorisables. Mais loin d’un produit putassier, ce longue-durée est une véritable mine d’or de tubes qui doivent autant aux seventies qu’à la scène Néo-Punk des années 90, tout en s’attifant d’un costume Hard-Rock taillé sur mesure. Et si l’ambiance est volontairement festive, ne vous attendez pas pour autant à une vaste blague de potaches en mal de coussins péteur, puisque tous les titres de cette livraison feraient le bonheur de bien des légendes encore en activité, qui ont oublié depuis longtemps comme satisfaire leurs fans avec une simplicité doublée d’un flair indéniable pour les gimmicks adolescents. Plus concrètement, vous pouvez tenter de visualiser auditivement une sorte de croisement géant entre les chapeautés et frangés de SLADE et SWEET, les bargeots de l’espace de THE DARKNESS, les maniérés précieux de QUEEN, les sales gosses anglais de THE STRUTS, les libidineux perruqués de STEEL PANTHER, les estivants tatoués de BLINK 182, et le lone man un peu crade ANDREW W.K, le tout sous couvert d’une Pop déchaînée payant son tribut aux grands des années 60 tout en louchant sur la décennie suivante. Un bal pas forcément masqué, puisque nos malandrins évoluent à découvert, mais surtout, un truc qui ressemble comme deux gouttes d’eau à un Greatest Hits de la musique populaire mondiale de ces trente dernières années, avec le minimum d’humilité nécessaire pour ne pas passer pour des flagorneurs.

Alors, comme je l’ai dit, la combinaison est simple. Des couplets qui installent le décor, des refrains qui l’explosent, quelques soli pour combler les vides, et surtout, des prestations individuelles notables qui rendent l’effort collectif encore plus efficace. Et entre un chanteur qui n’hésite pas à surjouer, un guitariste qui riffe léger mais qui saccade lourd, et une section rythmique en caméléon qui s’adapte aux formes en accordéon, le tableau d’honneur est presque complet, et permet même d’excuser deux ou trois emprunts un peu trop évidents. Ainsi, d’une chanson à l’autre, on passe d’une franche rigolade à une party qui ne laisse personne en rade, flirtant parfois avec les DEF LEPPARD pour mieux draguer les DARKNESS (« Destiny Ocean »), tout en admettant que les STONES et QUEEN restent quand même deux des meilleurs groupes du monde (« Peace, Love & Heavy Metal »). Bien sûr, le côté excessif de la chose n’échappera pas aux plus attentifs, et la parodie n’est jamais loin, spécialement au niveau des lyrics qui n’hésitent pas à abuser des poncifs pour appuyer sur l’aspect populaire de l’entreprise. Mais il n’y a aucun mal à vouloir séduire le plus grand dénominateur commun, surtout lorsqu’on le fait avec autant d’exubérance, et comme les DESTINY OCEAN n’hésitent jamais à en faire des tonnes, tapant dans le dos de Bowie pour mieux tripoter le boa de Marc Bolan, on se prend au jeu sans faire le difficile, d’autant plus qu’en trente-cinq minutes, les finlandais ne prennent pas le risque de lasser. Simple, ils ne veulent pas nous avoir à l’usure, mais bien à nous mettre dans leur poche sur l’instant, et dès « Electric Dynamite », tout est en place, les percussions à la « I Want Candy » de BOW WOW WOW, la guitare qui n’hésite pas à strier le son clair pour adoucir la distorsion, le falsetto de chanteur d’opérette Metal, et la magie opère, sans que l’on ne puisse rien y faire. Et là est tout le génie de ce quatuor qui assume complètement son statut de fun band, en prenant garde de soigner non seulement son look et son crédo, mais aussi ses morceaux qui ne lâchent jamais la pression.

Presque un exercice de style dans la théorie, surtout lorsque le Rock se pare d’atours un peu Glam et de lipstick Pop-Punk sur l’irrésistible « She’s A Lady », qui nous rappelle au bon souvenir des DEF LEPPARD mais aussi des LAST OF THE TEENAGE IDOLS. « Bad Cops », joue le sempiternel duo bon flic/méchant flic, et nous interroge d’une cowbell imparable, piquant à THE STRUTS leurs méthodes pour obtenir des aveux Rock, tandis que le délirant « My Mom » laisse une fois de plus Young Diamond s’amuser avec sa voix de tête avant de nous exploser la nôtre d’une absence de retenue digne des BACKYARD BABIES. Et ça déroule comme à la parade, avec toujours en exergue ces chœurs diaboliques qui vous font la nique sur fond d’harmonies exotiques (« Masquerade »), sans aucune baisse de régime ni trou de mémoire, sautillant sur les mines anti-déprime de « Rock me » pour mieux atterrir sur le trampoline de « McLovin », groovy et overspeedé. Certes, « Girl on Girl », malgré son lick aussi collant qu’un chewing-gum dans les cheveux de la vilaine Cindy est à peu près aussi fin qu’un poisson d’avril Punk accroché dans le dos, mais qu’importe la philosophie pourvu qu’on ait la vie, et c’est finalement le seul leitmotiv à retenir de toute cette entreprise. Peace, Love & Heavy Metal, aussi jouissif et instinctif soit-il ne sera pas l’album du siècle, ni celui de l’année, mais c’est celui que vous sortirez lorsque vous aurez envie de partir en virée avec quelques potes et des bières bon marché. Un majeur bien tendu à la face du bon goût et de l’élitisme, mais un hommage à l’hédonisme, et un lien intergénérationnel solide pour party boys pas timides.          


Titres de l’album :

                         01. Electric Dynamite

                         02. She’s a Lady

                         03. Bad Cops

                         04. My Mom

                         05. Masquerade

                         06. Peace, Love & Heavy Metal

                         07. Destiny Ocean

                         08. Rock Me

                         09. McLovin

                         10. Girl on Girl

Facebook officiel


par mortne2001 le 07/03/2019 à 15:45
85 %    119

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)