Abysmal Decay

Verthebral

27/12/2019

Transcending Obscurity

Du Death old-school, voilà qui n’a rien de surprenant. Du Death old-school paraguayen, c’est déjà plus exotique. Mais dans les faits, cette origine apporte-t-elle quelque chose de neuf à l’affaire globale du dossier nostalgique ? Pas grand-chose non, puisque les VERTHEBRAL auraient tout aussi bien pu être américains, allemands, brésiliens ou indiens, personne n’aurait vu la différence. S’il n’y avait cet intermède mélodique un peu plus symptomatique sur « The Art of Perversion », nul n’aurait imaginé une telle provenance et c’est finalement tant mieux. Car on se contrefout de savoir d’où vient tel ou tel groupe, à partir du moment où il concasse sévère et qu’il aplatit grave. Et les VERTHEBRAL s’y connaissent justement en tassage de colonne vertébrale par abus d’assauts soniques, ils pratiquent l’osthéopadeath depuis quelques années et s’y étendent comme personne pour vous compresser les cervicales. Fondé en 2013, ce collectif de joyeux drilles n’en est donc pas à son coup d’essai, puisque sa courte carrière est déjà émaillée d’exploits en différentes formats. Le format court d’abord, avec un EP paru en 2015 (Adultery of Soul), mais surtout, un LP introductif, Regeneration, lâché deux ans plus tard. On trouvait sur ces deux supports tous les fondements de leur art, ce formalisme forcené, ce classicisme respectueux, et aujourd’hui, la suite des évènements nous est donc dévoilée par Abysmal Decay, leur second longue-durée. Mais rassurez-vous, comme Julio, les paraguayens n’ont pas changé, ils sont toujours les bruites épaisses que vous avez aimées, et pratiquent avec toujours autant de bonheur la dissection intégrale en utilisant les mêmes méthodes et instruments. Un coup de scalpel par ci, un coup de foreuse par-là, et l’affaire est faite, et le corps bien charcuté. Mais proprement, et sans effusion de sang. On a la classe où on ne l’a pas.

Signés sur le label d’esthètes indien Transcending Obscurity Records, toujours prompt à fouiller dans les poubelles de l’underground de quoi alimenter son centre de retraitement, VERTHEBRAL nous propose donc une digression intéressante sur d’anciens thèmes. Le quatuor (Christian Rojas – chant/basse, Daniel Larroza – guitare, Alberto Flores – guitare et Denis Viveros – batterie) ne se défile d’ailleurs pas au moment de recenser ses influences, et liste sur sa page Facebook des noms connus. MORBID ANGEL, DEATH, DEICIDE, OBITUARY, SARCOFAGO, NAPALM DEATH, MORGOTH, ASPHYX, CANCER, UNLEASHED, DISMEMBER, SEPULTURA, ENTOMBED, BENEDICTION, CARCASS, tout y passe, et du velu, et avouons que ce recensement presque exhaustif balise admirablement bien le terrain. Car sans vouloir être trop péjoratif, Abysmal Decay n’est rien de plus ou de moins qu’une synthèse parfaite de nos années Death 90’s, avec attaques au biseau, soli plus ou moins beaux, technique en filigrane pour ciseler l’ensemble, et énergie constante. Pas vraiment de quoi révolutionner le genre qui depuis quelques années se voit honoré sous sa forme la plus pure, mais de quoi enthousiasmer les fans d’une vision rétrograde et passéiste, mais délicieuse. Et comme pour mieux signer leur allégeance, les musiciens décident de se passer d’intro et/ou de tour de chauffe, et rentrent dans le vif des débats avec le lapidaire et immédiat « Ancient Legion ». Riffs pur jus, suintement rythmique, double grosse caisse qui ne connaît pas le sens du mot « modulation », chant grognon, et vogue la galère, de Tampa à Berlin en passant par Rio ou Stockholm, pour quarante minutes de classicisme savoureux, mais hautement prévisible.

Inutile de tergiverser, vous avez déjà entendu tout ce qui se trouve sur cet album, puisqu’il représente une moyenne de toutes les philosophies Death des origines. Entre l’inextricabilité des guitares qui canardent tous azimuts en multipliant les riffs homériques, une section rythmique à la basse enterrée dans le mix et une batterie omniprésente et hystérique, un chant raclé mais intelligible, et des constructions à tiroirs multipliant les cassures et les reprises, tout est joué d’avance, ce qui n’empêche pas cet album de faire preuve d’une euphorie dans le sadisme assez délicieuse. Certes, on pourra déplorer certaines figures de style un peu faciles, notamment dans les soli qui alternent les révérences à Trey (version épileptique) et Chuck (version propre et technique), mais le tout déboule comme une tempête après un typhon, et renverse tout sur son passage. Chaque morceau est une occasion de sortir toute l’artillerie, de combiner les passages écrasants et les envolées violentes, le tout sous couvert de quelques inserts mélodiques rendant le tout plus digeste. « Abysmal Decay » en représente un peu l’apogée avec son mi-chemin entre Leprosy et Altars of Madness, mais à vrai dire, chaque morceau est un archétype d’efficacité et de foi, à l’image de « Isolation Room » qui combine la pertinence accrocheuse de CARCASS et les efforts techniques bourrins de SUFFOCATION. On pense CANNIBAL CORPSE quand tout est vraiment exagéré, on songe parfois à la scène suédoise lorsque la froideur s’accentue (« Coronation of Envy »), et on constate quand même aussi que les plans se répercutent avec une régularité trop flagrante lorsque le chrono ne s’arrête pas quand il faut (« Sweet Home Illusion »). Un intermède romantique et mélodieux pour faire passer la pilule (« Obsidian Tears », école MORBID/PESTILENCE), avant une énième attaque sans pitié (« My Dark Existence », l’un des plus efficaces du lot), et le tout est passé comme dans un cauchemar d’embaumeur, un peu seul dans sa passion morbide.

Pas de quoi se relever une nuit d’horreur, mais de quoi passer un bon moment avec des connaisseurs.  


Titres de l’album :

                           01. Ancient Legion

                           02. The Art of Perversion

                           03. Abysmal Decay

                           04. Isolation Room

                           05. Coronation of Envy

                           06. Absence of a God

                           07. Sweet Home Illusion

                           08. Obsidian Tears

                           09. My Dark Existence

                           10. Testimony of Hate

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 03/05/2020 à 18:17
78 %    483

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Gargan

Vu aussi ce live de King Diamond sorti il y a quelques jours par Metal Blade : Songs for the Dead Live - The Fillmore in Philadelphia

28/02/2021, 19:16

Stench

Du coup, on peut écouter où, ce truc ? Même sur leur site il n'y a rien alors que moi, quand je vois qu'on parle de Gus, ça m'intéresse...

28/02/2021, 17:24

Bones

Pour les amateurs de PENTAGRAM, il existe un docu assez dur sur la vie chaotique de son leader. Il donne plutôt envie de se mettre à la camomille et aux cigarettes russes.

28/02/2021, 13:54

Satan

@ Yolo : Soit c'est de l'ignorance, soit de la bêtise... ou de l'humour sacrément mal formulé. Un petit peu comme ton orthographe en somme.

28/02/2021, 12:37

Invité

@Yolo : Ce qu'il y a de bien avec les opinions tranchées, c'est qu'ça relance le débat. En somme vous êtes une sorte de provocateur, quoi.

28/02/2021, 11:28

Invité

@Yolo : Ce qu'il y a de bien avec les opinions tranchées, c'est qu'ça relance le débat. En somme vous êtes une sorte de provocateur, quoi.

28/02/2021, 11:28

Yolo

La Polognes est l'un des seuls pays respectables en Europe actuellement par ses prises de position. Point barre.

28/02/2021, 10:16

MorbidOM

Complétement d'accord avec Gargan.Simony, je te conseille la lecture de Jean-Claude Michéa (si tu as la flemme ou peu de temps on peut facilement trouver des conférences qu'il a données sur internet)Christopher Lasch ça marche aussi ma(...)

27/02/2021, 19:42

Arioch91

encore moins sur Conan*

27/02/2021, 19:35

Arioch91

Jamais un patronyme d'un groupe n'a été en aussi inadéquation avec sa musique.Je ne crache pas sur le Doom, encore moins que Conan (le personnage) mais sans déconner : quiconque a lu une aventure de Conan, en particulier sur un champ de bataille, que l(...)

27/02/2021, 19:34

Gargan

Je pense de plus en plus que la critique "des lois archaïques" est un faux-nez du libéralisme (celui qui ne te veux vraiment pas du bien si tu ne fais pas partie des 1%). 

27/02/2021, 18:27

Simony

Perso, je reste mesuré sur la non menace que représente les lois religieuses archaïques de son pays. Loi anti-avortement, répression et censure envers les artistes qui ne respectent pas les lois sur le blasphème, et ça ce n'est que ce que nous, bons Fr(...)

27/02/2021, 17:56

KaneIsBack

Ce mec a toujours été une trompette...

27/02/2021, 17:33

Buck Dancer

En plus il demande un don....Je fais mon rebelle mais c'est vous qui payez l'amande. Il se fout du monde sur ce coup là. 

27/02/2021, 16:35

MorbidOM

Quel rebelle !Sinon, désolé mon grand je n'ai pas l'impression que "lois religieuses archaïques de ton pays" soient la plus grande menace pour notre liberté (en tout cas à l'Ouest mais même à l'Est j'(...)

27/02/2021, 15:58

Humungus

D'accord avec Buck Dancer sur ce titre.Le précédent extrait était bien plus savoureux.A voir la totalité de l'oeuvre donc...Par contre, le clip est chiadé.

26/02/2021, 08:38

Buck Dancer

De savoir que Rutan fait désormais partie du groupe éveil ma curiosité pour l'album, mais le morceau s'écoute et s'oublie une fois terminé. Certainement un résumé de ce que sera l'album a mes oreilles. 

25/02/2021, 15:58

Moshimosher

Intéressant, intéressant...

25/02/2021, 13:59

Arioch91

Le clip est juste insoutenable. Tellement que je trouve la zique de CC en décalage avec les images. Trop propre pour ce qui est montré. Mais je dois reconnaître qu'avec cette vidéo sur du trafic d'organes immonde, Canniboul fait fort, très fort. Pas pr&(...)

25/02/2021, 11:30

Arioch91

La voix est juste horripilante   Next !

25/02/2021, 08:56