Ça Va Chier des Bulles

Culture Lutte

20/01/2017

Autoproduction

[Test psychologique dans un institut médicalisé à visites ouvertes pour savoir si l’heure du goûter peut être avancée]

« Bonjour. Vous marchez sur le trottoir, et vous apercevez une déjection canine, que faites-vous ? »

« (Filet de bave)…Jeeeee…marcheeee…dedans !!! »

« Bien…Vous allumez le poste de télévision sur C8 et vous tombez sur un vieux sketch de Jean Roucas, quelle est votre réaction ? »

« (Bave qui tombe sur le pantalon blanc)…Heuuuuuuuuu…marraaaaaaaaant !! »

« Bien…Vous sortez des toilettes, vous n’avez pas encore remonté votre pantalon, et vous voyez un chien de derrière… »

« (Coupe la parole) béséééééééééééééééééééééééé !!!! »

[L’heure du goûter ne sera pas avancée finalement, le patient n’est pas encore stabilisé de ses fantasmes canins]

Plus sérieusement, admettons par principe que vous soyez fan des GRONIBAR, d’ULTRA VOMIT, que certains pamphlets édités par GOGOL 1er ne vous soient pas complètement étrangers, que le Thrash, le Hardcore et le Crossover vous délectent, et que l’humour trentième degré de lycéen pas encore tout à fait attardé soit votre pain de mie quotidien.

Alors soyez heureux, les CULTURE LUTTE et leur sensibilité toute particulière vont sans doute vous parler. Enfin, à défaut de parler, ils vont plutôt vous hurler dessus, mais ils auront la politesse de le faire en musique, et plutôt bonne d’ailleurs. Comme ta sœur.

Les CULTURE LUTTE et leur patronyme fleurant bon les calembours classés X des années 70 sont en activité depuis un bon bout de temps maintenant (1998 selon leur bio très succincte), et n’ont toujours pas constaté d’amélioration à leurs crises de priapisme et leur diarrhée verbale très chamarrée. Ceux qui s’autoproclament chantres du Thrash de pneu, cumulent les sorties en format court, et récidivent d’ailleurs avec ce Ça va Chier des Bulles, aussi bruyant qu’un pet post cassoulet, mais à la décence sonore un peu plus nuancée.

En gros, ils représentent une certaine conception du métier de Vendeur Représentant Placier de la pantalonnade échevelée sur fond de Punk/Hardcore/Thrash débridé, mais n’hésitent pas à incorporer à leur blagues de caserne des rythmiques Core bien bombées, des riffs en pipes finement taillés, et des chœurs de pompier (la bouche pleine), ce qui a le don de transformer leurs boutades en morceaux âprement bricolés histoire de ne pas se contenter de quelques jeux de mots plus ou moins habilement troussés.

Ceci étant dit, si le propos est guilleret, le fond de l’air n’est pas du tout frais. Pas vraiment du genre à lâcher l’échelle pour que vous vous accrochiez au pinceau, les campagnards urbains se servent bien de leurs mains, et pas seulement pour se polir le manche. Ils connaissent leur vocabulaire underground sur le bout des doigts aux traces de caca, et sur les neuf morceaux de ce nouvel EP, il n’y a pas grand-chose à jeter.

Et finalement, pour visualiser auditivement le contenu de ce Ça va Chier des Bulles, autant imaginer une rencontre fortuite entre Les Bidasses en Vadrouille et le séminal (liquide évidemment) Speak English Or Die des SOD, pour s’en faire une idée en haute-fidélité.

L’image vous sied ?

Tant mieux parce que je n’ai rien d’autre à vous refiler.

La question qui comme la dernière goutte reste en suspens est la suivante :

Les CULTURE LUTTE jouent-ils du Thrash à tendance Hardcore, ou du Punk Hardcore subtilement (pas tellement en fait) Hardcorisé ?

La réponse est claire, les deux, ou aucun des deux, puisque l’équilibre des deux éléments est parfait, et saura séduire les amateurs de riffs acérés comme ceux de rythmiques astiquées.

Et après une intro bon enfant à base d’excréments et d’orgue Bontempi sautillant, on rentre de plein fouet dans un Hardcore bien moulé, qui évoque même les meilleurs moments des ANTI NOWHERE LEAGUE, pour peu qu’on ait la mémoire frivole. « Ton Cul à La Fistinière », ou l’art séculaire de la bombe à chiotte Hardcore venue du Finistère est une entrée en matière (fécale) qui prend aux naseaux, et qui cavale d’un bon tempo.

Et si la production est oscillante de titre en titre, ça n’empêche nullement ces clowns Thrash de faire les pitres, et de pomper le dard de Scott Ian et Dan Lilker sur un « Ni », qui ose la jonction entre le Crossover des 80’s et le Parodic Metal en vogue chez les ANAL CUNT radoucis.

Mais il n’est pas question de Grind ici, encore moins de bruit, les gus sont cohérents et se torchent avec application. Leurs soli sont d’ailleurs très coulés dans une veine Kerry King un peu agacé de manquer de papier, tandis que le duo Hell nönö (basse)/pOOp (batterie) assure les arrières et caresse le derrière en se la jouant Punk décalé et Metal très calé.

Un chant juvénile en pleine mue apporte la touche (pipi) de folie nécessaire à l’embellie, et « Cock’s In Hell » de poursuivre dans le métissage avec une énorme basse qui ravage la porcelaine, et des chœurs qui se tapent la Madeleine (de prout).

Morceaux brefs qui sortent plutôt secs (« Thor Gimme More », constipation Thrashcore qui s’extirpe soudain du corps par un refrain Hardcore), allusions borderline à base de félins patounant en mid tempo malin (« Foutre de Chat », ou comment se faire les griffes sur un pénis Punk Hardcore, un vrai délice), simili Crust qui arrache les croutes de la grotte à mamie (« La Grolle »), Thrash à la SLAYER qui remet les pendules à l’heure (« Pompe Funèbre »), et final cocasse à la Patrick Sebastien tombé dans la discographie de Freddy Cricien (« Faire la Fête »), enfin, un menu copieux qui vous laisse le séant sur le siège pendant un quart d’heure histoire que votre anus reprenne dimension humaine.

Je vous laisse le plaisir (solitaire) de découvrir les paroles merveilleuses en achetant pour quelques euros la version ultra limitée en CD de cet ambianceur de cabinets, mais sachez-le, si vous lui consacrez quelques deniers, il y a fort peu de chances que vous le regrettiez.

Du coup, notre patient va mieux, et à défaut d’attendre son goûter, il s’est confectionné une chocolatine (sud-ouest forever !!) avec un morceau de crotte et des croutes de tartine.

Le bonheur, avec les CULTURE LUTTE, c’est simple comme un coup de pine !


Titres de l'album:

  1. Ton Cul à La Fistinière
  2. Ni
  3. Le Banni
  4. Cock's In Hell
  5. Thor Gimme More
  6. Foutre de Chat
  7. La Grolle
  8. Pompe Funèbre
  9. Faire la Fête

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 23/04/2017 à 13:59
70 %    600

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Harmony Corruption

mortne2001 03/07/2020

Little Monsters

mortne2001 30/06/2020

Complicated Mind

mortne2001 15/06/2020

Dossier spécial Bretagne / LA CAVE #5

Jus de cadavre 15/06/2020

Screams and Whispers

mortne2001 12/06/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Hoover

Je n'aime vraiment pas ce qu'est devenu ce groupe. Perdition city était une évolution osée mais avec un résultat brillant, depuis ça oscille entre le chiant et le sans grand intérêt.

13/07/2020, 19:34

sart

Pas mal du tout.

13/07/2020, 19:28

sart

Meilleur et moins mélodique que le précédent, ce dernier Pocahontas n'en reste pas moins trop polissé, sans âme et s'oublie très vite.

13/07/2020, 19:27

sart

Du metal pompeux dit "'epique" bien raccoleur et de fort mauvais goût auquel sont juxtaposées quelques parties dites folk. A oublier au plus vite...

13/07/2020, 19:23

sart

Ca sonne comme du death suédois sans les fréquences basses.

13/07/2020, 19:21

Saddam Mustaine

Pas si mauvaise la suite, bien que très varié.

13/07/2020, 19:06

Humungus

Bien d'accord avec vous les gars.
... Même si j'ai tout de même une nette préférence pour leur premier album.
Quand au reste de leur discographie, elle m'en touche une sans faire bouger l'autre.

13/07/2020, 13:22

Gargan

Idem, dans mon top 10. Totalement dérouté à l'époque mais je ne m'en suis jamais lassé depuis, riffs et mélodies imparables. T'en écoute un morceau, puis deux puis l'ensemble sans t'en rendre compte. Enfin ce sont surtout les autres qui s'en rendent compte, because air guitar et air drums heh(...)

13/07/2020, 11:51

Saddam Mustaine

Amorphis cet album est sensationnel.

12/07/2020, 14:20

Pomah

Y'a clairement un côté synthwave pas dégeu, à creuser.

11/07/2020, 14:36

RBD

Voilà un groupe et un homme qui m'ont marqué à une époque où je commençais à être blasé. Ce n'est pas toujours facile à suivre d'un album sur l'autre, c'est un vrai fêlé. Mais comme dit le proverbe, ce sont des esprits comme ça qui font entrer la lumière.

10/07/2020, 23:41

aeas

Seul le batteur a encore un semblant d'intégrité à travers ses activités.

10/07/2020, 20:35

Jus de cadavre

Idem, découverte pour moi grâce à cette chronique. La prod est excellente pour l'époque !
Un bien bel hommage en tout cas Mortne...

10/07/2020, 17:38

JTDP

@jus : +9986457 !
@gerard : fais péter le "name dropping" on n'attend que ça de faire de nouvelles découvertes ! ;-)

10/07/2020, 17:10

JTDP

Purée c'est vrai qu'il est excellent cet album !!! Et malgré Youtube et le poids des ans, le son est franchement bon ! Une réédition s'impose, c'est indéniable.

10/07/2020, 17:08

Oliv

Ah bon

10/07/2020, 12:51

y'a pus d'jus

faut dire à BEBERT de pousser son camion ,il bloque la porte du garage et j'peux pas sortir la dépanneuse !

10/07/2020, 12:29

Gargan

Haha la ref à Hanson ! Belle découverte, merci.

10/07/2020, 11:59

Thrashing Metropolity

Super anecdote, Goughy ! Merci pour le partage !
Ca ne fait que confirmer tout le bien que nous sommes nombreux à penser de ce groupe culte.

Vraiment, si ces albums pouvaient être réédités, ce ne serait que justice !
Quelqu'un a évoqué plus haut l'accent franglais du (...)

10/07/2020, 11:07

goughy

Bon allez je me lance, juste histoire d'en rajouter sur les sentiments positifs qui émanent ce très beau papier (je savais pas l'histoire du début des Bérus...)
Ca devait être en 94 ou 95, on avait 14 ans, on écoutait MST et, avec deux autres potes, Mickey était une star du niveau de Br(...)

10/07/2020, 10:42