Dead can Dance 2013

Dead Can Dance

Arènes De Nîmes, Nîmes (France)

du 29/06/2013 au 29/06/2013

Rares sont les retours réussis après de longues absences. Dead Can Dance ayant décidé au long des années de se reformer pour quelques concerts, puis de refaire un album aussi finalement quand Brendan Perry y consentit, et même de faire une tournée de promotion de celui-ci, la pression s'accumulait à mesure que les étapes de cette renaissance étaient lentement franchies avec succès.


Mais la déception ne fut pas au rendez-vous quand arriva le concert qui promettait d'être grandiose dans un cadre pareil.

Coincé entre Johnny et Christophe Maé dans la programmation, le passage de Dead Can Dance à Nîmes a finalement affiché complet, ce qui ne signifiait pas que les arènes étaient pleines mais seulement  la configuration choisie. Évidemment le public dépassait nettement les trente-cinq ans de moyenne, il y avait des looks travaillés, et ce fut aussi l'occasion de certaines retrouvailles assez inattendues. Le ciel était bouché et le temps frais, mais ce temps marin ne dégénère  que rarement en vraie pluie par chez nous. Pour moi c'était la fin d'une ancienne malédiction, ce que je surnomme "le syndrome Slayer", ces groupes qu'on écoute depuis longtemps et qu'on n'arrive jamais à voir d'une occasion sur l'autre. Cela faisait aussi quelques années que je n'étais pas revenu aux arènes pour la musique.


Un bref mot pour la première partie, un homme seul que je crois être l'un des instrumentistes de DCD, qui a enchaîné quelques titres acoustiques en utilisant à chaque fois un seul instrument exotique… C'était d'un intérêt très limité, mais sur la place des Halles on lui aurait peut-être donné une pièce. Au moins l'avantage de ces concerts assis auquel un métalleux n'est pas habitué, c'est que ces longueurs passent moins péniblement. On pouvait par exemple s'étonner que la tête d'affiche allait utiliser un set de batterie classique déjà installé derrière.


L'assistance s'impatientait à l'approche de 21 h 30 quand on vit enfin DEAD CAN DANCE sortir du toril, Lisa et son manteau à traîne se détachant de loin, la protestation devenant aussitôt acclamation…

Après un "Children of the Sun" au son un peu trop fort, le set fut très axé sur le dernier album, comme on s'y attendait. Ça me convenait très bien, mais je peux comprendre que d'autres en soient repartis frustrés.

Accompagnés de cinq instrumentistes, Brendan Perry et Lisa Gerrard alternent les vocaux. Et il faut reconnaître que Lisa est réellement captivante, sur scène des titres bien connus retrouvent leur dimension envoûtante de première fraîcheur. "Sanvean", par exemple, se réaffirme dans une certaine sobriété comme un titre absolument époustouflant. Pourtant elle attaque moins qu'avant, ce qui se ressent bien sur de grands classiques comme "Cantara" légèrement réécrit dès l'intro, de manière à éviter quelques notes trop difficiles.

Tous les titres anciens sont parfaitement maîtrisés même si Perry a tiqué sur un pain minime au début d'un "The Host of Seraphim" recueilli. La reprise de "Song to the Siren" n'était pas interprétée au top par les accompagnants. Lisa Gerrard est toujours férue de sa harpe chinoise, Perry utilise souvent des cordes ou un tambour tout en chantant. Il est touchant à regarder écouter sa partenaire chanter seule par moments.

J'ai décollé presque à chaque morceau, même un titre récent comme "Opium" m'a hérissé les poils d'émotion. Et encore ce n'était rien par rapport à quelques graves fanatiques. Tout le monde a pu voir la femme à la banderole qui s'est avancée entre les chaises de la piste, mais il y a eu aussi un exalté plus bas devant moi qui était debout et s'agitait sur les premiers titres… et que nous avons revu à la fin dehors sur le parvis affalé par terre dans son vomi !

Brendan Perry a assuré la communication avec son peu de français, notamment pour introduire la reprise de ce morceau Grec qu'ils font depuis la présente reformation. Cette chanson lui permet de faire une envolée vocale finale inhabituelle pour lui, qu'il gère avec plus de peine que sa comparse mais qui fait son effet chez les fidèles surpris par cet écart.

Le jeu d'éclairages s'est progressivement enrichi à mesure du set, donnant quelques très beaux effets sur le rappel. Mais ils auraient été mieux servis avec un mur au fond de la scène plutôt que de les laisser se perdre dans les gradins vides au-dessus du toril. Mais ce cadre, même en le connaissant bien, est exceptionnel pour ce style d'affiches. Le répertoire de DCD fait voyager, mais s'embellit encore mieux dans cette ruine et vous emmène soit dans un pays lointain soit dans la Terre du Milieu selon vos préférences…

À la fin, malgré la nuit tombée, on n'avait guère l'impression d'y avoir passé 1 heure 40. Après avoir pris un verre au Trois Maures comme en feria pour atterrir et debriefer entre amis, il était clair que nous avions passés un beau moment d'enchantement.

Il y avait un petit peu de merch', des t-shirts essentiellement, mais je ne suis pas allé voir.



Children of the Sun / Agape / Rakim / Kiko / Amnesia / Sanvean / Black Sun / Nierika / Opium / The Host of Seraphim / Ime Prezakias /Cantara /All in Good Time

Rappel : The Ubiquitous Mr. Lovegrove / Dreams Made Flesh (This Mortal Coil) / Song to the Siren (Tim Buckley cover) / Return of the She-King



par RBD le 15/08/2020 à 12:00
   350

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


LeMoustre
@93.4.16.166
21/08/2020, 19:20:16
A ce concert, c'est vrai que, à l'image d'un Rammstein, DCD avait choisi de mettre en avant son dernier album. Faisant partie des fans des premiers disques, j'en étais ressorti un peu frustré, voulant avant tout écouter ces joyaux ayant bercé mes jeunes années dans ce cadre complètement adapté à la musique du duo. Un super moment malgré cela.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : les K7

Jus de cadavre 23/01/2022

Vidéos

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Nightmare + Rhapsody Of Fire 28/01 : Le Metronum, Toulouse (31)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 29/01 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)
Rhapsody Of Fire 30/01 : L'ilyade , Seyssinet-pariset (38)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

Il était surtout sous exploité dans Testament, lui et Steve DiGiorgio.Normalement, Dark Angel avait des dates en 2021 qui ont été repoussées cette année. Sans doute est-ce la raison qui l'a poussé à quitter Testament ?Et n(...)

24/01/2022, 19:26

Jus de cadavre

Un des meilleurs batteur Metal au monde selon moi. Sans vouloir être méchant, et même si j'aime bien le groupe, il devait un peu se faire chier dans Testament... Enfin je dis ça, je dis rien.En tout cas il a sacrément perdu du poids ces dernière(...)

24/01/2022, 19:18

Jus de cadavre

N'ayant pas connu la période cassette, même si j'en ai utilisé pour copier des cd (mes débuts avec un walkman encore à cassette...), je n'ai aucune attache à ce format que je trouvais ni pratique, ni de bonne qualité sonore. Je pense (...)

24/01/2022, 19:11

Kerry King

10 ans dans un groupe, c'était du jamais vu avec le pere Hoglan. 

24/01/2022, 18:35

Gargan

Il a l'air d'être tout gentil, pour du Deicide. Fronce les sourcils ! 

24/01/2022, 17:12

Gargan

Je rejoins le commentaire précédent. J’ajoute que, l’artwork ayant une place particulière dans le métal, plus la surface est importante… une partie pour moi de la raison de l’affection du vinyl.

24/01/2022, 15:01

Gargan

Je croyais que c’était une réformation d’un autre Sarcasm suédois (qui faisait du thrash), tant pis

24/01/2022, 14:53

Simony

Selon moi, cela tient plus de la hype. Par contre, à titre perso, j'aime bien ce format, la nouvelle démo de DIONYSIAQUE, par exemple, au format K7 c'est nickel, j'ai certains albums de Black Metal aussi comme ça, cela permet effectivement de distribuer pou(...)

24/01/2022, 08:29

Simony

L'épisode N° 3 est disponible ici :Sommaire

23/01/2022, 18:24

Simony

Chronique totalement partagée, j'avais écouté l'album par curiosité en trainant sur le Bandcamp de Iron Bonehead et il possible qu'il fasse parti d'un futur achat chez ce label que j'apprécie particulièrement pour l'authentic(...)

22/01/2022, 16:19

Humungus

"Faut dire que Ghost ont pas mal pompé sur BÖC"Sans oublié KING DIAMOND et DEATH SS.En ce qui me concerne : Le premier album (KÜÜÜLT !!!) pis c'est tout.

22/01/2022, 13:47

Invité

"Ixaltirud" est la première émanation du projet, une chanson évocatrice, avec un son méditerranéen et ésotérique.

22/01/2022, 10:19

Simony

Je suis également très client de leur musique, de leur univers très soigné, mais là j'avoue que ça me laisse de marbre. Ca ne m'empêchera pas de me pencher sur cet album une nouvelle fois mais avec beaucoup de réticences... 

22/01/2022, 10:06

Nekro Sapiens

@Hoover, faut dire que Ghost ont pas mal pompé sur BÖC. D'où la comparaison. Contrairement à tout le monde ici, je suis assez client de leur musique

22/01/2022, 09:55

Hoover

J'ai jamais compris le succès de ce groupe. Quand je pense qu'il a été comparé à Blue Öyster Cult...

22/01/2022, 07:40

dafg

Marketing metal

21/01/2022, 19:04

Tétard Véloce

21/01/2022, 12:06

Vinnie Logan Paul

La blague continue et ça ne s'arrange pas.

21/01/2022, 11:53

Gargan

Clip moche et ça manque cruellement de riffs.

21/01/2022, 11:01

RBD

Je ne connaissais pas et je crois que ça va me plaire.

21/01/2022, 00:31