En réfléchissant un peu à la question, je me dis que se lancer dans le créneau du Rock progressif exige un certain culot. Car depuis l'orée des années 60 et sa forme embryonnaire dite « psychédélique », le style a sans doute dit tout ce qu'il avait à dire, proposé tout ce qu'il avait à proposer, et ce, pratiquement dès l'apparition de sa branche bâtarde Metal et la génération des DREAM THEATER qui a contribué à vulgariser le genre pour l'adapter à la puissance la plus triviale. Si vous ajoutez à ça tous les enseignements prodigués par l'école de Canterbury, et le génie développé par son alter-ego américain solitaire de RUSH, la vague Death technique des CYNIC et ATHEIST, et surtout, les phénomènes des années 90/2000, Devin Townsend, PERIPHERY, OPETH, PORCUPINE TREE, Steven Wilson, ou SPOCK'S BEARD, vous réalisez vite que le vocabulaire du créneau est aujourd'hui digne d'une encyclopédie en cent volumes et que les groupes se revendiquant de l'héritage doivent souvent se contenter d'y piocher des formules pour élaborer leurs propres sorts, sans espérer user de plus de magie que leurs maîtres. Non que je réduise cette pratique à une sorte d'école Poudlard musicale surchargée et peu propice à l'émergence d'un nouveau génie de la baguette, qu'elle soit de sorcier ou d’orchestre, mais les longues digressions, les circonvolutions, les arabesques, les évolutions sont toutes connues et reconnues, et parvenir à y imposer son mouvement est devenu chose très ardue, tellement d'ailleurs qu'on pourrait recommander aux apprentis alchimistes de ranger leur chaudron et d'aller prendre un bouquin de recettes pour élaborer leur propre brouet. Seulement, lorsque l'on met de côté ces notions et qu'on laisse les petits nouveaux s'exprimer, cela donne parfois des choses charmantes, et des pièces musicales sinon novatrices – ce qui semble impossible – mais d'intérêt. Preuve en est donnée avec le second album d'ORION DUST, qui contrairement à ce que son nom semble indiquer, ne s'est pas demandé ce qu'Orion est devenue après sa mort annoncée par Gérard MANSET, mais qui en a récolté la poussière pour créer une galaxie parallèle, à base de Rock, de Pop, de Progressif, et surtout, dans une optique beaucoup plus généraliste, de musique plurielle et riche...

Plus prosaïquement, c'est en 2015 qu'ORION DUST fut créé par Fabien Bouron, compositeur du groupe. Il fut vite rejoint par Cecile Kaszowski (chant), Anthony Barbier (guitare), Marion Andrieux (Claviers), Sylvain Gherardi (Basse), Lea Fernandez (batterie), et après deux ans d'existence, le groupe a sorti son premier album Duality, album concept autour de la dépression et de la complexité humaine. Respectant une parité de musiciens absolue, l'ensemble a donc décidé de proposer un concept assez homogène mais hétéroclite, sans se borner aux commandements d'usage du Progressif à proprement parler, mais en respectant l'ordre des digressions et progressions, sans occulter l'importance de la mélodie et de la complexité, mais sans non plus sombrer dans l'excès d’appétit de démonstration qui a souvent tendance à plomber ce genre de projet à la base. Et si Legacy suit les traces de son prédécesseur, il en repousse encore les limites, pour créer un climat fantasmagorique en forme d'allégorie naturelle sur la condition humaine. Se reposant sur le talent de compositeur de Fabien, Legacy  profite aussi des idées et de l'imagination de Cecile Kaszowski, peuplées de personnages mythiques et de créatures fabuleuses. En nous racontant les périples de Sacagawea, forcée de guider les colons conquérants, l'histoire de la belle et douce Snegourouchka, qui se laissera fondre de chagrin, et les aventures du renne du soleil qui apportera lumière et couleurs à tout un village inuit, ORION DUST  nous fait déambuler dans les arcanes d'un monde de contes et légendes, en forme de paraboles sur la condition humaine, ses racines, son présent, mais aussi son avenir...Nous sommes donc loin des clichés de foire ou d'une imbrication Heroïc Fantasy à la Tolkien, mais bien au centre d'une intrigue humaniste traduite dans un langage poétique, qui s'accorde parfaitement d'une musique incroyablement pure et envoûtante, qui sans trahir la puissance indispensable à ce genre de réalisation, n'hésite pas à flirter avec les cimes de la douceur et de la délicatesse pour se rapprocher des travaux d'un David Gilmour ou d'un PINK FLOYD, tout en avouant implicitement une admiration sans bornes pour le génie d'un Steven Wilson ou d'un Neal Morse.

Et Legacy, sans prétendre révolutionner un style déjà abouti, apporte sa touche personnelle toute en humilité, sans nous inonder de démonstrations instrumentales stériles et vouées à l'ennui. Se basant sur des trames musicales simples qui prennent le temps de s'imposer, ce second LP est d'une beauté formelle assez fascinante, et chaque musicien apporte sa pierre à l'édifice sans essayer de s'imposer sur le devant de la scène. On trouve donc de tout au menu de cette œuvre, mais surtout des harmonies séduisantes, des modulations intelligentes, et des constructions évolutives terriblement pertinentes, qui utilisent tous les principes à sa portée pour s'exprimer, et non marteler son point de vue comme un leitmotiv inaliénable. En huit morceaux pour cinquante minutes de métrage, nous passons par une multitude de sentiments et d'atmosphères, naviguant au gré de l'inspiration sur des eaux calmes d'un PORCUPINE TREE de milieu de carrière (In Absentia devrait revenir à la mémoire de tous ceux qui écouteront cet album, spécialement lorsqu'ils tomberont dans les filets de soie de « The Awakening », assez symptomatique), ou dérivant sur un flux acoustique en percussions modulées via « The Stream », qui une fois encore se rattache aux déviances les plus soft. Et si le niveau technique des  musiciens impliqués est évidemment au-dessus de tout soupçon, aucun n'en abuse pour nous rabattre les oreilles de son académisme, ce qui apporte une humanité accrue à ce second album décidément respectable dans sa modestie. Mais qui dit modeste n'empêche pas une conscience patente en ses propres moyens, et entre des arrangements ciselés et polis, des parties de guitare sublimes de luminosité (« Norroway Song », qui évoque avec magie la scène progressive française des années 70 avec son chant théâtralisé), et surtout, une chanteuse qui s'habille souvent de costumes de conteuse, le résultat global est d'un équilibre remarquable, s'apparentant à une chanson de geste ou à un conte mis en musique, spécialement lorsque les couches vocales s'empilent pour créer des dialogues fantasmés entre les différents protagonistes de l'histoire.

Autre qualité frappante à mettre au crédit du groupe, cette volonté sur chaque titre de proposer quelque chose de différent sans perdre de main le fil d'Ariane. Gros travail rythmique, choix de mélodies variées pour ne pas se fondre dans l'uniformité, et petites finesses d'exécution, qui rapprochent le sextet d'un RUSH tapant le duel avec les PORCUPINE TREE (« Unrising Sun »). Et si  Cecile Kaszowski peut même parfois évoquer les incarnations anciennes d'un Peter Gabriel ou d'un Fish, elle n'en garde pas moins une empreinte vocale très personnelle, qui souvent incarne le point de focalisation des chansons. Qu'elle parle, qu'elle feule, qu'elle se perde dans de petites arias, elle nous entraîne dans son monde singulier, fait d'émotions palpables et non de simples anecdotes narrées avec distanciation, bien soutenue dans ce rôle par ses coéquipiers qui lui tissent une toile sonore solide, mais à la fragilité harmonique assez émouvante. Et si la plupart des morceaux jouent sur la longueur, ils n'en répètent pas pour autant les mêmes motifs jusqu'à l'écœurement, sans non plus tomber dans les travers du labyrinthe sans sortie. Guitares acoustiques légères comme des nuages annonçant un crescendo sombre et orageux (« CXXVI », PORCUPINE, encore, mais adapté à une personnalité propre), et douceur d'un rêve qui aime à croire que tout est encore possible (« Snegourotchka », et son enchevêtrement de voix en sirènes de l'âme évitant le naufrage), pour une légende naissante qui achève de transformer ce second album en épopée faussement épique, mais réellement émotionnelle. Beau travail accompli par les ORION DUST, qui prouvent que lorsque le Progressif est un moyen d'expression et non un but d'imposition, reste la musique la plus complète qui soit, et l'un des rares genres capable de nous faire voyager sans nous écraser d'informations ou nous abrutir d'un lénifiant populisme.        

 

Titres de l'album :

                      01. Norroway Song

                      02. The Stream

                      03. Unrising Sun

                      04. Mireio

                      05. The Awakening

                      06. Prelude

                      07. CXXVI

                      08. Snegourotchka

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 08/12/2018 à 18:08
85 %    243

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

"Kickback reviens ! Ils sont devenus tous mous..."


@Sphincter : ah bah mec ton com fait plaisir à lire ! Autant je ne suis pas un adepte du pit à tout prix autant, quand tu dis que les gens se prennent trop au sérieux, c'est tellement vrai ! Genre si ça se met à bouger un peu trop selon certains dans la fosse, tu as l'impression d'être une bê(...)


Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.