Quel groupe peut sonner au prime abord comme un ENTOMBED lassé de tant d’années d’expérience, puis comme ENCOFFINATION à deux doigts du trépas, avant d’assumer des similitudes avec TRAP THEM, eux-mêmes éclipsés de l’aura des NAILS devisant avec les PLEBEIAN GRANDSTAND, tout en acceptant de devoir partager la puissance nihiliste avec des TRAP THEM pas forcément mécontents d’avoir trouvé des frères d’armes ? Et qui, de piste en break, de morceau en intro, sonnent comme une vague norvégienne de froid, comme une déferlante scandinave de haine, puis qui s’écrase sur les récifs du Grind anglais sans perdre de son impact ou de sa cohérence ? Le secret le mieux gardé de la scène italienne, qui peut se targuer de compter dans ses rangs un digne représentant de la misanthropie musicale depuis plus de quinze ans. On sait la scène transalpine incroyablement fertile depuis quelques années, mais on la redécouvre putride grâce au retour d’un de ses héros les plus néfastes, qui nous fait enfin l’honneur de s’exprimer après six ans de silence absolu. THE SECRET est donc ce secret de polichinelle, puisque le groupe est bien connu des amateurs d’extrême depuis fort longtemps. Ces mêmes amateurs d’extrême qui se sont sevrés des quatre longue-durée du groupe, poursuivant une trajectoire descendante vers les enfers depuis ses débuts. Oubliés donc les prémices de Luce en 2004, auquel ce nouvel EP fait pourtant référence de son absence de lumière, presque oublié le postulat définitif Agnus Dei, pierre de rosette d’un BM foncièrement mauvais et vénéneux, bien que la ligne directrice artistique n’ait pas vraiment changé. C’est donc avec un plaisir malsain que nous retrouvons les originaires de Trieste, revenus sur le devant de la scène macabre via Southern Lord, certainement ravis de voir leur nom accolé à celui de cette légende de l’underground. Pour autant, le retour du quatuor se fait de la façon la plus minimaliste qui soit, via cet EP, Lux Tenebris qui n’offre que trois morceaux. Mais trois morceaux qui en disent plus long que l’on ne pense sur un avenir qu’on pressent très proche.

Depuis 2012, THE SECRET a bien évidemment changé. En option quartet (Michael Bertoldini - guitare, Marco Coslovich - chant, Lorenzo Gulminelli - basse et Tommaso Corte - batterie) n’a rien perdu de sa superbe, même s’il fait pour le moment acte de parcimonie. Exit Kurt Ballou, qui laisse la place à son compagnon de route Brad Boatright pour un mastering aux proportions dantesques à l’Audiosiege, bonjour la nouvelle orientation qui enrichit le son de strates supplémentaires, toujours distillées avec flair pour créer un empilement de sons cauchemardesques. C’est bien cette progression dans la densité qui choque le plus à l’écoute de Lux Tenebris, qui malgré sa brièveté incarne une nouvelle étape importante sur le chemin de carrière des italiens. Sans se départir de leur extrémisme musical, les instrumentistes/compositeurs font preuve d’une précision nouvelle, et d’une acuité incroyable dans leur transposition de ténèbres musicales. Aussi BM que n’importe quel groupe des origines, ils sont pourtant aujourd’hui beaucoup plus que ça, se posant en jonction improbable entre l’opacité d’un TERRA TENEBROSA et la liberté malfaisante d’un ANAAL NATHRAKH, sans copier l’un ou l’autre. Difficile pourtant de dessiner des plans précis au jugé des trois morceaux de ce nouvel EP, qui jouent la franchise tout en gardant dans les coffres les révélations les plus fracassantes. En tissant des riffs enchevêtrés, Michael Bertoldini prouve que l’ambition générale est d’apporter plus de clarté aux ténèbres, ses parties se faisant volubiles et volatiles, à cheval entre la circularité d’un MAYHEM et la fausse franchise d’un HIEROPHANT. Le chant de Marco Coslovich, grondant, invocateur, mystique, confère à l’ensemble une aura particulière et noire comme une nuit sans espoirs, tandis que la rythmique se met au diapason en provocant les ruptures, les cassures, et en acceptant sans résignation mais avec envie les soudaines accélérations et décélérations qui confèrent à cette dernière réalisation le dynamisme probant dont elle avait besoin pour marquer les esprits.

Mais difficile d’en dire plus sans en dire trop, puisque le principe de ce nouvel EP repose sur des bases de prise à rebours. Difficile aussi de nier que l’ADN du groupe est toujours le même, se cristallisant autour d’une recherche d’absolu sonore, faisant fi des barrières de styles pour imposer le sien. S’il est inutile de nier que les THE SECRET sont toujours aussi BM qu’avant, on sent que le quatuor a envie de s’affranchir de toute étiquette pour éventuellement devenir un leader unique, ayant les moyens de ses ambitions. Mais ce qui choque surtout à l’écoute de ces vingt minutes de chaos, c’est cette versatilité dont le groupe fait montre dans la brièveté, et qui permet à chaque chapitre d’être unique en son genre, et différent des deux autres. Et si « Vertigo » en intro joue les mouches du coche Hitchcock pour nous entraîner dans un tourbillon de vertige Dark Ambient en ombres chinoises, provoquant le Doom pour finalement sombrer dans les affres d’un démarquage à peine prononcé du The Tunnels des TERRA TENEBROSA, « Cupio Dissolvi » en final, évoque les plus grands moments du BM symphonique des EMPEROR et autres cacophonies à la DODECAHEDRON pour nous laisser sur une note de chaos terminal ne laissant planer aucun doute sur l’explosion que représentera un prochain longue-durée.

Trop court évidemment pour être pris pour un LP, Lux Tenebris n’en est pour autant anecdotique. D’une, parce qu’il nous permet de retrouver l’une des entités les plus fondamentales de la scène BM italienne après des années de manque. D’autre part, il nous permet de constater que les THE SECRET n’en ont pas profité pour se reposer sur leurs lauriers, et comptent bien remporter d’autres batailles. Et si leur grandeur n’est plus un secret pour personne, le voile n’en est pas pour autant levé sur leurs expectatives. Comptent-ils persévérer sur cette pluralité, ou ne doit-on voir en ces trois titres que des indices épars sur une construction plus cohérente à venir ? Il est encore possible après quinze ans d’existence de se chercher, mais ce qui est certain, c’est que le groupe va trouver un intérêt indéniable chez les amateurs de musique bruyante, mais riche et logique.

      

Titres de l'album :

                     1.Vertigo

                     2.The Sorrowful Void

                     3.Cupio Dissolvi

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 21/09/2018 à 17:00
85 %    481

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
24/09/2018 à 17:39:41
Un groupe énorme, sur album comme sur scène. L’Italie nous gâte dans ce style très sombre !

Ajouter un commentaire


The Ferrymen

A New Evil

Wayward Sons

The Truth Ain't What It Used To Be

Marduk

La Grande Danse Macabre

Various Artists

Brutal Africa - The Heavy Metal Cowboys of Botswana

The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

+ Inconcessus Lux Lucis + Nocturnal Graves

28/10 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Bizarre, ce format, j'espère qu'il veillera à ce que les places ne soient pas trop chères.


J'aime aussi cet album, sans plus mais ça le fait... Marduk n'a en effet jamais sorti de bouse, c'est à noter dans une carrière aussi longue. Et puis quand un groupe est capable de sortir des albums tels que Plague Angel et surtout Rom 5:12 après déjà de longue années d'existence, je dis simp(...)


Hé hé hé…
Une fois que j'ai eu tapé cette dernière phrase, je me suis vite dit que cela allé fuser par la suite.
Non, bien sûr, il y a plein de groupes (et c'est tant mieux) qui peuvent prétendre à une carrière aussi longue, prolifique et de qualité que MARDUK. En fait, je p(...)


@Humungus : Carcass... :-)


"Les gens vous diront qu'à l'époque, l'album n'était pas tellement apprécié, car passant du coq à l'âne où avec Panzer Division Marduk le groupe avait sorti un album unique, véloce avec une sauvagerie poussée au bout de son art pour, par la suite, donner un successeur presque "mou". J'imag(...)


Je les ai vus sur scène à cette époque. Ca tuait. Mais il faut bien avouer que cet album est fade. Il m'avait vraiment déçu à l'époque. A juste titre.


Merde...


R.I.P.


Il résume très bien la situation actuelle...


T'inquiètes, t'es pas tout seul. Cet album vaut le déplacement.


Effectivement, dur de pas penser à Chritus à l'écoute de l'album pour le moment. Même avec la plus grande volonté. Et plutôt d'accord aussi avec Humingus, sans lui et ce malgré la qualité de la musique, on passe d'un groupe stoner au dessus du lot à un groupe "comme les autres". Bien dommag(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...