Quel groupe peut sonner au prime abord comme un ENTOMBED lassé de tant d’années d’expérience, puis comme ENCOFFINATION à deux doigts du trépas, avant d’assumer des similitudes avec TRAP THEM, eux-mêmes éclipsés de l’aura des NAILS devisant avec les PLEBEIAN GRANDSTAND, tout en acceptant de devoir partager la puissance nihiliste avec des TRAP THEM pas forcément mécontents d’avoir trouvé des frères d’armes ? Et qui, de piste en break, de morceau en intro, sonnent comme une vague norvégienne de froid, comme une déferlante scandinave de haine, puis qui s’écrase sur les récifs du Grind anglais sans perdre de son impact ou de sa cohérence ? Le secret le mieux gardé de la scène italienne, qui peut se targuer de compter dans ses rangs un digne représentant de la misanthropie musicale depuis plus de quinze ans. On sait la scène transalpine incroyablement fertile depuis quelques années, mais on la redécouvre putride grâce au retour d’un de ses héros les plus néfastes, qui nous fait enfin l’honneur de s’exprimer après six ans de silence absolu. THE SECRET est donc ce secret de polichinelle, puisque le groupe est bien connu des amateurs d’extrême depuis fort longtemps. Ces mêmes amateurs d’extrême qui se sont sevrés des quatre longue-durée du groupe, poursuivant une trajectoire descendante vers les enfers depuis ses débuts. Oubliés donc les prémices de Luce en 2004, auquel ce nouvel EP fait pourtant référence de son absence de lumière, presque oublié le postulat définitif Agnus Dei, pierre de rosette d’un BM foncièrement mauvais et vénéneux, bien que la ligne directrice artistique n’ait pas vraiment changé. C’est donc avec un plaisir malsain que nous retrouvons les originaires de Trieste, revenus sur le devant de la scène macabre via Southern Lord, certainement ravis de voir leur nom accolé à celui de cette légende de l’underground. Pour autant, le retour du quatuor se fait de la façon la plus minimaliste qui soit, via cet EP, Lux Tenebris qui n’offre que trois morceaux. Mais trois morceaux qui en disent plus long que l’on ne pense sur un avenir qu’on pressent très proche.

Depuis 2012, THE SECRET a bien évidemment changé. En option quartet (Michael Bertoldini - guitare, Marco Coslovich - chant, Lorenzo Gulminelli - basse et Tommaso Corte - batterie) n’a rien perdu de sa superbe, même s’il fait pour le moment acte de parcimonie. Exit Kurt Ballou, qui laisse la place à son compagnon de route Brad Boatright pour un mastering aux proportions dantesques à l’Audiosiege, bonjour la nouvelle orientation qui enrichit le son de strates supplémentaires, toujours distillées avec flair pour créer un empilement de sons cauchemardesques. C’est bien cette progression dans la densité qui choque le plus à l’écoute de Lux Tenebris, qui malgré sa brièveté incarne une nouvelle étape importante sur le chemin de carrière des italiens. Sans se départir de leur extrémisme musical, les instrumentistes/compositeurs font preuve d’une précision nouvelle, et d’une acuité incroyable dans leur transposition de ténèbres musicales. Aussi BM que n’importe quel groupe des origines, ils sont pourtant aujourd’hui beaucoup plus que ça, se posant en jonction improbable entre l’opacité d’un TERRA TENEBROSA et la liberté malfaisante d’un ANAAL NATHRAKH, sans copier l’un ou l’autre. Difficile pourtant de dessiner des plans précis au jugé des trois morceaux de ce nouvel EP, qui jouent la franchise tout en gardant dans les coffres les révélations les plus fracassantes. En tissant des riffs enchevêtrés, Michael Bertoldini prouve que l’ambition générale est d’apporter plus de clarté aux ténèbres, ses parties se faisant volubiles et volatiles, à cheval entre la circularité d’un MAYHEM et la fausse franchise d’un HIEROPHANT. Le chant de Marco Coslovich, grondant, invocateur, mystique, confère à l’ensemble une aura particulière et noire comme une nuit sans espoirs, tandis que la rythmique se met au diapason en provocant les ruptures, les cassures, et en acceptant sans résignation mais avec envie les soudaines accélérations et décélérations qui confèrent à cette dernière réalisation le dynamisme probant dont elle avait besoin pour marquer les esprits.

Mais difficile d’en dire plus sans en dire trop, puisque le principe de ce nouvel EP repose sur des bases de prise à rebours. Difficile aussi de nier que l’ADN du groupe est toujours le même, se cristallisant autour d’une recherche d’absolu sonore, faisant fi des barrières de styles pour imposer le sien. S’il est inutile de nier que les THE SECRET sont toujours aussi BM qu’avant, on sent que le quatuor a envie de s’affranchir de toute étiquette pour éventuellement devenir un leader unique, ayant les moyens de ses ambitions. Mais ce qui choque surtout à l’écoute de ces vingt minutes de chaos, c’est cette versatilité dont le groupe fait montre dans la brièveté, et qui permet à chaque chapitre d’être unique en son genre, et différent des deux autres. Et si « Vertigo » en intro joue les mouches du coche Hitchcock pour nous entraîner dans un tourbillon de vertige Dark Ambient en ombres chinoises, provoquant le Doom pour finalement sombrer dans les affres d’un démarquage à peine prononcé du The Tunnels des TERRA TENEBROSA, « Cupio Dissolvi » en final, évoque les plus grands moments du BM symphonique des EMPEROR et autres cacophonies à la DODECAHEDRON pour nous laisser sur une note de chaos terminal ne laissant planer aucun doute sur l’explosion que représentera un prochain longue-durée.

Trop court évidemment pour être pris pour un LP, Lux Tenebris n’en est pour autant anecdotique. D’une, parce qu’il nous permet de retrouver l’une des entités les plus fondamentales de la scène BM italienne après des années de manque. D’autre part, il nous permet de constater que les THE SECRET n’en ont pas profité pour se reposer sur leurs lauriers, et comptent bien remporter d’autres batailles. Et si leur grandeur n’est plus un secret pour personne, le voile n’en est pas pour autant levé sur leurs expectatives. Comptent-ils persévérer sur cette pluralité, ou ne doit-on voir en ces trois titres que des indices épars sur une construction plus cohérente à venir ? Il est encore possible après quinze ans d’existence de se chercher, mais ce qui est certain, c’est que le groupe va trouver un intérêt indéniable chez les amateurs de musique bruyante, mais riche et logique.

      

Titres de l'album :

                     1.Vertigo

                     2.The Sorrowful Void

                     3.Cupio Dissolvi

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 21/09/2018 à 17:00
85 %    360

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
24/09/2018 à 17:39:41
Un groupe énorme, sur album comme sur scène. L’Italie nous gâte dans ce style très sombre !

Ajouter un commentaire


Orthostat

Monolith Of Time

Obscenity

Summoning the Circle

Psy-no-ark

Nodvs Gordivs

Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + Dragunov

02/03 : Black Baron, Nancy (54)

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour ce petit clin d’œil à Heavy Sound et content de t'avoir eu au sein de l'équipe dès les tout débuts de l'aventure... et longue vie à Sleeping Church Records et Metalnews !


Rien qu'avec ces deux noms ça promet d'être très poétique en effet !


Allons allons, j'ai des gens qui m'aident bien autour de moi, tu sais de quoi je parle Jus de cadavre... c'est aussi grâce à des personnes comme toi que tout cela est possible.


Cool oui l'interview ;) Un groupe, un label et le zine... Je sais pas comment tu fais Simo ! :D


Merde, mais c'est mortel RITUALS ! J'étais complètement passé à côté... Chouette interview encore une fois et bonne continuation à Sleeping Church Records ;-)


@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)


Cette année ça y va les films qui retracent l'histoire d'un groupe...

Queen, Mayhem, Motley Crue les trois a la fois, a qui le tour ? Limp Bizkit lol

Nirvana ils ont jamais rien fait ? Je me demande.