Anecdote cocasse. Alors que je cherchais en vain des informations sur un groupe de Death relativement mais moyennement intéressant, je suis tombé sur le Bandcamp d’un autre combo totalement par hasard. Et comme le hasard fait souvent très bien les choses, il s’est avéré que la musique de ces olibrius était beaucoup plus pertinente et enthousiasmante que mon choix de départ, privant les premiers d’une chronique qu’ils ne méritaient peut être pas pour plonger ces seconds dans la lumière. C’est ainsi que j’ai appris à connaître les joyeux californiens de DEAD HEAT, au nom si adapté à la canicule ambiante, et à la musique euphorique et stimulante. Et quand on pense Californie, on pense L.A évidemment, et son Glam chatoyant, mais on pense aussi à la Bay Area, et à Venice, et en associant les deux, à un Crossover heureux, débordant d’énergie juvénile et de testostérone imbécile. Dans le mille Jean-Emile, puisque ce quintet (Chris - chant, Tony & Jnut - guitares, John - batterie et Brandon - basse) s’adonne en effet aux joies du bandana, du skateboard, du regard de biais et de la street attitude, via un Thrash/Hardcore/Crossover de première bourre qui te donne justement envie d’appuyer sur le champignon. C’est donc l’occasion qui fait le larron qui écrit finalement sur un LP publié en début d’année, histoire de lui redonner une seconde jeunesse sur la toile, et convertir quelques fidèles en passant. Certain Death, sous des atours un peu méchants et une pochette parfaitement parfaite (la redondance est de mise lorsqu’on est satisfait) est donc un premier effort succédant à quelques sorties pas forcément anecdotiques, dont deux démos (Dead Heat en 2016 et Summer Promo ’18 en 2018), et qui se place sous l’égide des plus grands bâtisseurs du métissage, entendez par là les meilleurs, donc les suivants.

SUICIDAL TENDENCIES évidemment, mais aussi les foudroyants EXCEL, les fulgurants LEEWAY, pour une recette que les plus contemporains IRON REAGAN et POWER TRIP ont propulsé dans le nouveau siècle avec un talent affirmé. Et la citation des deux derniers n’est absolument pas fortuite, le niveau de qualité émanant de ce premier LP en égale les effluves les plus prononcés, ce qui en dit long sur les capacités de ces cinq marsouins venant d’Oxnard. Mais outre cette pochette qui a brulé la cornée de mon œil droit, c’est aussi cette reprise des magnifiques CRUMBSUCKERS qui a endommagé celle de mon œil gauche, un groupe se permettant ce genre de citation devant être sûr de son fait. Et c’est évidemment le cas, dès que nos oreilles tombent sur « Controller », le genre d’intro qui vous fait sortir votre ticket Thrash pour présenter au contrôleur Mosh choc. Intro rampante qui dure des plombes et qui monte en crescendo, ambiance plantée et plombée, avant un soudain décollage vers les paradis Crossover, via une rythmique haletante, des riffs battant et un chant hargneux et convaincant. En moins de trois minutes, les DEAD HEAT vous convertissent à leur culte du brutal paillard et bestial, et citent dans le texte les plus grandes références du genre, de celles que j’ai religieusement nommées en début de paragraphe. On pense évidemment à un mix fort probable entre les débuts de ST et ceux de LEEWAY, qui une fois combinés pourraient dégager assez de puissance pour égaler celle émise par « To The Core », qui en dit long sur ses accointances Hardcore. Mais en plus d’être en colère, les californiens ajoutent à notre misère des mélodies savamment distillées, et l’efficacité de guitares qui tournent à plein régime débridé. Possédant un son énorme, ce premier LP remplit l’espace de sa créativité et de son efficacité, et en restant sous la barre des vingt-cinq minutes pour dix morceaux, son impact n’en est que plus costaud.

Evidemment, en un temps si réduit, l’approximation n’est pas de mise, et il s’agit de ne pas combler les vides avec du pas grand-chose. Mais ça tombe bien, puisque le quintet à pile ce qu’il faut à offrir, entre saillie méchamment Thrash ou Speedcore (« Prisoner Of Mind »), et atermoiements entre classicisme de la Bay Area et désir d’émancipation de Venice (« Certain Death », ce riff redondant en thème principal, ça te chope par les burnes et te fait tourner comme une éolienne), et c’est donc à une vitesse effarante que passe ce premier LP qui ne prend pas la peine de perdre son temps à expliquer le comment Core du pourquoi Thrash. On headbangue du début à la fin, mais aussi gros que fin, et l’addition est salée pour les cervicales usées, et pour les esgourdes endommagées. Les chœurs typiquement NYHC complètent le tableau déjà chargé de breaks, cassures et autres inflexions de rythme qui prennent en traître, sans parler de ces lignes vocales revanchardes et braillées comme un adolescent énervé d’avoir abimé les roulettes de son skate. Et loin de moi l’idée de vous brosser une image exhaustive de la tuerie intégrale qui vous attend, histoire de vous garder un peu de surprise, mais dites-vous que ce truc est aussi Metal qu’il n’est Hardcore, ne lésant aucun des deux publics, et ne vulgarisant pas son art. Et si les affinités me poussent à voir en ces DEAD HEAT des équivalents contemporains des LEEWAY, il ne s’agit nullement d’une euphorie passagère et éphémère, mais bien d’un constat viable et objectif. Et pour s’en persuader, il suffit d’écouter le létal « The End Incomplete » qui vous laissera avec des tâches de sang dans le futal.

Ajoutez à ça s’il en est encore besoin une reprise tout à fait plus qu’honorable de la mort des CRUMBSUCKERS (le « Trapped » de 1986 passé à la moulinette de 2019), et vous obtenez un LP format EP qui sera sans doute une des révélations de l’année. Le hasard faisant toujours bien les choses, Certain Death méritait de croiser mon chemin, histoire de me préparer de plus beaux lendemains, à apprécier le jour même.       

   

Titres de l’album :

                           1.Controller

                           2.To The Core

                           3.Prisoner Of Mind

                           4.Certain Death

                           5.Judgement Day

                           6.The End Incomplete

                           7.Last Rites

                           8.Access Denied

                           9.Estamos Aqui

                          10.Trapped (Crumbsuckers cover)

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 09/09/2019 à 14:45
85 %    58

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Iroy

Donde Nace la Verdad

Abbygail

Gun Control

Mötley Crüe

Dr. Feelgood

Tool

Fear Inoculum

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Photo-report MOTOCULTOR FESTIVAL 2019

Jus de cadavre / 08/09/2019
Motocultor

BRUTAL ASSAULT 2019 - Jour 4 + Bilan

L'Apache / 05/09/2019
Brutal Assault

BRUTAL ASSAULT 2019 - Jour 3

L'Apache / 04/09/2019
2019

Concerts à 7 jours

Uneven Structure + Mobius

18/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

+ Valley Of The Sun + Dirty Raven

18/09 : Supersonic, Paris (75)

Belenos + Griffon + Nydvind

20/09 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Ultra Vomit + Astaffort Mods

20/09 : Le Rio Grande, Montauban (82)

Electric Shock + Praying Mantis + Sign Of The Jackal

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Photo Stream

Derniers coms

Cela aurait été vraiment la grande classe il y a plus de 15 ans.
Désormais beaucoup (beaucoup !) moins.
Mais bon, cela sera toujours mieux que d'être membre de DRAGONFORCE... Ca c'est certain... ... ...


Un français dans Kreator, la grande classe ! Bravo à lui !


Malheureusement KRASSIER doit annuler sa participation à cette date pour cause de blessure d'un de ses membres. Mais vous aurez droit à des sets rallongés de CONQUERORS et FREKKR.


Yesss ! Il va falloir réviser les classiques ^^


Très chouette Chronique encore une fois ! J'attends plus rien de Korn depuis des années et j'ai l'impression que le groupe n'a plus rien à proposer depuis très longtemps. Chaque nouvel album s'essouflant à peine l'écoute terminé. Mais je vais donner sa chance a celui-ci. Le morceau "Cold" est(...)


Absolument excellent !! Vivement l'album.


Nul n'est parfait mon bon...


Bien vu ! Razor que j'ai découvert honteusement il y a peu seulement. Verdict sans appel : la grosse volée !


On devrait reparler de tout ça prochainement.


Avec une pochette hommage à RAZOR...


https://youtu.be/fgNl-aD64F8


Excellent xD ! Un groupe qui fait les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.. Et le morceau est bien cool !


Un bel objet à n'en pas douter ;-)


Ouuuh qu'il me le faut ce coffret !
J'étais au Hammer Of Doom cette année là…
Super show…
Raison de plus donc pour me l'acheter.


Pareil, billet en poche, ça peut pas se louper, ça.
Quel dommage, ce festival où j'ai pu aller le mois dernier est en effet très bien organisé, avec une sélection cohérente d'artistes et une jauge parfaite tant en nombre qu'en structure.
En espérant que ce festival perdurera au d(...)


1) J'étais malheureusement déjà au jus de cette trèèès mauvaise nouvelle.
Le big boss de l'orga m'a laissé sous-entendre que le flambeau serait ensuite repris par d'autres...
Intox ?
Quoi qu'il en soit, je croise vraiment les doigts pour que cela soit vrai.
2) N'oublie(...)


Si tu n'y est jamais allé, ^profites de l dernière édition, c'est vraiment un beau petit fest bien champêtre et chaleureux, avec une prog diabolique pour un coup très, très honnête. J'y suis allé trois ou quatre fois et chaque édition était superbe.


Nile est malheureusement en mode pilotage automatique depuis une bonne dizaine d'années maintenant. Ce n'est pas forcément mal en soi, mais dans ce cas présent, les américains sont vraiment en panne d'inspiration pour ce nouveau morceau. Rien de bien captivant. A voir sur l'album entier.


Jamais été à ce fest, mais toujours entendu de bonnes critiques. Bravo à l'équipe, et c'est classe de partir comme ça sur une dernière édition !


"Pas très bon", ce qu'il ne faut pas lire comme âneries ici...