Vous connaissez bien cette histoire de courrier parvenu à son destinataire des années après avoir été envoyé. Parfois, la poste se sent facétieuse, et au lieu de délivrer la précieuse (ou pas) missive en temps et en heure (soit deux ou trois jours après envoi, localement s’entend), laisse s’écouler quelques décennies avant qu’un préposé plus curieux que la moyenne n’exhume la dite missive. C’est plus ou moins l’histoire que je m’en viens vous narrer aujourd’hui, en digressant sur le premier faux album des finlandais de DROPZONE…Dans la série « nouveauté qui en est une sans en être une », ce Rape Killing Murder se pose là, puisque ce « LP » a été enregistré en 1996, puis oublié dans les sacoches du temps, destiné à devenir à jamais un trésor perdu dans les arcanes du passé. Mais parfois, le temps fonctionne en boucle et en souvenirs qui émergent de nulle part, et c’est ainsi que plus de vingt ans après sa captation partielle, notre label national Osmose nous propose dont le premier jet de ce groupe que certainement personne ne connaît, et pour cause, puisqu’il ne fut qu’un projet initié à la table d’un bar un soir d’été. Mais le plus pertinent est encore de se référer au laïus fourni pour tenter d’en savoir un peu plus.

Björn, guitariste de son état, appréciait l’une de ces soirées de beuverie en bonne compagnie, en l’occurrence celle de Jukka Suksi, des THE FLAMING SIDEBURNS. De fil en aiguille, et je vous passe le détail de cette nuit estivale, et de bières en petit matin, le fier guitariste se mit soudain dans l’idée d’enregistrer un album de pur D-Beat à la scandinave, sans vraiment que l’on sache pourquoi. Il réserva donc quelques heures au studio MD de Munkkiniemi, sauf qu’au moment d’enregistrer, l’homme se rendit soudainement compte qu’il n’avait ni musiciens, ni chansons, ce qui pour autant ne présentait qu’un obstacle mineur selon son point de vue. Et après avoir rameuté un line-up de fortune parmi ses connaissances (avec dans les bagages des membres de FLAMING SIDEBURNS, GANDALF, KYYRIA, HIM, et HYBRID CHILDREN), DROPZONE vit le jour, en tirant son nom du film éponyme…(un vrai chef d’œuvre avec du vrai Wesley Snipes et des morceaux de Gary Busey dedans, c’est vous dire le pedigree, même en 1994).

Toujours est-il que malgré cette soudaine complétude et quelques titres brossés à la hâte, le fameux premier album de ce projet improbable ne vit jamais le jour, puisque pas forcément peaufiné à l’époque, et laissé dans les tiroirs. Il aura fallu un coup de fil de Pale, le bassiste en cause, à notre ami Hervé d’Osmose pour réveiller les démons du passé, et enthousiasmer notre label préféré, qui décida tout de go de sortir la chose en CD et LP ! Certainement éberlué par les bandes écoutées, Hervé nous offre donc ce faux LP d’une durée très limitée de treize minutes à peine, mais à l’impact émotionnel magnifié par la pertinence et la violence dont il fait preuve. S’il est certain que les bases du Crust et du D-beat ont fait partie à une époque du pain quotidien de ces bourrins, le Grind ne devait pas non plus les rebuter, comme le prouvent certains passages aux BPM bien corsés. Et malgré le travail accompli sur les bandes pour les actualiser, on reste médusé devant tant de pertinence dans l’agression, au point qu’il est très difficile de croire que Rape Killing Murder accuse vingt-et-une années d’existence fantôme au compteur…

 

Certes, et je ne vais pas jouer les hâbleurs de criée, ici, rien n’est original, encore moins foncièrement osé. On nage en pleine adaptation des standards de DISCHARGE, revus et corrigés finlandais, mais la puissance dont fait preuve le quatuor est tout bonnement impressionnante (Pale - basse, Björn - guitare/batterie, Jeska - chant et Gas - chant/guitare/batterie), et nous met à terre en moins de temps qu’il n’en a fallu aux instigateurs pour ramener le projet à la surface. Doté d’une production énorme, cet EP est tout à fait d’actualité, et se permet même de faire la nique aux références actuelles de sa hargne et de sa pertinence. En s’offrant un mixage de roi permettant à tous les instruments de faire la loi, Rape Killing Murder n’est qu’un concentré de haine et de hargne qui séduira tous les amateurs de Crust/D-Beat violent, dans la plus grande tradition des URSUT, ANTI-CIMEX, EXTREME NOISE TERROR, mais aussi WOLFPACK, puisque la démesure semble être un paramètre minutieusement pris en compte à l’époque. Travaillé à la console par le maître Hiili Hiilesmaa (THE 69 EYES, APOCALYPTICA, HIM, LORDI, MOONSPELL ou SENTENCED), ce projet annexe fait souffler un vent de folie sur vos enceintes, et vous entraîne dans une tranche de passé qui a profité d’une exhumation fortuite pour éviter d’être définitivement embaumée, et perdue pour le compte, bien tassée. On y trouve des inflexions vocales dignes d’un Kelvin "Cal" Morris période Hear Nothing, des accélérations dantesques et contemporaines, une basse claquante, cinglante et brillante qui fouette la rythmique dans tous les sens, et une grosse poignée de riffs aussi teigneux qu’ombrageux, pour un résultat qui malgré sa brièveté joue la carte de la diversité, brillamment résumée par l’entrée en matière éclatée de « Persecuted In Existence ». Mais la suite n’est pas forcément à l’avenant, et chaque tranche vaut son pesant, de décibels et de cris bien sûr, mais aussi d’absence de tutelle, puisque le side-project existe de lui-même, et pas seulement à l’ombre des références les plus usuelles (« Enslaved Forever », à la limite du Death Crust, un peu comme si ENTOMBED avait repris à l’époque les ANTI-CIMEX).

Mais le cachet anglais est patent au travers de titres aussi dantesques et intermittents que « Testify The Misery », sorte d’adaptation 90’s du « Protest And Survive » de qui vous savez, avec basse à la Shane Embury jouée par Dan Lilker, alors que quelques saillies purement Grind nous sont chaudement servies (« Manhunt », qui rappelle d’ailleurs méchamment BRUTAL TRUTH dans son entame patibulaire). Le tout se termine dans l’euphorie la plus totale, via un exubérant « Grande Finale », qui n’a pas usurpé son titre de son vivant. Alors, vingt ans, qu’est-ce que c’est au final ? Juste une durée, un moyen de mesurer ? Les deux, mais surtout, le temps qu’il aura fallu attendre pour déguster cette déflagration en pleine face, que l’oubli a transformé en bombe en fragmentation, dévastant tout sur son passage pourtant pas très long. Alors merci à Pale d’avoir glissé à l’oreille quelques notes de merveille à notre ami Hervé, qui s’est chargé de ramener à la vie un projet pas si futile qu’il n’y paraît. Espérons juste que la prochaine fois que Björn picole un peu trop, et qu’il décide de rentrer en studio, il s’assure que son produit est bien fini, et prêt à être distribué, avant de reprendre une tournée.


Titres de l'album:

  1. Persecuted In Existence
  2. Enslaved Forever
  3. The Bloodbath of Innocents
  4. The Blood Runs In Streams
  5. Testify The Misery
  6. Manhunt
  7. War's No Fairytale
  8. Grande Finale

Facebook officiel


par mortne2001 le 26/01/2018 à 18:03
80 %    327

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Commercial ou pas pour moi le Black Album est une énorme réussite.
La production met encore à l'amende bien des prod actuelles ! Le fait que les gens aient été très déçu de l'orientation prise par le groupe à l'époque, biaise le regard sur cet album selon moi. Si ça n'avait pas ét(...)


Evidemment que le black album était commercial: on ne serait pas encore à disserter dessus 28 ans après si ce n'était pas le cas. De là à dire que ce n'est pas une réussite...
Marrant cette propension du metalleux à vouloir d'un côté se démarquer à tout prix (en se targuant par ex (...)


C'est le nouveau dead can dance ?


Pas mal du tout, ça


Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)