Comme des Revenants Parmi les Ruines

Sacrenoir

24/06/2023

Sepulchral Productions

Je connaissais sacrebleu et Sable Noir, je connais maintenant SACRENOIR, qui pourrait donc être une sacrée aventure dans un village oublié de tous, sauf des esprits. D’autant que le premier album de ce concept nous propose de marcher parmi les revenants, ce qui ne fait qu’accentuer cette sensation de malaise et de désolation. SACRENOIR n’en est pas pour autant un bal des débutants, puisqu’on retrouve à ses commandes deux légendes de la scène québécoise du Black Metal, Athros (BRUME D’AUTOMNE, FORTERESSE) et Monarque (MONARQUE, FORTERESSE), qui se connaissent donc bien et partagent des goûts communs.

Notamment celui d’un Black Metal de tradition, tel qu’il était pratiqué dans les années 90, décennie glorieuse et combattante qui permis l’émergence des figures iconiques que sont aujourd’hui encore MAYHEM, IMMORTAL, DARKTHRONE, GORGOROTH, et toute la clique des adorateurs de boucs nordiques.

Le voyage est donc bien balisé, et ce Comme des Revenants Parmi les Ruines évoque à merveille une procession entre des tombes fatiguées menée par des prêtres encapuchonnés dont le but n’est pas de célébrer la vierge Marie ou l’enfant divin Jésus, mais bien d’honorer les morts en toute tranquillité, Belzébuth à leurs côtés pour approuver la démarche blasphématoire.

Cous l’aurez compris, SACRENOIR joue la carte du classicisme à outrance. Nostalgique mais pertinent, ce premier album nous ramène parmi les brumes norvégiennes des années 1990/1994, lorsque nous errions dans les limbes à la recherche du sens de la mort. On appréciera donc ces morceaux qui baignent dans leur vieux jus, et qui exhalent une odeur fétide de profanation de sépulture, quelque part entre le DARKTHRONE le plus propre et le GORGOROTH le plus primesautier.

Athros et Monarque ont donc joué une bonne carte, et se sont tenus à un cahier des charges très strict. Au niveau du son tout d’abord, sec, rachitique, aux médiums exagérés et aux graves étouffés, mais aussi en termes de composition. Un seul riff, digressé à l’envi, une atmosphère entre vautours au-dessus d’une charogne et vents tourbillonnants, une voix méchamment éraillée qui éructe des textes en français, et une certaine conception de statisme pour coller au plus près aux dogmes BM des origines.

Pour autant, ne craignez pas un minimalisme tenant du misérabilisme d’inspiration. Les deux compères respectent trop le style pour le rendre stérile et sans but, et ont arrangé de longues pistes évolutives, débordant de violence et de haine envers la lumière du soleil. Ainsi, le monstrueux « Étouffés par les Flammes » synthétise tout ce que le Black a pu nous apporter depuis sa création, cette lancinance éprouvante, cette sécheresse d’épouvante, ces textes fascinés par l’enfer et ses créatures, et achève de nous convaincre du potentiel nostalgique d’un disque clairement tourné vers l’arrière.

Les mordus me diront sans doute, « oui, certes, mais nous connaissons déjà tout ça par cœur ». Et ils auront raison, plaquant sur la platine un vieux vinyle d’A Blaze In The Northern Sky pour renforcer leur opinion. La ressemblance est en effet frappante, mais le mimétisme n’en est pas pour autant la seule arme utilisée. Alors que DARKTHRONE était parfois bloqué sur une idée, SACRENOIR se permet quelques fantaisies rythmiques, à l’occasion d‘un break plus malin que la moyenne, comme celui qui agite le sautillant « The Blade of Satan ».

Tout ceci est donc rondement mené, et accepte parfois des crises de colère assez surprenantes. On se prend donc à sautiller sur le terrassant « Épuration » dont l’intro décalée découle sur un couplet exhorté et condamné, ou à suer comme de gros porcs en franchissant les portes de l’enfer du morceau éponyme, qui impose un mid tempo basique mais incroyablement catchy.

Beaucoup plus qu’une simple copie bon marché, Comme des Revenants Parmi les Ruines apporte une bouffée d’air frais au mouvement puriste, et détourne légèrement les codes old-school pour s’affirmer comme concept viable. En acceptant la grosse partie immobiliste de l’ensemble, et en appréciant les quelques digressions plus personnelles (« Vers d'autres Mondes » et sa mélodie grossière et populiste), on digère un album rondement mené, qui commence sous les feux de la nuit (« Mille Nuits ont Passé »), pour se terminer sous la lueur blafarde d’une aube condamnée (« Parmi les Ruines », final Ambient harmonieux et velouté).

Une entrée en matière tonitruante, qui profite de l’expérience de deux musiciens entièrement dévoués à la cause, et qui ensemble, ont créé un hommage parfait à leurs influences les plus marquantes.               

                                       

                        

Titres de l’album:

1. Mille Nuits ont Passé        

2. Portail Vampirique

3. Étouffés par les Flammes  

4. The Blade of Satan

5. Épuration               

6. Le Puits du Diable 

7. Aux Portes de L'enfer       

8. Vers d'autres Mondes       

9. Parmi les Ruines


Facebook officiel



par mortne2001 le 24/06/2023 à 17:58
78 %    417

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Enslaved + Svalbard + Wayfarer

RBD 20/03/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : BLOODY RITUAL

Jus de cadavre 17/03/2024

Vidéos

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Tourista

Au delà du commerce qui brûle, ce qui est ÉVIDEMMENT regrettable pour l'entrepreneur et la clientèle, il est difficile de ne pas voir le côté comique de l'événement... Au pays des clochers qui ont servi si souvent de barbecues.  (...)

15/04/2024, 18:21

Simony

Oh ça va on rigole ! Pour une musique qui se dit en désaccord avec le concept de religion, je trouve que l'on sacralise et idolâtre un peu trop de choses dans cette scène.C'est dommage c'est sur mais c'est que du matériel, ça va !

15/04/2024, 16:14

Labbé

je plussoie ! cet album est effectivement fort fort bon... mention spéciale pour Howl of Gleaming Swords. Merci pour la découverte ! 

15/04/2024, 15:01

LeMoustre

Le niveau des commentaires ici ça fait peur

15/04/2024, 14:25

LeMoustre

Oh purée !!! Merde !Moi qui ai eu la chance de pouvoir y trainer une demi journée entière (il les fallait) a la recherche de perles d'époque, émerveillé par ce magasin-musée, c'est bien fâcheux cette news.U(...)

15/04/2024, 13:47

Humungus

Y'a des gens ici qui sont trop "Trve".

15/04/2024, 06:54

Satan

Y a des gens ici qui n'ont aucun sens de l'Histoire et un sens de l'humour franchement bas-de-plafond.

14/04/2024, 23:29

azerty666

Résidu de Slayer, mouhahahahahaaaa ^^

14/04/2024, 20:10

Tourista

Un beau black friday.

14/04/2024, 15:48

Benstard

Putain ça me fait mal comme c'est en bois.

14/04/2024, 08:21

Humungus

Ah mais ouais !!!Il m'a fallu 24h pour comprendre... ... ...

14/04/2024, 06:55

Tourista

J'ai mis du temps à capter !! 

14/04/2024, 05:40

Tourista

14/04/2024, 05:39

Saul D

Jinx, j'y ai pensé, mais ils chantent en anglais je crois.... ( "stand up for rock'n'roll power", si je ne me trompe pas...)...je pensais sinon à un groupe entre Trust et Satan Jokers ( pour le son), Attentat Rock, c'est plus rock'n'roll que h(...)

13/04/2024, 16:44

Tourista

Fan service. La voix me fait chier d'une force, par contre... Clairement ce ne sera pas un album pour mézigue. Je comprends mieux pourquoi je n'ai jamais accroché à Death Angel, et c'est pas faute d'avoir essayé depuis 35 piges.

13/04/2024, 10:31

Rudy Voleur

13/04/2024, 06:59

Arioch91

on veut du sonOu pas   

11/04/2024, 20:01

Moshimosher

Cool ! Une avant-première du prochain Burzum ! Maintenant qu'on a la pochette, on veut du son !!!

11/04/2024, 18:49

Simony

On sait où était Varg Vikernes à ce moment là ?I'm on my way to burn the shop....

11/04/2024, 15:52

grosse pute

Le karma

11/04/2024, 12:40