Rotten Human Kingdom

Subterraen

20/11/2020

Transcending Obscurity

Transcending Obscurity, pourvoyeur de travers musicaux en tous genres, quatre titres pour quarante-huit minutes dont un interlude d’à peine deux, la sentence paraissait irrévocable et inévitable. OUI, et en majuscules, les SUBTERRAEN se vautrent dans la fange Doom et Sludge, comme le goret dans sa soue, et n’ont pas honte de leur déviance en lourdeur majeure. L’on aurait pu croire la belle ville de Nantes si joliment chantée par Barbara plus propice aux divagations romantiques, mais visiblement, la cité des Pays de la Loire pousse aussi ses musiciens à la lucidité urbaine la plus désolée, de la même manière que Denver oblige ses résidents à sombrer dans la violence la plus crue. Nous sommes ici bien loin d’une ode de saison à l’automne, et si les feuilles tombent dans les faits, autant être dure de la sienne pour apprécier ces longues litanies qui ne prennent pas en pitié nos tympans. Pour être honnête, il est même possible d’appréhender ce premier album comme la bande-son idéale d’une époque de noirceur, de solitude, de désespoir et d’envie de suicide, entre des décisions gouvernementales à l’emporte-pièce, la condamnation des petits commerces, le renforcement de l’état policier, et ce sentiment d’insécurité qui nous étreint tous lorsque nous pensons à l’avenir. Visiblement, le concept d’avenir n’existe pas pour ces trois nantais, qui ne conçoivent la musique que dans le passé (la note qui s’achève) et le présent (celle qui commence à naître). Et comme tous les fidèles suivant la procession du Sludge et du Doom vers les cathédrales de douleur artistique, les SUBTERRAEN prennent leur temps, imposent des ambiances pesantes, et cheminent d’un pas éléphantesque sur la route de la résignation.

Pas étonnant que ce label ait insisté pour signer les nantais : ils représentent la quintessence de la direction artistique de la maison de disques indienne, et sont parfaitement à leur place dans son cheptel d’animaux torturés à l’esprit tortueux. Fondé en 2017, SUBTERRAEN n’a rien publié dans l’ombre pendant trois ans, travaillant son grand soir pour qu’il ressemble à une nuit éternelle. Milvus (batterie), Chris KKP (guitare, design sonore) et Clem Helvete (guitare/chant), ont profité de leur expérience au sein de combos comme ABJVRATION, HKY, HANGMAN'S CHAIR, TIME TO BURN, HUATA, EVERY REASON TO ou OWL COVEN pour se bâtir un répertoire solide, qu’on imagine très bien émaner du soupirail d’une vieille cave nantaise, à l’abri des regards et du jugement des passants. Alors Doom et Sludge, forcément, puisque la rythmique ne franchit jamais le cap de la blanche appuyée, puisque la guitare reste bloquée sur des thématiques graves et redondantes, mais pas que, puisque ce chant capté du fond des temps nous indique aussi des accointances Post Black Metal, voire Black tout court. Ainsi l’appellation vulgaire de Blackened Sludge semble être la bonne, malgré son côté trivial et inventé, mais la musique du trio s’apparente plus facilement à une expérience de douleur auditive et sensorielle, unissant les obsessions hypnotiques de NEUROSIS, l’acidité létale et la vilénie de PRIMITIVE MAN, et le goût immodéré pour les immondices de l’humanité d’EYE HATE GOD. Et à la lecture de ces trois références, tous les vicieux et pervers Noise de la création de prendre le train en marche, et de faire fonctionner leurs instincts de petits voyeurs à deux sous. Mais vous avez raison, rejoignez-nous. La morale n’a rien à faire ici.

Ici, seule la perversion s’impose, et dans les grandes largeurs. Sonnant comme un énième coup de génie du tandem Kurt Ballou/Brad Boatright, Rotten Human Kingdom empeste la rancune, le rance, les égouts de l’âme qui débordent, et l’envie de se terrer au creux de la résignation pour oublier l’injustice d’une époque vaine et sans porte de sortie. « Blood for the Blood Gods » met d’ailleurs les choses bien au point, aucune lumière ne filtrera par les persiennes, et personne n’en ressortira grandi, bien au contraire. Le son est ample, comme un ciel d’orage, les deux guitares sonnent comme l’hallali, et la batterie sourde donne le la d’une marche sans but, sentiment mis en exergue par un chant exhorté comme un dernier soupir, ou un avertissement arrivant trop tardivement. L’approche est classique, mais le rendu est personnel, les breaks et cassures nombreux, mais l’homogénéité ne souffre pas de ces changements de cap. Ici la logique de l’unicité est reine, et les motifs insistants, pourtant, il émane quelque chose d’étonnamment progressif de ces longues compositions. Le savoir-faire des uniques NEUROSIS revient à la surface, et si le surplace à tendance à dominer les débats, il n’est jamais gratuit. Il impose une humeur, un ressenti, et vous oblige à regarder le démon en face. Et si dans le fond, « For a Fistful of Silver » n’est pas vraiment différent et représente plus une extension qu’une suite, le chant brulant les poumons déchaîne les idées les plus sombres, et le processus de contamination a déjà commencé : le virus est en vous.

« Oceans are Rising » pourrait être considéré comme une rupture dangereuse pour le groupe, mais sa parcimonie en mélodie amère joue justement sur les nerfs, et accentue la claustrophobie. Comme un mince filet d’air passant par les interstices du cercueil, il vous laisse humer une dernière fois la vie, avant que l’interminable et éprouvant « Wrath of a Downtrodden Planet » ne referme le couvercle de sa lourde et emphatique intro.

Véritable pamphlet composé à la gloire du Doom le plus maladif, cette clôture de dix-huit minutes est en quelque sorte la synthèse parfaite des méthodes peu recommandables dont use le groupe tout au long de ce premier album. Il y a du GOATLORD là-dedans, des intentions claires, et une lancinance en goutte d’eau qui fait déborder le vase de la patience. Avec un break central grave comme un diagnostic fatal, et une reprise encore plus écrasante, cette épiphanie d’insistance à raison de nos derniers espoirs, et se termine dans un crescendo répétitif, mantra noir et triste épilogue d’une vie sans importance. Et si les SUBTERRAEN souhaitaient mettre en illustration le désespoir d’une époque annonciatrice de temps encore plus cruels, il ne s’y serait pas pris autrement : son premier album est aussi enthousiasmant qu’une sentence de prison prononcée sans un trémolo dans la voix par un juge blasé.                           

              

                                                                                                                               

Titres de l’album:

01. Blood for the Blood Gods

02. For a Fistful of Silver

03. Oceans are Rising

04. Wrath of a Downtrodden Planet


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 25/08/2021 à 14:52
82 %    697

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

J'irai Mosher chez vous ! Episode 4 : Seattle

Jus de cadavre 12/08/2022

J\'irai mosher chez vous

Suffocation + Kharkov

RBD 08/08/2022

Live Report

Hysteria

mortne2001 04/08/2022

From the past

Voyage au centre de la scène : DEATH POWER

Jus de cadavre 31/07/2022

Vidéos

Incantation + Akiavel + Horror Within

RBD 30/07/2022

Live Report

Appetite For Destruction

mortne2001 21/07/2022

From the past

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 3

mortne2001 18/07/2022

La cave

HELLFEST 2022 / Part 2 / Du jeudi 23 au dimanche 26 juin

Jus de cadavre 06/07/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Gang + Balls Out + Overdrivers 20/08 : Place Du Rietz, Burbure ()
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
fallwarden

Fred :  pourquoi devrait il avoir l'honnêteté de parler de ses convictions politiques ça n'a rien à voir avec le sujet de l'interview. Si ce type était d'extrême gauche, tu lui reprocherais de ne pas en parler?

16/08/2022, 06:43

Fakino

Excellent ! J'adore leur style musical Faaitoito Aroma et TE RUKI

15/08/2022, 20:50

David ghetto

Manque de rythm sur le montage mais le son est lourd !

15/08/2022, 13:46

Steelvore666

Excellent titre pour un putain d'album, que je ne saurais que trop conseiller à ceux qui sont passés à coté jusqu'à présent.

15/08/2022, 10:11

Simony

Extraordinaire album ! En tout point d'accord avec cette chronique. De mon côté l'influence de CHRISTIAN DEATH est plus que perceptible en effet.

15/08/2022, 10:00

Humungus

Pourquoi pas De Villiers avec un t-shirt DISRUPT ?

15/08/2022, 09:10

Stench

Musicalement c'est plutôt bon mais qu'est-ce que le chant manque de puissance ! 

14/08/2022, 07:43

Humungus

Fan de l'Action Française avec un t-shirt DROPDEAD...J'approuve.

12/08/2022, 23:08

Humungus

Hé hé hé...Dans ce genre d'attroupement, le back patch DISSECTION méritant le haut et court et pour le mieux le goudron et les plumes... ... ...

12/08/2022, 23:02

pierre2

Je préfère mon Nick bougon dans Paradise Lost....   

12/08/2022, 19:58

FaFa

Fred, sale petite pute de balance, lâche de gauchiste. Fallait lui dire en face. Et ses convictions n'ont rien à voir avec la musique. Pauvre tocard.

12/08/2022, 15:40

Jus de cadavre

Merci ! Et non pour la veste à patch ha ha ! On était déjà bien grillés en tant que frenchies (avec notre accent et... nos bouteilles de rouge !) je voulais pas en rajouter pour se faire remarquer

12/08/2022, 13:44

Humungus

Non, non Jus de cadavre, tu as très bien fait de poster ce nouvel épisode.Même si je ne compte absolument pas aller à Seattle ou Vancouver un jour, c'est toujours très intéressant d'avoir une vision autre d'une ville, d'une r&eac(...)

12/08/2022, 13:08

Humungus

Mouais...En même temps, des groupes qui font du playback dans un hangar en guise de clip, y'a pas que ces deux là hein... ... ...

12/08/2022, 12:56

Moi

Je confirme, le réalisateur est le même pour les 2 vidéos, et le créateur de Gaerea

12/08/2022, 11:43

Jean

C’est vrai que la plupart des artistes ont déjà tourné dans des festivals cet été en France . C’est pas la folie 

12/08/2022, 09:06

Humungus

C'est moi ou l'affiche n'est vraiment pas folle cette année ?

12/08/2022, 07:10

Fred

Croisé une fois, ce mec est une sorte de connard fan de l'Action Française et nostalgique d'un temps révolu, dommage qu'il n'ait pas l'honnêteté d'en parler dans cet interview. Saoulant et gavant.

11/08/2022, 21:06

Jus de cadavre

Merci pour ce très bon report (comme d'habitude) RBD.Nous avons encore et toujours la même vénération pour Suffocation, hé hé. Un groupe éternellement en immense forme sur scène. On se demande quand ils baisseront de r(...)

11/08/2022, 18:39

Simony

Je retiens MOOR et DEATH FILE RED avec LYMBOLIC SCYTHE dans un coin de la tête parce qu'il y a quelque chose je trouve dans cette démo...Merci Mortne2001 pour cette mise en lumière des suintantes abimes du Metal

11/08/2022, 08:20