Rien ne Suffit

Plebeian Grandstand

19/11/2021

Debemur Morti Productions

Je n’ai jamais vraiment su ce que les toulousains de PLEBEIAN GRANDSTAND jouaient comme musique, et je m’en suis toujours moqué. Certains parlent de Black avant-gardiste, d’autre de Mathcore sans vraiment savoir de quoi il en retourne, on évoque même le terme très galvaudé et imprécis de Powerviolence lorsqu’on écoute leurs albums. Or, on sait pertinemment que les groupes détestent les étiquettes, spécialement celles trop précises et qui plus est, fausses. Alors, je me contente depuis longtemps d’accepter le fait que cette musique en appelle au ressenti extrême le plus extrême, le plus chaotique, et si j’ai accolé au nom du groupe un ou plusieurs genres définis, c’est par lisibilité, pas par conviction.

Ma rencontre avec le collectif français date de 2007, lorsque j’ai chroniqué leur premier EP, The Vulture’s Riot. A l’époque, le groupe cherchait encore ses marques, avançait un peu gauchement, comme dépassé par les contours d’une philosophie encore brouillonne, mais aux dogmes précis. Je les ai rencontrés à nouveau lors d’un split avec CORTEZ, mais étrangement, je ne me suis jamais mêlé de leur discographie longue-durée, sans savoir vraiment pourquoi. Alors, comme pour réparer une faute admise, je me penche aujourd’hui sur leur quatrième album, intervenant cinq longues années après le terrorisant False Highs, True Lows, qui en quatre simples mots rodait encore une fois le leitmotiv de la formation. Des hauteurs aux allures de précipices, et des précipices en forme d’abysses insondables. Mais j’ignorais que ces musiciens seraient capables de creuser encore plus profondément pour enterrer le cadavre du conformisme. Chose faite à grands coups de pelle avec Rien ne Suffit, qui se suffit à lui-même mais à qui rien ni personne ne suffit.

Rien ne Suffit ne déroge à aucune règle établie par les toulousains, sauf celle de titres en français, qui permettent au public de mieux comprendre le désespoir qui les anime. Superbement traduit en image par Olivier Lolmède, qui de cet enfer de mains tendues dans le vide transpose admirablement bien la déconstruction musicale et le message d’appel à l’union qui résonne dans le fracas des grandes villes déshumanisées. Car sur cet album, PLEBEIAN GRANDSTAND a choisi la difficile méthode du puzzle mélangé, que l’on redessine à loisir selon le nouveau motif que l’on souhaite exprimer. En prenant ses racines les plus profondes (Jazzcore, Hardcore, Black, Post, Expérimental), PLEBEIAN GRANDSTAND leur fait adopter une nouvelle courbure, comme les japonaises s’enferment les pieds dans des souliers trop petits pour souffrir et leur offrir une nouvelle forme, plus restreinte. Sauf qu’ici, c’est l’expansion qui règne. L’expansion des sons, des cris, des approches, des styles abordés qui couvrent l’Ambient, le Black Jazz, et à la manière d’une tragédie du Vésuve revue et corrigée lave du vingt-et-unième siècle coulant sur les pays comme un acide humain, Rien ne Suffit souligne le fait que la destruction ne suffit pas. Et donc, que l’annihilation totale est de rigueur, sans rien reconstruire derrière que ce paysage désolé aux reliefs chaotiques.

Sept ans sans changer de line-up, avec toujours en rôle de pivot Simon Chaubard (guitare) et Adrien Broué (chant). La section rythmique composée d’Olivier Lolmède (basse) et Ivo Kaltchev (batterie), fidèle au poste elle aussi se permet des exactions magnifiques, à l’image de l’entame hautement déséquilibrée de « Masse Critique ». En plein fill jazzy-électronique, Ivo Kaltchev se sert de sa frappe instable et irrégulière pour instaurer un climat de défiance et de pression, augmentée par les cris désespérés d’un chanteur qui a abandonné la narration linéaire depuis longtemps pour se livrer au petit jeu de la catharsis vocale.

Après ces trois minutes et quelques de concentré d’abus, de dérives humaines nous menant à la perte d’un gigantesque chaos que nous avons-nous-mêmes provoqué, « À Droite du Démiurge, à Gauche du Néant », prend les choses en mains arthritiques et aborde la véritable entrée dans l’album après ce choc frontal. Plus de sept minutes d’ultraviolence décomposées en trois actes, avec des allusions plus que poussées à la scène BM française, des hurlements à faire pâlir le pire haut-parleur Hardcore de la création, avant de sombrer dans l’Indus/Electro le plus glauque et désespéré, à faire passer EINSTURZENDE NEUBAUTEN et IN SLAUGHTER NATIVES pour des clowns de l’apocalypse à peine bons à faire peur aux enfants de moins de six ans. Sur cette longue évolution, le quatuor ose tout, se permet toutes les audaces pour perturber, nous sort de notre zone de confort pour nous montrer la réalité blafarde telle qu’elle est : un vieux néon à l‘intensité chancelante peinant à illuminer les derniers vestiges de notre civilisation, ces tours de béton qui se tassent sur elles-mêmes avant de s’écouler sous le poids de l’indifférence.

Se sortir de la zone de confort, et regarder la réalité en face : telle est justement la mission de Rien ne Suffit, qui peut être compris de bien des façons. Rien ne suffit plus pour rétablir la barre, Rien ne Suffit plus pour éviter le naufrage, Rien ne Suffit pour faire semblant d’être heureux, Rien ne Suffit pour cacher la vérité.


Rien ne Suffit       

 

De là, l‘expression revêt bien des costumes, sans illusions, sans fard. « Tropisme » torture MINSITRY sous les yeux de FRONT 242, « Part Maudite » se cale sur la ligne du parti BM le plus cru, avec une pluie de blasts incessante d’Ivo Kaltchev, le poumon de l’album. Et si les musiciens semblent chacun jouer une partie différente n’ayant rien à voir avec le tout, cette sensation ne fait qu’appuyer un peu plus le désir de l’album de nous malmener, et de nous obliger à déconstruire notre audition pour la reconstruire différemment.

« Espoir Nuit Naufrage », introduit façon Super 8 par des voix fantomatiques et quelques notes éparses nous enfonce encore un peu plus dans le cauchemar Ambient que le groupe développe. Lancinance éprouvante, itérations irritantes, chant de plus en plus grave, le chemin est encore long vers une rédemption qui ne sera jamais accordée. Mais chaque son, chaque intervention, chaque lamentation exhortée par Adrien Broué, chaque non-riff joué par Simon Chaubard nous permettent d’appréhender la réalité des faits : l’horreur ne suffit plus à PLEBEIAN GRANDSTAND, qui atteint aujourd’hui les sommets de l’abomination.

L’album le plus déprimant et souillé de l’année, et peut-être même plus. Et si Rien ne suffit, il n’est pas non plus recommandé de se contenter du minimum.

Pourrir encore vivant pour mourir plus vite.

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Masse Critique

02. À Droite du Démiurge, à Gauche du Néant

03. Tropisme

04. Part Maudite

05. Angle Mort

06. Espoir Nuit Naufrage

07. Nous en Sommes là

08. Rien n'y Fait

09. Jouis, Camarade

10. Aube


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 04/12/2021 à 14:59
98 %    99

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Ils nous enterreront tous ces cons là ! Même Drucker fera pas le poids !

19/01/2022, 19:20

foja

masters. jamais vraiment

19/01/2022, 19:15

Simony

J'avoue qu'elle est pas de moi, c'est Jus de cadavre qui avait proposé ce style pour SCORPIONS et j'ai trouvé que ça leur allait bien

19/01/2022, 18:10

pierre2

"Never Retired Hard Rock Masters, Allemagne"J'avoue, j'ai ri - merci !

19/01/2022, 15:11

Humungus

Merci grin.(sic)

19/01/2022, 13:36

grinder92

@humu : tu cliques sur le tag "Druid Lord", ça te proposera cette chronique et également celle-ci : http://www.metalnews.fr/chroniques/grotesque-offerings 

19/01/2022, 10:35

Simony

C'est un des groupes dont j'attends leur nouvel album, le titre partagé m'avait beaucoup plu, à creuser car la chronique donne clairement envie.

19/01/2022, 08:12

Humungus

Comment fait-on pour retrouver ta chronique de leur deuxième galette ?

19/01/2022, 07:29

Humungus

Une de mes découvertes de l'an dernier...Hâte de foutre une oreille sur cet album putain !

19/01/2022, 07:26

Simony

En rappel avec The Number Of The Beast, The Evil That Men Do, Iron Maiden et Sanctuary....   

18/01/2022, 23:20

Kerry King

Un concert de Maiden sans Fear of the Dark c'est pas vraiment un concert de Maiden.

18/01/2022, 19:02

Simony

Merci Gargan, c'est corrigé.

18/01/2022, 14:32

Gargan

C'est leedET. Suis curieux d'écouter les autres titres, en espérant qu'ils gardent l'urgence de l'extrait mis en avant. Aucune info sur le line-up, mis à part le type de mare cognitum au chant.

18/01/2022, 10:32

Simony

Idem pour moi Eyziel, pas convaincu du tout de ce second extrait. A voir dans la globalité de l'album comme tu dis.

18/01/2022, 08:02

Simony

Ben moi je prends cette idée. Ils l'avaient fait pour A Matter Of Life And Death et c'était vraiment bon. Et comme ce dernier album me plait beaucoup... why not ? Reste à savoir si la date de juin à Paris aura bien lieu...

18/01/2022, 08:01

eyziel

Je l’attends énormément mais je ne suis pas super convaincu des morceaux dévoilés, surtt dark horse. Après on verra un album de Messa ça s’écoute d’une traite. 

17/01/2022, 22:48

Jus de cadavre

Je l'ai trouvé efficace mais très impersonnel. La prod générique au possible y est pour beaucoup.

17/01/2022, 19:13

LeMoustre

Il est très bien ce titre.

17/01/2022, 17:37

Goughy

Le saviez-vous ?2 morceaux (le 1 et le 11) se trouvent sur aussi l'album de reprises d'Helloween "Metal Jukebox"Je ne sais qu'en déduire : influence majeure de ces morceaux sur la scène heavy/speed ? ou perception "différente" (...)

17/01/2022, 16:31

faga

Groupe sucoté

16/01/2022, 21:26