Will of the Warrior

Trapmaker

21/12/2020

Autoproduction

J’ai commencé à écouter du Metal dans la première moitié des années 80, ce qui explique que j’ai connu le boom créatif post NWOBHM. A l’époque, lorsqu’un disque sortait, on se demandait toujours ce qu’on allait y découvrir, et les surprises (de taille) étaient monnaie courante. Alors que BON JOVI popularisait le Hard FM, SLAYER sortait Reign in Blood et POISON Look What The Cat Dragged In, alors que FAITH NO MORE fomentait la Fusion, tandis que les prémices du Death et du Black se faisaient sentir via les exactions de HELLHAMMER et POSSESSED. C’était une époque bénie où tout était possible, et où tout pouvait être inventé, pour peu que les musiciens fassent preuve d’un certain culot doublé de talent. Triste constat, aujourd’hui en 2021 et depuis de longues années, lorsque je chronique un album, je me demande simplement quel groupe majeur le combo abordé va pomper jusqu’à la moelle, et quelle tendance des années 80 il va honorer. C’est assez sombre comme état des lieux, mais il faut reconnaître que plus de la moitié de la production actuelle est encombrée d’ensembles se vautrant dans le faux hommage old-school, choisi par passion ou par fidélité, et que tous les combos ressemblent à de pâles copies de nos héros des eighties. Mais avons-nous d’autre choix que de faire avec et d’essayer d’en tirer le meilleur parti ?

Exemple du jour, les américains de TRAPMAKER, qui ne font pas grand mystère de leur obsession pour la NWOAHM. Une fois encore, dès les premières notes, l’auditeur est propulsé dans un passé qu’il connaît déjà par cœur pour l’avoir vécu en temps et en heure, et doit supporter des allusions plus ou moins fines tout en sachant que rien ne viendra le déstabiliser, bien au contraire. Sur ce type d’album, tout est fait pour rassurer et nous renvoyer à la protection d’une adolescence chérie, comme si la prise de risques était prohibée. Alors admettons - si tant est que cette conclusion soit viable - qu’il ne reste plus rien à inventer, et que seul le passé peut encore donner l’inspiration, ce qui en soi, est une constatation peu rassurante.

Fondé en 2014 par le guitariste Charles Man Dang, TRAPMAKER a été conçu par son géniteur comme un ensemble Metal entièrement voué aux gémonies de SCORPIONS, SAVATAGE, ACCEPT et JUDAS PRIEST, abordés sous un angle plus dur et sombre. Après des débuts stables constellés d’EP’s sortis à la suite, le groupe a connu quelques difficultés liés à la santé de Charles et de son chanteur de l’époque Sean Patrick Stark, le tout découlant sur un hiatus forcé. Les mois passant, Sean Patrick Stark décida de quitter le groupe et fut remplacé par Rob Tombstone d’UNDERTAKKER, le reste du groupe étant toujours constitué d’amis de Charles, avec JP Estrada à la guitare, Nate Salvatierra à la basse et Iggy Mankkalswarran à la batterie. Privé de tournée suite à ses problèmes de santé et au confinement lié au COVID, Charles se mit donc à composer du matériel pour le premier LP du groupe, et c’est ainsi que naquit Will of the Warrior, ce souhait du combattant qui incarne une fois de plus le pinacle d’une vision passéiste du Metal.

Soyons clair, si je chronique le premier album de ces originaires de Riverside en Californie, c’est que je le trouve assez bon pour que vous vous y intéressiez. Mais une fois encore, pour l’apprécier, il faut en accepter l’optique clairement et délibérément rétrograde, au risque de le ranger dans les dossiers cachés de votre ordinateur. Rien ici ne viendra bousculer l’ordre établi, puisque la musique proposée correspond exactement au vœu pieux émis par Charles Man Dang aux débuts du groupe, et si l’influence de SCORPIONS est la plus discrète, il est clair que le SAVATAGE des débuts et le JUDAS PRIEST le plus tendu en sont les deux composantes majeures. La production de ce premier jet, elle aussi très connotée, nous renvoie aux années 84/85, avec ce son si rêche et austère qui permet aux guitares de garder leur ADN naturel. Rythmiquement parlant, Will of the Warrior ne s’écarte que très peu de ce mid tempo confortable qui a fait les grandes heures du Hard agressif d’il y a trente ans, même si l’entame « Nazgul » n’est pas sans rappeler les ACID ou LOUDNESS.

Tout est très formel, tout est très carré, mais heureusement, le chant sournois et délicieusement occulte de Rob Tombstone vient nous extirper de notre torpeur en singeant les tics suraigus de King Diamond ou Rob Halford, ce qui permet aux compositions de baigner dans une ambiance hystérique ou mystique qui sublime ces plans trop classiques.

Formel mais agréable, puisque l’album effleure toutes les nuances du Hard n’Heavy des années 80, osant le Hard Rock pur sur l’entêtant « Stronger than Before », ou la ballade lacrymale et harmonique avec « Far Away ». Les TRAPMAKER nous refont même le coup de l’instrumental à la MAIDEN avec « Journey to the West » exercice depuis longtemps tombé en désuétude ou réservé aux afficionados du Progressif, ce qui permet à Will of the Warrior de brosser un tableau assez complet de la foi Metal la plus historique. Mais encore une fois, je trouve vraiment dommage que les groupes se vautrant dans le passéisme le plus lénifiant ne tentent pas d’y insuffler leur propre personnalité histoire de l’adapter à une époque qui en a un peu marre de ces hommages systématiques et peu enthousiasmants. Car même s’il n’y a plus rien à inventer, il doit y avoir une possibilité de recycler avec un peu moins de facilité.              

        

                                 

Titres de l’album:

01. Nazgul   

02. The Admiral   

03. Leather Lover   

04. Battosai   

05. Stronger than Before   

06. Far Away

07. Journey to the West   

08. I Am the Monster


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 06/01/2022 à 14:12
70 %    137

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

J'irai Mosher chez vous ! Episode 4 : Seattle

Jus de cadavre 12/08/2022

J\'irai mosher chez vous

Suffocation + Kharkov

RBD 08/08/2022

Live Report

Hysteria

mortne2001 04/08/2022

From the past

Voyage au centre de la scène : DEATH POWER

Jus de cadavre 31/07/2022

Vidéos

Incantation + Akiavel + Horror Within

RBD 30/07/2022

Live Report

Appetite For Destruction

mortne2001 21/07/2022

From the past

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 3

mortne2001 18/07/2022

La cave

HELLFEST 2022 / Part 2 / Du jeudi 23 au dimanche 26 juin

Jus de cadavre 06/07/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Gang + Balls Out + Overdrivers 20/08 : Place Du Rietz, Burbure ()
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Fakino

Excellent ! J'adore leur style musical Faaitoito Aroma et TE RUKI

15/08/2022, 20:50

David ghetto

Manque de rythm sur le montage mais le son est lourd !

15/08/2022, 13:46

Steelvore666

Excellent titre pour un putain d'album, que je ne saurais que trop conseiller à ceux qui sont passés à coté jusqu'à présent.

15/08/2022, 10:11

Simony

Extraordinaire album ! En tout point d'accord avec cette chronique. De mon côté l'influence de CHRISTIAN DEATH est plus que perceptible en effet.

15/08/2022, 10:00

Humungus

Pourquoi pas De Villiers avec un t-shirt DISRUPT ?

15/08/2022, 09:10

Stench

Musicalement c'est plutôt bon mais qu'est-ce que le chant manque de puissance ! 

14/08/2022, 07:43

Humungus

Fan de l'Action Française avec un t-shirt DROPDEAD...J'approuve.

12/08/2022, 23:08

Humungus

Hé hé hé...Dans ce genre d'attroupement, le back patch DISSECTION méritant le haut et court et pour le mieux le goudron et les plumes... ... ...

12/08/2022, 23:02

pierre2

Je préfère mon Nick bougon dans Paradise Lost....   

12/08/2022, 19:58

FaFa

Fred, sale petite pute de balance, lâche de gauchiste. Fallait lui dire en face. Et ses convictions n'ont rien à voir avec la musique. Pauvre tocard.

12/08/2022, 15:40

Jus de cadavre

Merci ! Et non pour la veste à patch ha ha ! On était déjà bien grillés en tant que frenchies (avec notre accent et... nos bouteilles de rouge !) je voulais pas en rajouter pour se faire remarquer

12/08/2022, 13:44

Humungus

Non, non Jus de cadavre, tu as très bien fait de poster ce nouvel épisode.Même si je ne compte absolument pas aller à Seattle ou Vancouver un jour, c'est toujours très intéressant d'avoir une vision autre d'une ville, d'une r&eac(...)

12/08/2022, 13:08

Humungus

Mouais...En même temps, des groupes qui font du playback dans un hangar en guise de clip, y'a pas que ces deux là hein... ... ...

12/08/2022, 12:56

Moi

Je confirme, le réalisateur est le même pour les 2 vidéos, et le créateur de Gaerea

12/08/2022, 11:43

Jean

C’est vrai que la plupart des artistes ont déjà tourné dans des festivals cet été en France . C’est pas la folie 

12/08/2022, 09:06

Humungus

C'est moi ou l'affiche n'est vraiment pas folle cette année ?

12/08/2022, 07:10

Fred

Croisé une fois, ce mec est une sorte de connard fan de l'Action Française et nostalgique d'un temps révolu, dommage qu'il n'ait pas l'honnêteté d'en parler dans cet interview. Saoulant et gavant.

11/08/2022, 21:06

Jus de cadavre

Merci pour ce très bon report (comme d'habitude) RBD.Nous avons encore et toujours la même vénération pour Suffocation, hé hé. Un groupe éternellement en immense forme sur scène. On se demande quand ils baisseront de r(...)

11/08/2022, 18:39

Simony

Je retiens MOOR et DEATH FILE RED avec LYMBOLIC SCYTHE dans un coin de la tête parce qu'il y a quelque chose je trouve dans cette démo...Merci Mortne2001 pour cette mise en lumière des suintantes abimes du Metal

11/08/2022, 08:20

Satan

@ Gargan : Pour le coup le réalisateur est apparemment un membre de Gaerea par ailleurs...

10/08/2022, 21:36