Chained To Ossuaries

Pyre

27/04/2020

Memento Mori

Tant qu’on peut recycler les idées, pourquoi essayer d’en avoir de nouvelles ? En politique, cette règle est de mise, et en art aussi. L’art est bien évidemment comme la mode, cyclique, et répond à des besoins de retour aux sources pour accommoder les restes du passé au menu du présent. Oh, bien sûr, certains petits malins vous diront qu’ils croient avoir inventé quelque chose, mais la plupart du temps, il n’en est rien. Après six décades, la musique populaire a subi toutes les mutations, toutes les déviations, les hybridations, et il ne reste plus un seul centimètre carré de terre vierge à découvrir. Il est toujours possible de bidouiller un truc qui paraîtra plus ou moins neuf, mais il risque plutôt de sonner incongru, ou alors totalement inutile, un peu comme si vous mélangiez un yaourt aux fraises et des rognons pour faire le malin. Ceci étant posé, jugeons superficiellement le travail de PYRE. En activité depuis 2011, ce trio se réclame d’un passéisme qu’on constate assez facilement, et qui effectivement, respecte les règles sans chercher à les transgresser. Après quelques formats courts et partagés (Ravenous Decease, EP de 2012 et un split avec ENTRAPMENT en 2013), le groupe de Saint Petersburg nous a enfin accordé plus d’attention avec un premier long en 2014, judicieusement intitulé Human Hecatomb, avant de retomber dans la facilité des splits et des compilations, s’incrustant même sur un hommage à POSSESSED. Ceci dit, il n’est pas étonnant de retrouver ces fossoyeurs de joie de vivre au casting d’une œuvre hommage à celle de Jeff Becerra et les siens, puisque PYRE, comme ses influenceurs et autres icones de l’époque a gravement été marqué par le son des américains au point de le reproduire à sa sauce. Mais sa sauce, épaisse et relevée est toutefois bien connue des embaumeurs du monde entier, et les ingrédients utilisés pour la préparer d’usage, de convenance, et aussi prévisibles qu’une chute de Colombo.

Trio de musiciens expérimentés et très occupés (Dym Nox - basse/chant/batterie, BLAZING RUST, LIKFERD, PORTFIRE, TEITANFYRE, ex-DRAMA, ex-BLASPHERERION, ex-INTERNAL DAMAGE, ex-RAGOR, ex-SEPTORY, ex-ULVDALIR, Roman Rotten - guitare, BLAZING RUST, TEITANFYRE, ex-DRAMA, NEVA, ex-RAGOR, ex-ULVDALIR, ex-АНАХОРЕТЪ et Fred Obsinner - guitare, NEVA, ex-CHAMBER OF TORTURE), PYRE est en quelque sorte l’épitomé de l’art de la reproduction russe, qui copie conforme pour mieux refiler sur le marché des rondelles beaucoup moins chères. Mais autant dire qu’en la matière, ils n’ont pas d’équivalent et qu’ils sont les meilleurs pour reproduire à l’identique les sonorités d’époque. Lesquelles ? Celles de l’âge d’or du Death sombre, glauque et froid, celui qui régna sur les ténèbres du Metal entre 1988 et 1992, celles qui virent les croque-morts d’ENTOMBED, MORGOTH, GRAVE, AUTOPSY, ASPHYX, UNLEASHED occuper le cœur des fans les plus décharnés et acharnés. Le mimétisme est à ce point troublant qu’on pense parfois avoir affaire au fils caché de Marc Grewe et Martin Van Drunen, tellement le timbre de Dyx Nox est similaire à leur gravité graveleuse. Mais musicalement, Chained to Ossuaries est lui aussi enchaîné à ses propres références, ce que démontre assez vite « Impaler The Redeemer », cavalant bon train pour se rapprocher d’une version contemporaine de NIHILIST, et tâter de la vitesse typiquement suédoise, avec évidemment en exergue ces guitares sous accordées si morbides. L’approche est terriblement traditionnelle, n’apporte pas grand-chose de neuf à la cause old-school, mais le tout est si efficace et joué avec conviction qu’on ferme les yeux sur les emprunts un peu trop flagrants.

Il faut dire que les trois originaires de Saint Petersburg savent y faire pour combiner les divers courants en vogue dans le Death des années 90. Entre la lourdeur moite et suffocante d’AUTOPSY, la puissance hargneuse de la vague allemande de MORGOTH, et la froideur cadavérique de la scène suédoise de GRAVE et ENTOMBED, tout y passe, et avec brio. Les dix morceaux de ce second longue-durée sont autant de classiques qui pourraient avoir été composés à l’époque, et même le son donne le sentiment d’avoir été capté conjointement au Sunlight et au Morrisound. De fait, impossible de faire la fine bouche devant des steaks tartares aussi épais que « Wreath Of Crucifix », qui cumule tous les tempi, toutes les atmosphères, tous les breaks que nous avions l’habitude d’apprécier il y a quelques années. Doté d’un son incroyablement profond et clair, Chained to Ossuaries semble faire tout ce qu’il peut pour mériter son titre, et enchaîne les plans classiques, sans perdre de vue l’efficacité. Dans son rôle de chanteur, bassiste et batteur, Dym Nox est relativement impressionnant, convaincant dans les trois domaines, et excellemment secondé par une paire de guitaristes qui n’ont pas oublié la gravité dans la tombe de grand-mère. Ecrasants (« Across The Shores Of Emerald Fractals »), ombrageux et surpuissants (« Crown Of Death »), glauques comme un enterrement anonyme dans une fosse commune un dimanche matin sous la pluie (« Chained To Ossuaries »), PYRE détourne les clichés pour en faire des tours de passe-passe, et s’approprie tout le bréviaire Death de tradition pour trousser une œuvre dantesque, sorte de copié/collé de génie, qui associe toutes les déviances pour aboutir à une perversion unique.

Certes, ceci n’est pas l’album le plus fondamental du cru, encore moins le plus original, mais de tous les groupes old-school en activité depuis des années, le trio russe fait partie des plus capables et des plus crédibles. Un album qui sent bon la mort, qui sent bon l’inéluctabilité, le destin funeste, les linceuls, et tout ce qui accompagne une fin inévitable, mais appréciable. De quoi rendre la mort infiniment plus supportable.     

                                                                                              

Titres de l’album :

                      01. Exordium

                      02. Impaler The Redeemer

                      03. Wreath Of Crucifix

                      04. Across The Shores Of Emerald Fractals

                      05. Ornaments Of Bones

                      06. Chained To Ossuaries

                      07. Crown Of Death

                      08. Disgraced And Dethroned

                      09. Antae To The Nothingness

                      10. Death's Dawn Call

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 08/10/2020 à 18:41
78 %    129

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Bones

J'ai jamais pu encaisser les QCM.

27/01/2021, 16:44

Humungus

Moi penser tout pareil.

27/01/2021, 15:56

Solo Necrozis

Pareil, c'est quoi l'objectif, avoir Oranssi Pazuzu dans Taratata ? Je ne comprendrai jamais ce désir d'être accepté par une industrie qui n'a presque rien d'artistique et pour qui la musique est un produit à écouler en espérant en(...)

27/01/2021, 15:30

Arioch91

Meilleur album Black à capucheMeilleur album de pouêt-pouêt Metal à bouée (on enlève Alestorm sinon c’est pas du jeu)nanmé

27/01/2021, 15:17

Buck Dancer

"c'est comme le sexe, au début tu chatouilles un peu les parties visibles et seulement après tu explores en profondeur"... et c'est là où ça fait mal !!! 

27/01/2021, 15:05

Simony

Je pense que l'on peut creuser l'idée des catégories, il y en a des biens dans tes propositions Jus de cadavre  (...)

27/01/2021, 14:33

RBD

Hail of Bullets, l'excellence va decrescendo du premier au troisième album. Dans la discographie de Martin van Drunen il faut aussi citer le deuxième album de COMECON, "Converging Conspiracies", u(...)

27/01/2021, 13:25

Jus de cadavre

Les 13 catégories des Victoires Rock et du Metal 2021 !Meilleur album de Bestial War Black MetalMeilleur album de PorngrindMeilleur album de NSBMMeilleur album de Crust Punk à chienMeilleur album HM-2 Entombed-likeMeilleur album Black Metal (...)

27/01/2021, 12:11

Gargan

Quand je vois la dénomination "rock/metal", ça me fait fuir, gros effet répulsif. Non pas que j'oublie les racines blablabla mais là, ça me fait penser à de l'édulcoré pur jus, un peu comme rtl2 et son "son pop/rock&(...)

27/01/2021, 08:46

Arioch91

@Bones : merci pour Hail of Bullets, je préfère ce que je suis en train d'écouter (le premier) à ce Necroceros. Ca m'emballe bien plus alors je pense rattraper mon retard du côté de HoB plutôt que d'Asphyx.

27/01/2021, 08:07

Kairos

Ouais dsl j'ai été un peu sec, mais l'autre andouille est venu gratuitement me baver sur les rouleaux... J'aurais dû employer l'adverbe "cordialement" à la fin de mon précèdent post. 

26/01/2021, 16:03

Bones

Mouais, mais par contre je vais rapidement le réécouter pour voir si mon approche a évolué. C'est vrai qu'il est réputé...  j'ai sans doute raté le coche.

26/01/2021, 13:14

Arioch91

@Humungus : SIC... And Destroy !   Comme disait Coluche : la politique ? C'est quand on est poli et qu'on a(...)

26/01/2021, 10:45

Arioch91

@Humungus : je confirme pour The Rack. Plusieurs fois j'ai essayé mais sans jamais accrocher.Y a des albums comme ça

26/01/2021, 07:56

Humungus

Toujours "intéressant" (SIC !!!) quand la politique s'insère ici... ... ...

26/01/2021, 07:38

Humungus

Ne pas "rentrer" dans "The rack" ?!?!Bizarre étant donné la monstruosité de cet album...Quoi qu'il en soit, je plussoie sur HAIL OF BULLETS !Pis n'oublions pas le merveilleux GRAND SUPREME BLOOD COURT non plus hein !!!(...)

26/01/2021, 07:35

Arioch91

@Bones : merci pour l'idée, vais m'écouter les trois albums de Hail of Bullets, juste histoire de rattraper mon retard concernant le père Van Drunnen.

25/01/2021, 20:12

Bones

Ce dernier Asphyx n'est pas une montagne de nouveautés mais il est super efficace. On sent les vieux briscards qui connaissent parfaitement leur affaire.Etant un gros fan de Van Drunen, je vais décortiquer ses paroles en ne doutant pas que les morceaux vont s'en tro(...)

25/01/2021, 18:39

Jus de cadavre

Ouais, ils frappent fort les anciens avec cet album ! 

25/01/2021, 18:17

LeMoustre

Chez Accuser, en période récente, c'est Demoniac qu'il faut écouter. Plus violent, sorte de Testament sous amphétamines, il est à mon humble avis le meilleur de ce que Thoms  a produite depuis Who Dominates Who. Ah, si, le premeir album est aussi (...)

25/01/2021, 17:03