Je le concède, je ne suis pas toujours très attentif. Il m’est impossible de suivre l’actualité de tous les groupes qui en font partie actuellement, et parfois, au détour d’une chronique choisie au hasard d’une production toujours plus pléthorique, je dois faire face à des surprises auxquelles (comme la définition du mot l’exige…) je ne m’attendais pas. Ainsi, en optant pour le nouvel album de TRAUMA, j’étais loin de me douter qu’il s’agissait bien du fameux TRAUMA des années 80, celui-là même dont James et Lars ont subtilement subtilisé le bassiste babos aux longs cheveux et qui a signé les lignes rythmiques mélodiques de leurs trois premiers LP. Pour être totalement honnête, j’ignorais jusqu’au fait que le groupe s’était reformé il y a quelques années, et encore plus qu’ils avaient publié un longue-durée de retrouvailles en 2015, Rapture and Wrath, sur lequel je n’avais même pas posé un regard ou la moitié d’un tympan. Du coup, je m’apprêtais à traiter cette sortie comme une autre, avant de réaliser que l’histoire allait certainement me rattraper. Et c’est exactement ce qui s’est passé, pour plusieurs raisons, dont la qualité extraordinaire de l’album en question. Parce que capitaliser sur une gloriole passée est une chose, mais la faire fructifier à postériori de plus de trois décennies en est une autre. Et le défi remporté par les américains n’en est que plus remarquable, puisqu’As the World Dies fait incontestablement partie des plus grandes réussites de ce mois de mai, pourtant chargé en émerveillement brutal et mélodique. Et comme les TRAUMA ont toujours aimé associer les deux, le petit miracle n’en devient que plus logique.

Après tout, en pleine déferlante old-school, nous avions grandement besoin qu’un des acteurs de l’époque, même mineur (et avec deux démos et un seul LP, Scratch and Scream, le mot n’est pas exagéré) viennent fourrer son nez dans les affaires contemporaines histoire de rappeler que les anciens ne sont pas toujours les moins malins. Et après écoute retardataire du précédent album qui était passé à ma trappe, je peux confirmer que le quintette (Don Hillier - chant, Joe Fraulob & Steve Robello - guitares, Kris Gustofson - batterie et Greg Christian (TESTAMENT) - basse) n’a pas vraiment ralenti la cadence ni relâché la pression, puisque ce troisième chapitre d’une histoire entamée à l’orée des 80’s est tout aussi intense et efficace que n’importe quel glaviot craché avec assurance par une jeune garde qui manque parfois d’expérience. Les californiens eux, capitalisent dessus, sans se reposer sur leurs petits lauriers, et nous offrent donc une démonstration par Heavy x Thrash qu’ils sont toujours capables de tirer le style vers le haut, et de se montrer aussi véhéments que lyriques. As the World Dies, doté d’une production époustouflante, fait donc la part belle à un équilibre entre harmonies et puissance, et nous déroule le tapis rouge nous menant directement aux marches du festival de la Bay-Area, sans se renier, mais en s’adaptant aux canons d’une époque qui est toujours la leur. Se reposant sur un niveau technique assez remarquable, le quintette délivre un Thrash délicatement mâtiné de Heavy corsé, et aligne les compositions homériques, sans laisser place à des respirations dispensables histoire de reprendre la sienne. A l’image d’un FLOTSAM & JETSAM croisant le fer avec les ICED EARTH, TRAUMA dans sa version 2018 rappelle une union parfaite entre le METAL CHURCH le plus inspiré et le METALLICA le moins dégagé, et impose en dix compositions une vision traditionaliste mais moderne du Metal en vogue en Californie dans les mid eighties, le tout adapté à un son que les plus jeunes sauront apprécier.    

Pas de temps mort, et parfois, des sommets atteints dans l’inspiration, qui nous entraîne sur la piste d’un Progressif actif, lorsque l’unisson des mélodies et d’une rythmique bénie nous emporte dans un tourbillon d’émotions (« Last Rites »). Damant le pion au passage à certains dinosaures qui aimeraient bien nous faire croire que, mais qui n’en ont plus les moyens, les américains exposent leur vision sans ambages, et entament leur travail de sape par une déclaration d’intention aussi tonitruante qu’ambivalente, via un très franc mais très intelligent « The Rage », qui place la leur au premier plan, et qui nous ébouriffe de son talent. En se reposant sur l’un des riffs les plus classiques et redondant du répertoire, TRAUMA fait le bon choix, en laissant l’organe assourdissant de Don Hillier faire le boulot en transcendant une attaque de guitare formelle, mais efficace. On se prend même à repenser aux miraculeux CRIMSON GLORY, réactualisés par une volonté farouche de ne pas sonner passéiste, et en un seul morceau, As the World Dies se montre plus vivant et vivace qu’une grande partie de la production pléthorique annuelle. Mais loin de se contenter de formules éprouvées histoire de faire passer la pilule du passé, ce LP aux chromes rutilants se permet quelques pirouettes intéressantes, tissant un trait d’union en pointillés entre Power Metal surgonflé et Thrash maîtrisé, se souvenant avec acuité des recettes employées lors de l’heure de gloire d’un style à cheval entre agressivité et assise prononcée.

Et l’ombre d’OVERKILL n’est jamais très loin d’un soleil surchauffé, lorsque les rayons de « From Here To Hell » nous inondent d’une chaleur rassurante. Crosover à peine dissimulé pour une danse endiablée, à faire passer les ANTHRAX pour une gentille assemblée d’assureurs timorés, c’est un indice supplémentaire de la facilité qu’ont les californiens à se glisser dans la peau d’un aîné toujours aussi jeune et assuré. Dès lors, les cartouches sifflent à nos oreilles et les douilles tombent au sol, de « Gun To Your Head », qu’on aurait pu aisément trouver sur Sound Of White Noise à « Run For Cover » qui aurait fait le bonheur d’un public assistant à un bœuf entre les LOUDNESS et LAAZ ROCKIT, en passant par le plus sombre et alambiqué « Asylum », compact et collégial. La réussite n’en est que plus brillante, et la versatilité dans la cohérence stupéfiante, et on reste bluffé mais séduit par une telle facilité, qui rappelle d’ailleurs celle dont ont fait preuve les ARMORED SAINT sur Win Hands Down. Mais ce sérieux et cette solidité n’empêchent pas un brin de fantaisie bienvenue, et qui se manifeste au travers de l’irrésistible et syncopé « Cool Aid » et son phrasé déjanté, annonçant avec un esprit ludique le final « Savage », qui complète le tableau d’un dernier tour de piste de héros.

Il serait vraiment étonnant que dans quelques années, on ne se souvienne encore uniquement des TRAUMA comme du groupe dans lequel Cliff Burton a joué un jour. Certes, l’anecdote sera toujours vivace, mais face à la qualité des albums publiés trente ans après sa mort, le public sera bien obligé de reconnaître que le quintette de Californie avait des qualités bien plus personnelles pour se faire remarquer. Et As the World Dies, considéré en tant que tel, fait partie des plus grandes surprises de 2018, sans avoir à prendre en compte certains faits qui n’ont que peu d’importance. Sauf en tant que détails de l’histoire…     

          

Titres de l’album:

                        01. The Rage

                        02. From Here To Hell

                        03. As The World Dies

                        04. Gun To Your Head

                        05. Last Rites

                        06. Run For Cover

                        07. Asylum

                        08. Entropy

                        09. Cool Aid

                        10. Savage

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/06/2018 à 14:07
95 %    559

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes