Des abysses de Padoue a émergé en 1995 une congrégation pour le moins étrange, constituée de dévoués à l’occulte et de passionnés d’un Black Metal refusant d’être édulcoré. L’histoire est somme toute assez banale, mais le parcours lui, est loin de l’être. Tout autant considéré comme un groupe à part entière que comme une assemblée, ABHOR reste un mystère impénétrable de l’underground italien, qui depuis plus de vingt ans suit son propre chemin en faisant fi des modes et coutumes. Productif, le combo n’a pas vraiment traîné sur la route de Compostelle, et peut se targuer en 2018 d’avoir construit une discographie conséquente, constellée de sept albums studio, de démos, de splits et même d’une compilation, ce qui en fait l’un des concepts transalpins les plus productifs. C’est donc avec une certaine fierté que le label allemand Iron Bonehead présente sa dernière œuvre, cet Occulta religiO qui sera donc décliné en tape, vinyle et CD, pour le plus grand bonheur de fans avides d’occulte et de BM sombre et torturé. Faisant suite à Ritualia Stramonium, ce nouveau chapitre d’une histoire ténébreuse ne bouscule pas l’ordre établi par les italiens, et se place dans une continuité logique de leur travail, se focalisant une fois de plus sur des ambiances poisseuses, des atmosphères délétères, et une musique qui refuse tout compromis pour privilégier une approche brute, mais non dénuée d’ambitions. Il est toutefois difficile d’affilier le style d’ABHOR à un mouvement précis, tant leur identité s’amuse avec le flou d’une évolution naturelle, mais pour le moins absconse. Souvent comparés aux entités ABIGOR, LIMBONIC ART, ANCIENT, ou MORTUARY DRAPE, ces musiciens dormant dans des cryptes et rêvant d’un monde engoncé dans les fondements les plus ténébreux de l’étrange ne cherchent pas à s’ancrer dans leur époque, mais bien à défier le temps pour rendre leur musique aussi fascinante qu’opaque, et sous sa pochette sobre mais percutante, Occulta religiO présente un intérêt non négligeable, et se veut aussi bestial que lourd, et aussi emphatique qu’évolutif, à sa façon.

Depuis leur première démo In Tuo Honori Preparatum, publiée à compte d’auteur en 1998, le trio de base (Domine Saevum Graven - guitare, basse, chant, seul membre d’origine, Ulfhedhnir - chant, depuis 1995, et Kvasir - basse, guitare depuis 2004) n’a pas forcément beaucoup dévié de sa trajectoire, mais a accueilli en son sein l’organiste Leonardo Lonnerbach (en 2014), qui lui-même a succédé à certains musiciens connus, dont des membres d’EVOL, autre légende nationale. Si I.gne N.atura R.enovatur I.ntegra en 2001 avait intrigué la communauté, et planté les jalons d’un art noir comme les sciences occultes, le trio ne s’est pas pour autant reposé sur ses lauriers, et a cumulé pas moins de cinq longue-durée successifs entre 2004 et 2015, dont trois en trois ans, ce qui achève de les transformer en entité productive viable. De fait, ce septième LP se pose donc en suite logique, et continue le travail entrepris depuis les débuts, bénéficiant une fois de plus d’une production parfaitement adaptée à ses besoins, et concentrée autour d’un son étouffé, mettant en relief des compositions amples qui ne ménagent pas leurs effets. Théâtralité morbide, dramaturgie musicale, soudaines envolées lyriques, pour une trame de fond beaucoup moins simple qu’il n’y paraît, et qui en appelle tout autant au Doom qu’au BM le plus revêche et rêche, sans pour autant chercher l’effet choc ou la formule instantanée. S’il est certain que les guitares restent souvent campées sur les mêmes positions, si le chant d’Ulfhedhnir ne module que très peu et reste collé aux préceptes des premiers vocalistes du genre (IMMORTAL, DARKTHRONE), et si la rythmique se contente de switcher entre pesanteur et accélérations modérées, Occulta religiO reste un exercice de pureté dans la brutalité qui contentera les plus rétrogrades d’entre vous, sans pour autant sombrer dans le passéisme excessif condamnant l’entreprise au surplace le plus ennuyeux. On trouve même, de çà et là quelques mélodies éparses qui viennent ventiler le tout pour le rendre non moins claustrophobique, mais plus supportable dans la moiteur, ce qui achève de transformer cet essai en œuvre sinon essentielle, du moins assez envoutante pour être intéressante.

Incarnant un versant assez méconnu de l’extrême transalpin, les ABHOR justifient la plupart du temps avec brio leur statut d’outsider de la scène. Difficile en effet de ne pas trouver la progression globale de l’album troublante de statisme, un peu comme si les dogmes les plus inamovibles du genre se trouvaient adaptés à des obsessions intemporelles. C’est sauvage comme le BM primitif peut l’être lorsqu’il se montre assez musical pour ne pas verser dans le Noise ou l’expérimental, mais assez étudié et peaufiné pour ne pas rester qu’une performance tenant plus de la messe noire en pleine forêt. Nous nous voyons même gratifiés de quelques chœurs désincarnés de temps à autres, et d’harmonies un peu plus amères que la moyenne, sur le lyriquement sombre et déviant « Black Bat Recalls », qui pourrait d’ailleurs faire penser à certains travers de leurs compatriotes d’EVOL. Mais loin de se cacher derrière un décor de cirque grotesque pour dissimuler des grimaces de clowns fatigués, le trio italien choisit de s’exposer en pleines ténèbres et d’assumer ses choix, que « Fons Malorum » prouve en unissant les univers de MERYFUL FATE et d’ANCIENT, dans un élan pachydermique de guitares catatoniques, nous ramenant à la glorieuse période des débuts du BM scandinave de son riff traînant et menaçant. Grave, un peu sourd sur les bords, avec une batterie dont la double grosse caisse souffre d’anémie, Occulta religiO égrène ses litanies sans penser à un quelconque impact formel sur son auditoire, mais tablant sur un ressenti réceptif à ces sonorités d’un autre temps. « Engraved Formulas » continue d’ailleurs d’exploiter ce schéma, et ne se meut pas avec plus de rapidité. Il faut dire qu’en choisissant de développer sept morceaux en cinquante minutes de métrage, le trio italien a pris tous les risques, dont celui de la redondance qui frappe parfois à la porte de la cave pour réclamer son dû. Mais ces itérations font partie de la conception, et très souvent le chant vomi de bile d’Ulfhedhnir nous permet d’éviter l’ennui et de rester concentré sur ces motifs circulaires qui tournoient autour du cadavre du BM progressif contemporain comme autant de vautours sur une portée poussiéreuse.

Se montrant aussi épique qu’épidermique, ABHOR garde sous le coude la logique de son avancée, et enrichit son catalogue d’une entrée supplémentaire, faisant honneur au reste de sa production. Il faut certes admettre à l’écoute de ce septième né que le BM n’est pas forcément fait pour regarder vers l’avenir, mais le passé décrit par les italiens est largement assez glauque pour qu’on accepte de s’y laisser enfermer.


Titres de l'album:

  1. Elemental Conjuring
  2. Fons Malorum
  3. Engraved Formulas
  4. Demons Forged from the Smoke
  5. Exemplum Satanicus
  6. Black Bat Recalls
  7. Occulta religiO

Facebook officiel


par mortne2001 le 25/05/2018 à 14:19
78 %    242

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Backyard Babies

Silver & Gold

Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019 Part. II

Simony / 26/06/2019
Punk Rock

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Concerts à 7 jours

+ Gorgasm + Cenotaph

03/07 : Quartier Libre, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime beaucoup le premier album mais je suis passé à côté du deuxième. Vu le côté classique mon intérêt dépends aussi beaucoup de l'humeur du moment. Mais Willetts à retrouver un peu de voix j'ai l'impression.


Bof. Bof depuis toujours. La relève de Bolt-Thrower n'est pas assuré sur ce coup-là. Sans grand intérêt ce groupe et surtout une déception car j'en espérais beaucoup.


Le son était aussi radical que leur musique... Le genre de concerts où le circle-pit n'a pas sa place en somme, et où le public se prend juste un mur du son qui le paralyse.


Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.