Saint

Lynn

 

Musiko Eye

Une pochette terriblement séduisante, des photos promo ne l’étant pas moins, mais un étiquetage qui donne des sueurs froides. Dark Nu Metal ? Le genre de combinaison pas du tout ignifugée qui me donne envie de fuir à des lieues d’un incendie de modernité que je ne supporte plus depuis longtemps, et à vrai dire, que je n’ai jamais vraiment pu enfiler…Et puis d’abord, que veut dire cette association de termes ? Nu Metal ou Néo Metal déjà, quelle différence ? Et Dark…Ok, donc un truc sombre, qui joue sur de gros riffs épais, une rythmique massive, et un chant qui hésite entre caresses et griffures ? Mais finalement, peu importe, les labels étant comme les préjugés, faits pour être foulés au pied. Et dans le cas des LYNN, les préjugés n’ont pas la vie dure tant la qualité de leur musique explose aux oreilles dès les premières mesures. Venant de Paris, ce quatuor aux dents longues nous offre donc via MusikO Eye son premier longue-durée qui risque fort de faire parler de lui de par sa singularité, mais surtout, sa qualité. Existant depuis 2016, et articulé autour d’un trio instrumental (Guillaume - guitare, Dimitri - batterie et Ray - basse) sur lequel se greffe une chanteuse au coffre puissant (Anna), LYNN est fasciné par les histoires d’horreur, réelles ou non, et son premier album rendait hommage aux pauvres sorcières de Salem, brûlées sur le bûcher de la peur et de l’obscurantisme religieux. Un thème souvent abordé, mais d’une façon très personnelle, et qui laissait augurer d’une suite digne d’intérêt, ce que Saint confirme dès ses premiers instants. Et cette pochette au noir et blanc abscons en dit plus long qu’il n’y paraît au prime abord, nous révélant une partie des secrets d’un collectif qui ne fait pas grand-chose comme tout le monde.

Neuf morceaux, courts, concis, mais débordant d’idées, pour un album qui étonne, qui frappe fort, s’incruste dans les mémoires de ses mélodies amères et de ses coups de sang immédiats. En étant parfaitement honnête, je n’ai que trop rarement été le témoin d’un tel professionnalisme de la part d’un groupe qui n’a entamé sa carrière que trois ans auparavant, à tel point que l’auditeur aura souvent la sensation d’écouter l’œuvre d’un groupe confirmé au parcours remarqué. Son qui déchire la nuit de ses déflagrations en écho, interprétation habitée et convaincante, et ambiance prenante, à la lisière d’une nuit qui n’en finit plus et qui laisse les cendriers pleins et l’âme vide comme une gouve sans moineaux. Certes, les riffs taillés par Guillaume s’abreuvent à la fontaine du Metal le plus contemporain et populaire, mais il émerge une aura unique de ces chansons sombres et glauques, qui pourtant utilisent les mélodies comme nuances indispensables à une rage terrible et expressive. Je me refuserai d’ailleurs aux comparaisons qui n’auraient pour effet que de minimiser le talent des parisiens, leur musique tenant debout d’elle-même, et la voix d’Anna représentant un point d’ancrage dont peu de groupes peuvent se targuer. Anna ne chante pas, elle vit les morceaux, elle hurle, module, crie, tempête, mais donne corps à des histoires qu’on est ravi de ne pas avoir vécues, tandis qu’en arrière-plan, ses trois compères tissent un canevas de Néo Metal à tendance Metalcore inspiré, à défaut d’être totalement original. Mais l’association d’un formalisme instrumental et de cette interprétation vocale tragique et totalement théâtrale créé une atmosphère éprouvante en décalage, presque déliquescente, et nous entraîne dans les sous-sols d’une imagination vouée aux aspects les plus occultes et sombres de l’humanité, pour un résultat qui ne peut laisser indifférent.

Bien sûr, et en toute honnêteté, certains thèmes, quelques riffs, des plans rythmiques sont encore emprunts d’un classicisme de rigueur. Mais même en prêtant attention à ces quelques détails, on ne peut s’empêcher d’être fasciné par un groupe capable de s’extirper de la masse des suiveurs en transcendant ses influences pour tenter d’en devenir une. C’est patent dès le départ, mais encore plus sur le title-track « Saint », pour lequel Anna donne tout ce qu’elle a dans le cœur, l’âme et le corps, et nous bouscule de son chant complètement possédé, qui avouons-le fait un peu peur parfois. On l’imagine très bien en poupée désarticulée au fond d’une cave abandonnée, écoutant le grincement d’une porte qui s’ouvre pour la millième fois, mais qui aujourd’hui la laissera sortir pour exhorter sa douleur. D’abord plaintive et fragile, la chanteuse finit par se laisser aller et se sortir les tripes pour incarner un personnage tangible, développant des qualités incroyables pour permettre à ce morceau de devenir un futur hymne live terrassant. Si la guitare de Guillaume ne s’écarte que très peu des préceptes en vogue dans le Metalcore moderne, alternant les breakdowns et les saccades millimétrées, la lourdeur et la noirceur que le musicien insuffle à ses parties permet au groupe de se hisser hors du nuage toxique de la banalité Core moderne, soutenu dans cette tâche par une vocaliste capable de magnifier n’importe quelle partie convenue.

LYNN comme tous les groupes parfaitement à l’aise avec leur optique contemporaine, est tout à fait capable de varier les climats pour ne pas lasser, sans tomber dans la mièvrerie convenue. Ainsi, « Cannibal », après une longue intro évolutive et harmonieuse, titille le spectre de la scène Nu Metal de la fin des nineties, tout en lui transfusant une bonne dose de sang neuf, à base de riffs Dark n’Doom, immédiatement allégés par la voix enfantine d’Anna. Refusant les gimmicks de production et ayant pris le temps de composer de véritables morceaux, les parisiens insufflent à Saint un sang nouveau, et un son moins normatif, osant le décalage entre des arpèges acides et des lignes de chant épurées (« Sythius »), trouvant toujours un point de focalisation entre la violence la plus crue et la séduction la plus ouverte. Il reste encore quelques erreurs de jeunesse à gommer (systématisme de certaines idées, riffs parfois un peu trop faciles), mais leur marge de manœuvre et de progression est énorme, et considérant ceci comme un premier jet, nous sommes en droit d’attendre de ces quatre jeunes musiciens le meilleur et le moins prévisible pour l’avenir, pour peu qu’ils développent leurs traits de caractère les plus personnels en prenant leurs distances avec les quelques poncifs de genre qu’ils gardent encore sous le coude. Mais Saint n’en reste pas moins un premier chapitre d’importance, permettant au Nu Metal et au Metalcore de sonner autrement que comme la pseudo-rage bien inoffensive d’une génération en mal de slogans musicaux préfabriqués.     


Titres de l’album :

                          1. Auror

                          2. Lithian

                          3. Saint

                          4. Flesh

                          5. Cannibal

                          6. Nothingness

                          7. Sythius

                          8. Moonviola

                          9. Eroll

Facebook officiel


par mortne2001 le 23/07/2019 à 16:46
80 %    400

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Gateways To annihilation

Baxter 29/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Sodomizing The Archedangel

JérémBVL 22/05/2020

Concerts à 7 jours
Blue Oyster Cult 02/06 : Le Trianon, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
JérémBVL

Merci pour vos retours et anecdotes ! Ca fait plaisir de se savoir lu! ;)

29/05/2020, 10:15

Humungus

A mon sens le dernier bon album du groupe.
Et c'est vrai que ce putain de sampler Hard N' Heavy (quel zine bordel !) m'avait effectivement mis la salive aux babines. En même temps, le titre choisi était juste parfait pour ça : Ce cri du début… Mama !

PS : Je n'avais jamais f(...)

29/05/2020, 08:46

Gargan

Bon sang ! Je n’avais même pas vu qu’il s’étaient reformés depuis quelques années, j’en suis resté au Lp de 92 !

29/05/2020, 08:41

Humungus

Super album qui effectivement déroute d'entrée de jeu mais qui de fait à les couilles au cul de le faire. Je me souviens comme si c'était hier la première fois que j'ai écouté ce fameux "Achilles" : "Mais qu'est-ce qu'ils foutent là bordel ?!?!"... Ben ils avaient simplement réussi leur par(...)

29/05/2020, 08:39

Humungus

Au vu de la chronique et des précédents commentaires, j'ai donc jeté une oreille là-dessus.
Bah désolé, mais je suis plutôt de l'avis d'asqer...

29/05/2020, 08:31

asqer

La partie metal est plutot mauvaise. Du power sympho pompeux matiné de pseudo folk...

28/05/2020, 23:44

asqer

super originale la pochette

28/05/2020, 23:40

NecroKosmos

Belle chronique avec laquelle je suis tout à fait en adéquation. Hélas, cette excellente formation est passée inaperçue à l'époque. Mais, non seulement ce groupe n'est pas apparu au bon moment et il faut avouer qu'il lui manquait tout de même un p'tit quelque chose en plus pour vraiment se d(...)

28/05/2020, 21:18

Jus de cadavre

Ouah ! La branlée ! Un énorme merci pour la découverte, je ne connaissais même pas de nom cette tuerie intégrale... C'est maintenant corrigé.
Le Metal Extreme au sens noble. Putain que c'est bon !

28/05/2020, 15:58

Simony

Au risque de créer la polémique car je sais que le début de carrière des gars est intouchable dans le milieu Métal, c'est le seul album du groupe que je peux écouter entièrement sans grincements de dents... Kings Of Metal est trop calibré US pour moi et je ne parle même pas du Louder Than H(...)

28/05/2020, 15:53

Moshimosher

Album de qualité, pour sûr ! :)

28/05/2020, 12:06

Metalhead

Magnifique chronique pour un non moins excellent et étonnant album, parfaite combinaison d'un folk rafraîchissant et d'un metal aussi traditionnel que terriblement efficace. Monumental !

28/05/2020, 11:36

Gargan

A peu près la même histoire, ado à l'époque et ce digi noir m'intriguait dans les bacs (il fut ruiné par une promenade nocturne en voiture dans un marais inondé, mais c'est une autre histoire !). Les premiers instants avec l''incendie puis le cri perçant introducteur m'avaient vraiment impre(...)

28/05/2020, 11:04

recber

C'est plus Currie d'anus faisandé que curry d'agneau là pour le coup.

27/05/2020, 19:14

LeMoustre

Excellente nouvelle.

27/05/2020, 07:42

Simony

Voilà un retour dans le passé qui laisse bien des regrets quand à l'orientation et le chemin suivi par ce groupe et Anneke.

26/05/2020, 21:15

Buck Dancer

Quelle claque j'ai pris à l'époque avec cet album ! Entre "Skinfather" et son break imparable ou un "Dreaming in red" magnifique, Dismember est vite devenu un de mes groupes fétiches.
J'ai aussi pu les voir à ce moment là, à l'Elysée montmartre, en premiere partie de Morbid Angel (Gra(...)

26/05/2020, 19:38

Yolo

Album de l'année pour ma part, comme à chacun de leurs albums.

26/05/2020, 18:43

Buck Dancer

Superbe Setlist qui était à la demande des fans, je crois.

26/05/2020, 18:07

JérémBVL

Enorme surprise, ça va être l'album de l'été!

25/05/2020, 13:44