"Mieux vaut allumer une bougie que maudire les ténèbres.” (Lao Tseu)

   
Il est tard ce soir et encore une fois, j'ai laissé la noirceur rentrer dans la pièce afin de juger ses diverses facettes. Après un visionnage plutôt macabre d'un Lord Of Chaos ou encore à consulter les lignes de mon dernier roman acheté de Stephen King (L'Outsider), vient désormais le temps d'écoute d'un bruit de souffre avec le dernier album de THIS GIFT IS A CURSE, A Throne Of Ash.
    Venu des entrailles des terres froides de Suède, la musique du groupe est un véritable venin qui fait mal quand il s'injecte à nos oreilles.
 Formé en 2008 TGIAC a su prouver sa haine viscérale avec I, Gvilt Bearer (2012) et All Hail The Swinelord (2015) se forgeant ainsi une solide réputation dans la cours des grands aux cotés de bandes du même genre comme CÉLESTE ou encore HEXIS, mélangeant  comme un alchimiste fou, des souches : Black metal au Sludge le tout côtoyant le Hardcore, afin de produire  un mélange hybride où ce croisement bâtard provoque une cacophonie des plus hystérique.
A Throne Of Ash reste un album violent toujours à secouer dans nos chaumières et pourtant il a cette fois quelque chose d'un poil plus différent, bon rien de révolutionnaire, mais il semble que nos Suédois ont décidé de revenir à la source plus connue de leur contrée. Leur coté Converg(i)e(n) se voit ainsi peu à peu noirci afin de créer un Black Metal chaotique. C'est comme si MARDUK venait être l'étrange amant de CONVERGE (rooo c'est bon un peu d'humour noir).

     L'album précédent apportait une touche de lueur par moment, mais ici il est question que d'obscurité et d'abomination, à faire rougir de plaisir ou inspirer dans l'imagination des plus sordides des Charles Baudelaire ou Arthur Rimbaud à leurs lignes d'écrits des plus funèbres. A Throne Of Ash (qui ce traduit en bon Français par Un Trône De Cendre) porte bien ce nom, forgé sur des braises chaudes il est d'une brutalité implacable le tout accompagné d'une ambiance atmosphérique et suffocante (d'un point vu personnel cette atmosphère musicale sinistre me rappelle celle du compositeur Joseph Bishara qu'on rentrouvre dans Insidous, Conjuring...).
La production quand à elle sonne bien lourde et crue, confié au studio Overlook tenu par William Blackmon du groupe Grindcore suédois, GADGET et le mastering finalisé par Magnus Lindberg (CULT OF LUNA, TRIBULATION, LO!...) de quoi donner un gros appui à ce projet.
Tout n'est que chaos, et dans cet opéra du démoniaque, le chant de Jonas A. Holmberg sont des cris assourdissants, comme disait ce cher HP Lovecraft : "Certaines qualités vocales sont le propre des hommes, d'autres le propre des bêtes; et rien n'est plus terrifiant que d'entendre les unes jaillir de la gorge des autres." Ce vomissement est accompagné d'instruments bruyants afin de plonger l'auditeur à l'aliénation. Toutes les pistes s'écoulent les unes après les autres dans un total déchaînement. Nous sommes ici en enfer.

     Le rythme est incroyablement extrême, une fois que l'intro "Hæma" dans son ambiance indus/noise se termine, vient alors la plus effroyable musique. Le désormais quinquet (en vu de l'arrivée de David Daravian en second guitariste) lâche une synthèse moderne complètement destructive combinant ainsi que je me disais d'un Black Metal des plus chaotiques où s'incruste du Noise afin de donner un coté vicieux à ces compositions. THIS GIFT IS A CURSE est ici d'une grande férocité et A Throne Of Ash est un tourbillon de bruits totalement noirs provenant d'une bouche béante de la folie.
Il est difficile de choisir un morceau qui se démarque car ils sont taillés dans la même veine, "Blood Is My Harvest", "Thresholds" ou encore "Wolvking" sont de véritables shoots de fusil à pompe. Mais il est possible toute fois de trouver une sorte de break avec "Monuments For Dead Gods" ou encore "Woormwood Star" (qui possède une intro de basse à la GODFLESH) pour trouver un moment de répit ou ces deux titres tirent vers un certain mi-tempo proche du Sludge voir un léger coté Post-Métal atmosphérique, on se détache ainsi de la violence pour ce concentrer sur un travail de composition intéressante à entendre.  
        Afin de compléter ce tableau noir, on note également la présence de guests venus pousser la chansonnette au coté de Jonas dans ses hurlements, ainsi dans la cruauté de "In Your Black Halo", s'accompagne du chant de T. Ekelund de TREPANERINGSRITUALEN, où raisonnent des cordes vocales glauques dans ce titre aux sonorités dark&noise ce qui donne un compte rendu bien cauchemardesque. Quand à "Woormwood Star" pour en revenir à celui-ci, il voit également l'apparition de J.Persson (CULT OF LUNA) venu rajouter son grain de sel. 

          Voila un disque brut de pomme, secouant à la moindre écoute,THIS GIFT IS A CURSE nous offre une plongée de 48 min ultra-violente. C'est un uppercut dans une ambiance mortifère au rythme de l'occulte et du sabbat. Cet album pour le moins osé dans son genre, réussit tous ses paris et propose à l'auditeur quelque chose d'accrocheur sans tomber dans le piège de ces groupes violents continuant dans le même schéma sans tenter de rajouter un peu de nouveauté ou d'ambiance histoire de nuancer un peu.  
Il est alors bon de consommer une telle musique pour lâcher prise et un peu d'animosité ne fait parfois pas de mal quand l'homme à besoin de se défouler. A Throne Of Ash c'est le genre de CD qui s'accompagne d'un bon verre de whisky tout en appréciant le fumet de ce bougre de diable qui se cache ici.   


Tracklisting :

1.Heama
2. Blood Is My Harvest
3.Thresholds
4.Gate Dweller
5.Monuments For Dead Gods
6.Wolvking
7.I Am Katharis
8.In Your Black Halo
9.Wormwood Starr

Bandcamp Officiel 
Facebook Officiel 


par Charles Whateley le 22/05/2019 à 08:00
80 %    201

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

"Tu me files un figolu", j'imagine le groupe qui met ça dans Google Traduction pour savoir qu'est-ce que peut bien raconter mortne2001 sur leur album...


Avec une pochette comme ça, ça ne pouvait venir que de ce coin là du globe ! La musique sympa mais pas pour moi ce trip old-school, par contre je veux bien un figolu aussi.


pas terrible


Déjà je ne me considère pas comme un "métalleux" et oui il est permi de penser que cet album est une déception totale.


Thanks a lot guys!


Ouaip...


J'aime bien. Du thrash quoi, peut-être plus impersonnel qu'à l'époque...


Effectivement, une très bonne surprise; j'espère juste que le caractère 100% français ne va pas les pénaliser pour la suite.


@RBD +1 pour ton com en général, et la phrase suivante en particulier: "il faut assumer d'aimer des choses que beaucoup d'autres gens aiment aussi."


Pas mal du tout ! Ça me fais penser à du Malevolent Creation un peu !


J'attendais autre chose. Bof bof.


J'aime profondément le Black Album. Cela me fait sourire de voir combien '...And Justice..." est revenu dans le coeur des fans alors qu'il est resté longtemps mal aimé pour son côté moins direct que tous les autres. Mais c'était avant 1996. Le Black Album a un son dantesque, a touché un publi(...)


Commercial ou pas pour moi le Black Album est une énorme réussite.
La production met encore à l'amende bien des prod actuelles ! Le fait que les gens aient été très déçu de l'orientation prise par le groupe à l'époque, biaise le regard sur cet album selon moi. Si ça n'avait pas ét(...)


Evidemment que le black album était commercial: on ne serait pas encore à disserter dessus 28 ans après si ce n'était pas le cas. De là à dire que ce n'est pas une réussite...
Marrant cette propension du metalleux à vouloir d'un côté se démarquer à tout prix (en se targuant par ex (...)


C'est le nouveau dead can dance ?


Pas mal du tout, ça


Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.