Blood Party

Slymer

02/11/2020

Autoproduction

Alors que je me gaussais il n’y a pas si longtemps de l’euphorie suscitée par le dernier GAMA BOMB, étant quasiment certain de ne plus découvrir d’effort aussi intense d’ici la fin de l’année 2020, je suis tombé tout à fait par hasard sur le second long des allemands de SLYMER, au gré des entrées de mon VK Thrash favori. Et dire que ce deuxième tome des aventures germaines est une ode à la démence et à l’hystérie est un euphémisme, dans un créneau pourtant difficile : celui du Crossover. Créé en 2013, cette entité démoniaque mais cocasse a gravi les échelons un par un, mais d’un bon pas, nous gratifiant d’abord d’une démo en 2014 (Demo Borgir, ce qui en disait déjà long sur l’esprit tongue-in-cheek de nos amis d’outre-Rhin), avant de franchir la plus importante des étapes l’année suivante en lâchant sur un monde médusé un premier LP. Slapstick Surgery de son titre en disait long sur la volonté de ces quatre allumés, et d’une philosophie simple, mais incroyablement efficace : reprendre les astuces Thrash de la décennie 80, et les agrémenter d’une surdose de puissance à la MUNICIPAL WASTE/TOXIC HOLOCAUST, tout en louchant sur l’efficience lourde d’ENFORCED. Le résultat ne s’est pas fait attendre, et aujourd’hui encore, les fans n’ont pas oublié cette calotte magistrale que fut Slapstick Surgery, attendant de leurs nouveaux héros une suite à la hauteur de l’introduction de leurs aventures.

Et c’est en autoproduction que cette suite voit le jour aujourd’hui, sous la forme de douze morceaux qui ne s’éternisent pas. Vingt-sept minutes au chrono, c’est un timing totalement Hardcore, mais en parfaite adéquation avec l’urgence dégagée par cet infernal Blood Party. Avec sa pochette rendant hommage aux séries B italiennes pompant allègrement Alien et Zombie, ce second chapitre place la barre très haute, et nous laisse nager dans les fantasmes les plus fous. Et un simple coup d’œil aux photos promo du groupe permet de piger que ce quatuor enragé (Udo Vogel - basse, Stefan - batterie, Nico - guitare, et Olli - chant) n’a pas les blagues dans son short, mais qu’il aborde le genre avec tout le sérieux qu’il mérite. En résulte un album épais, puissant, décapant, saccadé à outrance, utilisant les codes connus mais les transcendant d’une énergie époustouflante, pour nous catapulter vers les paradis Thrashcore les plus fumants. Ce qui marque au prime abord, c’est évidemment la densité des plans utilisés, qui permettent aux courts morceaux de s’incruster dans le crane comme une vieille varlope huilée. Mais si l’instrumental est aussi solide et maboule qu’un Jason Voorhees lâché dans un camp de vacances, la voix tétanisante de folie d’Olli en rajoute une couche dans le genre crise de panique que rien ne vient calmer, même pas une grosse dose de Prozac.

Ce mec est incroyable, et réussit dans un même élan vocal à unir les gosiers uniques de Paul Baloff, de Robert Gonnella et Gerre, tout en s’accrochant à ses racines Hardcore comme Harley F à un pit déchaîné. Et la combinaison guitare en feu, batterie nucléaire et chant schizophrène permet à Blood Party de massacrer la concurrence, les chansons s’enchaînant sans temps mort, avec juste ce qu’il faut de breaks mid pour ne pas vous vriller les tympans trop rapidement. Ainsi, quelques transitions plus posées mais pas plus raisonnables permettent de reprendre légèrement son souffle, tout du moins pendant quelques secondes. Ainsi, l’intro de « Dead Dog Durango » joue le Heavy, avant de dégénérer salement et de nous offrir la tuerie la plus impitoyable du marché. Mais à vrai dire, « American Angst » nous avait déjà prévenus du caractère outrancier de la formation, et « Citizen of the Year » des accointances totalement Thrashcore de ces allumés de Kiel. Pas de modération, un jet de bile en pleine face, des airs d’exorcisme pratiqué dans une vieille ferme de la campagne allemande, et des cris, des hurlements, de la joie qui fuse en blasphèmes, et finalement, une assertion qui crève les oreilles : SLYMER est bien le combo le plus excitant du moment dans le créneau pourtant surchargé du Thrash old-school. Le Crossover ne supporte pas la médiocrité, ni le manque d’investissement. Et Blood Party prouve qu’une implication totale donne lieu à des œuvres totalement irrésistibles, alignant les calottes comme une maman pas contente des notes de son fiston.

Jouant avec les calembours et autres puns, les allemands ne tombent pas dans le piège de la cocasserie exagérée ou de la pantalonnade désolante à base de blagues rances sur fond de BO pourrie, et renforcent leur approche ironique d’un sérieux musical qui fait plaisir à entendre. Mais on peine à croire qu’Olli ait pu sortir du studio avec un reste de cordes vocales tant il donne de son gosier, parfois au-delà de toute raison (ses hurlements de hyène sur « Vampire Empire » font passer le premier EXODUS pour un album acoustique de chants tyroliens), et on se demande ce que tout ça peut donner en live. Aves des segments ne dépassant que rarement les deux minutes, SLYMER a joué la concision dans la violence, et nous assène le dernier coup fatal de 2020, la concurrence n’étant pas capable selon moi de dépasser en intensité ce second album complètement fou.      

              

                                                                                            

Titres de l’album:

01. Intro

02. American Angst

03. Citizen of the Year

04. Whipped Witch

05. Vampire Empire

06. Behind scratched Glass

07. Blood Party

08. Phantom Pain

09. Dead Dog Durango

10. Cannibal Conscience

11. To die and drown in blood-soaked Milk

12. Hordes of Horror


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 14/12/2020 à 15:16
92 %    92

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Satan

@ Yolo : Soit c'est de l'ignorance, soit de la bêtise... ou de l'humour sacrément mal formulé. Un petit peu comme ton orthographe en somme.

28/02/2021, 12:37

Invité

@Yolo : Ce qu'il y a de bien avec les opinions tranchées, c'est qu'ça relance le débat. En somme vous êtes une sorte de provocateur, quoi.

28/02/2021, 11:28

Invité

@Yolo : Ce qu'il y a de bien avec les opinions tranchées, c'est qu'ça relance le débat. En somme vous êtes une sorte de provocateur, quoi.

28/02/2021, 11:28

Yolo

La Polognes est l'un des seuls pays respectables en Europe actuellement par ses prises de position. Point barre.

28/02/2021, 10:16

MorbidOM

Complétement d'accord avec Gargan.Simony, je te conseille la lecture de Jean-Claude Michéa (si tu as la flemme ou peu de temps on peut facilement trouver des conférences qu'il a données sur internet)Christopher Lasch ça marche aussi ma(...)

27/02/2021, 19:42

Arioch91

encore moins sur Conan*

27/02/2021, 19:35

Arioch91

Jamais un patronyme d'un groupe n'a été en aussi inadéquation avec sa musique.Je ne crache pas sur le Doom, encore moins que Conan (le personnage) mais sans déconner : quiconque a lu une aventure de Conan, en particulier sur un champ de bataille, que l(...)

27/02/2021, 19:34

Gargan

Je pense de plus en plus que la critique "des lois archaïques" est un faux-nez du libéralisme (celui qui ne te veux vraiment pas du bien si tu ne fais pas partie des 1%). 

27/02/2021, 18:27

Simony

Perso, je reste mesuré sur la non menace que représente les lois religieuses archaïques de son pays. Loi anti-avortement, répression et censure envers les artistes qui ne respectent pas les lois sur le blasphème, et ça ce n'est que ce que nous, bons Fr(...)

27/02/2021, 17:56

KaneIsBack

Ce mec a toujours été une trompette...

27/02/2021, 17:33

Buck Dancer

En plus il demande un don....Je fais mon rebelle mais c'est vous qui payez l'amande. Il se fout du monde sur ce coup là. 

27/02/2021, 16:35

MorbidOM

Quel rebelle !Sinon, désolé mon grand je n'ai pas l'impression que "lois religieuses archaïques de ton pays" soient la plus grande menace pour notre liberté (en tout cas à l'Ouest mais même à l'Est j'(...)

27/02/2021, 15:58

Humungus

D'accord avec Buck Dancer sur ce titre.Le précédent extrait était bien plus savoureux.A voir la totalité de l'oeuvre donc...Par contre, le clip est chiadé.

26/02/2021, 08:38

Buck Dancer

De savoir que Rutan fait désormais partie du groupe éveil ma curiosité pour l'album, mais le morceau s'écoute et s'oublie une fois terminé. Certainement un résumé de ce que sera l'album a mes oreilles. 

25/02/2021, 15:58

Moshimosher

Intéressant, intéressant...

25/02/2021, 13:59

Arioch91

Le clip est juste insoutenable. Tellement que je trouve la zique de CC en décalage avec les images. Trop propre pour ce qui est montré. Mais je dois reconnaître qu'avec cette vidéo sur du trafic d'organes immonde, Canniboul fait fort, très fort. Pas pr&(...)

25/02/2021, 11:30

Arioch91

La voix est juste horripilante   Next !

25/02/2021, 08:56

Arioch91

Ca dépote ! Mais ça, je le dis souvent, j'écoute l'album et souvent, je finis par dire : next !Donc je vais pas m'emballer et écouter l'album plus en détails avant de me prononcer.

25/02/2021, 08:52

Humungus

Ah là oui !C'est effectivement très cliché dans le genre (ce qui reste quasi obligatoire d'ailleurs dans le style), mais effectivement, c'est largement au dessus de la moyenne pour ce qui est de la "clarté" de l'ensemble.Tr&e(...)

25/02/2021, 08:14

Humungus

Mouuuais...Au vu de vos avis dithyrambiques, je me suis donc penché sur ce bazar que je ne connaissais pas du tout :Je n'y ai absolument rien trouvé de ce que vous a fait frissonner les gars.Cela m'a fait penser à du Deathcore.J'avai(...)

25/02/2021, 08:10