Lorsqu’on parle de Black Metal, on ne pense pas automatiquement à la Belgique. On évoque plus volontiers la Suède, la Norvège, la France, les Etats-Unis, et même les pays centre et sud européens, mais plus rarement nos amis du plat pays qui est le leur. Il existe pourtant une myriade de groupes qui ont émergé de cette scène nationale, et loin de vouloir tous les recenser, impossible de passer sous silence les travaux d’ENTHRONED, ANCIENT RITES, LUGUBRUM ou ABSOLUTUS. Le problème se posant étant alors celui de la versatilité des artistes belges qui n’ont jamais défini un courant à eux-seuls, contrairement à leurs homologues, et qui se contentent souvent de réutiliser des recettes éprouvées, avec un talent indéniable, ce qui est incontestable. Il devient alors difficile de parler de BM spécifique à la Belgique, qui tâte volontiers du Pagan, du War Metal, de l’expérimental (plus rarement), et plus généralement de BM classique, parfois emphatique et à la limite du symphonique, à l’instar des THRONUM VRONDOR, actifs depuis plus d’une dizaine d’années. Fondé en 2005 du côté de Tielt, à l’ouest des Flandres, ce duo/trio perpétue une certaine tradition de l’extrême en se focalisant sur des sonorités puissantes, sombres, respectant presque à la lettre les commandements énoncés par la scène scandinave des années 90/2000. D’abord duo, articulé autour de la complicité artistique tissée entre Vrondor (guitare/basse, HELLEWACHT, DEMONIZER, ex-PARAGON IMPURE, ex-KWELHEKSE, ex-PANZER) et Crygh (batterie/chant, ex-URZAMOTH, ex-GRIMFAUG), THRONUM VRONDOR se présente aujourd’hui sous la forme d’un trio, ayant intégré depuis 2015 l’énigmatique SvN au chant, et à l’écriture des textes (DODENGOD, ex-ANESTHESY, ex-FLESHMOULD). Renforcé par cette adjonction, le groupe nous offre donc le troisième chapitre de son épopée sous la forme d’un LP solide et cruel, cet Ichor (The Rebellion), que les fans d’un BM agressif mais nuancé adopteront dès ses premières mesures.

Faisant suite à Vrondor I: Epitaph of Mass-Destruction, publié en 2007 et Vrondor II: Conducting the Orchestra of Evil en 2009, et pilotés en duo, Ichor (The Rebellion) est un modèle de BM intelligent et âpre, qui ne refuse pas quelques concessions à la mélodie pour rendre son approche un peu plus accessible, mais pas moins violente pour autant. Si les comparaisons sont multiples et possibles, autant dire que l’optique choisie par les belges est plutôt franche et personnelle, empruntant au BM scandinave son absence quasi-totale de compromission, pour mieux l’adapter à des vues plus modulées, qui de temps à autres s’autorisent des incartades harmonieuses et presque Folk dans les faits. Mais ces inserts sont plutôt rares, et les neuf morceaux de ce troisième LP utilisent les artifices en tant qu’arrangements épars, et non comme base de structures globales. Privilégiant les morceaux concis ne dépassant que rarement les cinq minutes, THRONUM VRONDOR se concentre sur une dureté de fond assez notable, pour ensuite proposer quelques aménagements plus souples, tout en gardant cette posture droite et figée qui a fait la gloire de la période de transition entre les nineties et le nouveau siècle. C’est ainsi que globalement, on peut penser à un mélange de violence entre le MARDUK le plus impitoyable de l’époque Legion, et l’ENTHRONED des sommets, le BM des belges se réclamant presque d’une préciosité symphonique à la EMPEROR lorsque le thème le permet, sans tomber dans les excès de synthé et autres chœurs grandiloquents. Ici, tout frappe très fort et très vite, et la production, parfaite en tout point permet d’apprécier des riffs qui se meuvent sans discontinuer, propulsés par une distorsion clean mais subtilement abrasive, et une rythmique arque-boutée sur ses blasts qui pleuvent sans discontinuer. Mais ce sont bien les guitares qui permettent avec leurs licks en trémolo d’aérer un peu la brutalité ambiante, contrebalançant effectivement des lignes de chant graves et assurées, qui refusent l’hystérie d’un chant de sorcière handicapant souvent ce genre de projet. Ici, pas de cris de damné en pleine crise de démence, mais des vers énoncés d’une voix à la Mortiis, en version moins théâtrale, mais qui complètent fort bien le tableau presque dramatique dépeint pendant moins de quarante minutes.

Et cette brièveté permet au groupe d’échapper à la redite, puisque la formulation choisie est itérative, et basée sur une approche imperfectible, mais aux réflexes assez prévisibles. Tous les titres semblent en effet basés sur le même agencement, alternant les passages furieux et les breaks curieux, avec toujours ces quelques harmonies acides qui virevoltent au-dessus du paysage comme des vautours en quête de charogne. Et si les esprits chagrins vous diront que l’essentiel est dit dès le premier morceau « A Symbol Of Acrimony », qui place les pions un à un avec beaucoup d’intelligence, l’ensemble de l’album se permet quelques changements légers de cap, qui nous évitent l’écueil du remplissage à outrance. Mais ce premier morceau, classique au possible est un véritable modèle du genre, avec sa rythmique guerrière, son chant gravissime et ses guitares volubiles, posant fermement sur la table des négociations des couplets forgés dans le passé pour mieux y glisser des interludes plus modernes et subtils. Entre War Metal de luxe et BM traditionnel mais futé, Ichor (The Rebellion) continue de fuser sur la lancée des deux premiers albums, mais célèbre une sorte d’accomplissement à lui seul, nous présentant un groupe sûr de son fait et de sa philosophie artistique. Et en mettant de côté le bref instrumental mélodique « ...And Then The Fall », la cohésion est de mise, et la trajectoire rectiligne, trouvant même une acmé en l’incarnation « Doom Upon Doom », le paroxysme de la vision du trio belge, qui en plus de sept minutes synthétise toutes leurs qualités bestiales, sans jamais déborder sur le Noise. Ni Raw ni désespérément avant-gardiste, ce troisième pamphlet ose le juste milieu, privilégiant des agencements formels pour mieux les déformer d’une volonté harmonique, et ainsi nous offrir un panorama nocturne inquiétant, mais tout sauf grotesque.

Il faut quand même attendre « The Last Specs Of A Dying Light », et son atmosphère presque TRIPTYKON/CELTIC FROST pour nous voir bousculés, par une lourdeur loin d’être désagréable, et une moiteur ambiante qui offre un point final inattendu à un album qui jusque-là paraissait prévisible jusqu’à son final. Et sans bousculer la hiérarchie, les THRONUM VRONDOR s’affirment avec les années comme un concept avec lequel il faut compter, et un digne représentant de la scène Belge, qui si elle n’est pas la plus connue et reconnue, recèle en son sein des valeurs sûres qui font honneur au style.       


Titres de l'album :

                          1. The Well

                          2. A Symbol Of Acrimony

                          3. Ceremony Of Atonement

                          4. Ichor (The Rebellion)

                          5. Diety

                          6. ...And Then The Fall

                          7. Vision Of The Seven Tombs

                          8. Doom Upon Doom

                         9. The Last Specs Of A Dying Light

Facebook officiel


par mortne2001 le 02/04/2019 à 16:21
80 %    186

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Photo-report MOTOCULTOR FESTIVAL 2019

Jus de cadavre / 08/09/2019
Motocultor

Concerts à 7 jours

+ Belenos + Griffon

20/09 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Ultra Vomit + Astaffort Mods

20/09 : Le Rio Grande, Montauban (82)

Electric Shock + Praying Mantis + Sign Of The Jackal

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !


DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...


Mon dieu c'te pochette ?!?!
Le père Joël nous avait pourtant habitué à bien mieux merde…
On se croirait ici en main avec un album de Synthwave bas de gamme bon dieu de dieu.


Attention le site du Bikini annonce la date à Toulouse le 20 mai. C'est un mercredi, veille de l'Ascension.


Le nouveau Korn m'a l'air excellent du coup.

A mince c'est Lacuna Coil.


J’ignore le niveau d’affinité de leclercq avec le heavy speed mélodique, mais à la base c’est un fan d’extreme. Il suffit d'écouter sinsaenum, projet plus personnel et qui n’a vraiment rien a voir avec dragonforce
Perso kreator, jamais accroché, mais c’est un grand groupe et u(...)