Par Delà Noireglaces et Brumes Sinistres

Crépuscule D’hiver

25/09/2020

Les Acteurs De L'ombre Productions

Les Acteurs de l’Ombre, comme tous les labels investis dans la cause Black Metal considèrent chacune de leurs sorties comme des évènements, et proposent des supports physiques léchés, mais surtout, des œuvres musicales conséquentes et d’importance. Bien que pas toujours en adéquation totale avec leur parti-pris stylistique, je n’ai jamais été déçu par leurs choix, la musique des groupes constituant leur écurie étant toujours riche, surprenante, ambitieuse et mystique. Et c’est toujours un plaisir que de recevoir une nouveauté de leur part, cette réception s’accompagnant d’une écoute profonde d’un produit qui n’en est pas un, et qui tient à garder le statut d’œuvre d’art à part entière. Alors, en découvrant dans l’enveloppe scellée le premier album du projet CREPUSCULE D’HIVER, je savais qu’une fois encore, le label de Gérald allait me soigner aux petits oignons, même si le créneau revisité par l’ensemble en question échappe à mon champ d’investigation habituel. Je connais très peu le BM médiéval il est vrai, et encore moins le mouvement Dungeon Synth, mais je sais reconnaître un instrumental en valant la peine, et j’ai de sérieuses connaissances en BM épique, via ses représentants les plus nobles des nineties. De plus, et malgré le fait que Par Delà Noireglaces et Brumes Sinistres soit un premier album, la musique de CREPUSCULE D’HIVER est déjà connue d’un bon millier de fans, puisqu’une première démo a vu le jour il y a quelques années sous le titre de Songes Hérétiques. Et justement, ce premier tome se pose en prolongement de la dite démo, en reprenant certains de ses titres, et en se focalisant sur les mêmes thèmes et obsessions, mais une fois n’est pas coutume, l’homme derrière ce concept n’a pas travaillé seul, et s’est fait accompagner par une figure bien connue de l’underground.

CREPUSCULE D’HIVER est donc le bébé de Stuurm (chant, textes, guitares, claviers) qui pour l’occasion s’est associé avec N.K.L.S (IN CAUDA VENENUM) qui a pris en charge l’enregistrement de la basse et de la batterie, d’ordinaire programmées par Stuurm. Cette association plus analogique que d’ordinaire confère donc une ambiance plus naturelle à ce premier et très long album, qui ose les soixante-dix minutes de musique, dont un énorme pavé de conclusion de plus de vingt minutes. Une longueur pareille aura de quoi faire fuir les détracteurs et les amateurs de BM compact et immédiat, mais faites-moi confiance : le leader du projet ne s’est pas contenté de rabâcher les mêmes plans et notes sur une durée rédhibitoire, et a arrangé ses morceaux de façon à les rendre fascinants et mystiques. Et il n’est pas excessif de dire qu’une brume épaisse et qu’un brouillard étrange nimbent cette réalisation de leur flou naturel, puisque Par Delà Noireglaces et Brumes Sinistres évolue dans un créneau de Black Metal ambitieux et mélodique, sans mettre de côté la véhémence naturelle des pionniers des années 90. Impeccablement produit pour éviter un son trop synthétique, ce premier tome a bénéficié des soins de Nerik aux Darkened Studios qui s’est occupé du mix et du mastering. En découle une puissance phénoménale dans les moments les plus furieux, et une précision non négligeable lorsque les harmonies anciennes s’imposent au premier plan. Et le premier plan est justement occupé par le long et massif « Le Sang Sur Ma Lame », qui après une belle intro place les pions et dose les ingrédients avec beaucoup de pertinence. Dès le départ, la guitare et les claviers cohabitent en complémentarité, tout en s’éloignant des références trop encombrantes des DISSECTION, BURZUM et autres fans d’harmonies développées. Le projet à son identité propre et souhaite le faire savoir, et si le chant de Stuurm est classique dans sa façon de se racler les cordes vocales, il est en parfaite adéquation avec une bande instrumentale alternant entre la violence la plus crue aux riffs concentriques et les breaks plus atmosphériques qui évitent la niaiserie du Dungeon Synth fait maison.

D’ailleurs, le concept est plus proche d’un BM progressif et presque Folk que d’un Dungeon Synth redondant et plastique, et c’est ce qui permet à l’œuvre de se distinguer de la masse. Etant clairement allergique aux divagations de synthé des diablotins de cave et de grenier, si CREPUSCULE D’HIVER avait joué ce petit jeu de dupes, j’aurais balayé l’écoute en quelques minutes histoire de m’acquitter de ma tâche, au lieu de m’immerger dans une œuvre fascinante trouvant un équilibre très stable entre les genres extrêmes. On pourra toujours arguer du caractère un peu naïf des orchestrations, qui ont un rendu parfois trop ludique, mais le duo reste si crédible dans la construction des crescendos et des évolutions qu’on pardonne la naïveté de l’emploi du synthé. Mais le talent de Stuurm à la composition est d’avoir vraiment construit des labyrinthes et des chemins de traverse, nous emmenant aux quatre coins du monde et aux confins du genre, sans en négliger un seul aspect. Rares sont les albums capables de susciter autant d’émotions complémentaires, et à ce titre, « Tyran De La Tour Immaculée » est un modèle du genre, avec son intro incroyablement catchy à la basse redondante et au riff immédiatement mémorisable. Les amateurs de crudité et de cruauté seront comblés par la puissance qui se dégage des segments les plus véhéments, évidemment drivés par des blasts inspirés, mais aux changements de rythme et d’ambiance fréquents. Car pour combler un morceau de dix minutes, il faut plus qu’une litanie insipide et nihiliste et ça, Stuurm l’a très bien compris.

« Le Souffle De La Guerre » en est l’illustration la plus parfaite, avec ses onze minutes intenses et variées. Tout commence par une intro sombre et venteuse, créant une ambiance étrange et opaque, avant que l’Ambient ne cède la place à un Heavy Black presque Viking, aux mélodies fortes et à l’ampleur incroyable. Les arrangements, sobres n’empiètent pas sur les thèmes principaux, et si on aurait aimé plus de variation dans le chant, l’instrumental nous apporte les modulations nécessaires. Ambitieux sans être pompeux, toujours sur la brèche du grotesque sans tomber dans le ridicule, Par Delà Noireglaces et Brumes Sinistres est une quête qui comme toutes les quêtes se termine par un combat de titan, et son morceau éponyme de plus de vingt minutes. Exceptionnel résumé de tout ce que l’auteur est capable de créer, « Par-delà Noireglaces Et Brumes Sinistres » multiplie les riffs circulaires et glaciaux, les cassures mélodiques, utilise des nappes de cœurs féminins, avant de nous écraser de parties de guitare à la IMMORTAL. Tout est dit ou presque dans ce final aux proportions homériques, parfait épilogue d’un conte noir qui nous emporte loin dans le temps et l’espace. Retenez bien les noms de Stuurm et de CREPUSCULE D’HIVER, vous risquez à l’avenir de les lire et les entendre accompagnés d’un déluge de compliments à la limite du dithyrambe.

                                                                                                                                                                                                    

Titres de l’album:

01. Que La Gloire Soit Notre !

02. Le Sang Sur Ma Lame

03. Héraut De L’Infamie

04. Tyran De La Tour Immaculée

05. Le Souffle De La Guerre

06. Les Larmes D’Un Spectre Vagabond

07. Par-delà Noireglaces Et Brumes Sinistres


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 03/10/2020 à 15:01
88 %    253

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Bones

J'ai jamais pu encaisser les QCM.

27/01/2021, 16:44

Humungus

Moi penser tout pareil.

27/01/2021, 15:56

Solo Necrozis

Pareil, c'est quoi l'objectif, avoir Oranssi Pazuzu dans Taratata ? Je ne comprendrai jamais ce désir d'être accepté par une industrie qui n'a presque rien d'artistique et pour qui la musique est un produit à écouler en espérant en(...)

27/01/2021, 15:30

Arioch91

Meilleur album Black à capucheMeilleur album de pouêt-pouêt Metal à bouée (on enlève Alestorm sinon c’est pas du jeu)nanmé

27/01/2021, 15:17

Buck Dancer

"c'est comme le sexe, au début tu chatouilles un peu les parties visibles et seulement après tu explores en profondeur"... et c'est là où ça fait mal !!! 

27/01/2021, 15:05

Simony

Je pense que l'on peut creuser l'idée des catégories, il y en a des biens dans tes propositions Jus de cadavre  (...)

27/01/2021, 14:33

RBD

Hail of Bullets, l'excellence va decrescendo du premier au troisième album. Dans la discographie de Martin van Drunen il faut aussi citer le deuxième album de COMECON, "Converging Conspiracies", u(...)

27/01/2021, 13:25

Jus de cadavre

Les 13 catégories des Victoires Rock et du Metal 2021 !Meilleur album de Bestial War Black MetalMeilleur album de PorngrindMeilleur album de NSBMMeilleur album de Crust Punk à chienMeilleur album HM-2 Entombed-likeMeilleur album Black Metal (...)

27/01/2021, 12:11

Gargan

Quand je vois la dénomination "rock/metal", ça me fait fuir, gros effet répulsif. Non pas que j'oublie les racines blablabla mais là, ça me fait penser à de l'édulcoré pur jus, un peu comme rtl2 et son "son pop/rock&(...)

27/01/2021, 08:46

Arioch91

@Bones : merci pour Hail of Bullets, je préfère ce que je suis en train d'écouter (le premier) à ce Necroceros. Ca m'emballe bien plus alors je pense rattraper mon retard du côté de HoB plutôt que d'Asphyx.

27/01/2021, 08:07

Kairos

Ouais dsl j'ai été un peu sec, mais l'autre andouille est venu gratuitement me baver sur les rouleaux... J'aurais dû employer l'adverbe "cordialement" à la fin de mon précèdent post. 

26/01/2021, 16:03

Bones

Mouais, mais par contre je vais rapidement le réécouter pour voir si mon approche a évolué. C'est vrai qu'il est réputé...  j'ai sans doute raté le coche.

26/01/2021, 13:14

Arioch91

@Humungus : SIC... And Destroy !   Comme disait Coluche : la politique ? C'est quand on est poli et qu'on a(...)

26/01/2021, 10:45

Arioch91

@Humungus : je confirme pour The Rack. Plusieurs fois j'ai essayé mais sans jamais accrocher.Y a des albums comme ça

26/01/2021, 07:56

Humungus

Toujours "intéressant" (SIC !!!) quand la politique s'insère ici... ... ...

26/01/2021, 07:38

Humungus

Ne pas "rentrer" dans "The rack" ?!?!Bizarre étant donné la monstruosité de cet album...Quoi qu'il en soit, je plussoie sur HAIL OF BULLETS !Pis n'oublions pas le merveilleux GRAND SUPREME BLOOD COURT non plus hein !!!(...)

26/01/2021, 07:35

Arioch91

@Bones : merci pour l'idée, vais m'écouter les trois albums de Hail of Bullets, juste histoire de rattraper mon retard concernant le père Van Drunnen.

25/01/2021, 20:12

Bones

Ce dernier Asphyx n'est pas une montagne de nouveautés mais il est super efficace. On sent les vieux briscards qui connaissent parfaitement leur affaire.Etant un gros fan de Van Drunen, je vais décortiquer ses paroles en ne doutant pas que les morceaux vont s'en tro(...)

25/01/2021, 18:39

Jus de cadavre

Ouais, ils frappent fort les anciens avec cet album ! 

25/01/2021, 18:17

LeMoustre

Chez Accuser, en période récente, c'est Demoniac qu'il faut écouter. Plus violent, sorte de Testament sous amphétamines, il est à mon humble avis le meilleur de ce que Thoms  a produite depuis Who Dominates Who. Ah, si, le premeir album est aussi (...)

25/01/2021, 17:03