Darkness Devours

Hanging Fortress

06/11/2020

Redefining Darkness Records

Redefining Darkness Records nous refait le coup du groupe de Death sortant de nulle part, et intégré à son catalogue avec la fierté de ceux qui savent découvrir les musiciens les plus nuisibles. Le label US n’en est pas à son coup d’essai, loin de là, et sait repérer à des kilomètres une tombe profanée et l’odeur de la putréfaction qui colle aux naseaux. Et cette fois-ci, c’est du côté de Toledo, Ohio que la maison de disques est allée déterrer son macchabé, nous offrant la primeur de ses premiers cris professionnels. Pour autant, le zombi HANGING FORTRESS n’en est pas à ses premiers hurlements puisque le quatuor a déjà grogné en deux occasions, sur deux moyenne-durée publiés en 2018 et 2019. C’est donc après Sword of Corruption et Blood Mountain que les morts-vivants s’apprêtent à prendre la parole plus longtemps, quoique la durée de ce premier « long » ne le soit pas vraiment. A peine vingt minutes de Death Metal, c’est peu, et même très peu lorsqu’il atteint ce degré de qualité dans l’horreur. Fasciné par les grands classiques des années 90 et la vague américaine de puanteur venue de Floride, HANGING FORTRESS n’en garde pas moins une odeur corporelle très personnelle, et n’hésite jamais à frotter ses aisselles empestant le Death avec de la boue Doom et des déchets Hardcore. Soit l’un des crossover les plus malsains du marché, et largement de quoi satisfaire les instincts les plus primaires des fans d’underground sans compromission. Enregistré, mixé et masterisé par Pat Shekut des Underhill Recordings studios, et flanqué d’un splendide artwork classique d’Anthony Orosz et Jimmy Smo, Darkness Devours est à l’image de son titre, et explore tous les aspects d’une agonie programmée, nous entrain   ant dans les sables mouvants d’un terrain lourd pour mieux nous en coller une derrière la tête avec une accélération énorme. De la variété dans l’ignominie donc, et l’assurance de passer un très mauvais moment en compagnie de musiciens revenus de la terre avec beaucoup d’acrimonie pour nos tympans.

« Là-bas, tout est neuf et tout est sauvage » chantait notre cher Jean-Jacques, et il n’avait pas tort. Parce qu’il savait « qu’ici, tout est joué d’avance ». Et ici justement, sur les terres de HANGING FORTRESS, tout est laid, embué, empesté, jonché de corps sans vie, d’une puanteur insupportable. Le Death des américains s’ingénie donc à ne retenir de tous les courants que ce qu’ils proposent de plus laid, et passent sans vergogne d’un brisage de cervicales à la CANNIBAL CORPSE à une ambiance désolée à la WINTER. Death Doom sans l’être, avec cette attitude Hardcore d’un son sec comme un coup de trique, ce premier longue-durée nous déroule donc un paysage sonore désolé, stérile, uniquement animé des soubresauts d’une rythmique en coup de fusil, et des litanies d’un chanteur qui grogne comme un marcheur reniflant de la chair fraiche à dix lieues à la ronde. Le quintet (Kyle - guitare, Jack - guitare, Jimmy - basse, Eric - batterie et Marcus - chant) ne prend donc pas de gants, n’innove pas plus qu’il ne faut, et garde le cap sur une efficacité redoutable, de celles appréciées par les croque-morts les plus aguerris. Pas grand-chose à signaler de révolutionnaire donc, mais une présence épaisse, des riffs macabres, des graves qui se taillent la part du lion, mais aussi un sens du groove qui peut surprendre parfois, spécialement sur l’entame grognon de « Burned Alive ». Plus qu’une simple accumulation de clichés donc, ce premier album essaie de défricher sans trop abimer le terrain, et surtout, d’y laisser son empreinte de pelle.

Certes, les riffs mélodiquement maladifs et circulaires appartiennent clairement au patrimoine américain, la voix traîne son désespoir et sa faim comme un sac à dos trop lourd, et le tout exhale d’une sensation de pénibilité et de résignation, mais sans exagérer ses aspects les plus macabres, HANGING FORTRESS signe un joli manifeste d’horreur à l’usage exclusif des dépressifs maniaques. Nombreux breaks calibrés, pirouettes rythmiques intéressantes, et beaucoup de swing dans le lancer de corps, avec cette fluidité de l’axe basse/batterie qui s’accommode fort bien du classicisme coulé des guitares (« Stab Wounds »). Pas plus d’une poignée de minutes par intervention, ce qui suffit largement à développer les thèmes, et parfois, une concision fort à propos sur le hit « Hanging Fortress », déclaration d’intention éponyme qui crache ses viscères par une bouche aux chicots apparents, et qui aurait fait une bande son idoine pour un épisode valable de Walking Dead. Du formalisme sans l’être, de la variation dans les attaques des hordes, une double grosse caisse qui sonne encore comme telle, et des arrangements discrets, mais efficaces, à tel point que les vingt minutes passent bien trop vite, et qu’on aurait aimé un peu de rab’ de cervelle.  

Avec sa production old-school et sa philosophie ne l’étant pas moins, ce premier album de HANGING FORTRESS fait honneur aux productions de son label, et nous offre un petit cauchemar bien troussé qui laisse des suées, mais ne ruine pas totalement la journée. Affaire à suivre donc.        

                                                                                                                          

Titres de l’album:

01. Burned Alive

02. Stab Wounds

03. Hanging Fortress

04. Blood Mountain

05. Darkness Devours

06. Drown

07. Killing You


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 30/12/2020 à 14:04
70 %    63

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kairos

"Embrasse moi, j'ai le scorbut !"

28/01/2021, 09:08

Bones

"Quand on a la bouche qui sent les pieds, c'est qu'on a les dents qui se déchaussent."

28/01/2021, 07:06

Perry

Punaise, ce que c'est nul!

27/01/2021, 20:41

Bones

J'ai jamais pu encaisser les QCM.

27/01/2021, 16:44

Humungus

Moi penser tout pareil.

27/01/2021, 15:56

Solo Necrozis

Pareil, c'est quoi l'objectif, avoir Oranssi Pazuzu dans Taratata ? Je ne comprendrai jamais ce désir d'être accepté par une industrie qui n'a presque rien d'artistique et pour qui la musique est un produit à écouler en espérant en(...)

27/01/2021, 15:30

Arioch91

Meilleur album Black à capucheMeilleur album de pouêt-pouêt Metal à bouée (on enlève Alestorm sinon c’est pas du jeu)nanmé

27/01/2021, 15:17

Buck Dancer

"c'est comme le sexe, au début tu chatouilles un peu les parties visibles et seulement après tu explores en profondeur"... et c'est là où ça fait mal !!! 

27/01/2021, 15:05

Simony

Je pense que l'on peut creuser l'idée des catégories, il y en a des biens dans tes propositions Jus de cadavre  (...)

27/01/2021, 14:33

RBD

Hail of Bullets, l'excellence va decrescendo du premier au troisième album. Dans la discographie de Martin van Drunen il faut aussi citer le deuxième album de COMECON, "Converging Conspiracies", u(...)

27/01/2021, 13:25

Jus de cadavre

Les 13 catégories des Victoires Rock et du Metal 2021 !Meilleur album de Bestial War Black MetalMeilleur album de PorngrindMeilleur album de NSBMMeilleur album de Crust Punk à chienMeilleur album HM-2 Entombed-likeMeilleur album Black Metal (...)

27/01/2021, 12:11

Gargan

Quand je vois la dénomination "rock/metal", ça me fait fuir, gros effet répulsif. Non pas que j'oublie les racines blablabla mais là, ça me fait penser à de l'édulcoré pur jus, un peu comme rtl2 et son "son pop/rock&(...)

27/01/2021, 08:46

Arioch91

@Bones : merci pour Hail of Bullets, je préfère ce que je suis en train d'écouter (le premier) à ce Necroceros. Ca m'emballe bien plus alors je pense rattraper mon retard du côté de HoB plutôt que d'Asphyx.

27/01/2021, 08:07

Kairos

Ouais dsl j'ai été un peu sec, mais l'autre andouille est venu gratuitement me baver sur les rouleaux... J'aurais dû employer l'adverbe "cordialement" à la fin de mon précèdent post. 

26/01/2021, 16:03

Bones

Mouais, mais par contre je vais rapidement le réécouter pour voir si mon approche a évolué. C'est vrai qu'il est réputé...  j'ai sans doute raté le coche.

26/01/2021, 13:14

Arioch91

@Humungus : SIC... And Destroy !   Comme disait Coluche : la politique ? C'est quand on est poli et qu'on a(...)

26/01/2021, 10:45

Arioch91

@Humungus : je confirme pour The Rack. Plusieurs fois j'ai essayé mais sans jamais accrocher.Y a des albums comme ça

26/01/2021, 07:56

Humungus

Toujours "intéressant" (SIC !!!) quand la politique s'insère ici... ... ...

26/01/2021, 07:38

Humungus

Ne pas "rentrer" dans "The rack" ?!?!Bizarre étant donné la monstruosité de cet album...Quoi qu'il en soit, je plussoie sur HAIL OF BULLETS !Pis n'oublions pas le merveilleux GRAND SUPREME BLOOD COURT non plus hein !!!(...)

26/01/2021, 07:35

Arioch91

@Bones : merci pour l'idée, vais m'écouter les trois albums de Hail of Bullets, juste histoire de rattraper mon retard concernant le père Van Drunnen.

25/01/2021, 20:12