Communal Decay

Vindicator

01/10/2021

Autoproduction

Mine de rien, nous n’avions plus de nouvelles en longue-durée depuis huit ans de nos vindicatifs américains préférés, et le temps commençait à paraitre salement long. Depuis United We Fall, célébré comme il se doit, les VINDICATOR se faisaient trop discrets, et ce ne sont pas les deux EP’s parus en 2014 (Sleeping with Evil) et 2020 (Dog Beneath the Skin) qui allaient nous suffire. Après tout, le hat-trick de There Will be Blood/The Antique Witcheries/United We Fall, planté en quatre ans à peine avait transformé ce petit jouer de seconde division en buteur majeur de la ligue nostalgique, et ses actions fulgurantes faisaient cruellement défaut sur le terrain old-school. Heureusement, après une longue blessure, notre joueur favori revient sur la pelouse marquer quelques buts et soulever une hola magnifique dans les gradins Thrash bondés.

Après un petit changement de line-up l’année dernière, et l’intégration du nouveau guitariste/avant-centre Billy Zahn (FROSTHELM, VARAMUS, ex-TRIBE, ex-MICAWBER (live)), les deux membres fondateurs/frères Jesse (batterie) et Vic Stown (guitare/chant), toujours secondés par l’énorme basse d’Ed Stephens (BEYOND FEAR, HARLOT'S GRIP, RINGWORM, SHED THE SKIN, SHOK PARIS, VANIK, SIXX (live), ex-SINISTER, ex-VIOLENT NIGHT, GLUTTONS, ex-BYRON NEMETH GROUP, ex-DESTRUCTOR, ex-CHARRED WALLS OF THE DAMNED (live), ex-ABDULLAH, ex-CIVIL DISOBEDIENCE, ex-PETE) ont pu se ressaisir et appréhender la soif de leurs fans pour de la nouveauté. Cette nouveauté prend donc la forme d’un quatrième album studio, rond aux entournures, bref comme tout effort volent qui se doit, mais bourré d’idées pertinentes et de riffs teigneux.

Tout le monde connaît la position modérée des originaires de South Amherst, Ohio. Avec eux, pas de risque d’excès de vitesse, ou de crise d’euphorie Thrashcore inexplicable et injustifiée. VINDICATOR a toujours été le moniteur thrasho-école le plus fiable du marché, inculquant à ses élèves les bienfaits d’une conduite stable et prudente. Adeptes d’un mid-tempo ne crachant pas sur quelques embardées, les quatre musiciens prouvent une fois encore leur attachement à l’ANTHRAX de première fin de carrière de Joey Belladonna, et l’importance du diptyque State of Euphoria/Persistence of Time. D’ailleurs, pour bien asseoir leur position et voir une route dégagée, les américains commencent par démarrer modérato, avec un « Hymns of Oblivion » qui nous rappelle le meilleur de la bande à Scott Ian et Charlie Benante. Six minutes de condensé ANTHRAX avec quelques pointes de violence à la EXODUS, pour rassurer tout le monde, et prouver que la créativité en démarquage n’est pas encore une source tarie.

Impeccablement produit, Communal Decay permettra à tous les employés communaux de faire leur travail dans la bonne humeur, avec une énergie ne se démentant pas du long de la journée. Il leur permettra aussi de retrouver l’essence même du Big4, lorsque les quatre ou cinq géants du Thrash américain se tiraient la bourre sous le regard admiratif mais déjà défiant de la nouvelle génération. Cette impulsion respectueuse plaçant ANTHRAX et EXODUS au-dessus de la mêlée est savoureuse dans les faits, formelle dans le fond, mais toujours enthousiasmante dans la forme pour celui qui a compris que le Thrash n’aime rien de plus que se regarder dans le miroir du passé pour y voir un reflet flatteur de genre dominant. Il faut dire que ce reflet prenant les contours du joyeux « Poison In Us » a de quoi ici caresser la mémoire, d’autant que l’alternance de morceaux cours et de données plus progressives est encore très bien agencée. Et si les deux premiers morceaux de ce retour en force prônent des ambitions retrouvées après une si longue absence, ils ont le mérite de ne remplir aucun blanc, et de laisser une réelle inspiration prendre le pas.

Le fait que les VINDICATOR aient été désignés comme étant les nouveaux rois du riff il y a quelques années est toujours justifié en 2021. Une simple écoute au rond et bondissant « Kill the Rich » suffit à nous catapulter en 1988/1989, et retrouver ces sensations d’adolescence se transformant discrètement en âge adulte, sans que la naïveté ne cède trop vite la place à la maturité.

Sans changer leur formule, mais en l’affinant progressivement, les américains nous offrent donc le digne successeur au célébré United We Fall, et font encore une fois grimper la température en flèche, transformant le souvenir de la Californie en incendie d’envergure catastrophique, sans vraiment avoir besoin de griller l’allumette de leur talent naturel. Les soli sont toujours aussi convaincants, la voix de Vic Stown juvénile, et l’assise rythmique solide comme des roues de skate en titane. Alors, on roule, le long des pentes, dans les piscines, et on célèbre l’esprit paillard du Thrash le plus festif mais socialement engagé de la fin des eighties, et pour une fois, on ne regrette même pas l’absence totale de prise de risques caractéristique de cette école old-school un peu trop respectueuse de ses aînés.     

Après tout, bouder le plaisir d’un « Oxidative Stress » serait d’une inconscience rare. Ces saccades, cette basse qui rebondit comme une balle lancée à un greffier, cette intro en montée en puissance, tous les ingrédients sont formidablement bien dosés, pour un résultat qui toutefois ne vient pas renifler le cul du Crossover de trop près.

Entre sérieux des thèmes et de l’instrumental, et légèreté du ton, VINDICATOR refuse la prétention tout comme la pochade. Et c’est sans doute ce qui le rend unique sur la scène, et capable de produire des accélérations fulgurantes de la trempe de « Life Support ». On passera outre le mimétisme ANTHRAX parfois trop prononcé de certains couplets, on oubliera qu’une fois de plus, c’est le passé qui sert d’inspiration pour le présent, pour apprécier le retour d’un des représentants les plus crédibles de cette scène nostalgique. 

Pas si vindicatifs que ça finalement…

             

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Hymns of Oblivion

02. Kill the Rich

03. Oxidative Stress

04. Life Support

05. Poison In Us

06. Social Schism

07. Flies on the Wall

08. Spiders


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 13/05/2022 à 17:45
80 %    512

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2024 / Clisson

Jus de cadavre 15/07/2024

Live Report

Escuela Grind + BMB

RBD 08/07/2024

Live Report

The Mandrake Project Live 2024

Simony 05/07/2024

Live Report

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

On me dit dans l'oreillette que la femme de Rob (qui est française) est fan d'Indochine et qu'elle ne serait pas étrangère à cette décision de reprise... L'amour rend aveugle, mais sourd aussi apparemment.

18/07/2024, 14:59

Humungus

Monument.

18/07/2024, 13:39

Humungus

"Kirk et Rob reprennent "L'Aventurier" d'Indochine"... ... ...Le groupe qui aime à se tirer une balle dans le pied quoi !Après l'ignominie de la reprise de Johnny il y a quelques années...A la prochaine date franç(...)

18/07/2024, 09:35

Alain MASSARD

juste excellent!!!!

17/07/2024, 16:30

Tourista

''Shoot the babies in the nest, that's the real hunting''

17/07/2024, 08:37

Ivan Grozny

Pour ma part :Jeudi : Ashinhell / Immolation / Brujeria / Megadeth (aïe aïe) / Shining (le groupe norvégien) / Sodom / Cradle of FilthVendredi : Fear Factory / Savage Lands / Kanonenfieber / Satyricon / Emperor / Machine Head (la fin vite fait pour boire un coup) / (...)

17/07/2024, 01:16

Gargan

« Wher’ar’you Marshall ? » « yeahiyeaah wohooo !! »

16/07/2024, 21:51

LeMoustre

Sympa.En plus tête d'affiche au Pyrenean Open Air en septembre. Ça se loupe pas ça 

16/07/2024, 10:06

Cupcake Vanille

Ok c'est très différent de la période You Will Never Be One of Us qui était plus un mix sauvage et efficace entre un Slayer et Napalm Death. Todd Jones change encore de style vocalement, pour un truc plus vomissant rempli de glaire dans une ligne death(...)

15/07/2024, 11:11

RBD

Excellent ! Ils sont revenus tourner ce clip à la "Maison des choeurs" où nous les avions vus pour un concert inoubliable à l'automne 2023. Il s'agit d'une ancienne chapelle de style Louis XIV (mais pas baroque) accolée à l&apos(...)

11/07/2024, 16:43

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Jus de cadavre

Quand NAILS se met au Speed Thrash   ! Bah ça bastonne !

10/07/2024, 19:48

Tourista

Pardon : présent à Paname.

10/07/2024, 18:41

Tourista

Présent.  Set-list hyper solide, groupe hyper en place et son aux petits oignons. Plaisir manifeste du chanteur (malgré sa crève) et accueil formidable (est-ce une surprise ?) du public. Le plus appréciable dans la forme c'était sa gestuelle dimensionn(...)

10/07/2024, 18:40

RBD

C'est vrai qu'il se maintient bien malgré les ans. Cela me rappelle il y a fort longtemps quand j'avais vu Blaze Bailey tourner en solo peu après son départ de Maiden. Mais Bruce est à un autre niveau de charisme et de talent, c'est clair.

10/07/2024, 12:43

wolf88

salut, ce n est pas Autriche mais Australie   

08/07/2024, 18:48

LeMoustre

Tuerie intégrale.Point.

07/07/2024, 14:33

Humungus

"Je préfère d'ailleurs aller jusqu'au Rockhal plutôt que de monter à Paris où tout n'est que galère et source de stress et d'énervement".Amen !

06/07/2024, 08:19

Gargan

Ah oui ! J’espère que ce sera l’occasion pour faire quelques dates, hâte de les revoir.

06/07/2024, 08:08