Disciples of War

Dreamlord

20/12/2019

No Remorse Records

Il y a des groupes qui décrochent la timbale du premier coup, rendant tout le monde jaloux. D’autres parviennent à lancer une mode à eux-seuls sans passer par la case démo ou galère, et qui filent des complexes. Tout ça arrive, inutile de le nier. Mais pour un METALLICA, un KORN, un SLIPKNOT, un IRON MAIDEN, combien de combos nagent dans l’ombre en espérant un jour célébrer leur grand soir ? Ne nous leurrons pas, la normalité, c’est l’underground, le cachet qu’on court d’année en année, à partir du moment où on décide de devenir professionnel. Le temps où les producteurs et CEO se pointaient dans les bars et les salles est révolu depuis longtemps, et deux choses paient : le travail, et la persévérance. Et encore, pas toujours. Et dire que les grecs de DREAMLORD sont persévérants est un doux euphémisme. Pensez-donc, un second album enfin sur le marché pour vingt-cinq ans de carrière. Ça laisse songeur quant à la foi qu’ont ces musiciens en leur musique, et ce, malgré un hiatus de deux ans pour cause d’obligations militaires. Fondé en 1994, DREAMLORD est en quelque sorte le porte-parole de tous ces groupes qui se remuent dans l’attente que le public les remarque au détour d’un gig ou d’un festival, mais qui s’accrochent, sans tenir compte du qu’en-dira-t’on. Et ils ont raison les bougres, puisque leur musique a bien des qualités qu’ils savent mettre en avant, de façon sobre, mais plutôt convaincante. Evoluant dans un créneau assez complexe de Heavy Thrash, les originaires d’Athènes ont donc dû patienter jusqu’en 2007 pour publier un premier EP éponyme, sans savoir alors qu’il leur faudrait encore douze ans pour lâcher leur premier long, en étant cette fois soutenus par un vrai label. Ce sont donc les nationaux de No Remorse qui s’occupent aujourd’hui du destin de ce quatuor (Babis Paleogeorgos – guitare/chant, Yiannis Glykiotis – guitare, Christos Peveretos – basse et Nikos Kousounis – batterie), et qui sont chargés de répandre la bonne parole de ce Disciples of War à travers le monde, tout du moins l’Europe dans un premier temps. Mais la tâche n’est pas difficile, puisque les athéniens ont fini par atteindre leur vitesse de croisière et un taux de persuasion tout à fait honorable. Du moins sur le papier.

Inutile de le cacher de fait, la musique de DREAMLORD n’a rien d’une épiphanie ou d’une percée dans l’inconnu. A la rigueur, leur album aurait pu être composé indifféremment dans les années 80, en tant qu’expression de la seconde vague de Thrash européen, dans les années 90, comme témoignage tardif d’une passion sincère, ou bien en 2019, comme allégeance à la vague old-school actuelle sans vraiment chercher à y adhérer. Mais le problème n’est pas là, puisque les nostalgiques s’accrochent peu importe l’époque, mais plutôt dans le caractère convenu de compositions qui ont la plupart du temps du mal à vraiment décoller. On sent que malgré les deux décennies passées à se chercher, les grecs n’ont toujours pas vraiment trouvé leur réelle identité, et continuent de se fier aux recettes des plus grandes influences des années 80. Il n’est d’ailleurs pas étonnant de constater que le groupe a assuré la première partie d’ANNIHILATOR en Grèce, tant les deux groupes partagent ce goût pour un Heavy à la lisière du Thrash, subtilement mélodique, mais toujours hargneux. Malheureusement pour les hellènes, ils ne disposent pas dans leur rang d’un Jeff Waters pour nous illuminer de ses idées géniales ou de ses soli lunaires. Ici, ce sont les conventions qui font loi, et le formalisme est roi, au travers de ces références plus qu’évidentes que le groupe ne cherche même pas à cacher. Vous penserez pêle-mêle en écoutant Disciples of War à SACRED REICH, METALLICA, ICED EARTH, VIKING, ANNIHILATOR donc, mais aussi CHANNEL ZERO et même HEATHEN lorsque les mélodies transpercent la rage, soit la quintessence d’un Thrash/Heavy qui fonce, mais ne défonce jamais.

La faute à quoi donc ? D’abord, à une production un peu trop polie pour être Eric Forrest. Tout est parfaitement équilibré, de la basse claquante qui aurait pu sonner plus NYHC, aux guitares qui semblent s’essuyer les cordes après chaque riff, en passant par la batterie, manquant de punch et au chant encore un peu timide. Ensuite, les compositions. S’en remettant un peu trop systématiquement au bon vouloir d’un mid tempo persistant, les grecs empêchent leur musique d’exploser, et nous retiennent les deux pieds sur terre, un peu trop frustrés. Ensuite, et pas des moindres reproches, des riffs et des structures qui ressemblent à un catalogue de figures imposées, piquées dans le manuel du parfait petit obsédé de la Bay Area, période 87/89. Pourtant, « Out for Blood », à défaut de laisser espérer le nouveau messie Thrash laissait augurer d’une puissance globale un peu plus marquée, sans aller jusqu’à parler de culot. Avec un morceau aussi lapidaire aux intonations très SLAYER/SACRED REICH, le groupe disposait d’une intro tonitruante, mettant l’écume aux lèvres, mais disons-le sans détour, les blancs en neige à défaut de monter retombent vite, et bien à plat. Non que l’album soit désagréable, loin de là, mais il fait partie de ces œuvres anecdotiques, qu’on écoute finalement d’une oreille distraite, au-delà du simple plaisir coupable de reconnaître tel ou tel riff. Cette sensation assez désagréable attend quelques morceaux avant de se manifester, même si « Disciples of War » commence déjà à montrer quelques signes de classicisme un peu trop prononcé. On apprécie évidemment les rythmiques saccadées, la solidité générale, on sent que les instrumentistes y croient, mais il manque toujours un petit quelque chose pour transformer la tradition en satisfaction. Incriminons aussi la longueur des morceaux qui la plupart du temps ne reposent que sur une ou deux idées, et pas toujours pertinentes, même si le quatuor essaie parfois d’insuffler un peu de groove à sa linéarité (« Humanity Enslaved », plus SACRED REICH qu’une grimace de Phil Rind).

Toujours confiant, DREAMLORD essaie, persiste, mais malgré quelques secondes d’inspiration, le soufflé retombe vite, à peine relevé par quelques soli gentils (« Aggressive Denial »), ou quelques mélodies progressives qui malheureusement s’embourbent vite dans un Heavy agressif, mais passéiste (« Infratricide »). Le véritable sauveur est assez ironiquement l’instrumental « Act of God », qui sans se montrer héroïque, nous dispense au moins de lignes vocales un peu trop prévisibles. Dommage quand même qu’au bout de tant d’années, les grecs n’aient pas fait preuve de plus de témérité, et se soient contentés d’une facture trop formelle et de morceaux trop consensuels. Tout ça est très bien joué, mais manque de panache et de « saleté », s’inscrivant dans une moyenne de nostalgie pas très élevée. Espérons que le soutien d’un label donne confiance aux DREAMLORD qui méritent de s’extirper de cette zone de confort qu’ils ont trop bien balisée.

   

Titres de l'album :

                          01. Out for Blood

                          02. Disciples of War

                          03. The 11th Hour

                          04. Humanity Enslaved

                          05. Aggressive Denial

                          06. Infratricide

                          07. Blinded Eyes

                          08. Act of God

                          09. Outcast

                          10. Uncompromised

Facebook officiel


par mortne2001 le 02/04/2020 à 17:34
68 %    75

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

"Les premiers numéros sont parus fin 1992 et nous venons de sortir notre n°87 en février dernier."
Eh ben... Chapeau ! C'est ce qui s'appelle la passion.

06/06/2020, 12:39

RBD

Excellent ! Je les avais vus il y a dix ans pile, bonne claque de Sludge Stoner pur, propre, bourru et très en place, qui sortait pourtant des sentiers battus du style côté bayou ou côté asphalte.

06/06/2020, 12:19

KaneIsBack

Jamais vu le groupe en live, en grande partie à cause de leur réputation catastrophique. Mais j'adore sur album, et ce disque, malgré ses défauts, reste une de mes références (il faut dire qu'il fait partie des premiers albums que je me suis payé). Par contre, je tiens à dire ici haut et for(...)

05/06/2020, 21:41

poybe

Perso je les ai vus il y a une dizaine d'années à la coopé de Clermont (tournée avec Moonspell, Turisas et Dead Shape Figure (là j'ai du rechercher le nom du groupe ^^)), je n'en garde pas un mauvais souvenir. Le son était bon, la prestation correcte, sans être non plus transcendante ... j'av(...)

05/06/2020, 18:45

Hair-dressing Curiosity

@ Humungus :
:-)))))

N'empêche que pour ceux qui avaient biberonné aux 4 Horsemen dans les 80's, devoir subir des curetages du prose comme Load/Reload/St Anger... bordel ! la cicatrisation des sphincters a pris du temps. C'est un peu comme les rhumatismes, ça se réveille mêm(...)

05/06/2020, 17:05

Reading Bouquinerie

Naaa, c'est de la petite série, réimprimé par paquets de 12. :-D

Raaa n'empêche j'ai hâte de lire ça ! Ca va raviver des souvenirs !
(mode "vieux con", avec ses demo tapes sous le bras)

05/06/2020, 16:51

Lifting Catastrophy

J'en viens à penser que le récit d'un BON concert de Cradle ça permet finalement de démasquer à coup sûr un pseudo spectateur qui en fait ne les a jamais vus live. :-))))))




Non allez, pas tapé !! c'était juste pour faire du mauvais esprit. :-)))))

05/06/2020, 16:47

Goughy

Je n'ai que cet album et "Beauty", vu 5 ou 6 fois, toujours en festival ou "gros concert" dons ils n'étaient pas tête d'affiche, je n'ai jamais entendu pareille bouillie sonore pour aucun groupe, même du grind de squat.
On en parle parfois avec mon pote qui me dit que je ment, qu'on les a v(...)

05/06/2020, 15:57

Humungus

4ème réédition putain !?!?
Musso n'a qu'à bien se tenir !

PS : A quand dans la Pléiade ???

05/06/2020, 13:12

Humungus

Bah écoutes, j'ai fort bien fait de ne faire aucun commentaire hier soir car tu as (d)écrit en mille fois mieux qu'elle était mon ressenti sur le sujet...
Merci Professeur Hair-dressing Curiosity.

05/06/2020, 13:10

Hair-dressing Curiosity

Je pense que c'est un tout.
S'ils n'avaient pas à ce point retourné leur veste, il y aurait eu une meilleure acceptation du look, parce qu'ils avaient un tel capital sympathie et affectif avec le public que les fans auraient évoqué ça 6 mois plus ce serait passé crème.
Mais quand (...)

05/06/2020, 12:27

Reading Bouquinerie

maLin

05/06/2020, 12:20

Reading Bouquinerie

C'est main, je viens de me délester de 46 balles. :-))))

(merci MetalNews !!)

05/06/2020, 12:20

Arioch91

Excellent ouvrage que je recommande !

05/06/2020, 07:09

Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07

Jus de cadavre

O'Brien est toujours dans le line-up sur Metal-archives, mais sur le post de Fisher en studio il mentionne le nom de Rutan...
"georgecorpsegrinder
Guess what I’m doing @manarecording @cannibalcorpseofficial @alexwebsterbass @erikrutanofficial #paulmazurkiewicz #robbarrett @metalbladere(...)

04/06/2020, 11:57