Vous imaginez le truc ? Genre, sur le tarmac, fin d’après-midi d’été, Iceman qui descend de son zinc, et qui toise Maverick du regard, pétri de certitudes…

« Hé mec, t’as vu mon piqué ? Sérieux, je voyais tes ailes trembler dans le reflet de mes Ray-Ban »

Silence de Maverick, sourire entendu du mec sûr de lui, qui va assener le coup de grâce.

« Tes Ray-Ban ? Mec, reviens sur terre. Tes lunettes, c’est du made in China. Et moi, pendant que tu faisais le pingouin avec ton vieux machin, j’écoutais peinard le dernier AVIATOR SHADES »

Silence d’Iceman, qui a vite compris qu’il ne faisait pas le poids sur ce coup-là…Mais Maverick enfonce le clou comme il défonce régulièrement son adversaire du ciel…

« Et ça, tu peux y aller, c’est du vrai, du Canadien. »

Bam, dans ta face. Et le pire, c’est qu’il a raison de flamber l’animal, parce que l’EP en question qu’il s’envoyait en faisant des tourbillons, c’est du pur, du vrai, du Rock N’Hard bien tassé, mais qui n’oublie pas de nous enchanter de mélodies bien troussées…

Alors, c’est qui le meilleur ? Maverick évidemment, mais Tony Scott n’avait pas embauché Tom Cruise par hard’sard

Mais au fait, c’est bien de faire des clins d’œil pour initiés, mais les néophytes, comment leur situer l’allusion bien placée ? En leur disant que les AVIATOR SHADES (Dave Gorman: chant/basse, George Baker: lead/chœurs, Daniel James: lead/chœurs et Spencer Tomlinson: batterie/chœurs) viennent de la froide ville de Vancouver, qui a le cœur au chaud depuis qu’elle a découvert leurs vers. Il faut dire que les quatre musiciens, depuis la sortie de leur premier EP, Ready To Blow, se sont taillé une sacrée réputation. Live bien sûr, mais aussi en studio, en nous offrant des morceaux comme eux, tout beaux, mais aussi salement costauds. Parce que les références des cousins en question ne datent peut-être pas d’hier, mais elles ont toujours de quoi rendre fier. Les seventies bien sûr, mais pas celles pénibles qui justifient d’incessantes sorties animées des riffs réchauffés de Iommi ou Page, non, les autres, moins célébrées, mais tout aussi appréciées. Les glorieuses années de THIN LIZZY, UFO, RAINBOW, WHITESNAKE, et tous ceux qui ont un jour décidé que le Hard-Rock pouvait être puissant, mais chaleureux, et aussi un minimum classieux. Alors, on pioche dans le répertoire, on adapte les histoires, mais on raconte la sienne, simple, mais essentielle. Celle qui place en prologue des couplets solides, en premier chapitre des refrains limpides, en suite des chœurs lucides, et en épilogue, des soli intrépides. On reprend peu ou prou les recettes de fou de ces héros d’un soir, qui ont contaminé les nôtres de leurs hymnes sans fard, mais lardés de guitares et de lignes vocales de star. Et en parlant de star, il ne serait pas du tout étonnant que les AVIATOR SHADES en deviennent, s’ils continuent de sortir des EP de la qualité de This Is What We Do. Pourquoi ?

Parce que c’est du tout bon, au son rond, et à l’attitude béton. Le genre de disque qu’on écoute, qu’on réécoute, et quoiqu’il en coûte, qu’on emporte sur la route pour convertir deux ou trois pèlerins qui doutent.

Rien de compliqué dans cette affaire, bien au contraire. Si le quatuor n’a pas changé son approche depuis son premier jet, c’est parce qu’il était déjà presque parfait. Et le « presque » a été gommé par cette seconde production aux chromes polis et aux ors bien dorés. Produit par le tandem imparable Danny Craig et Mike Fraser (AC/DC, AEROSMITH, ça pèse dans la balance de telles références), This Is What We Do est aussi direct et honnête que son titre peut l’être. Six morceaux, pour une vingtaine de minutes de musique qui mérite bien des bravos, et des hourras par-dessus le marché, tant celui-ci est largement à l’avantage des fans éclairés. Six chansons qui parlent de Rock aux rockeurs, et qui ne trichent pas en usant de subterfuges trompeurs. Ici, ce sont les guitares qui mènent la danse, en lâchant des riffs en transe, qui lorgnent sans vergogne vers la meilleure inspiration de notre Irlandais métissé au sang mêlé, dont la basse pourrait être fière d’avoir trouvé des héritiers comme Dave et Spencer, qui groovent sans broncher. Il suffit pour s’en persuader de s’envoyer « Be Somebody » pour le réaliser, tant le mimétisme est outrancier. Mais loin de plagier, les canadiens préfèrent s’inspirer, pour régurgiter le discours agrémenté d’un refrain vraiment entêté. Leur sens de la mélodie imparable leur permet de soigner des hits que les radios n’auraient pas reniés, à une époque où la qualité primait sur la quantité.

Le LIZZY donc, qu’on retrouve en forme sur l’entame déhanchée « Burn It Down », qui roule du bassin comme de la basse, qui se veut aussi sexy qu’un aviateur en sueur. Des lignes vocales qui se superposent, et qui osent la complémentarité des timbres qui se fondent dans un ensemble en fronde, pour renouveler le stock d’harmonies de QUEEN, qui pour le coup aurait pris quelques cours de Heavy chez Phil Moog et l’UFO de sortie. « Voodoo », puisqu’il faut bien le nommer, unit le génie de Freddy et celui de Michael Schenker, pour une complainte sensuelle qui vous fait ruisseler les aisselles. L’image est certes triviale, mais le choix est tellement frontal qu’on évite les métaphores tirées par les poils, qui se hérissent de tant de talent vocal. Mais le spectre du meilleur KING’S X plane aussi du côté du gouvernail, qui de mouvements en bataille nous traîne dans le sérail des plus grands chevaliers du Rock fatal.

Légers, les AVIATOR SHADES le sont, surtout quand le vent tourne rond. Mais ils savent aussi s’accrocher au manche pour nous la jouer toupie Heavy virevoltante, le temps d’un « Freedom Lies Bleeding », qui une fois n’est pas coutume, plombe ses guitares sur le bitume pour faire fondre de ses chœurs en chute de plumes. Mais en fait, puisque chaque titre se veut essentiel, et même Bluesy jusqu’au ciel (« Don’t Leave Me Now »), vous n’avez pas grand-chose à faire pour que coule le rimmel de la belle qui vous attend telle l’hirondelle. Juste à jouer cet EP magique, qui n’a qu’un seul défaut, sa brièveté. On aurait vraiment aimé un gros paquet de rab’ pour ne pas avoir à le rejouer trois ou quatre fois d’affilé, mais parait-il que plus c’est long, moins c’est bon. Alors acceptons ces vingt minutes de floraison Hard, Boogie et Bluesy, puisque c’est sans doute la meilleure sortie du cru que vous pourrez vous envoyer ce mois-ci.

Il avait bien raison ce flambeur de Maverick de se la jouer épique. This Is What We Do est plutôt du genre héroïque. Et pas besoin de Ray-Ban pour l’apprécier. Un peu de goût suffit amplement pour qu’il vous siée…


Titres de l'album:

  1. Burn It Down
  2. Voodoo
  3. Freedom Lies Bleeding
  4. Moonlight
  5. Be Somebody
  6. Don't Leave Me

Site officiel


par mortne2001 le 18/10/2017 à 14:00
85 %    135

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Khandra

There is no Division Outside Existence

Riser

Temple of Addiction

Chthonic

Battlefields Of Asura

Cor Serpentii

Phenomankind

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

+ Venenum + Slægt

16/11 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Samavayo + Greenleaf

16/11 : Le Glazart, Paris (75)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

16/11 : Cc John Lennon, Limoges (87)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

Sick Of It All + The Worst Doubt + Lugosi

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.


Je vous rejoins assez tout les deux (notamment pour les truc prog' machin et le côté mainstream) mais avec un bémol tout de même : la chronique de Charlélie Arnaud qui, en plus de nous faire découvrir des pépites méconnus, le fait avec un ton, une plume et une passion qui font plaisir à lir(...)


Oui c'est vrai que je me base sur l'ensemble de leurs parutions et ce qui était vrai à leurs débuts ne l'est plus forcément. De mon côté, je me disais que c'était moi qui avait des goûts peut-être de moins en moins "mainstream" et y trouvais de moins en moins mon compte, mais je vois que je(...)


P'tite erreur dans la news, les gars : Schammasch vient de Suisse et Der Weg einer Freiheit d'Allemagne :-)


Mouais, moyennement d'accord avec la dernière partie de la phrase de Simony, la ligne éditoriale de ce magazine étant clairement orientée prog/mou du genou et délaisse quasiment toute la scène extrême / true / thrash. S'il y a trois chroniques par numéro sur ces scènes, c'est le maximum. Au(...)


Juste monstrueux ce morceau... comme tout l'album en fait !!!


Malheureusement, c'est le genre de une qui fait vendre. Rock Hard a déjà maintes fois expliqué le dilemme auquel ils sont confrontés pour trouver le juste milieu entre coup de cœur et aspect purement mercantile, reste qu'à l'intérieur la mise en avant de certains groupes encore obscurs est to(...)


Metallica qui ressort son dernier album potable en remaster. Et cover. Décidemment la presse n'a pas fini de se prostituer pour sauver ses miches.


Merci beaucoup !
Quel talent !


Merci beaucoup !
Quel talent !


@meloman , et si tu t’asseyai un peu sur tes doigts, ça te ferait du bien non ?
Et au passage va faire un tour ailleurs, pas besoin de pleureuses comme toi au propos totalement inutiles.


Excellente affiche également que voilà là !


@ meloman : euh... la bière "de la merde" une "idée stupide" ? On a pas les mêmes valeurs :D !
Faut se détendre hein... quand Opeth sortira quelques choses musicalement t'en fais pas on en parlera.


@Meloman: on se détend, pourquoi tant d'agressivité? Tu es certain de ne pas déjà avoir un gode Lordi coincé quelquepart?


Je vois le nom Opeth, je me dis que c'est une new musicale concernant le groupe en question...mais non ça parle de bières, bientôt le groupe sortira des godemichets à son effigie et vous vous empresserez de publier tout ça avec photo à l'appuie...évidemment.

J'appelle ça de la(...)


Merci pour ce récit très instructif, qui complète ce qu'on peut capter du processus en regardant les DVDs de studios-reports qui sont parfois joints aux albums. Effectivement une réactualisation s'imposait, tant l'évolution est allée vite.
On comprend comment le Metal extrême est devenu(...)


Superbe affiche une fois de plus ouais (BETHLEHEM !!!)...
Malheureusement, cette année, cela sera sans moi (sob).


Ouais, ça va saigner !