Quelques semaines seulement après MetallicA nous reprenions le TGV pour une autre affiche de prestige qui avait le bonheur d'être programmée un samedi ! L'ancien bassiste historique de Joy Division et New Order était déjà passé dans ma ville il y a presque quatre ans, et même en ayant vu dans l'intervalle ses anciens compères l'envie de revivre cela me titillait bien pour lors.

Ce "Substance Tour" vise donc à promouvoir le nouveau livre de mémoires de Hookie reprenant l'intitulé des deux compilations survolant l'histoire de ses groupes, ce qui laissait présager de la setlist.


Après une longue queue je pénétrai dans l'une des salles de Pigalle que je ne connaissais pas encore, le Trianon, ancien grand théâtre qui a conservé ce cachet art nouveau, essentiellement dans la salle proprement dite, bien proportionnée avec ses deux balcons. Pendant qu'un Jésus-Christ reconverti DJ envoyait quelques vieux classiques du Post-Punk plus ou moins remixés, il y avait du temps à perdre avant d'aller se placer. Comme on devait s'y attendre, l'assistance était largement quadra et plus, souvent revêtue des diverses déclinaisons existantes de la jaquette iconique d'"Unknown Pleasures", avec quelques vrais gothiques à l'ancienne visibles. Cela sentait les quartiers est, mais heureusement pas l'abonné aux Inrocks dans toute sa prétention. Et puis quelques lycéens en bande laissaient espérer que le bon goût survivra encore quelques générations. Pour la blague, j'étais apparemment le seul habillé aux couleurs des Sisters of Mercy ce qui m'a valu une paire d'amis à usage unique.


Un peu en avance, quelqu'un de la maison s'avança au micro pour annoncer PETER HOOK AND THE LIGHT, à l'Américaine, comme s'il était besoin de pousser le public massé. Les premières notes de "Dreams Never End" s'élevèrent, rendues cristallines par un son parfait, pour ouvrir un premier set consacré à New Order. Tubes connus et raretés s'enchaînèrent ensuite, pour le plaisir des vieux fans. Hookie a un charisme rogue certain, offrant sa poitrine et son chant juste qui n'a jamais été exploité en studio, peut-être pour un manque de grain qui n'est pas gênant en live. S'il portait une guitare ou le plus souvent une basse en bandoulière pour appuyer certains passages, c'est en réalité Ian Bates - son fils issu de son premier mariage -  qui assurait l'essentiel du travail à la basse. Il la tient bas, et se montrait aussi peu commode que Papa. Cette ressemblance dans l'attitude, plus forte encore que celles des visages, donnait une illusion de double rajeuni assez insolite. Le père a d'ailleurs encore besoin d'un lutrin avec un cahier de paroles à ses pieds, plus pour se rassurer que pour être le nez dedans heureusement. Pour un sexagénaire il en remontre à la concurrence avec une énergie entièrement canalisée dans le jeu : nulle pitrerie et très peu de communication, cette austérité bénéficie pleinement à ces morceaux légendaires.

Une version courte de "Blue Monday" permettait au claviériste de se laisser un peu plus entendre de derrière son Mac, et d'ouvrir une seconde phase consacrée aux singles plus Disco Rock, bourrés d'effets, qui ont fait le succès de New Order dans toutes les boîtes des années 80. Et si on pouvait s'attendre aux incontournables, joyeusement pataud "Bizarre Love Triangle" et fastueux "True Faith", il fallait profiter des plus rares tel "Thieves Like Us", ou des tubes impensables de nos jours comme  "The Perfect Kiss". Alors qu'ils sont essentiellement rythmés à la BAR, le batteur Paul Kehoe ne quitta pas son poste puisqu'on lui laissait quelques cymbales supplétives ou compléments à la grosse caisse gérés d'un talon désinvolte et l'esprit apparemment ailleurs à moins que ce ne fût pour le spectacle. L'autre ex-Monaco, le guitariste David Potts, assura sur ces titres les vocaux les plus hauts depuis son côté. En en une dizaine de titres tassés avec un son ultra pro', il y avait la place de s'immerger longuement dans l'ambiance révolue d'une époque particulière, à l'unisson de la salle et d'un plancher qui tanguait pire qu'au Rockstore ! Pour quelqu'un qui confesse n'avoir pas d'oreille, Hookie se tournait tout le temps vers le mixeur en coulisses pour lui ordonner de pousser ou baisser tel ou tel instrument selon les titres. L'heure et demie de jeu approchant, un "1963" moins endiablé apaisa légèrement les esprits pour conclure ce set anthologique !


L'interlude fut presque aussi long qu'entre deux vrais groupes, assez pour que le staff meuble le fond sonore.

Quand les cinq Anglais revinrent, un sentiment quasi religieux traversa la foule un instant : nulle autre formation n'incarne plus parfaitement le souvenir de Joy Division. Et selon la promesse Hookie et ses sbires nous ont emmenés aux racines de la légende, par la facette la plus Punk, restituée avec rage, par la montée irrésistible de "No Love Lost" et son refrain si à propos : "I Need it !". Le Gothique redevenait dur et physique, ça pogotait allègrement, la bière volait, de faces b ravageuses en titres archi-connus un peu plus chargés d'émotion comme "Shadowplay". Le timbre de Peter correspond encore mieux à celui de son défunt ami que sur le précédent répertoire, on pouvait se croire il y a quarante ans. Même l'antique "Warsaw" ressuscitait, et le public de reprendre "3 ! 1 ! G !".

Quelques titres plus lents comme "Komakino" ou "Autosuggestion" relâchaient peut-être la pression physique mais pas l'intensité de l'expérience. De légers réarrangements ici ou là, une brève descente de toms ou une baisse de puissance pour ménager une montée en suivant, sont des effets basiques. Mais ils redonnaient vraiment vie à tous ces titres mille fois auditionnés depuis des lustres, qui se sont figés dans les mémoires comme des statues antiques, dont la beauté est tellement familière qu'on ne la voit plus si bien. C'est le miracle du live : ainsi l'enchaînement de "Transmission" et d'un hypnotique "She's Lost Control" touchait au trip mystique du vieux fan de Rock.

Pour l'instrumental "Incubation", Hook eut l'élégance de s'effacer, quitter la scène pour que ses partenaires puissent se mettre pleinement en valeur. Venait enfin "Atmosphere" dédié à Curtis, encore un titre majeur que je n'avais jamais pu entendre sur aucune scène ; et un évident "Love will Tear Us Apart" fédérateur, la scie inusable alliant idéalement mélancolie et énergie au terme duquel Peter fit mine, comme à chaque fois, de jeter son t-shirt (trempé) à l'effigie de son groupe.

Ce long concert (notamment par rapport à ma première fois) est allé fouiller en profondeur dans les œuvres des deux formations, pour le bonheur intégral du fan. Finalement, The Light se pose en bon complément d'un New Order certes encore tourné vers la création, mais fortement Dance Pop et revenu à négliger ses origines. Si la réconciliation n'est pas à l'ordre du jour, il est bien que les parties aient trouvé un accord terminant leur différend.


Dernière chose : si vous trouvez que je m'égare, vous devriez être rassuré dans les prochaines semaines.


Dreams Never End/ Procession/ Cries and Whispers/ Ceremony/ Everything's Gone Green/ Temptation/ Blue Monday/ Confusion/ Thieves Like Us/ The Perfect Kiss/ Subculture/Shellshock/ State of the Nation/ Bizarre Love Triangle/ True Faith/ 1963.

No Love Lost/ Disorder/ Shadowplay/ Komakino/ These Days/ Warsaw/ Leaders of Men/ Digital/ Autosuggestion/ Transmission/ She's Lost Control/ Incubation/ Dead Souls/ Atmosphere/ Love Will Tear Us Apart.


par RBD le 02/11/2017 à 06:37
   243

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Dirty Shirt

Letchology

Haunt

Mosaic Vision

Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En voilà un qui aura marqué l'esthétique du Metal, en quelques oeuvres. Il suffit parfois de peu.


C'est ce côté vite torché qui donne toute cette bestialité justement je trouve. Y a bien peu d'album Metal aussi intense et violent que Reign selon moi.


@KaneIsBack, à l'origine Reign In Blood devait durer plus longtemps que 28 minutes mais lorsque le groupe est rentré dans le studio et a branché le matos, ils ont speedé comme des malades et c'est devenu Reign In Blood. Peut être avaient-ils le feu au derche ou envie de boucler le record le plu(...)


En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.