« Non mais sérieux, c’est quoi ce bordel dans la grange ???

« C’est ton oncle, il saigne le goret. »

« Non mais j’avais bien compris, je l’entends couiner jusque dans ma bagnole. Mais le barouf à côté ça vient d’où ? »

« Ton oncle essaie en même temps de fabriquer un hachoir à ionisation séquentielle »

« Ah ok. »

 

Voici résumé en quelques lignes de dialogue imaginaire le premier EP des strasbourgeois de BEYOND THE VOID. En gros, et pour ceux ne sachant pas lire entre les lignes, cet EP se savoure comme une grosse tranche de Death tartare, avec des couverts en argent pour cause de prétentions techniques affichées au grand jour. En substance, du gros Death un peu effilé, mais largement suintant, qui grogne comme un porc affligé, mais qui tronçonne comme une machette aiguisée. C’est alerté par l’un des protagonistes de cette affaire que je me suis intéressé de près à ces cinq bas morceaux+apéritif, suivant le lien mentionné dans un mail roublard. Et l’homme savait certainement à qui il avait affaire, même si son but initial était purement promotionnel, puisqu’il s’est adressé à la bonne personne. En effet, le gras c’est la vie, c’est pas moi qui le dit mais Karadoc, mais c’est tout comme. Niveau bio, sachez que BEYOND THE VOID s'est formé fin 2018 autour d'Antoine (guitare - AS WE AWAKE, ex-GUITY OF REASON ex- BLOODY PRIDE) et Maxime (batterie - ex-NOCTURNAL HORDES). Ils furent rapidement rejoints par Laurent (basse - APOPLEXY) et Pascal (guitare). Le dernier arrivé fut justement Seb (voix - ex-INHUMATE), histoire de transformer le tout en quintet compétitif. Et autant dire que les deux guitaristes guitarent bien, que le batteur cogne comme un forcené sur son kit tout en aménageant des espaces de respiration, et que Seb grogne, vitupère et régurgite juste comme il faut pour que ce premier EP, Ex Nihilo Nihil fasse suffisamment de bruit pour attirer l’attention sur lui.

Pas de méprise, le tout est classique, bien emballé dans une pochette idoine, largement assez bon pour que vous y consacriez votre attention, sans prétendre révolutionner quoi que ce soit. Selon la légende, toujours vraie puisque narrée par Seb lui-même, les premiers échanges furent consacrés au style pratiqué, Antoine, le fondateur mentionnant les noms de CYNIC, ATHEIST et NECROPHAGIST, et Seb lui répondant immédiatement par un tonitruant MASSACRE et AUTOPSY. Ainsi furent posés les jalons, le reste de l’histoire pouvait commencer, le but étant de ne pas trop traîner dans les locaux de répète pour ne pas se produire avant des années ni ne rien publier. C’est donc à peine plus d’un an après sa formation que le groupe déboule fièrement et bruyamment avec « Hymns Of Annihilation », qui met les choses clairement au point. Entame franche et brutale, batterie en contretemps, riffs qui cisaillent, production clean, pour un vomi vocal dans la plus pure tradition des vraies voix Death qui conchient les effets et autres dénaturations insupportables. En se calant sur la ligne du parti des grogneurs Death de tradition, Seb assure la liaison, et garantit à la musique de son groupe une caution « authentique ». On se laisse donc prendre au jeu de ce Death éminemment violent, mais subtilement technique, qui louvoie avec intelligence entre les pièges Brutal Death et Techno Death, pour se situer dans une moyenne tout à fait respectable.

Il est d’usage de dire que l’écueil principal de ce genre de réalisation est la linéarité, mais les récifs de l’ennui sont brillamment évités grâce à une multitude de plans qui s’entrechoquent à grande vitesse, et par une variation des ambiances qui passent de l’ultraviolence à la lourdeur suffocante. En quelques minutes, les morceaux condensent les idées dans risquer l’overdose, ce qui nous permet d’apprécier la cohésion bestiale de l’impeccable « Awakening Of The Carrion God », qui ose même quelques riffs Thrash du meilleur aloi. Les amateurs de Death à variations apprécieront évidemment l’éventail de capacités en termes de composition, mais aussi la place laissée à la basse de Laurent, qui peut s’exprimer pleinement sur le stratosphérique « On My Side Of The Screen », le meilleur morceau du lot selon votre humble serviteur. Blasts impitoyables à la CANNIBAL CORPSE/SUFFOCATION, sifflantes, harmoniques, chant au phrasé ininterrompu, pour une décharge d’adrénaline qui fait du bien à la frustration. En vingt minutes, le groupe démontre tout son savoir-faire, les musiciens à la barre étant tout sauf des amateurs. C’est ainsi qu’on sent le métier sur le terminal « Among The Ruins Of Dead Civilisation » qui nous gratifie d’une épiphanie finale sentant bon le sang et la sueur, les guitares se lâchant dans un festival de glissando à la MORBID ANGEL, pour mieux mériter l’appellation old-school tout sauf galvaudée. Gardons pour la bonne bouche les couinements sadiques et stridents de Seb, et une atmosphère générale de liesse dans les fesses, ravis d’en prendre autant que les oreilles. Et sans savoir si le hachoir à ionisation séquentielle de tonton Jean-Luc va vraiment fonctionner sans tous nous envoyer les étoiles, soyez assurés que Ex Nihilo Nihil est aussi efficace que l’égorgement d’un goret aussi impitoyable soit-il.      

               

Titres de l’album :

1.Intro

2.Hymns Of Annihilation

3.Awakening Of The Carrion God

4.Beyond The Void

5.On My Side Of The Screen

 6.Among The Ruins Of Dead Civilisation


Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 16/02/2020 à 14:38
78 %    255

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Harem Scarem

Change the World

Dreamlord

Disciples of War

Denial

Antichrist President

Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Pour moi le hellfest aura lieu si on sort du confinement au plus tard le 15 mai.


Je vais pouvoir travailler mon anglais !


Merci beaucoup pour le lien !
Visionnage obligatoire.


aussi chez Metal Force records.
https://metalforcerecords.bandcamp.com/album/under-siege


Tu m'étonnes !
PISSGRAVE n'a qu'à bien se tenir !


Oh bourdal de mardch !
La pochette o_O


Il fallait un commentaire négatif. Je déteste l'unanimisme...
Mais j'adore ce site et je croise les doigts pour qu'il ne soit pas éphémère.


J'ai toujours eu du mal avec leur musique, décidément je leur laisse une chance à chaque fois mais ...


j'adore se groupe


Je trouve ça complétement con.
Je vais pas argumenter parce que j'imagine que tout le monde s'en fout mais je trouvais que 10 messages unanimement élogieux c'était un peu beaucoup.
Voilà.


Poisson d'avril


Bon, même si c'est pas de vous ça reste génial, bravo donc a METAL EN FER !!!


Le Hellfest peut avoir lieu je pense mais les groupes américains c'est le probleme, pour le reste de l'europe ça peut le faire sans soucis, mais ça donne quoi sans les USA comme affiche...


Merci pour vos commentaires qui nous motivent à vous donner chaque jour le meilleur de l'info metal, mais presque.


C'est pas de nous hein Metal En Fer !
Toujours est-il que c'est bien marrant je trouve, une sorte de Gorafi Metal xD


Alors là bravo les gars !
Je dois dire que celui de cette année est vraiment très, très bon.
C'est effectivement super chiadé, et surtout j'ai ri plein de fois…
Pour ceux me connaissant, c'est gage de qualité au vu de mon intransigeance en la matière.


L'annulation du hellfest en tant que tel ne fait pas de doute, avec ou sans pq ...


HELLFEST : Des festivaliers réclament « moins de bruit pour une ambiance plus conviviale »


Sponsorisé par Lotus :-))))))))
Mouarf !


Ha ha ! Cela fait du bien de respecter la tradition dans les circonstances actuelles.