Selon la croyance populaire, en football, il n’y a qu’une seule règle. A la fin, c’est toujours l’Allemagne qui gagne (mais la croyance populaire a tendance à revoir ses jugements en ce moment…). En Metal, ce fut aussi plus ou moins le cas dans les années 80, à égalité de qualité avec les américains, et les anglais. Sauf que depuis pas mal de temps déjà, les choses ont changé. Parce qu’aujourd’hui, dans neuf cas sur dix, c’est toujours la Suède qui gagne. Il n’y a rien à faire, et malgré les efforts d’autres pays comme la France, les Etats-Unis, ou l’Angleterre, ces satanés scandinaves remportent toujours la mise, quel que soit le style pratiqué. Gothique, Progressif, Vintage, Old-School, Black, Avant-gardiste, AOR, Hard mélodique, ils sont partout, et dominent des cordes et des peaux le marché mondial, sans que leur suprématie ne puisse être remise en cause. Et la sortie du quatrième album du plus-si-side-project-que-ça THE NIGHT FLIGHT ORCHESTRA risque d’aggraver les choses…Il est maintenant de notoriété publique que cet ex-fantasme des SOILWORK est devenu l’un des meilleurs concepts mondiaux, et la signature sur Nuclear Blast n’a fait qu’entériner la fidélité et l’amour que leur public leur porte. Public de plus en plus nombreux d’ailleurs, qui a cru déceler en Amber Galactic les prémices d’une expansion intersidérale convenant parfaitement aux ambitions de grandeur des suédois. Car leur recette, en les faits est imparable. Un Soft Rock typiquement eighties traduit dans un langage de production contemporain, des mélodies qui auraient parfaitement eu leur place dans les charts des années 80, une utilisation du synthétisme parfaitement bluffante, et surtout, une passion dans le détail qui le confine au génie, et transforme ce petit délire de tournée américaine en gigantesque machine à tubes. Et inutile d’essayer de résister, de tomber dans l’excès d’élitisme et de crier à la supercherie, puisque de toutes façons, la musique est bonne. Et quand la musique est bonne, quand la musique sonne, elle guide nos pas. Et nos pas cette fois-ci, vont s’enfoncer dans l’espace, à la recherche d’un terrain de jeu à échelle extra-terrestre, puisque la terre ne suffit plus.

On pouvait craindre de Sometimes The World Ain't Enough qu’il ne verse dans la surenchère, et qu’il tente de dépasser Amber Galactic en cramant le kérosène de façon un peu trop voyante et putassière. C’est effectivement ce qu’il tente de faire, mais en appuyant de plus en plus sur les éléments les plus fédérateurs de ses morceaux. Si le Hard-Rock, stricto-sensu en est presque complètement absent, pour laisser la place à un AOR de stade et d’ondes radio, les chansons ont au moins le mérite de ne pas se reposer sur un ou deux gimmicks vite balancés pour combler les masses. A vrai dire, ce quatrième LP des suédois est un peu à l’image du récent Ready Player One de Steven Spielberg, retravaillé musicalement par le petit wiz-kid des platines CARPENTER BRUT. Truffé de références, travaillé dans la forme mais beaucoup moins dans le fond, et plaisir fondant dans les oreilles, pour peu que votre inconscient en accepte les règles légères mais fondamentales. Nul n’est ici pour révolutionner la musique, mais juste pour offrir un trip intégral à son public, désireux d’expérimenter les sensations du voyage dans le temps sans DeLorean. Et dans le genre fusée à rebours qui nous ramène à la glorieuse époque de IV de TOTO et de Midnight Madness des NIGHT RANGER, la chose se pose là, et bien là. En piochant bien, on y retrouve des éléments de décor déjà utilisés sur les trois albums précédents (à l’exception d’Internal Affairs, encore trop retenu et trop pointu), des allusions plus ou moins forcées à la Pop Culture d’il y a trois ou quatre décennies, mais surtout, des harmonies à tomber, des arrangements faussement naturels mais réellement sophistiqués, et puis des chansons, beaucoup de chansons puisque le temps passant, les suédois jouent de moins en moins la montre pour approcher aujourd’hui l’heure de jeu. Douze morceaux sur la version regular, treize sur le digipack et le vinyle, et quatorze évidemment pour l’édition/cadeau nippone, la quantité cherche à dépasser la qualité, et espérons que les NIGHT FLIGHT ne finissent pas par en faire trop, alors même que leur liberté leur permet tous les excès. Et sur Sometimes The World Ain't Enough le timing est pile-poil, voire un peu ample, et nous laisse parfois avec quelques redites, encore anecdotiques, mais qui finiront par se remarquer un jour…

Alors, ces références, quelles sont-elles ? Toujours les mêmes, les sempiternels ELECTRIC LIGHT ORCHESTRA, TOTO, mais aussi le FM canadien et américain des BALANCE, des JOURNEY, et les plus pointus RAH BAND que j’avais évoqués lors des comparaisons auxquelles Amber Galatic avait eu droit de s’y frotter. Mais à vrai dire, ce nouvel album est tellement universel dans ses thèmes et ses harmonies qu’on croit y voir un peu ce qu’on veut, à tel point qu’on y croise parfois les silhouettes unies de BON JOVI et Bonnie Tyler sur l’imparable « Can’t Be That Bad », ou des traces de REO SPEEDWAGON sur le bien nommé… « Speedwagon ». Les FLIGHT ont au moins le mérite d’éviter les emprunts trop directs et trop populistes, laissant les STARSHIP dans leur coin pour s’intéresser de plus près à Miami Vice et Kenny Loggins via un orgasmique « Turn To Miami », qui pourrait à lui seul justifier l’achat immédiat de l’œuvre. Une fois encore, le line-up en sextet (Björn Strid - chant, David Andersson - guitare, Sharlee D‘Angelo - basse, Richard Larsson - claviers, Sebastian Forslund - guitares/percussions et Jonas Källsbäck - batterie) joue sur du velours et peaufine sa partition, répétant sous les néons pour réveiller les voisins d’un Jump-Rock trépidant et galvanisant (« This Time », un truc mélangeant VAN HALEN et Corey Hart, il n’y a qu’eux pour y penser, et surtout, pour le matérialiser), ou tricotant ses cocottes de guitare pour réunir sous le même soir Nile Rodgers et le GREG KIHN BAND (« Paralized »). Alors oui, en restant honnête et franc, on pourra reprocher quelques longueurs à l’ensemble, mais franchement, un groupe qui peut en cinq minutes insérer de force des claviers à la ABBA dans une structure purement « Sister Christian » de NIGHT RANGER (« Moments Of Thunder », aussi JOURNEY de Raised On Radio que SURVIVOR couché un peu tôt), ou nous faisant visiter l’Espagne en louchant du côté de la Californie (« Barcelona ») peut se permettre quelques erreurs, et jouer un peu les seigneurs en refusant de trancher et de couper la bobine pour accélérer le générique.

Alors, on se la joue légèrement disco urbain sur les bords, on fait danser au Studio 54 tout en répétant à Hell’s Kitchen (« Winged And Serpentine »), et on termine le boulot en abattant sa carte maîtresse, en forme de décollage vers des planètes inconnues où le Hard Rock, le Soft-Rock et la Pop cohabite entre potes, jusqu’au bout d’une nuit sous une lune de lait et de nouveaux romantiques en mal de reconnaissance critique (« The Last Of The Independent Romantics », on caresse les dix minutes de Space-Pop-Rock progressif, mais sans détail qui rebute). Et au final, que se passe-t-il ? Je crois que le fin mot de l’histoire revient aux artistes eux-mêmes…

« N’oubliez pas, THE NIGHT FLIGHT ORCHESTRA est là pour trinquer avec vous lors d’une fête où vous n’êtes pas censé être, il est là pour prendre soin de votre gueule de bois, ou vous réconforter lorsque vous pensez être trop vieux pour ces conneries. Mais vous ne l’êtes pas, et nous non plus ! »

N’oubliez surtout pas que ce groupe unique n’en était pas un au départ, et que seul le fun compte, et que le plus grand délire peut être considéré avec le plus grand des sérieux. Mais il n’y a pas de mal à se réfugier dans le passé du présent pour échapper à un avenir qui finalement, peut attendre. Et puis, à la fin, quels que soient les moyens, c’est toujours la Suède qui gagne non ?              

       

Titres de l'album:

                        01. This Time

                        02. Turn To Miami

                        03. Paralyzed

                        04. Sometimes The World Ain’t Enough

                        05. Moments Of Thunder

                        06. Speedwagon

                        07. Lovers In The Rain

                        08. Can’t Be That Bad

                        09. Pretty Thing Closing In

                       10. Barcelona

                       11. Winged And Serpentine

                       12. The Last Of The Independent Romantics

Facebook officiel


par mortne2001 le 09/07/2018 à 18:49
95 %    111

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The Secret

Lux Tenebris

Flayed

Empty Power Parts

Ambient Road

Turn Up The Heat

Everrise

After The Eclipse

Vöödöö

Ashes

I’ll Be Damned

Road to Disorder

Mantar

The Modern Art of Setting Ablaze

Taste

Moral Decay

Pig Destroyer

Head Cage

Beyond The Black

Heart Of The Hurricane

Dark Insides

Netherworld

Ancestor

Lords of Destiny

Raspy Junker

World Of Violence

Elyose

Reconnexion

Clover

The Voyager

Lost Domain

...In the Waiting Room of Death

Bloody Nightmare

Hellwolf

Alice In Chains

Rainier Fog

The Radio Sun

Beautiful Strange

Metalriff

Blinded

Photo-report MOTOCULTOR 2018 (Par Baptistin Pradeau)

Jus de cadavre / 17/09/2018
Motocultor

Violently Draining Europe / Gorgasm + Cenotaph + Visceral Uprooting

Jus de cadavre / 13/09/2018
Brutal Death Metal

Interview ANTROPOFAGO

youpimatin / 08/09/2018
Brutal Death Metal

Live-report MOTOCULTOR 2018 - Dimanche

Jus de cadavre / 01/09/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

Bukowski + Shoeilager + Redemption

22/09 : Désiré Granet, Anould ()

Nightrage + Voivod

22/09 : L'ilyade , Seyssinet-pariset ()

Alcest + Vampillia

22/09 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)

Black Sin + Les Chants Du Nihil + S.u.t.u.r.e

22/09 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Alcest + Vampillia

23/09 : Fuzz'yon, La Roche-sur-yon (85)

Alcest + Celeste + Vampillia

25/09 : La Gaîté Lyrique, Paris (75)

Defenestration + Burial Invocation

26/09 : Bar Hic, Rennes (35)

Alcest + Vampillia

26/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

+ Europe

27/09 : Le Trianon, Paris (75)

Stoned Jesus + Mothership

27/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Batushka

28/09 : Antipode, Rennes (35)

Iron Bastards + Deficiency + Vulcain

29/09 : Salle Des Fêtes, Angres ()

Agressor + Sublime Cadaveric Decomposition + Colossus

29/09 : Le Champilambart, Vallet (44)

Wardruna

29/09 : Château Des Ducs De Bretagne, Nantes (44)

Wintereve + Sors Immanis + Ephialtès

29/09 : Le Riveter, Nancy (54)

Batushka

29/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Batushka

29/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Voivod + Bio-cancer

29/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

la voix ecrase tout dans le mix ..dommage..


Y'a de l'ambition, c'est bon ça ! Non, non c'est pas un gros mots ! C'est selon moi ce manque d'ambition (tellement français et pas seulement en musique !) qui fait que la scène Metal hexagonal n'a pas explosée comme certaines autres scène en Europe...


Félicitations!


Rien à voir avec feu les Provençaux de Kabbal non plus ? Stylistiquement, c'est assez différent comme Death Metal il faut dire.


Toujours aussi original.


Excellente interview ! Ça transpire la passion tout ça !


Le titre en écoute laisse effectivement présager de quelque chose de vraiment pas mal !


Je confirme, ce skeud est excellent, le "mélange" des genres fonctionne à merveille.
La base death est bel et bien présente et parsemée de plans thrash ou black. La prod est nickel (ni trop, ni trop peu), et l'ensemble laisse un gout de reviens-y, ce qui est toujours bon signe. Je suivrai (...)


C'est bon ça !
Torture Throne était déjà excellent, alors affaire à suivre !!!!


"Un peu comme la dernière fille libre de la soirée, vous vous dites, je me la tape, on ne sait jamais, ça peut être surprenant..."

:D tu m'as tué !


Ah merde, la bad news !!!
En plus, un groupe de chez nous.
RIP man...


Pas encore écouté en entier, mais ce que j'ai entendu pour le moment promet un album énorme... Un groupe à part et absolument génial qui, comme le dit très bien la chro, est bien plus que du Sludge. Et sur scène c'est quelque chose aussi. Ça faisait bien longtemps que Nuclear Blast n'avait p(...)


Merci pour la kro!
Le MCD est dispo ici http://nihilistic-webzine-distro.fr


Wow...


Virulence ! Ça n'invente rien du tout, mais efficace ! Metalliquement, quand la Chine se réveillera vraiment ça va nous faire tout drôle je pense...


Tout ce que j'aime ! Ça va être long jusqu'au 26 octobre...


Le premier album m'avait beaucoup plu, ce titre pour l'instant ne me semble pas au même niveau mais il faut juger l'album dans son intégralité avec ce style.


Très grand groupe !


Oh putain !!!


Je les ai vus il y a un an, même pas, cherchez dans les reports.