Je connais une belle reine blonde qui aimerait bien qu’un beau roi brun s’agenouille devant elle. Sauf que lui s’en bat les nouilles et qu’il reste debout. Pourquoi ? Parce que malgré les hormones qui bouillonnent depuis la mort de sa dulcinée rousse, il a su garder un minimum de dignité. Et surtout, parce qu’il n’est pas du genre à plier le genou devant qui que ce soit. Si vous êtes fan comme moi de cette série qui joue un jeu de trônes sans mettre vraiment personne dessus, vous avez sans aucun doute possible reconnu ces deux personnages, et ce beau brun ténébreux au sourcil ombrageux et à la peau de bête soyeuse. Sinon, je peux vous présenter d’autres chevaliers qui visiblement, n’aiment pas plus les courbettes ou l’étiquette. Eux ne viennent pas forcément du Nord, mais plutôt du sud des Etats-Unis, ce qui ne les empêche nullement de leur Atlanta natal de garder la tête haute et de défendre leur territoire Metal avec toute la férocité nécessaire. D’ailleurs, ils n’ont besoin de personne pour leur apprendre la dignité et la patience, puisqu’ils gardent le cap depuis 2009, sans flotte, mais avec un banneret flanqué de cornes du diable. Et surtout, des apparitions régulières, plutôt intimistes, mais dévoilant un potentiel de puissance non négligeable, susceptible d’impressionner tous leurs ennemis. A compter qu’ils en aient encore. Pas du côté du public, c’est une chose acquise, mais dans la presse non plus, puisque leur réputation est parvenue sans pigeon jusqu’au clavier du très respectable site No Clean Singing, qui n’a pas pour habitude de disserter du premier clampin venu.

Ceci étant, let me introduce you the DEATH OF KINGS, et non Jon Snow, qui de toute façon ne sait rien.

DEATH OF KINGS, Atlanta, Georgie, siège de la CDC, mais aussi fief d’un quatuor d’énervés (Matt Matson – chant/guitare, Amos Rifkin – batterie/chœurs, Matt Kilpatrick – guitare/chœurs, et Matt Mills basse/chœurs), qui après une première démo éponyme en 2010 nous a offert un premier EP deux ans plus tard (Crushed Beneath The Steel), un split en compagnie des SPEWTILATOR, et une autre démo, Regicidal (comme Jaime Lannister, tiens donc…), avant de culbuter dans la cour des grands pour nous présenter cette année leur premier LP, Kneel Before None, qui en matière de Thrash ténu et de Heavy velu n’a en effet à s’incliner devant personne. Dans le domaine du vintage, la répétition est reine, et pas blonde, mais plutôt têtue, et les balbutiements s’amoncèlent tellement sur les sillons qu’on a l’impression d’entendre le même discours en permanence. Ce travers était donc à craindre avec ce premier longue durée des géorgiens, qui pourtant évitent le piège avec une facilité déconcertante, en se focalisant sur des influences pour une fois plus décalées que la moyenne, et en ne singeant pas les tics d’EXODUS, SLAYER, METALLICA ou autres ténors du Thrash US. Il faut dire que leur éduction a été plutôt Punk aux entournures, ce qui les rapproche considérablement d’un autre monstre de la violence décadente made in America, OVERKILL, qui pourrait se sentir flatté d’une telle parenté. Mais en fait, ces quatre olibrius, sous couvert d’une pochette à l’artwork qui sent bon le vieux Metal de la NWOBHM, se sont permis de signer l’album le plus excitant de cet été en termes de brutalité délicatement débridée d’une touche bordélique Punk, tout en gardant une approche instrumentale fine et solide qui leur permet toutes les excentricités. Bluffé ?

On le serait à moins tant l’enthousiasme que génèrent les neuf morceaux de ce Kneel Before None nous ramène aux plus grandes réussites des 80’s, de Taking Over/Feel The Fire à Breaking The Silence, en passant par No Place For Disgrace ou Terror and Submission.            

Etonnés ?

Ne le soyez- pas, et écoutez plutôt.

Riffs d’acier, rythmique polyvalente perdue dans le mix mais qui fait preuve d’inventivité et d’agilité pour combler les trous, soli qui trouent ton pot de flamby, et chant hystérique dans la veine d’un Paul Baloff/Bobby « Blitz » Ellsworth/Thorsten Bergmann, pour une sarabande en Speed/Thrash majeure, qui ne cache pas ses accointances avec un Heavy qui tend le sien bien haut pour envoyer paître les chieurs, et surtout, des putain de chansons qui nous prennent par les nouilles pour nous secouer la cape, et qui sans chercher Kerry à quatorze heurts, nous offrent un festival d’énergie emballée dans un niveau instrumental de folie.

Quelle équation, j’en suis encore tout retourné, et les cheveux en épis de blé. Mais il faut reconnaître qu’une telle débauche n’avait pas été entendue depuis le sacro-saint « Losers » des regrettés DETENTE (« Knifehammer », qui suggère aussi le meilleur EXCITER, en version plus atomique que Dan derrière son kit), et qu’une entame aussi franche et radicale que « Shadow Of The Reaper » ne m’avait pas défrisé autant depuis la reprise du « Fuck You ! » des SUBHMUMANS par OVERKILL (avec toutefois, une légère emphase DESTRUCTION de début de carrière que beaucoup noteront avec raison.)

Et pour rester dans le jeu des comparaisons et parler encore de D.D.Verni et consorts, essayer d’imaginer la furie des New-yorkais mixée à l’intensité d’un AIRBOURNE viré Thrash dans les faits et sur les bords, et vous toucherez du poing les pulsions qui vous attendent à la maison avec un tel boulet de canon.

Dès lors, tout s’enchaîne, et la troupe déroule, du single ravageur « Regicidal » et ses syncopes qui dépotent sur fond de riff délié typiquement Kill’Em Allien, agrémenté de quelques blasts décomplexés, à « Too Fast For Blood » et ses guitares aussi acides qu’un premier maxi de MACABRE (et son allusion finaude à un célèbre combo hirsute), en passant par le massacre organisé de « Hell Comes To Life » qui nous étourdit d’une intro explosive dans la plus grande tradition Slayerienne.

Tactique Heavy malsaine mais qui met les ennemis en déroute (« Descent Into Madness », chœurs à la RUNNING WILD et accélération à la WHIPLASH), soudaine ruée dans les brancards Thrashcore qui éventre les vaches qui broutent (« Plague (Upon The World)»), et final en apothéose Speed/Thrash avec hurlements démoniaques et riff de maniaque (« Revel In Blasphemy »), pour une tuerie qui ne fait aucun prisonnier, et qui laisse la lande désolée et ensanglantée.

Permettez à l’auteur de reprendre une lampée…

Non, les DEATH OF KINGS ne s’agenouilleront devant personne, mais gageons que les fans d’un Heavy Thrash à tendance Speed qui fâche prêteront allégeance à ces quatre mousquetaires plein de vaillance et débordant de puissance. Kneel Before None, en substance, enterre la concurrence, et se met à la hauteur d’un certain personnage qui ne sait rien, mais qui garde ses distances. Tu ne sais toujours rien Jon Snow ? Si, tu sais qu’avec les DEATH OF KINGS à tes côtés, tu aurais déjà vaincu le roi de la nuit et ses armées…


Titres de l'album:

  1. Shadow of The Reaper
  2. Sojourn
  3. Regicidal
  4. Descent Into Madness
  5. Hell Comes To Life
  6. Knifehammer
  7. Plague (Upon The World)
  8. Too Fast For Blood
  9. Revel In Blasphemy

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 28/08/2017 à 14:49
95 %    144

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Attan

End Of

Whisker Biscuit

Kill For Beer

Morbid Messiah

Demoniac Paroxysm

Daniel Trigger

Right Turn

Black Viper

Hellions Of Fire

Ink

Whispers Of Calliope

Cultural Warfare

Warmageddon

Satan

Cruel Magic

Metallica

...And Justice For All

Groundbreaker

Groundbreaker

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Bloodshed Festival - Jour 1

Mold_Putrefaction / 01/10/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

Wyrms + Sargeist + Chaos Invocation

16/10 : Rock'n'eat, Lyon (69)

+ High On Fire + Enslaved

16/10 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

High On Fire + Enslaved

16/10 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Elder + Wo Fat + Sasquatch

18/10 : Le Glazart, Paris (75)

Moonreich + Schammasch

19/10 : Cellier De Clairvaux, Dijon (21)

Photo Stream

Derniers coms

Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....


Les festivals estivaux sont internationaux en termes de fréquentation, et je trouve curieux que tu le découvres juste cette année Jefflonger. Et c'est bien parce que le grand public n'a pas cette "culture métal" que Mr Barbaud a réalisé quelque chose que personne n'avait su faire avant lui en (...)


Tellement content que cet album sorte enfin ! :)


Bonne nouvelle ça !


miam ! ca tartine bien comme il faut on va se regaler lundi !


Record battu donc, cela en est ahurissant, je ne vais pas employer le terme "ridicule" on me traitera de aigri, alors que je m'éclate chaque année ou j'y vais. Tant mieux pour l'orga et ceux qui ont pû se procurer le sésame. Otez moi d'un doute, le France est-elle devenu terre du Metal ? bon c'(...)


J'ai l'impression que Jaime Gomez Arellano à juste trouvé le potard des médiums...


Je me souviens qu'en 2007 les mauvaises langues disaient "ça ne marchera jamais, ce sont des amateurs". Et aujourd'hui on entend (peut-être) ces mêmes mauvaises langues critiquant le fait que ça marche trop bien. Donc j'aimerais juste comprendre quel pourrait être le bon positionnement du HF al(...)


Surprenant, ce titre, j'avais gardé le souvenir d'un premier album beaucoup plus étouffant...


@La fuite de l'enfer : j'espère VRAIMENT que le Fall Of va se relever cette année, ma première visite en 2017 m'a clairement donné envie d'y retourner ! Sinon, bah c'est cool pour le HF, même si le marché noir est déjà en pleine bourre.


C'est vraiment devenu la foire aux jambons.
Clair que cet l'évènement où l'on va désormais s'encanailler même si on ne connait que 3 groupes et demi, et encore... une chanson de chacun de ces groupes. :-)

Mais là où la com du Hellfest dit vrai, c'est qu'il y a plein d'init(...)


Y 'a quand même eu des gros soucis apparemment. Des bots ont pillés la billetterie, y a des dizaines de pass à vendre sur des sites de reventes à plus de 300 euros (au moins...). Sur le FB du Hell, ils ne répondent plus aux (nombreuses) questions / plaintes, etc... pour info ce n'était pas sur(...)


C'est proprement hallucinant !
Pas client d'un festival aussi gros (ma dernière participation date de 2008 et c'était top) mais très heureux pour l'équipe qui se défonce et arrive à maintenir son festival au top !


Le communiqué du Hellfest il y a quelques minutes :

"SOLD OUT !!! Incroyable, pour la 6ème année consécutive le Hellfest se déroulera à guichet fermé ! Encore une fois, vous avez pulvérisé nos prévisions et les 55.000 pass 3 jours classiques se sont tous écoulés en moins de (...)


Réponse : en 2h00 !


Deux heures après déjà plus rien... Le prix a doublé par rapport au début, bien content de ne plus y aller et de garder mes souvenirs "oldschool".


Pour les nostalgiques du Hellfest "oldschool" on a retrouvé une plateforme de ventes de billets bien moisie et complètement surchargée :)
(et +10€ de prix du pass par rapport à 2018)
Mais j'ai mon sésame...


joli