Les espagnols, comme les allemands ont toujours érigé la fidélité comme vertu cardinale en ce qui concerne leurs artistes de prédilection. Ainsi, dans les années 80, certains groupes se voyant fermer quasiment toutes les portes savaient qu’ils pourraient trouver asile en terre ibère et germaine. Mais cette fidélité s’est aussi exprimé intra-muros, puisque les combos nationaux ont toujours bénéficié d’un soutien sans faille tout au long de leur carrière, et si ce point semble anecdotique à une époque où la nouveauté est plus alléchante que le patrimoine, elle prend tout son sens replacée dans un contexte de nostalgie très prononcé. En témoigne la ferveur que soulève le cas des WITCHFYRE, galvanisé par une sécurité de suivi, d’autant plus que les pauvres musiciens ont dû faire face à de nombreux problèmes pour enfin pouvoir sortir leur premier longue-durée. Il leur aura fallu attendre deux ans pour obtenir un deal de distribution, puisque ce Grimorium Verum était à la base prévu pour voir le jour en 2016…Il prit donc la poussière sur les étagères de l’oubli durant vingt-quatre mois, mais grâce à l’intérêt de la structure Fighter Records, subdivision du label national X-Treem Music, nous pouvons aujourd’hui en apprécier la flamboyance, et les WITCHFYRE se voient donc offrir une tribune qu’ils méritent amplement. Et sincèrement, il eut été vraiment dommage que les fans d’un Heavy Metal racé et passionné ne puissent s’en repaître, tant ce premier disque officiel déborde d’énergie Metal et d’emphase lyrique. Certes, les convenances sont respectées, et rien d’original n’en est à espérer, mais la conviction dont fait preuve le quintette permet à ce LP de se hisser en haut du panier des sorties fascinées par le Heavy old-school, sans avoir à trop tirer sur la corde…

Fondé en 2011, WITCHFYRE n’a jamais évité les clichés et autres obsessions traditionnelles. Si leur musique se satisfait très bien du respect des codes en vogue en Europe il y a trente ans, leur imagerie ne joue pas non plus le jeu de l’évolutionnisme, et reste concentrée sur les figures imposées de la magie, de l’Heroïc-Fantasy et autres légendes de grimoires, ce qui explique sans doute ce choix de baptême très logique. Après avoir sorti un premier simple en 2013, Banshee, les cinq chevaliers en armure de fer (Emi Metal - chant, P.G. War - basse, G.G. Andrews - guitare, J. Thundervil - batterie et L. O'Witchfield - guitare) ont commencé à travailler leur partition avec plus d’application, pour proposer à leur public un premier MCD, Legends, Rites and Witchraft, distribué par nos amis français d’Infernö Records. Cette belle ascension semblait promise à une trajectoire logique, mais las, de nombreux soucis ont empêché ce premier album de voir le jour en temps et en heure, problème qui a finalement trouvé une issue heureuse, puisque vous pourrez enfin le déguster au mois d’août de cette même année. Et qui dit Heavy Metal, qui dit New Wave Of British Heavy Metal, dit guitares, dit riffs d’airain et chant lyrique, et c’est exactement ce qui vous attend sur ce Grimorium Verum, qui de ses pages remplies d’incantations et autres sortilèges envoutera les plus nostalgiques d’entre vous, mais plus généralement, tous les amateurs d’un excellent Heavy presque progressif dans les faits et assez proche des travaux d’ANGEL OF MERCY et de HEIR APPARENT, la finesse d’exécution en moins, mais la puissance homérique en plus. On y retrouve tout ce qui a toujours fait le charme de notre musique préférée, de ces couplets plein d’assurance à ces refrains en transe, en passant par ces envolées de guitare héroïques, et ces déambulations rythmiques assez denses. Vous avez dit IRON MAIDEN ? C’est une influence oui, et revendiquée, mais c’est loin d’être la seule, et elle n’est là que pour baliser, et non pas souligner…

D’autres viennent compléter le tableau des héros, et nos amis espagnols ne se privent pas pour les nommer. JUDAS PRIEST, MERCYFUL FATE, W.A.S.P., RUNNING WILD, ACCEPT, KING DIAMOND, SAXON, CRIMSON GLORY, HEAVENS GATE, DIO, BLACK SABBATH, QUEENSRŸCHE, ANGEL WITCH, DIAMOND HEAD, MALICE, MEGADETH, LIZZY BORDEN, VICIOUS RUMORS, SKID ROW, RIOT, SANCTUARY, METAL CHURCH, soit un joli melting-pot des plus dignes représentants de l’odyssée 80’s, bien que certains noms soient méchamment plus pertinents que d’autres. Ainsi, celui de MERCYFUL FATE est très patent sur des morceaux sombres et épiques comme « Behind The Wall », qui associe les riffs ténébreux de la paire La Rocque/Shermann à la théâtralité d’un chant à la King Diamond, tout en truffant sa propre structure de breaks inopinés mais mélodiques. Il est aussi tout à fait possible de penser à un crossover assez futé entre les plus intègres diplomates enchaînés allemands et leurs homologues américains plus libres dans leur approche, spécialement lorsque nos oreilles sont stimulées par des envolées comme celle de « The Guardian of The Dead ». En associant la lourdeur du Metal d’outre-Rhin et la fluidité du Heavy ricain, les espagnols trouvent une frontière intéressante à explorer, eux qui sont tous compétents dans leur domaine respectif, et qui ont trouvé un bel équilibre sonore qui permet à une basse lourde et emphatique de jouer aux avant-postes. Plaçant à des endroits stratégiques des morceaux plus courts pour dynamiser la machine, WITCHFYRE joue donc un jeu très intelligent à base de séquences mémorielles et d’embardées sensorielles, et taquinent la fibre Power en plusieurs occurrences, rappelant même dans ces instants précis les magiques RIOT et les non moins féériques SATAN (« Night Hunter »).

Le nom de MANILLA ROAD pourra aussi être placé dans la conversation sans tomber dans le hors-sujet, spécialement lorsque la rythmique adopte un chaloupé assez typique, et que les guitares s’emmêlent dans la mystique (« Devil’s Child »), et finalement, le nom d’IRON MAIDEN finit par s’estomper de lui-même, lorsqu’un certain modernisme nuancé s’avance sans reculer (« Queen Of The Night », qui adapte les débuts de QUEENSRYCHE à un contexte plus contemporain). Illuminant de ses harmonies et de sa puissance des débats occultes, Grimorium Verum s’autorise même quelques incartades plus prononcées qui reviennent une fois encore dans le giron de MERCYFUL FATE, et « Samhain » de clôturer la célébration de la plus opaque des façons, en travaillant sa compo, et en la rendant aussi noire et illuminée qu’une nuit de pleine lune. Rien de bien provocant dans le fond, mais une forme qui prend celle d’un Heavy Metal de très grande qualité, incarné par des musiciens à la foi sans bornes, qui n’ont d’autres armes que leurs propres possibilités, et leur évidente sincérité. Une jolie surprise qui aura dû patienter pour enfin pouvoir nous enthousiasmer, mais qui procure trois quarts d’heure de plaisir pur.       

          

Titres de l'album:

                      01 Devil's Child

                      02 Lord of the Underworld

                      03 No Rest For the Witched

                      04 The Guardian of the Dead

                      05 Behind the Wall

                      06 Night Hunter

                      07 Queen of the Night

                      08 Samhain

Facebook officiel


par mortne2001 le 07/08/2018 à 18:22
80 %    321

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Photo-report MOTOCULTOR FESTIVAL 2019

Jus de cadavre / 08/09/2019
Motocultor

Concerts à 7 jours

+ Belenos + Griffon

20/09 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Ultra Vomit + Astaffort Mods

20/09 : Le Rio Grande, Montauban (82)

Electric Shock + Praying Mantis + Sign Of The Jackal

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !


DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...


Mon dieu c'te pochette ?!?!
Le père Joël nous avait pourtant habitué à bien mieux merde…
On se croirait ici en main avec un album de Synthwave bas de gamme bon dieu de dieu.


Attention le site du Bikini annonce la date à Toulouse le 20 mai. C'est un mercredi, veille de l'Ascension.


Le nouveau Korn m'a l'air excellent du coup.

A mince c'est Lacuna Coil.


J’ignore le niveau d’affinité de leclercq avec le heavy speed mélodique, mais à la base c’est un fan d’extreme. Il suffit d'écouter sinsaenum, projet plus personnel et qui n’a vraiment rien a voir avec dragonforce
Perso kreator, jamais accroché, mais c’est un grand groupe et u(...)