Au début, et sans recul, je me suis dit que Gunther nous refaisait le coup avec son ding-dong, et qu’on allait encore avoir droit à une tranche de vie luxure et vinasse bon marché, avec moustache luisante et nanas pas très farouches, ni très fraiches. Et puis en réfléchissant un peu, j’ai réalisé que Prague n’était pas Berlin, et que l’hypothèse ne tenait pas debout.

Et puis, un simple coup d’œil au label a suffi à me convaincre que je faisais salement fausse route et que le xanax me rendait un peu trop neurasthénique. Pensez-donc, Creative Labs Records, la chaumière des RESURRECTION MEN et de FÜTUMCHE, produire un ersatz de playboy en manque de pastiche. Nonsense isn’t it ? A Coventry, on fait les choses dans l’ordre et on a un minimum de classe quand même. Et d’esprit de clan d’ailleurs, puisqu’on va chercher près de sa porte de quoi mettre dans les boites aux lettres.

Les GUNTHER PRAGUE viennent donc de Coventry, ont été signés par Creative Labs pour une belle sortie en vinyle, mais ne sont pas facilement définissables pour autant. Difficile de les situer sur une carte de genre, puisqu’ils prennent un malin plaisir à effacer la légende de bord de page histoire de nous rendre la tâche encore plus ardue.

Mais eux ne sont pas des tâches, plutôt des cailloux dans la chaussure du Rock mainstream. Le mainstream, ils abhorrent, ils conchient. Eux, ce qui les amuse, c’est déconstruire le Rock pour le rendre plus punky et catchy. Ils tendent un élastique entre le Punk, le Stoner, l’Alternatif et l’expérimental pour vous balancer une salve de projectiles en plein dans la tronche. Et ça fait mal.

Quoiqu’il en soit, avant même d’avoir posé mes oreilles sur sa musique, un groupe qui cite les MCLUSKY mérite toute mon attention. Et s’ils y adjoignent des références comme HARVEY MILK, KING CRIMSON, KILLING JOKE ou BLACK EYES, alors je les vénère sans même chercher à les comprendre. D’autant plus qu’il n’y a rien à comprendre dans l’affaire, juste à ressentir et à ressortir. Refiler le truc à des potes libres d’esprit mais pas forcément sains, qui trempent leurs toasts dans la bière tiède le matin, en finissant un vieux mégot mal éteint.

Alors, vous qui regardez le monde en faisant le poirier, Wax Mask est fait pour vous, fans de nursery rhymes et des Goons. Mais aussi de la scène Punk de Londres d’il y a quarante ans, tout comme la scène Indie US des 90/00’s. Une pochette parfaite, avec un noir et blanc sobre qui rend parfaitement hommage à ce masque grotesque de chairs déchirées, à la Peter Jackson de Bad Taste et Braindead, et une musique qui navigue en se laissant porter par les courants qu’elle affronte. Alors parfois, ça vogue pépère, et parfois, ça cahote dans les cascades en menaçant de sombrer dans les profondeurs. Avec dix-neuf morceaux pour quarante minutes, les anglais ne jouent pas la facilité de quelques hymnes vite troussés, et se rapprochent même des standards de HUSKER DU ou des MINUTEMEN, sans pour autant toiser Danny Johnston et son minimalisme attardé attendrissant. Le DU et les MEN, ça leur va bien, un peu comme si Zen Arcade et Double Nickels on the Dime étaient repris par les MCLUSKY au détour d’un weekend particulièrement inspiré. La légende (qui est souvent vraie pour les anglais, comme la bataille de Hastings et la flèche dans l’oeil), veut que cet album ait été enregistré en trente-deux heures, un créneau digne des RAMONES ou de MOTORHEAD, mais quand même presque le triple du premier BEATLES, auquel les GUNTHER PRAGUE ne doivent absolument rien. Non, la Pop ne croise jamais leur chemin escarpé, et c’est tant mieux, ce qui ne les empêche pas de trousser vite fait quelques mélodies qu’on pourrait presque siffler dans les toilettes publiques (« December »).

Pas de règles, mis à part temporelles, puisque deux morceaux seulement parviennent à passer la barre des trois minutes, le premier et le dernier (mais ça aussi c’est faux, puisqu’il y en a un autre à mi-parcours), et tout ce qui rentre dans le sandwich est coupé fin, entre vingt-deux secondes et deux minutes et quelques, histoire de ne pas trop radoter ou de briser le concept.

Quel concept ?

Une musique en grande partie instrumentale, qui semble bricolée au mental, et qui glisse entre les gouttes pour nous mouiller le cerveau. D’ailleurs, les musiciens aiment à parler de leurs shows comme d’une « bonne demi-heure meublée de quinze décharges, à moitié instrumentaux, à moitié chansons, délibérément bizarre et beaucoup plus fort que nécessaire ».

Et on transpose sans peine des trucs basiquement Rock’n’Punk comme « Pete Hates The News » ou « Moonus » sur une stage quelconque, en Angleterre ou ailleurs, aux USA peut-être, genre à Minneapolis ou Boston, pour se mettre un public d’amateurs dans la poche.

Alors non, tout ça n’est pas très sérieux, et pourtant, ça fonctionne comme un machin qui ponctionne sa dime de force. C’est bancal, et pourtant élaboré, c’est amateur, mais pro dans les recoins. On sent l’inspiration libre, un peu comme si Zappa et Ted Falconi des FLIPPER avaient eu le temps de partager leurs vues sur la composition dadaïste (« Slogan »), ou si les CANDIRIA tapaient le bœuf avec les BREACH, sous la baguette aiguisée des JESUS LIZARD moins déchaînés que d’ordinaire (« Catbasket »).

Ça pulse parfois assez sévère (« Ganglords »), c’est de temps à autres carrément n’importe quoi (« Thirtysomething Thugs », vingt-deux secondes de NOMEANSNO un peu de traviole), ça imite à merveille la guitare et la rythmique des SEX SNOBS et d’Andy "Falco" Falkous (« No No No, Get Your Own »), c’est parfois franchement naïf (« As You Were », comme un vieux truc des années 70 repris par un groupe qui ne connaît pas grand-chose à l’histoire, mais qui sait placer une grosse basse upfront), et c’est finalement super Noisy (« Supercancel »), pour nous laisser avec un final qui abuse des dissonances et des cassures de rythme.

Bon, mais alors du coup, on en dit quoi parce que tout ça n’est pas très pertinent ?

On en dit ce qu’on veut, parce que ça laisse l’interprétation et la sensibilité de chacun assez libre en fait. Tout ce qu’on peut affirmer, c’est que Wax Mask ressemble un peu à Madame Tussauds la nuit, investie par une bande de branleurs qui remplacent les statues de cire par leurs propres héros. Qui bouffent derrière les cordons de sécurité et qui ne nettoient même pas avant de s’en aller.

Dix-neuf nouvelles figures moulées à la louche ou au scalpel, qui nous rappellent que le Rock est avant tout une forme d’expression sans entrave, et que Bob Mould, Andy Falkous, Zappa, et les frangins Wright peuvent cohabiter au sein d’un même espace.

Sans queue ni tête, sans début ni fin, comme une ébauche qui n’a pas besoin de finition. Et finalement, je pourrais facilement résumer toute l’affaire avec une formule telle que…


Titres de l'album:

  1. The Stars Like Dust
  2. Assignment
  3. Catbasket
  4. Flower X.X.XNo No No, Get Your Own
  5. Ganglords
  6. As You Were
  7. December
  8. Sugar Surgery
  9. Pete Hates the News
  10. Moonus
  11. Slogan
  12. Double No Fun
  13. Awkward
  14. Thirtysomething Thugs
  15. Warning
  16. Lamprey
  17. W.T.L.B
  18. Supercancel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 19/07/2017 à 18:10
85 %    376

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Protector

Summon the Hordes

Majesty

Legends

Dead Horse

Horsecore: An Unrelated Story That's Time Consuming

Затемно (zatemno)

В петле

Hollow Haze

Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas

Nyss

Dépayser

Shit Life

Reign In Bud

Teleport

The Expansion

Alcotopia

It Hits the Spot

Pounder

••

Night Screamer

Dead of Night

No Sun Rises

Ascent/Decay

Vilest Breed

Live Fuck Die

Riot City

Burn the Night

Barbarian

To No God Shall I Kneel

Crypt Crawler

To the Grave

Forged In Black

Descent of the Serpent

Apotheosis Omega

Avoda Zara

Faruln

The Black Hole of The Soul

Xentrix

Bury The Pain

Combichrist + Terrorolokaust

RBD / 17/07/2019
Electro

Live-report - Impetuous Ritual / Ascended Dead / Scumslaught

Jus de cadavre / 14/07/2019
Death Metal

Napalm Death + A.C.O.D.

RBD / 12/07/2019
Black Metal Symphonique

Municipal Waste + Terror Shark + Dirty Wheels

RBD / 10/07/2019
Hardcore Metal

Live-report HELLFEST 2019 / Dimanche

Jus de cadavre / 07/07/2019
Hellfest Open Air

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Indifférence générale !


Meilleur concert du Hell, un groupe fou ! J'aimerais vraiment les voir dans une petite salle chauffée à blanc... ça doit faire encore plus mal !


ça tartine toujours aussi gras Guttural Slug ! par contre je viens de me rendre compte que j'ai zappé le 2eme album. BWUUUUUUHHHHHH


le chant est faiblard...


Plutôt inutile cet album. Bien mou et rien d'excitant.60% pour ma part


Un album absolument excellent !


Je ne connaissais même pas de nom. Merci pour cette chro (d'utilité metallique et historique !) qui donne méchamment envie de se pencher sur ce groupe !


Quasi tous les titres du premier album sont rejoués...
Miam miam !


Énorme album de violence musicale ! Merci pour la chro ;)
Ça me rappel un peu Phobia en effet, en plus bourrin encore !
"C’est simple, le tout à des allures de fête paillarde tournant très mal, avec deux mecs pas invités qui viennent pour tout picoler et tout ruiner, et qui lais(...)


"Napalm Death demeure un monument incontournable, qui ne déçoit jamais ses fidèles, ni ses valeurs"
Je pense d'ailleurs n'avoir jamais lu une critique négative vis à vis du groupe...
Et c'est de fait totalement normal !


Plutôt d'accord avec Satan, le prix est abusé et le titre est bon mais assez standard et de la part de 1349, j'en attend un peu plus. Et je dois avouer que le dernier album ne m'a pas emballé plus que ça...


le précédent album est excellent


Ouais... moi qui est un grand fan du groupe, je dois reconnaitre que la pochette est d'une incroyable laideur et que le titre est dans la continuité du (lamentable) précédent album. Qui plus est, le prix de l'objet est du pur foutage de gueule...


Une fois de plus, un excellent concert, joué par des musiciens passionnés malgré des conditions de tournée précaires !
Respect et merci à eux.
On en redemande.


Plaisir partagé cher L'anonyme....


La news qui vous met la banane pour la journée.
Vous venez d'embellir ma journée à un point inespéré. Merci beaucoup !


Pour donner quelques détails sur Vltimas, j’adhère vraiment à la musique mais j’ai vraiment du mal avec le visuel. David Vincent dans basse c’est pas trop grave, mais David Vincent avec sa belle couleur de cheveux, son chapeau et son attitude de faux méchant, j’accroche vraiment pas du t(...)


Merci pour le report toujours excellent !


@ Jus : je n'étais pas au courant de ces autres détails pour l'affaire MANOWAR, mais quoi qu'il en soit entièrement d'accord avec toi...sur toutes les lignes...


@JTDP : oui bien sur que Manowar n'a pas découvert ça la veille, les 6 mois de silence radio entre le groupe et l'orga le démontrent bien. Manowar, savait pertinemment avant même de venir qu'ils n'allaient pas jouer. Mais là encore, pour des questions de contrat, ils ne pouvaient pas annuler av(...)