Northwalk was born in early 2014. Five pieces band from Shawinigan, QC trying to keep it simple and bringing hardcore back to its roots.

Difficile de faire plus concis en termes de présentation, et gageons que les québécois de NORTHWALK n'ont pas du réfléchir longtemps avant de lâcher pareille bio. Enfin bio...disons plutôt une déclaration d'intention, puisque ces quelques mots à la résonance lapidaire résument fort bien leur démarche, sans qu'ils aient besoin d'en rajouter. Pas évident dès lors de broder un long discours sur un groupe qui m'était inconnu jusqu'à lors...Disons pour le principe que les originaires de Shawinigan Falls s'obstinent en effet depuis quatre ans à retrouver l'essence originelle du Hardcore, sans fioritures ni chichis, et qu'ils y parviennent sans difficulté. Déjà dotés d'un premier LP éponyme publié en 2015, et d'un EP, Sins, édité l'année dernière, nos cousins du grand froid ont donc largement eu le temps de se tailler bonne réputation dans et hors de leurs frontières, réputation qu'ils confirment via ce second longue-durée qui ne fait pas grand mystère de son affiliation Core. Disponible depuis le 20 avril, Jaded est aussi cru qu'un digne pamphlet de Hardcore puisse l'être, aussi concis aussi, mais développe de sérieux arguments de violence qui font du bien à la rage. Sans chercher à révolutionner le petit Landerneau dans lequel ils évoluent, les canadiens jouent leur carte, leurs cartes même, et nous proposent l'un des albums les plus revigorants de ce début d'année, en restant assez classiques dans la forme et le fond. Évidemment, les détracteurs éventuels argueront du fait que tout ceci reste désespérément dans la norme, mais l'énergie dégagée par le quintette est si énorme que je ne peux me résoudre à les bloquer dans une petite case bien cloisonnée.

Ghislain (batterie), Benjamin & J.P (guitares), Simon (basse) et David (chant) se servent donc des enseignements des grands anciens, mais aussi de ceux des générations intermédiaires pour illustrer leur saine colère, qui prend des allures de règlement de compte. Accumulant les coups de poing, les bourre-pif et autres joyeusetés de violence urbaine, NORTHWALK ne fait pas ni la dentelle ni dans le motif ouvragé, mais fait montre de plus de finesse qu'on aurait cru détecter après une écoute survolée. Se calant sur la ligne du parti NYHC que personne ne semble digne de remettre en cause, mais adaptant leur véhémence à un siècle qui en a cruellement besoin, les cinq musiciens jouent sans trop se poser de question, et nous présentent un bel éventail de Hardcore classique et moderne, alternant les tempi, lâchant des riffs trapus et velus, et laissent s'exprimer en toute latitude une grosse basse ronflante, typique de ce son si claquant. On pense bien sûr à beaucoup de choses à l'écoute de leurs morceaux, de la première vague new-yorkaise à la seconde génération, tout en comprenant assez vite que le combo se sent très bien dans son époque troublée. Alors, ça joue vite, ça joue en rangs serrés, ça laisse des chœurs revanchards prendre le dessus, et surtout, ça ne marque aucun temps mort. Le seul reproche éventuellement formulable à leur égard vient du chant vociféré par un David véritablement possédé, mais dont le timbre très aigu et éraillé pourra rebuter ceux qui attendent un peu plus de variété et qui préfèrent la gravité à l'hystérie. Mais en dehors de ces récriminations somme toute assez minimes, la bande instrumentale assure dans les grandes largeurs, et ne nous laisse jamais le temps de nous installer confortablement. Et ça, dans le Hardcore, c'est quand même assez primordial.

De là, on pourrait partir sur le leitmotiv simple et clair suivant. No Beatdown, no Deathcore, no bullshit, just Hardcore, qui sied en effet admirablement bien à la troupe. Tout à fait conscients de ne pas bousculer l'ordre établi, les québécois jouent au petit jeu du rentre-dedans permanent, se voulant hargneux comme des teignes en version mid tempo (« Hopeless » belle intro sans détresse, « Exterminate », entonné de concert avec l'invité Jean-Philippe Lagacé, qui paraît vraiment l'être), et complètement affolés sur les bourrasques speed, qui laissent quand même s'incruster quelques soli typiquement Metal, dans une veine Rocky George et SUICIDAL (« Blindside », l'hymne de l'album selon votre humble serviteur). Pas d'abus de feedback, pas de gimmicks pour séduire les adolescents, mais plutôt une jolie collection de roustes servies bien chaudes dans la gueule (« My Prison », sur lequel le chant semble enfin tendre vers une gravité pas tendre), mais qui font montre d'un potentiel technique assez probant (« Trapped » et son intro de batterie plus fine qu'il n'y paraît). Se montrant aussi volubiles que puissants, les NORTHWALK alternent vitesse et adresse, et un uppercut de la trempe de « Yesterday » nous démontre que la rage d'aujourd'hui n'a rien à envier à la véhémence d'hier. Fast and raw, appuyant sur la pédale d'accélérateur à bon escient, le quintette navigue à vue, et en profite pour laisser cette basse rutilante et ronflante aux avant-postes lorsque l'ambiance le réclame. De l'épaisseur donc, mais aussi de la légèreté dans le ton et le fond, pour proposer des chansons qui cognent, mais qui le font proprement. Empiétant parfois sur la frontière d'un Metal sans enjamber la ligne rouge, Jaded n'ose pas vraiment le Crossover, mais nous rappelle quand même certaines de ses saveurs («Sins », un peu barré sur les bords, mais surtout Speedcore), et se satisfait même en clôture d'une dernière crise de folie dépassant à peine la minute mais jouant l'hystérie d'un Thrashcore en furie (« D.M.C. », avec quand même un bon tapis de riffs bien saisis).

Rester simple, et ramener le Hardcore à ses racines. C'est la mission que s'étaient confiés les NORTHWALK, et elle est accomplie avec brio. On attendra évidemment un effort plus sur la longueur la prochaine fois, mais en tant que second LP, Jaded tient la barre haute et garde le front fier.            


Titres de l'album:

  1. Hopeless
  2. Exterminate (feat. Jean-Philippe Lagacé)
  3. Blindside
  4. My prison
  5. Trapped
  6. Yesterday
  7. Sins
  8. Pulling Strings
  9. D.M.C

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/05/2018 à 14:28
79 %    27

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Abortion

All You Need Is Hate (2017-2018)

Hostia

Hostia

Motor City Mayhem

Shitfaced and Outta Luck

Injector

Stone Prevails

Human Cull

Revenant

Nervosa

Downfall of Mankind

Mx

A Circus Called Brazil

Panegyrist

Hierurgy

Unending Fury

Negative Peace

Infrared

Saviours

Kaya

Life Is Trivial

Monument

Hellhound

Imperium

Beyond the Stars

Zoebeast

Zoebeast

Trauma

As the World Dies

Nequient

Wolves at the Door

Discomfort

Fear

Suffocation Of Soul

Macabre Sentence

Unitra

Lock Up Your Daughters

Conviction

youpimatin / 18/06/2018
Doom Metal

Bastard Grave [SWE] / Destroyed Bastards

Simony / 15/06/2018
Death Metal

Tour-Report VERDUN : Russia Tour 2018 !

Jus de cadavre / 13/06/2018
Tournée

Young Gods + Horskh + Wheelfall + Thot

RBD / 12/06/2018
Post Rock

Welcome To Inferno I

Jus de cadavre / 08/06/2018
Death Metal

Concerts à 7 jours

Crowbar + Europe + Malemort

22/06 : Clisson, Clisson (44)

+ Meshuggah

23/06 : La Rodia, Besançon (25)

Overcharger + Meshuggah

23/06 : La Rodia, Besançon (25)

Avenged Sevenfold + Watain + Oranssi Pazuzu

23/06 : Clisson, Clisson (44)

Exodus + Plebeian Grandstand + The Bronx

24/06 : Clisson, Clisson (44)

Exodus + Sublind

26/06 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Hell Gate + Je + Anozel

29/06 : Le Riveter, Nancy (54)

Fractal Universe + Soulfly

29/06 : La Souris Verte, Epinal (88)

Photo Stream

Derniers coms

Hâte de lire ton retour sur Demolition Hammer !


Un certain Iver est le remplaçant...


Aaaah, oui l'équipe est sur place et bien évidemment c'est le programme de demain vendredi et non d'aujourd'hui jeudi... œil de lynx Humungus... œil de lynx !


(...) s le contredire hein !


Bon ITW et surtout bon groupe.
Hâte d'entendre ça moi aussi sur album avec un "vrai" son. Même si celui des deux premières réalisations était plus que convenable en ce qui me concerne.
Perso, je ne trouve pas que CONVICTION soit aussi référencé à CATHEDRAL mais bon... Si l eMa(...)


Aujourd'hui ???
Vous êtes donc si impatient que ça les gars hé hé hé !


Je les ai vues il y a deux ans. Il y avait encore de la fraîcheur. Le style n'a pas fondamentalement changé à ce que je vois, ce thrash à l'allemande un peu kitsch.


Ah le blaireau que je suis... en effet 18€ c'était plus que donné. Merci de votre vigilance cher Humungus.
En tout cas, possible que j'y sois, affiche ultra alléchante. Et pour ceux qui veulent plus d'infos sur ce fest, rendez-vous en page agenda concerts.


Erratum cher Simony :
18 euros la place... Si seulement !
Le billet est à environ 35 euros. Ce qui est déjà peu au vu de la programmation.
J'en profite d'ailleurs pour mettre également en exergue SADISTIC INTENT et TOXIC HOLOCAUST présents eux aussi sur ce fest.


Perso j'avais plus entendu parlé du groupe depuis The Waiting Room de 2011, j'étais persuadé que le groupe avait splitté d'ailleurs. Content de voir que ce n'est pas le cas.


Excellent, merci pour le partage. Un groupe qui a su se créer sa propre identité. J'aime beaucoup ce dernier album


Je vais aller découvrir ça sans faute ! Du Doom trad ça cours pas les rues en France !


Certainement la meilleure affiche que ce fest n'ait jamais connue...


Doivent être content les gars...
Exactement ce qu'ils recherchent depuis des années :
Le mainstream...
Et donc les ventes...
Et donc la tune.


ISON pas honte !


Fut un temps où une expédition punitive plus tard largement romancée dans un bouquin aurait été menée ! Hi hi hi


"Merci de m’avoir lu"...
Merci d'avoir écrit surtout !
J'adore vraiment toutes ces histoires de tournées in situ.
Alors groupes de France et de Navarre, n'hésitez surtout pas à suivre le conseil de grinder92... ... ...


mouais... pour un groupe de black je pensais que ce genre de problémes se réglaient directement entre eux via un bon coup de surin et pas par label et avocats interposés. Tout fout l'camp ma bonne dame !


lamentable d'associer le metal à cette daube de jeu video... désolant


Les copains ! Cela fut encore bien plus folklorique que les échos que j'ai eu de vive voix.