Northwalk was born in early 2014. Five pieces band from Shawinigan, QC trying to keep it simple and bringing hardcore back to its roots.

Difficile de faire plus concis en termes de présentation, et gageons que les québécois de NORTHWALK n'ont pas du réfléchir longtemps avant de lâcher pareille bio. Enfin bio...disons plutôt une déclaration d'intention, puisque ces quelques mots à la résonance lapidaire résument fort bien leur démarche, sans qu'ils aient besoin d'en rajouter. Pas évident dès lors de broder un long discours sur un groupe qui m'était inconnu jusqu'à lors...Disons pour le principe que les originaires de Shawinigan Falls s'obstinent en effet depuis quatre ans à retrouver l'essence originelle du Hardcore, sans fioritures ni chichis, et qu'ils y parviennent sans difficulté. Déjà dotés d'un premier LP éponyme publié en 2015, et d'un EP, Sins, édité l'année dernière, nos cousins du grand froid ont donc largement eu le temps de se tailler bonne réputation dans et hors de leurs frontières, réputation qu'ils confirment via ce second longue-durée qui ne fait pas grand mystère de son affiliation Core. Disponible depuis le 20 avril, Jaded est aussi cru qu'un digne pamphlet de Hardcore puisse l'être, aussi concis aussi, mais développe de sérieux arguments de violence qui font du bien à la rage. Sans chercher à révolutionner le petit Landerneau dans lequel ils évoluent, les canadiens jouent leur carte, leurs cartes même, et nous proposent l'un des albums les plus revigorants de ce début d'année, en restant assez classiques dans la forme et le fond. Évidemment, les détracteurs éventuels argueront du fait que tout ceci reste désespérément dans la norme, mais l'énergie dégagée par le quintette est si énorme que je ne peux me résoudre à les bloquer dans une petite case bien cloisonnée.

Ghislain (batterie), Benjamin & J.P (guitares), Simon (basse) et David (chant) se servent donc des enseignements des grands anciens, mais aussi de ceux des générations intermédiaires pour illustrer leur saine colère, qui prend des allures de règlement de compte. Accumulant les coups de poing, les bourre-pif et autres joyeusetés de violence urbaine, NORTHWALK ne fait pas ni la dentelle ni dans le motif ouvragé, mais fait montre de plus de finesse qu'on aurait cru détecter après une écoute survolée. Se calant sur la ligne du parti NYHC que personne ne semble digne de remettre en cause, mais adaptant leur véhémence à un siècle qui en a cruellement besoin, les cinq musiciens jouent sans trop se poser de question, et nous présentent un bel éventail de Hardcore classique et moderne, alternant les tempi, lâchant des riffs trapus et velus, et laissent s'exprimer en toute latitude une grosse basse ronflante, typique de ce son si claquant. On pense bien sûr à beaucoup de choses à l'écoute de leurs morceaux, de la première vague new-yorkaise à la seconde génération, tout en comprenant assez vite que le combo se sent très bien dans son époque troublée. Alors, ça joue vite, ça joue en rangs serrés, ça laisse des chœurs revanchards prendre le dessus, et surtout, ça ne marque aucun temps mort. Le seul reproche éventuellement formulable à leur égard vient du chant vociféré par un David véritablement possédé, mais dont le timbre très aigu et éraillé pourra rebuter ceux qui attendent un peu plus de variété et qui préfèrent la gravité à l'hystérie. Mais en dehors de ces récriminations somme toute assez minimes, la bande instrumentale assure dans les grandes largeurs, et ne nous laisse jamais le temps de nous installer confortablement. Et ça, dans le Hardcore, c'est quand même assez primordial.

De là, on pourrait partir sur le leitmotiv simple et clair suivant. No Beatdown, no Deathcore, no bullshit, just Hardcore, qui sied en effet admirablement bien à la troupe. Tout à fait conscients de ne pas bousculer l'ordre établi, les québécois jouent au petit jeu du rentre-dedans permanent, se voulant hargneux comme des teignes en version mid tempo (« Hopeless » belle intro sans détresse, « Exterminate », entonné de concert avec l'invité Jean-Philippe Lagacé, qui paraît vraiment l'être), et complètement affolés sur les bourrasques speed, qui laissent quand même s'incruster quelques soli typiquement Metal, dans une veine Rocky George et SUICIDAL (« Blindside », l'hymne de l'album selon votre humble serviteur). Pas d'abus de feedback, pas de gimmicks pour séduire les adolescents, mais plutôt une jolie collection de roustes servies bien chaudes dans la gueule (« My Prison », sur lequel le chant semble enfin tendre vers une gravité pas tendre), mais qui font montre d'un potentiel technique assez probant (« Trapped » et son intro de batterie plus fine qu'il n'y paraît). Se montrant aussi volubiles que puissants, les NORTHWALK alternent vitesse et adresse, et un uppercut de la trempe de « Yesterday » nous démontre que la rage d'aujourd'hui n'a rien à envier à la véhémence d'hier. Fast and raw, appuyant sur la pédale d'accélérateur à bon escient, le quintette navigue à vue, et en profite pour laisser cette basse rutilante et ronflante aux avant-postes lorsque l'ambiance le réclame. De l'épaisseur donc, mais aussi de la légèreté dans le ton et le fond, pour proposer des chansons qui cognent, mais qui le font proprement. Empiétant parfois sur la frontière d'un Metal sans enjamber la ligne rouge, Jaded n'ose pas vraiment le Crossover, mais nous rappelle quand même certaines de ses saveurs («Sins », un peu barré sur les bords, mais surtout Speedcore), et se satisfait même en clôture d'une dernière crise de folie dépassant à peine la minute mais jouant l'hystérie d'un Thrashcore en furie (« D.M.C. », avec quand même un bon tapis de riffs bien saisis).

Rester simple, et ramener le Hardcore à ses racines. C'est la mission que s'étaient confiés les NORTHWALK, et elle est accomplie avec brio. On attendra évidemment un effort plus sur la longueur la prochaine fois, mais en tant que second LP, Jaded tient la barre haute et garde le front fier.            


Titres de l'album:

  1. Hopeless
  2. Exterminate (feat. Jean-Philippe Lagacé)
  3. Blindside
  4. My prison
  5. Trapped
  6. Yesterday
  7. Sins
  8. Pulling Strings
  9. D.M.C

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/05/2018 à 14:28
79 %    320

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Quiet Riot

Hollywood Cowboys

Angel Witch

Angel Of Light

Vastum

Orificial Purge

Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Depraved + Adx + Factor Hate

01/03 : Salle Des Fêtes, Fismes (51)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Mmm, musicalement, les deux derniers albums étaient intéressants, pas faciles en terme de composition, mais plutôt ambitieux et instrumentalement réussis, même parfois brillants. Rien à dire sur le parti-pris et la prise de risque. C'est la voix de Greene qui ne me séduit pas au point d'achet(...)


A noter qu'a priori il y a baleine sous gravier avec ce retour de GLACIATION, au vu du post publié par Valnoir sur sa page fb => https://www.facebook.com/jean.simoulin.7/posts/651167092299009?__tn__=K-R
Pour ceux qui ont la flemme de lire en anglais, les collègues de Scholomance Webzine ont (...)


Bon, j'ai pas encore écouté ce dernier album, mais le peu que je m'en suis fourré dans les esgourdes pour l'instant ne me fait pas changer d'avis sur ce groupe que j'ai tant vénéré dans les 90's.
De fait, Yoloman + 1 000 000 !!!


Un des dieux de mon petit panthéon personnel.
Quand on sait que j'ai débuté ma carrière Métallique en me plongeant corps et âmes dans AC/DC, c'est donc à mon sens tout bonnement indispensable.


Tellement mauvais et tellement drôle à la fois qu'on leur accorde l'indifférence avec mansuétude.


"quand on veut écouter du vieux Death Metal qui schlingue la gerbe et la bile, on se coltine un vieil INCANTATION, un des premiers BOLT THROWER, et vogue la gerbe le long du canapé"
:D !


Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !


Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)


@Blind :
Ah ah ah !!! !!! !!!
Ton intervention (très gentille au demeurant...) m'a laissé perplexe quelques secondes avant de me rendre compte que tu avais mal compris mon propos : N'ayant pas vu de descriptif de ladite box et ne m'étant donc fié qu'aux photos de NUCLEAR BLAST, je ne(...)


@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.


Rooohhhlala !!!
Je viens de voir qu'il y avait actuellement chez NUCLEAR BLAST une preorder pour une box collector de ce futur album avec double vinyles + double CDs + drapeau + slipmat + patchs (autocollants ?)…
Pas bon pour mes finances tout ça bordel !


Dommage que ce soit loin de chez moi...


Miam miam !!!


Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...