Songs for the Enamel Queen

Black Sheep Wall

26/02/2021

Silent Pendulum Records

« I am

The failure that feeds you

But the biggest mistake I could make

Was trusting the shithead that was me. »

Ces quelques vers permettent de prendre la mesure de tout l’enthousiasme qui se dégage du quatrième album des américains de BLACK SHEEP WALL. Avec Songs for the Enamel Queen, le quintet (Brandon Gillichbauer - chant, Andrew Hulle - guitare, Scott Turner - guitare, Juan Hernandez Cruz - basse et Jackson Thompson - batterie) rompt avec six années de silence, ces six années nous séparant de leur troisième longue-durée I'm Going to Kill Myself, qui n’était déjà guère une ode à la vie et à l’espoir. Dire que retrouver les californiens est un plaisir serait d’une dichotomie assez éprouvante. Leur musique en appelant à la souffrance et au désespoir, les croiser de nouveau sur notre chemin ne peut pas être un plaisir, ou alors un plaisir masochiste, celui qui résulte d’une prise de conscience que personne ne veut affronter, un constat inéluctable : la vie est une salope qui prend à malin plaisir à vous briser le cœur et les reins. Mais si conceptuellement, le comeback du quintet est une épreuve de plus à passer pour le chroniqueur et le public, artistiquement, l’affaire est beaucoup plus saine et nous laisse saufs. Encore une fois, les cinq musiciens sont allés piocher du côté des recoins les plus sombres de l’humanité de quoi tenir le cap de leur insistance, et ce quatrième album à des allures de résumé d’une démarche certes nihiliste, mais assez lucide pour que l’on s’y accroche.

BLACK SHEEP WALL a beaucoup d’équivalents sur la scène qu’il arpente, et reste pourtant farouchement indépendant et unique. En se sevrant d’influences Sludge et Post Hardcore, le groupe permet encore une fois de tisser des liens entre les psychopathes de PRIMITIVE MAN et les chamans de NEUROSIS, sans pourtant emprunter à leur vocable. Et c’est après un très court insert trompeur que les choses commencent vraiment à mettre mal à l’aise, avec le premier pamphlet « New Measures of Failure ». D’une façon spectaculaire, le groupe ose donc s’essayer au calibrage de la défaite et de l’échec en jouant la musique la plus fertile qui soit. Cette seconde dichotomie en dit long sur l’aspect clair-obscur de cette réalisation, qui n’hésite pas une fois encore à maltraiter la mélodie par la rythmique et le chant, pour nous offrir une symphonie de douleur éprouvante, qui rappelle parfois la quiétude des MONO pour mieux nous assommer d’une accélération à la UNSANE. Et si l’on se plaît à imaginer la bande dans une cave new-yorkaise pour élaborer ses méthodes de tortures, c’est qu’il est assez difficile de croire que tout ça a été conçu sous le soleil de Moorpark en Californie, terre des palmiers et de l’apparence gagnante.     

Losers magnifiques, les BLACK SHEEP WALL trempent dans les affaires louches du Doom, négocient Sludge pour nous proposer le Post-Hardcore le plus pur qui soit sur le marché. Cette première longue composition de treize minutes nous le prouve de ses dissonances, de ses accords harmoniques répétés ad nauseam, et de son tempo versatile, soudainement bloqué dans les tours. Mais Songs for the Enamel Queen n’est justement qu’une accumulation de pensée traduites en musique qui prennent leur temps pour s’insinuer dans notre cerveau, et le contaminer comme un virus. S’ils sont en effet l’échec qui nous nourrit, nous pouvons nous attendre à une disette d’espoir assez sévère, de celles qui mènent sur le chemin du suicide.

Mais Songs for the Enamel Queen n’est pas que lancinance et observation d’un monde exsangue et sans solutions viables. Cet album est aussi un exutoire formidable à cette violence intérieure qui nous malmène jour après jour, comme le démontre avec férocité « Concrete God », l’un des trois morceaux brefs de l’album. D’ailleurs, les cinq musiciens se débarrassent assez rapidement de ces chansons destinées à faire le lien pour nous entraîner dans le labyrinthe d’un triptyque final assez obsédant, et ressemblant de près à l’énigme de Westworld. Qui sommes-nous, pourquoi, comment, et quel est le but de tout ça ? Nous faire voir la vie telle qu’elle est, et nous faire piger que nous ne sommes finalement que des observateurs passifs de la décadence et d’une mise à mort programmée.

Les riffs sont lourds, l’ambiance sèche comme un cadavre en plein désert, et il n’existe aucune échappatoire à ce désespoir inique. Et dès le riff d’intro de « Ren », nerveux comme un dernier spasme, les choses s’enfoncent dans les traumas les plus lourds. Le groupe a toujours cette façon unique de fondre les styles en un seul, le sien, provoquant le Post-Hardcore le plus violent pour l’obliger à assister aux agapes du Sludge le plus nauséeux.

Jackson Thompson multiplie alors les fills pour se déguiser en percussionniste fou, soutenu par l’énorme basse de Juan Hernandez Cruz, tandis que le chant atonal de Brandon Gillichbauer créé le décalage indispensable à cette personnification de la déshumanisation. Les stridences, le feedback sont évidemment des armes traditionnelles, comme ces soudains arpèges doucereux, mais personne n’est dupe : le propos n’est pas d’apaiser, mais de jeter du pétrole sur le feu. Et affronter les trente-cinq minutes finales sans reprendre son souffle serait d’une inconscience rare. On est bien sur tenté de s’enfiler ces trois derniers moreaux comme les cachets restant au fond de la boite pour en finir, mais il vaut mieux les apprécier, et agoniser pour le mieux.

Je ne sais pas si les BLACK SHEEP WALL sont les musiciens les plus néfastes de la scène, et s’ils peuvent se confronter aux figures les plus létales. Ils ont en tout cas les qualités nécessaires pour nous extirper de notre torpeur, et nous obliger à affronter la bête qui sommeille en nous. Le problème est que cette bête a cessé de se battre depuis longtemps, et qu’elle pousse un dernier râle sur « Prayer Sheet for Wound and Nail », avant de se reposer sous l’éternité d’un Post-Rock plus apaisé et contrôlé.


« But the biggest mistake I could make, was trusting the shithead that was me »


Le constat est amer, mais sans appel. Nous sommes nous propres démons.  

                                                                                              

Titres de l’album:

01. Human Shaped Hole

02. New Measures of Failure

03. Concrete God

04. Ballad of a Flawed Animal

05. Ren

06. Mr. Gone

07. Prayer Sheet for Wound and Nail


Facebook officiel


par mortne2001 le 04/10/2021 à 14:53
85 %    66

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
pierre2

Ca transpire en effet le Napalm !!! 

28/10/2021, 08:03

Stench

En fait, cette remarque sur les pochettes, c'est ce que je me disais souvent à propos des groupes signés chez Holy records. Autant musicalement c'était souvent excellent, novateur ou au moins original, autant les pochettes étaient souvent plus que moyennes. C(...)

27/10/2021, 17:25

Gargan

Les deux premiers sont absolument indispensables et subhuman vaut quand même le détour.

27/10/2021, 10:19

Nubowsky

Les dates annoncées en France pour l’année prochaine en font peut être partis ! 

27/10/2021, 07:23

Humungus

Hâte ! Hâte ! Hâte !"Legion est considéré comme une pierre angulaire du Death Metal"...Legion EST une pierre angulaire du Death Metal !

27/10/2021, 07:20

Gargan

Bof, ce n'est pas une réédition qu'on attend.

27/10/2021, 07:20

Gargan

Vous pourriez peut-être organiser un pochettethon ?

26/10/2021, 22:04

Orphan

Raccord avec tout ce qui a été ditSeul Angelus tien la routeDissymmetry en 2019 faut oser quand meme...Ca me rappel des groupes comme ORPHANAGE, pleins de talent mais &agr(...)

26/10/2021, 12:35

LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35