Alors, si nous faisons un rapide bilan, le vinyle est revenu en force ces dernières années, en matière d’underground et d’extrême, la cassette s’échange toujours sous le manteau élimé, ne manque plus à ce constat qu’un retour en grâce qui pourrait rendre plus d’un collectionneur marteau. La question, bien qu’anecdotique se pose, et on se demande gentiment quand les rayons des revendeurs spécialisés ou non présenteront sur leurs têtes de gondole des VHS en lieu et place de ces maudits Blu-ray trop modernes pour être honnêtes. Certes, et tout le monde s’accordera à la dire, la bande magnétique est aux digital versatile discs ce que l’humour de Michel Lebb est à la comédie anglaise, un truc un peu honteux, pas pratique et surtout, un peu rustique, pas le genre de machin qu’on sort pour frimer. Personne n’a pu oublier à quel point ces satanées bandes étaient fragiles, et qu’il était pénible de devoir à chaque fois rembobiner le machin jusqu’au début. Pourtant, le charme délicieusement suranné de ce produit pas forcément regretté continue d’alimenter les fantasmes, et surtout, d’inspirer, puisque les canadiens de VHS en ont quand même fait leur patronyme et leur passion. Avec un seul LP à leur actif, en forme d’hommage à Screaming Mad George et ses maquillages vintage (Screaming Mad Gore, 2016), les originaires de Thunder Bay, Ontario ne peuvent s’enorgueillir d’une discographie touffue, bien que de nombreux splits, singles et EP jonchent leur carrière encore fraiche. Ce qui est tout aussi frais d’ailleurs, c’est leur second album, The New Batch, publié par les bons soins américains des esthètes d’Horror Pain Gore Death Productions qui ont senti le bon filon. Quel filon ? Celui de la nostalgie crétine et des films pourris dévorés en plein cœur de la nuit, accompagnés d’une musique tout aussi fétide, mais propice à tous les débordements jouissifs.

Non, les VHS ne sont pas Gore, enfin pas vraiment. Ils ne sont pas Grind non plus, comme pourraient le laisser croire ce tracklisting étendu et cette pochette détendue. Mais en empruntant aux Gremlins l‘accroche publicitaire de leur comeback, ce trio foutraque (Andy - batterie, Jimmy - basse et Mike - chant/guitare, tout pour incarner des losers/victimes interchangeables dans un Slasher bas de gamme) a su nous appâter pour nous nourrir après minuit non de cuisses de poulet, mais de tranches de Death à tendance Horror de très bon goût, malgré un arrière très prononcé d’extrême faisandé. Ici, le barbecue est du genre saignant, mais sait rester familial et bon enfant. En affichant des influences allant d’EXHUMED à NECROPHAGIA, en passant par IMPETIGO, GHOUL et FONDLECORPSE, les trois canadiens balisent le terrain, et attendent que leur virginale proie s’aventure un peu trop loin. En restant entre les barbelés balisant le terrain de leur premier LP, ils ont aussi joué la carte de la sécurité, carte qu’une production éminemment déficiente vient fausser de ses écarts de son très prononcés. On retrouve donc le plaisir des sons fatigués sur une bande un peu usée, trop rembobinée, et qui nous laissait parfois deviner plus qu’elle ne montrait. Pour autant, ce produit n’a rien d’un remplissage de bac à soldes pour public frivole, et fleure bon le délire entre amis qui manipulent les private jokes comme le Death qui choke. Qui choke, mais qui ne choque pas, puisque nos trois compères ont le bon goût de ne pas sombrer dans le mortifère, et de calquer les principes cartoon Gore typiquement US plutôt que les sombres histoires de fesses et de messes sanglantes à l’italienne. Ici, la violence reste graphique, mais typique. Pas d’exagération Gore à la CARCASS, SUBLIME CADAVERIC COMPOSITION et autres chantres de boyaux qui pendent, juste un Death qui flirte avec le Thrash tricard à la MACABRE, et ces histoires d’horreur peuvent donc se dévorer à toute heure, sans avoir peur que le mouflet se réveille de sa torpeur.

Alors, bien sûr, les maniaques de la perfection en seront pour leur compte. Les fans de putride stérile aussi, puisque les zigues n’hésitent pas à truffer leurs morceaux de samples au sang chaud comme à la grande époque de MORTICIAN. Ils n’hésitent pas non plus à se montrer sous leur vrai jour consanguin et bancal et passer pour une bande de bourrins à peine capables de jouer. D’ailleurs, on a parfois beaucoup de mal à discerner une rythmique indigne de ce nom sous ce maelstrom de sons, et si la guitare est effectivement distordue, la pédale en marche doit être branché sur de vieux accus, puisqu’elle peine à conférer un son puissant à ces six-cordes errant. Mais la perfection n’étant pas de ce monde, on s’amuse beaucoup en compagnie de nos amis canadiens, qui nous ont une fois encore brossé une galerie de portraits chafouins, honorant au passage les meilleurs figures de l’horreur (Fulci sur « Freudstein », et je laisse les autres à votre discrétion pour ne pas gâcher la surprise aux champions), tout en troussant de petits hymnes à la peur, mais pas celle qui vous empêche de fermer les yeux, celle qui vous fait trembler un petit peu. Aussi gaillard que paillard, The New Batch balance donc la purée de seize nouveaux hymnes à la gentille cruauté, et passe du coq étêté à l’âne équeuté, jouant la lourdeur d’un Death suintant de douleur (« Freudstein » justement, qui évoque si bien cette cave qui pue le vieux chien), ou le radicalisme d’un Grind plein de heurts (« Herbert West », une autre allusion finaude…). Quelques morceaux plus conséquents pour ne pas rentrer la queue entre les dents (« From the Scrapyard to the Graveyard », presque cinq minutes de boulot, chapeau), de savoureux clins d’œil sur fond de Crust/Death monté sur treuil (« If You Loved Me », MACABRE, forever…), et même des soli à faire rougir la voisine gironde et polie (« Don’t », on croit rêver), et le tableau de famille est donc complet, et prêt à être accroché.

Alors, si on ajoute à tout ça une pochette qui pète, et un enthousiasme que rien n’arrête, j’exige immédiatement une sortie du dernier VHS sur VHS. Je ne sais pas trop ce que j’en ferai, mais ça sera toujours plus joli qu’un Bruegels en canevas pour décorer.  

            

Titres de l’album:

                    1.Welcome To The New Batch

                    2.Gore Flicks

                    3.Growing Pains

                    4.Sand, Sun And Bloodshed

                    5.If You Loved Me

                    6.From The Scrapyard To The Graveyard

                    7.Wrestlemassacre

                    8.Garbage Day

                    9.Intermission (Snack Break)

                   10.Herbert West

                   11.Freudstein

                   12.Perfect Fit

                   13.Junkyard Dick Toss

                   14.Down The Drain

                   15.Don't

                   16.Until Next Time

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 11/06/2018 à 14:24
77 %    209

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Wolf Counsel

Destination Void

Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

+ Kryzees + Manigance

22/03 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

merci pour la decouverte ! mais pas merci car je vais encore claquer des sous a cause de vous ;)


@Jus de cadavre : je plussois pour le livre ! Un véritable petit bijou !

Concernant ce documentaire, j'ai hâte de le voir, en espérant autre chose que du Get Thrashed # 2. Get Thrashed était un excellent docu sur la scène Thrash US (principalement), pas utile qu'un autre documentai(...)


Le bouquin est terrible en tout cas : bourré de photos bien rares (que je n'avais jamais vu ailleurs, et pourtant on parle de gros groupes !). C'est vraiment les tous premiers jours de la scène de Bay Area en image. Un livre d'histoire quoi ! :D


Itou.


Sympa !


Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !


J'avais prévenu hein : "Je vais faire mon chiant".


C'est génial! Merci pour cet itw ! ;-)


Bien sympa ce truc. Même les interludes acoustiques sont convaincants.

Au passage si je peux me permettre une petite critique, je pense que certaines chroniques gagneraient à être écrites plus simplement.
Pour illustrer mon propos deux petites définitions trouvées sur le Lar(...)


Bô ça va, y'a pire comme groupe "pas trve" ;-)


Putain !
Un groupe connu interviewé par METAL NEWS...
Bravo les gars.
... ... ...
Bon, je vais faire mon chiant : C'est juste dommage que vous débutiez votre success story par AMON AMARTH quoi... ... ...


Nan c'est de la merde quant même. C'est surement devenu culte pour tout ce qui entoure le groupe et le disque, mais clairement c'est de la merde. Album chiant, mou du genou et niveau violence et malsain on a fait mieux avant et après que cette daube.


Va falloir que je lui donne une deuxième chance mais cet album m'a jusque là laissé de marbre...


Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)