Twenty-Three

Rian

16/07/2021

Frontiers Records

Restons en Italie pour aller en Suède, certes, ça n’est pas forcément le chemin le plus court, mais la musique permet de se téléporter sans avoir à prendre l’avion ou le téléphérique. Après la Norvège, c’est donc en terre scandinave que Serafino nous entraîne ce matin, pour nous présenter les rockeurs mélodiques de RIAN, qu’il a signés avec enthousiasme pour distribuer leur second album.

Fondé par le guitariste/chanteur Richard Andermyr., RIAN a sorti son premier album Out Of The Darkness en juillet 2017, et c’est exactement quatre ans pile après cette émergence que le quatuor revient par la grande porte, et ce Twenty-Three qui tourne à trente-trois tours et un tiers par minute. Soutenu par ses camarades de jeu Jan Johansson (batterie), Jonas Melin (basse) et Tobias Jakobsson (guitare) Richard Andermyr a donc composé une fois encore des hymnes à l’hédonisme mélodique le plus assumé et nous livre pas moins de cinquante minutes de musique de premier choix pour imposer définitivement sa patte. L’homme ne tarit d’ailleurs pas d’éloges sur sa nouvelle création, et semble totalement satisfait de la condition dans lequel le groupe se trouve, déclarant même à qui veut bien le lire :

Nous sommes ravis de travailler avec Frontiers, Depuis le départ, ce label nous a été très utile. Nous nous sentons comme chez nous et il nous soutient inconditionnellement, ce qui va nous permettre de proposer à nos fans des albums de qualité plus régulièrement. Notre son peut être vaguement défini comme une version moderne du Rock mélodique, celui produit dans la seconde moitié des années 80. Notre son est très américain, mais les mélodies et les progressions d’accords sont clairement enracinées dans la culture scandinave. On peut déceler dans nos compositions des influences de BON JOVI, DOKKEN, EUROPE, QUENSRYCHE, SURVIVOR ou WINGER, mais aussi un feeling plus moderne à la ALTER BRIDGE. 

 

Et sans vouloir soutenir aveuglément ce discours promotionnel assez dithyrambique, autant dire que le frontman dit plutôt vrai, et cerne assez bien la problématique. En effet, rien ne sonne plus 87/90 que ce second album des suédois de RIAN, qui de ses compositions à sa production rappelle les plus grands moments du Hard-Rock mélodique californien de l’époque. Le tout évidemment retraité à la suédoise, pour sonner encore plus accrocheur, et quelques autres noms frappent à la porte de la mémoire, spécialement en écoutant le tube d’introduction « Stop », qui sonne comme un rappel du JOURNEY de la grande époque.

Moins puissants que leurs frères de label BIG CITY, mais tout aussi séduisants dans l’utilisation de l’harmonie, les RIAN se situeraient plus volontiers en convergence d’ECLIPSE, WIG WAM, WHITE LION et DOKKEN, mais se débrouillent comme des chefs pour ne pas sonner comme de vulgaires copies-carbone. On le comprend assez facilement en se repaissant du title-track, véritable modèle du genre, qui tisse des couplets en toile d’araignée avant de nous engluer d’un refrain fédérateur. Du Hard mélodique de grand luxe donc, qui fricote avec l’AOR et le Hard-FM pour taper dans le mille, et autant dire que la voix incroyable de pureté de Richard Andermyr porte à bout de cordes vocales des structures classiques, mais diablement efficaces. Dans la plus droite lignée de ces groupes amoureux des harmonies mais qui ne renoncent pas à la puissance, RIAN déroule un tracklisting impeccable, et aligne les hits à la suédoise, tombant parfois dans le sentimentalisme Heavy des charts d’il y a trente ans pour nous pondre de petites merveilles de tendresse comme « For Your Heart », que les BRIGHTON ROCK auraient pu caser sur leur légendaire Young, Wild and Free.

Il y a aussi quelques traces de STRYPER là-dedans, du FOREIGNER saignant, du HONEYMOON SUITE, des soli brillamment tricotés par le maestro Tobias Jakobsson, des arrangements d’époque, et un sens de l’à-propos pertinent, avec quelques astuces de synthés pour rendre les textures plus souples et perméables. Ainsi, « We Belong », s’il n’en appelle pas au hit intemporel de Pat Benatar nous renvoie aux plus grandes heures du Strip et du Rainbow, avec son mélange de mélodies sucrées et de guitares musclées. Inutile de chercher une faille inexistante, le boulot est carré, propre, mais suffisamment naturel pour ne pas sonner préfabriqué. Chaque détail a été soigné, chaque note peaufinée, mais pas question de tomber dans les travers de surproduction à la Mutt Lange pour DEF LEPPARD : ici le Hard résonne comme tel, adopte des riffs traditionalistes, sublimés par les couches de chant et de chœurs qui sont autant de voyages temporels irrésistibles de crédibilité (« My Ocean », très HEART dans l’âme).

Le timing défile, les hits s’enfilent, et le sourire se fige sur votre visage pour vous faire voir la réalité plus belle qu’elle n’est. Entre rêve AOR devenu réalité (« Body And Soul », du KING KOBRA plus vrai que nature après un stage chez Neal Schon), Heavy mélodique plus lourd mais toujours très digeste (« The Passenger »), et burner en trampoline de ciel (« Stranger To Me »), RIAN n’a retenu que le meilleur des eighties passé au prisme du génie suédois en la matière, et impose son second album comme pierre angulaire du revival 80’s.

Dirigé et produit par un orfèvre en la matière, Daniel Flores des THE MURDER OF MY SWEET, Twenty-Three nous évite les automatismes d’Alessandro DelVecchio, parfois en pilote automatique, et sonne frais, dispo, et annonciateur d’un été très chaud. En deux sorties impeccables, Frontiers nous prévient que les mois à venir seront sous sa coupe harmonique. Et personne ne viendra s’en plaindre.

  

                                                                                                                                                                                                     

Titres de l’album:

01. Stop

02. In The Dark

03. Where Do We Run

04. Twenty-Three

05. For Your Heart

06. We Belong

07. My Ocean

08. Body And Soul

09. The Passenger

10. Stranger To Me

11. Your Beauty


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 24/07/2021 à 15:25
88 %    457

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
metalrunner

Très  bon album une bonne claque vivement du live .

26/09/2021, 09:12

RBD

Cette prolongation de "Surgical Steel" va certes ramener dans le camp des déçus ceux qui espéraient que ce précédent n'était qu'un tour de chauffe avant un "Heartwork II" ou un "Symphony of Putrefac(...)

25/09/2021, 22:24

Sakura

transophobe black metal

25/09/2021, 14:15

Je te sodom à l\'agent orange

@Drift : tu préfères quoi haineux? haïsseurs? Je vois en quoi en utiliser un anglicisme comme haters rend nul le reste de son propos. En tout cas, pour toi, j'ai une expression bien française : sac à merde.

25/09/2021, 14:13

drift

Encore un gogo qui parle "haters"

25/09/2021, 12:34

araf

Il est grand temps qu'ils arretent les frais

25/09/2021, 12:32

Gargan

Très futé comme commentaire. Je ne crois pas qu’il faille forcer les choses à ce niveau, sinon c’est l’effet repoussoir assuré. Faire écouter les classiques du rock / hard / heavy en crescendo, c’est déjà pas mal. Quand ta p(...)

25/09/2021, 10:30

Pine de pute

@KerryKing : espèce de gros blaireau, n'oublie pas la bière dans le biberon. Si ce sont des gros nazes comme toi qui sont les porte-flambeaux de "notre héritage", pas étonnant qu'on ne soit que rareent pris au sérieux. Et franchement, va te f(...)

25/09/2021, 07:26

Ander

Pas trop mal ce titre. J'aime bien le son de basse qui se démène derrière.

24/09/2021, 08:37

Kerry King

Vieille bonne époque, rien a voir avec le collège d'aujourd'hui, on a tous commencé avec le hard rock et differentes vagues, mais pour sauver notre héritage va falloir commencer par plus fort !Mon fils sera bercé des sa naissance part du Death e(...)

24/09/2021, 01:05

Humungus

Moshimosher + 1.

23/09/2021, 17:28

Moshimosher

Necromantia avec une seule basse, c'est plus vraiment Nécromantia... dommage...

23/09/2021, 16:08

Orphan

Et je trouve le titre de grande classe

23/09/2021, 15:28

Orphan

Excellente news !20 ans plus tard, il y a toujours un moment dans l'année où je me réécoute ANCIENT PRIDE

23/09/2021, 15:21

metalrunner

Super version James a la pêche bravo pour ces petits concerts  a prix casse .

23/09/2021, 11:41

Humungus

Alors !J'ai enfin pris le temps d'écouter tout cela cher Jus de cadavre (car j'ai moi aussi de mon côté des trucs en attente à ouïr...). Et autant le dire tout de suite, je ne connaissais aucuns groupes de ta sélection.Alors c&ap(...)

23/09/2021, 11:37

Kerry King

En 2021 plus aucun intérêt de taper sur Metallica, on leur a taper dessus suffisamment comme ils l'ont mérité sur les 20 dernières années.Voyons maintenant ce groupe comme le pondeur de 5 albums majeur de l'histoire, d'une certaine no(...)

23/09/2021, 10:30

Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!J'l'avais pas vu arrivé celle-là !Le titre est lambda. Malheureusement pas de retour au "vrai son NECROMANTIA".Hâte tout de même d'entendre l'album complet...

23/09/2021, 09:44

Humungus

On peut taper allégrement sur ces mecs (moi le premier), mais ce genre d'initiative "retour aux sources et aux fans", y'a quasi qu'eux qui le font...

23/09/2021, 09:38

Bones

Je me rends compte que j'ai visionné ça comme si j'avais retrouvé un vieil objet familier dans ma cave, analysant si l'humidité avait eu prise dessus, cherchant (et trouvant) les points de rouille... Ca fait bizarre de voir ces mecs prendre autant de rid(...)

23/09/2021, 07:50