Vous pouvez faire confiance aux autrichiens de Napalm Records. Ils mettent rarement leurs pieds n’importe où. Et s’ils ont signé les hollandais de SISTERS OF SUFFOCATION après la parution de leur premier album pour enrichir leur cheptel, c’est qu’ils avaient une bonne raison de le faire. Immédiatement, certaines mauvaises langues crieraient au gimmick, au groupe de filles qui font du barouf, et miseraient sur un gigantesque coup de pub, sauf qu’on se fout depuis longtemps du genre des musiciens qui s’épanchent dans l’extrême, le sexe n’ayant pas grand lien avec les capacités individuelles et collectives. Et autant l’admettre, Anthology of Curiosities était un sacré coup de pied au cul, tout comme Brutal Queen était une carte de visite notable. Mais alors, pour ceux étant resté dans le flou depuis 2014, à quoi se résume le concept de ce quintet qui au départ rappelons-le, était uniquement constitué de musiciennes ? A un Death Metal pluriel, intuitif, mais beaucoup plus diversifié que la moyenne. Un genre de SISTERS OF MERCY vs SUFFOCATION dans l’appellation, et à beaucoup de puissance dans les faits. Inutile de chercher le moindre point faible derrière le tableau séduisant, puisque les originaires d’Eindhoven malgré une copie visuelle travaillée, ont surtout privilégié et peaufiné le fond, la substance, pour se distancier des formations actuelles qui pensent encore qu’on peut s’en sortir avec une copie notée old-school qui assure l’intérêt des plus passéistes. Et croyez-moi, un groupe qui va chercher plus loin que le bout de ses riffs gras l’inspiration pour happer un public différent est une denrée rare ces dernières années. Mais par différent, ne comprenez pas avant-gardiste, ou expérimental. Car le Death joué par ces bataves n’a rien d’une tentative arty, mais s’enrichit de sonorités plus ou moins inhabituelles, et d’une envie de transcender les limites d’un genre qu’il a atteint depuis longtemps. Et si les bonnes impressions dégagées à l’occasion d’Anthology of Curiosities laissaient un sentiment d’attente et de capacités pas encore complètement exploitées, Humans Are Broken précise les ambitions, et signe un véritable manifeste de distanciation, avec l’efficacité en ligne de mire, et la surprise comme nappage pour rendre le gâteau encore meilleur.

Un gâteau fielleux, à l’épaisse couche de glaçage qui cache un intérieur massif et parfois poivré, sucré juste ce qu’il faut en termes de mélodies, mais qui laisse l’estomac auditif satisfait d’avoir enfin goûté quelque chose de différent. Sans vraiment faire appel à des influences que les spécialistes reconnaîtront, les SISTERS OF SUFFOCATION se permettent donc une fois encore de mélanger les approches et le savoir-faire, et associent dans un même élan de brutalité la force de frappe de la seconde génération Death US, et la sophistication subtile d’un Metal violent moderne, qui ne se veut ni opportuniste, ni maladroit. Le mélange est donc très équilibré, et si évidemment, on sent des recettes en arrière-plan, le tout se veut suffisamment original et peaufiné pour obtenir une étoile de plus au guide morbide. Quintet plus vraiment totalement féminin depuis l’adjonction d’un batteur (Els Prins - chant, Simone van Straten & Emmelie Herwegh - guitares, Puck Wildschut - basse et Kevin van den Heiligenberg - batterie), SISTERS OF SUFFOCATION est une sorte de piège de claustrophobie qui se referme sur vous une fois les premières mesures passées, une maison de l’horreur qui ménage ses effets pour vraiment faire peur et faire couler la sueur au détour d’un couloir, aménageant des espaces lumineux dans lesquels les mélodies peuvent filtrer, pour mieux vous emprisonner dans une chambre des tortures opaque aux chaînes rouillées et aux candélabres poussiéreux l’instant suivant. Empruntant tout autant aux origines du genre qu’à ses extensions scandinaves les plus nineties, et enjolivant le tout d’un sadisme de production très contemporain, Humans Are Broken joue sur les deux tableaux de la bestialité et de l’intelligence, à des années-lumière de l’effet choc immédiat recherché par bon nombre de ses contemporains. Pour illustrer cet état de fait et ces conclusions, je pourrais citer l’ambivalent « Liar », qui joue avec beaucoup de malice sur cette dualité graves/aigus, distillant des arpèges rassurant et des concassages aplatissant les tympans, pouvant de fait compter sur une inspiration plus riche que la moyenne. AT THE GATES, BOLT THROWER, SUFFOCATION (expurgé de sa technique trop affûtée), CANNIBAL CORPSE, mais aussi les premiers efforts d’ARCH ENEMY, pour un tableau global aux différentes couches s’amalgamant dans un rendu final très précis, et une optique qui laisse admiratif de son culot, culot qui ne choque pas, mais qui frappe les esprits.

La force de ce second LP est d’une part de ne pas réutiliser complètement les astuces du premier sans en trahir les convictions, et surtout, de moduler, encore et toujours, sans que l’efficacité n’en pâtisse. Mais son autre atout est de nous emmener un peu où il veut, et le fait d’avoir placé en ouverture trois morceaux plus immédiats et bestiaux que la moyenne relève de l’intelligence d’agencement pur, avec ces blasts qui préviennent de la violence à venir, et cette dualité vocale qui nous avertit de la véhémence du propos. Niveau percussions, les quatre musiciennes ont eu le nez creux d’embaucher Kevin van den Heiligenberg d’AWAKENING SUN, puisque sa frappe mouvante, fluide et créative apporte une plus-value à des morceaux à tiroir, qui en un minimum de temps casent un maximum d’idées, sans se montrer trop flottant ou versatiles. Les arrangements globaux, sobres, reposent la plupart du temps sur des breaks rythmiques dynamisant, et évidemment sur cette alternance de chant grave et hystérique, la véritable trademark d’Els Prins qui convainc en maitresse de cérémonie, toujours prompte à lâcher un grognement assourdissant ou un cri strident. Mais la véritable force de ce second LP est cet équilibre trouvé entre séduction mélodique et bousculade rythmique, cette constante valse entre ultraviolence et négociations Heavy, et « Wolves » de nous en persuader en pile moins de trois minutes, à deux secondes près. Et si la production semble avoir un peu trop compressé la batterie (qui sonne parfois comme une vulgaire programmation), elle se rattrape sur la distance puisque le mix n’a lésé personne, et surtout pas la paire de guitares qui s’amusent follement à marier des riffs purement bestiaux et des mélodies presque déviantes de la NWOBHM, ou tout du moins de l’école Néo-Death scandinave.

Et ça déroule, entre dissonance et latence (« The Machine », à broyer évidemment, mais qui le laisse plus rien traîner), entre coups de poing vraiment Heavy mais étrangement AT THE GATES (« What We Create »), entre inserts Thrash qui rapprocheraient même le quintet des NERVOSA, en version moins potache (« The Objective »), et évolutions progressives fourbes, mais attachantes dans ce désir de ne jamais complètement nier la lumière du jour (« Burn », l’un des gros morceaux, à l’atmosphère travaillée, aux murs d’inspiration suintant de méchanceté, et au refrain/mantra martelé comme des coups de masse sur les pieds). Sombre, mais au son clair, tendancieux, mais franc, Humans Are Broken est une bouffée d’air frais dans le bunker du Death mondain et contemporain, et s’avère unique dans sa démarche, mais fédérateur dans son envie. De véritables chansons agencées comme telles, et qui parviennent à structurer la brutalité pour la rendre plus séduisante.  


Titres de l'album :

                         01. Humans Are Broken

                         02. Wolves

                         03. War In My Head

                         04. The Machine

                         05. What We Create

                         06. Liar

                         07. Little Shits

                         08. The Next Big Thing

                         09. Blood On Blood

                         10. The Objective

                         11. Burn

                         12. Every Little Fibre

                         13. For I Have Sinned

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 12/05/2019 à 14:40
85 %    71

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)