Humans Are Broken

Sisters Of Suffocation

01/03/2019

Napalm Records

Vous pouvez faire confiance aux autrichiens de Napalm Records. Ils mettent rarement leurs pieds n’importe où. Et s’ils ont signé les hollandais de SISTERS OF SUFFOCATION après la parution de leur premier album pour enrichir leur cheptel, c’est qu’ils avaient une bonne raison de le faire. Immédiatement, certaines mauvaises langues crieraient au gimmick, au groupe de filles qui font du barouf, et miseraient sur un gigantesque coup de pub, sauf qu’on se fout depuis longtemps du genre des musiciens qui s’épanchent dans l’extrême, le sexe n’ayant pas grand lien avec les capacités individuelles et collectives. Et autant l’admettre, Anthology of Curiosities était un sacré coup de pied au cul, tout comme Brutal Queen était une carte de visite notable. Mais alors, pour ceux étant resté dans le flou depuis 2014, à quoi se résume le concept de ce quintet qui au départ rappelons-le, était uniquement constitué de musiciennes ? A un Death Metal pluriel, intuitif, mais beaucoup plus diversifié que la moyenne. Un genre de SISTERS OF MERCY vs SUFFOCATION dans l’appellation, et à beaucoup de puissance dans les faits. Inutile de chercher le moindre point faible derrière le tableau séduisant, puisque les originaires d’Eindhoven malgré une copie visuelle travaillée, ont surtout privilégié et peaufiné le fond, la substance, pour se distancier des formations actuelles qui pensent encore qu’on peut s’en sortir avec une copie notée old-school qui assure l’intérêt des plus passéistes. Et croyez-moi, un groupe qui va chercher plus loin que le bout de ses riffs gras l’inspiration pour happer un public différent est une denrée rare ces dernières années. Mais par différent, ne comprenez pas avant-gardiste, ou expérimental. Car le Death joué par ces bataves n’a rien d’une tentative arty, mais s’enrichit de sonorités plus ou moins inhabituelles, et d’une envie de transcender les limites d’un genre qu’il a atteint depuis longtemps. Et si les bonnes impressions dégagées à l’occasion d’Anthology of Curiosities laissaient un sentiment d’attente et de capacités pas encore complètement exploitées, Humans Are Broken précise les ambitions, et signe un véritable manifeste de distanciation, avec l’efficacité en ligne de mire, et la surprise comme nappage pour rendre le gâteau encore meilleur.

Un gâteau fielleux, à l’épaisse couche de glaçage qui cache un intérieur massif et parfois poivré, sucré juste ce qu’il faut en termes de mélodies, mais qui laisse l’estomac auditif satisfait d’avoir enfin goûté quelque chose de différent. Sans vraiment faire appel à des influences que les spécialistes reconnaîtront, les SISTERS OF SUFFOCATION se permettent donc une fois encore de mélanger les approches et le savoir-faire, et associent dans un même élan de brutalité la force de frappe de la seconde génération Death US, et la sophistication subtile d’un Metal violent moderne, qui ne se veut ni opportuniste, ni maladroit. Le mélange est donc très équilibré, et si évidemment, on sent des recettes en arrière-plan, le tout se veut suffisamment original et peaufiné pour obtenir une étoile de plus au guide morbide. Quintet plus vraiment totalement féminin depuis l’adjonction d’un batteur (Els Prins - chant, Simone van Straten & Emmelie Herwegh - guitares, Puck Wildschut - basse et Kevin van den Heiligenberg - batterie), SISTERS OF SUFFOCATION est une sorte de piège de claustrophobie qui se referme sur vous une fois les premières mesures passées, une maison de l’horreur qui ménage ses effets pour vraiment faire peur et faire couler la sueur au détour d’un couloir, aménageant des espaces lumineux dans lesquels les mélodies peuvent filtrer, pour mieux vous emprisonner dans une chambre des tortures opaque aux chaînes rouillées et aux candélabres poussiéreux l’instant suivant. Empruntant tout autant aux origines du genre qu’à ses extensions scandinaves les plus nineties, et enjolivant le tout d’un sadisme de production très contemporain, Humans Are Broken joue sur les deux tableaux de la bestialité et de l’intelligence, à des années-lumière de l’effet choc immédiat recherché par bon nombre de ses contemporains. Pour illustrer cet état de fait et ces conclusions, je pourrais citer l’ambivalent « Liar », qui joue avec beaucoup de malice sur cette dualité graves/aigus, distillant des arpèges rassurant et des concassages aplatissant les tympans, pouvant de fait compter sur une inspiration plus riche que la moyenne. AT THE GATES, BOLT THROWER, SUFFOCATION (expurgé de sa technique trop affûtée), CANNIBAL CORPSE, mais aussi les premiers efforts d’ARCH ENEMY, pour un tableau global aux différentes couches s’amalgamant dans un rendu final très précis, et une optique qui laisse admiratif de son culot, culot qui ne choque pas, mais qui frappe les esprits.

La force de ce second LP est d’une part de ne pas réutiliser complètement les astuces du premier sans en trahir les convictions, et surtout, de moduler, encore et toujours, sans que l’efficacité n’en pâtisse. Mais son autre atout est de nous emmener un peu où il veut, et le fait d’avoir placé en ouverture trois morceaux plus immédiats et bestiaux que la moyenne relève de l’intelligence d’agencement pur, avec ces blasts qui préviennent de la violence à venir, et cette dualité vocale qui nous avertit de la véhémence du propos. Niveau percussions, les quatre musiciennes ont eu le nez creux d’embaucher Kevin van den Heiligenberg d’AWAKENING SUN, puisque sa frappe mouvante, fluide et créative apporte une plus-value à des morceaux à tiroir, qui en un minimum de temps casent un maximum d’idées, sans se montrer trop flottant ou versatiles. Les arrangements globaux, sobres, reposent la plupart du temps sur des breaks rythmiques dynamisant, et évidemment sur cette alternance de chant grave et hystérique, la véritable trademark d’Els Prins qui convainc en maitresse de cérémonie, toujours prompte à lâcher un grognement assourdissant ou un cri strident. Mais la véritable force de ce second LP est cet équilibre trouvé entre séduction mélodique et bousculade rythmique, cette constante valse entre ultraviolence et négociations Heavy, et « Wolves » de nous en persuader en pile moins de trois minutes, à deux secondes près. Et si la production semble avoir un peu trop compressé la batterie (qui sonne parfois comme une vulgaire programmation), elle se rattrape sur la distance puisque le mix n’a lésé personne, et surtout pas la paire de guitares qui s’amusent follement à marier des riffs purement bestiaux et des mélodies presque déviantes de la NWOBHM, ou tout du moins de l’école Néo-Death scandinave.

Et ça déroule, entre dissonance et latence (« The Machine », à broyer évidemment, mais qui le laisse plus rien traîner), entre coups de poing vraiment Heavy mais étrangement AT THE GATES (« What We Create »), entre inserts Thrash qui rapprocheraient même le quintet des NERVOSA, en version moins potache (« The Objective »), et évolutions progressives fourbes, mais attachantes dans ce désir de ne jamais complètement nier la lumière du jour (« Burn », l’un des gros morceaux, à l’atmosphère travaillée, aux murs d’inspiration suintant de méchanceté, et au refrain/mantra martelé comme des coups de masse sur les pieds). Sombre, mais au son clair, tendancieux, mais franc, Humans Are Broken est une bouffée d’air frais dans le bunker du Death mondain et contemporain, et s’avère unique dans sa démarche, mais fédérateur dans son envie. De véritables chansons agencées comme telles, et qui parviennent à structurer la brutalité pour la rendre plus séduisante.  


Titres de l'album :

                         01. Humans Are Broken

                         02. Wolves

                         03. War In My Head

                         04. The Machine

                         05. What We Create

                         06. Liar

                         07. Little Shits

                         08. The Next Big Thing

                         09. Blood On Blood

                         10. The Objective

                         11. Burn

                         12. Every Little Fibre

                         13. For I Have Sinned

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 12/05/2019 à 14:40
85 %    303

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Concerts à 7 jours
Blue Oyster Cult 02/06 : Le Trianon, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Wildben

Les extraits témoignent effectivement d'uns (grosse) influence Death Angel (période Act III) mais ce n'est pa pour me déplaire.
A suivre...

02/06/2020, 11:11

LeMoustre

Vus en première partie de jesaisplusqui, sans doute la tournée de cet album, c'était plutôt bon, la qualité des morceaux aidant bien sûr. Pas dégueulasse du tout, en tous cas. Ce qui est sûr, c'est que la doublette Vempire/Dusk est assez inattaquable.

02/06/2020, 07:16

Pomah

Mouais vraiment pas super emballé, c'est quand même un peu mou du genou. Je passe mon tour.

02/06/2020, 03:41

Pomah

Tres bonne chronique, vraiment, cela donne plus qu'envie de s'y plongé.

02/06/2020, 03:30

Moshimosher

Excellent !!! \m/

01/06/2020, 17:16

Moshimosher

Mais c'est pas mal du tout ! :)

01/06/2020, 16:46

Humungus

Pour ma part, je rejoignais surtout asqer sur le fait que je n'aimais pas le bazar...
Après, j'aurai très bien pu moi aussi utiliser ce genre de phrase fourre tout (c'est d'ailleurs tout à fait mon style) car et d'une j'ai une fâcheuse tendance à amalgamer très facilement Power et Sympho(...)

01/06/2020, 05:58

JTDP

Très content de voir que BOISSON DIVINE a les honneurs de ta plume, mortne2001, tant j'estime ce groupe. Pour moi, ils n'ont pas d'équivalent dans la scène Folk Metal française actuelle (bon faut dire qu'elle est bien sinistrée aussi). "Volentat" était déjà un bijou, celui-ci enfonce le clou(...)

01/06/2020, 01:20

Gargan

Qu'est ce que c'est que ce groupe ? Merci pour la découverte.

30/05/2020, 22:36

aras

plutôt moyen voire mauvais, Entre 2 eaux à l'image du groupe

30/05/2020, 20:42

KaneIsBack

Je vais la faire courte, et je vais paraphraser le public d'une autre discipline dont je suis fan : BOOOOOOOORIIIIIIIIIIIIING !!!

Nan, mais sans déconner, je me suis un peu - beaucoup - emmerdé en écoutant ce disque. J'avoue m'être mis à Nightwish uniquement à cause de Floor, mais(...)

30/05/2020, 18:20

NecroKosmos

Ah, ce titre me plaît bien ! Je surveille.

30/05/2020, 17:37

grinder92

Le guitariste sur "The Crimson Idol", l'un des albums qui a changé ma vie... une page se tourne...

30/05/2020, 13:26

Saddam Mustaine

RIP

Guitariste de Alice Cooper et WASP surtout je me souviens.

30/05/2020, 12:58

RBD

Reste à voir ce que ce retour en arrière managérial va donner. J'aimais bien la rétrogradation mesurée du dernier vers un Death toujours très technique mais revenu à un certain niveau d'efficacité basique.

30/05/2020, 12:56

MorbidOM

Bizarrement, j'avais vu le groupe à l'époque de Vempire, je les connaissais pratiquement pas et j'avais plutôt une image de poseurs mais j'avais été assez impressioné (et j'étais loin d'être le seul), puis je le ai revus quelques fois et c'était vraiment tout pourri, même à l'époque de C(...)

30/05/2020, 04:25

Humungus

Je confirme la merde en live.
"Tellement inaudible que le groupe en était ridicule sur les planches..."
Mais même sans ça de toutes façons, ils étaient ridicules sur scène !
Je me souviens de gars en échasse au HELLFEST... C'te poilade bordel !!!

29/05/2020, 22:46

quaraz

plastigroup

29/05/2020, 22:14

lolilol

Nez Crotte quel nom ridicule pour un groupe...

29/05/2020, 22:12

JérémBVL

Je les ai vu à Lille pour la tournée de Cryptoriana et j'ai trouvé ça très carré musicalement...bon Dani y'a du mieux mais il est vite à l'agonie rythmiquement.

29/05/2020, 21:39