Tout a été blackisé. Le Hardcore, le Crust, le Thrash, alors, pourquoi pas le Grind ? Après-tout, autant pousser les extrêmes dans les coins, comme les cancres qui refusent d’écouter, ou qui font du barouf dans la classe après que le prof soit entré. Pas certain que cette punition leur fasse comprendre quoi que ce soit, mais on moins, ça permet de s’en débarrasser pendant un petit moment. Alors, blackiser, c’est bien, déviliser aussi, mais doit-on pour autant renoncer à toute civilité ?

Pas forcément, au moins peut-on garder la politesse de savoir jouer, ça peut toujours servir à quelque chose.

C’est certainement ce qu’ont dû se dire les brésiliens de DEUSZEBUL qui depuis 2014 font tous les efforts du monde pour que leur bordel garde une prise avec une musicalité bien enfouie, mais indéniablement présente. Troisième effort donc pour cette bande de brutes dont nous étions sans nouvelles depuis Mantra Invertido, publié en décembre 2014 et qui nous avait collé une sacrée frousse. Certes, l’effroi était bref au regard de la durée très concentrée d’un EP qui ne cherchait pas à s’éterniser, mais les poils étaient bien dressés, et risquent de retrouver une certaine rigidité à l’occasion de ce diabolique Abandono, qui ne lâche rien, mais qui nous force à abandonner nos dernières illusions. Lesquelles dites-vous ? Celles qui nous laissaient penser que le combo lusophone avait décidé d’adoucir son approche pour moins nous raidir, puisque les sept pistes de ce troisième jet de bile sont aussi acides, violent, méprisantes et véhémentes que les précédentes. On note même un surplus d’énergie à l’occasion, et une production un peu moins relâchée, ce qui donne encore plus d’ampleur à leurs exactions sonores qui décidément, ne respectent pas grand code.

Black Grind, Black Crust, pour un subtil mélange d’essences, avec une hargne BRUTAL TRUTH, une démence FISSURE, une urgence MAGRUDERGRIND, le tout survolé d’une exhortation POSSESSED, pour un disque qui respire le mal par tous les porcs et les pores, et qui éructe ses litanies maudites sans discontinuer, mais sans non plus oublier de travailler son discours pour en augmenter la portée. Alors inutile de compter sur une charge non émotionnelle soutenue et non rompue, puisque les brésiliens savent très bien ce qu’ils font, et peuvent compter sur un bon sens de la composition pour ne pas tourner en rond.

Ce qui tourne par contre, c’est cette rythmique qui s’affole et bricole, en revisitant toutes les figures possibles, multipliant les fills, les breaks, les accélérations, les décélérations, pour insuffler à l’ensemble un tempo de fond suffisamment varié. Et sous une pochette signée Daniel Nec se cache donc un EP qui peut se découper en deux mouvements distincts, aussi bruyants qu’ils ne sont dissonants, avec d’un côté six morceaux radicaux, et de l’autre, un final plutôt sombre et glauque, s’étirant sur plus de huit minutes.

Du Crust donc, joué Grind, du Hardcore, joué Black to back, et un ensemble qui dégage une atmosphère incroyablement paillarde mais aussi malsaine, histoire de rester dans des clous déjà plantés sur la croix. DEUSZEBUL ne joue pas forcément la carte de l’originalité, mais celle de la brutalité, et n’hésite pas à appuyer la distorsion là où ça fait le plus mal en signant des hymnes à la cruauté bruitiste. Ce mélange de tendances toutes aussi exubérantes est une véritable démonstration de brutalité gratuite, et relègue la concurrence au simple rang d’ambiance.

  

Celle développée ici ressemble plutôt à un mélange d’enfer sur terre et de gueulante collective de diablotins sortis des entrailles de la terre. Et dès l’introductif « Emanações Sobre a Catalepsia », tout est dit, au point qu’on ne sait plus sur quel blast gigoter. Est-ce du Crust, du Grind, ou du Black ? Peu importe et les trois à la fois, disons juste que si ces descendants de DISCHARGE n’ont pas oublié de cacophoner, ils le font avec le manque de classe indispensable pour se faire remarquer. Ça hurle comme un goret, ça riffe circulaire en toute impunité, et le batteur ne manque pas une occasion de se faire remarquer. On pense à une version souillée et possédée de NAILS ou de NAPALM DEATH, qui auraient croisé le chemin de croix d’un MARDUK en version primitive (« Discípulo »), et à plein d’autres trucs tous aussi déments. Mais ça fonctionne, et pas qu’un peu, ce que démontre sans ambages le rouillé et abîmé « O de 100 Nomes e o Amor », aussi sale qu’un hymne Crustcore joué par des norvégiens déjà morts.

Mais comme ces tarés s’y entendent comme personne pour brouiller les pistes, Abandono se termine de la plus imprévisible des façons, via la conclusion « Novo Messias », qui se la joue oppression et pression pendant de longues minutes, avant de céder la place à un sample assez dérangeant, qui répète ses commandements ad nauseam. Difficile à ce moment-là d’éprouver la moindre empathie pour un groupe qui n’a de cesse de nous bousiller les oreilles à grands coups de feedback, de guitares en rasoir, et de lignes de chant pas vraiment sorties du conservatoire.

Libre à vous d’abuser d’un EP aussi corrosif, mais reconnaissons aux DEUSZEBUL de ne pas avoir fait les choses à moitié, et d’avoir encore fait reculer les frontières de la brutalité. Oui, tout a été blackisé, c’est un fait. Mais certains le font avec beaucoup plus de conviction et de tension que d’autres.


Titres de l'album:

  1. Emanações Sobre a Catalepsia
  2. Discípulo
  3. O de 100 Nomes e o Amor
  4. Cego
  5. Senhor do Fim
  6. Cárcere
  7. Novo Messias

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/09/2017 à 18:48
70 %    289

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)