Tout a été blackisé. Le Hardcore, le Crust, le Thrash, alors, pourquoi pas le Grind ? Après-tout, autant pousser les extrêmes dans les coins, comme les cancres qui refusent d’écouter, ou qui font du barouf dans la classe après que le prof soit entré. Pas certain que cette punition leur fasse comprendre quoi que ce soit, mais on moins, ça permet de s’en débarrasser pendant un petit moment. Alors, blackiser, c’est bien, déviliser aussi, mais doit-on pour autant renoncer à toute civilité ?

Pas forcément, au moins peut-on garder la politesse de savoir jouer, ça peut toujours servir à quelque chose.

C’est certainement ce qu’ont dû se dire les brésiliens de DEUSZEBUL qui depuis 2014 font tous les efforts du monde pour que leur bordel garde une prise avec une musicalité bien enfouie, mais indéniablement présente. Troisième effort donc pour cette bande de brutes dont nous étions sans nouvelles depuis Mantra Invertido, publié en décembre 2014 et qui nous avait collé une sacrée frousse. Certes, l’effroi était bref au regard de la durée très concentrée d’un EP qui ne cherchait pas à s’éterniser, mais les poils étaient bien dressés, et risquent de retrouver une certaine rigidité à l’occasion de ce diabolique Abandono, qui ne lâche rien, mais qui nous force à abandonner nos dernières illusions. Lesquelles dites-vous ? Celles qui nous laissaient penser que le combo lusophone avait décidé d’adoucir son approche pour moins nous raidir, puisque les sept pistes de ce troisième jet de bile sont aussi acides, violent, méprisantes et véhémentes que les précédentes. On note même un surplus d’énergie à l’occasion, et une production un peu moins relâchée, ce qui donne encore plus d’ampleur à leurs exactions sonores qui décidément, ne respectent pas grand code.

Black Grind, Black Crust, pour un subtil mélange d’essences, avec une hargne BRUTAL TRUTH, une démence FISSURE, une urgence MAGRUDERGRIND, le tout survolé d’une exhortation POSSESSED, pour un disque qui respire le mal par tous les porcs et les pores, et qui éructe ses litanies maudites sans discontinuer, mais sans non plus oublier de travailler son discours pour en augmenter la portée. Alors inutile de compter sur une charge non émotionnelle soutenue et non rompue, puisque les brésiliens savent très bien ce qu’ils font, et peuvent compter sur un bon sens de la composition pour ne pas tourner en rond.

Ce qui tourne par contre, c’est cette rythmique qui s’affole et bricole, en revisitant toutes les figures possibles, multipliant les fills, les breaks, les accélérations, les décélérations, pour insuffler à l’ensemble un tempo de fond suffisamment varié. Et sous une pochette signée Daniel Nec se cache donc un EP qui peut se découper en deux mouvements distincts, aussi bruyants qu’ils ne sont dissonants, avec d’un côté six morceaux radicaux, et de l’autre, un final plutôt sombre et glauque, s’étirant sur plus de huit minutes.

Du Crust donc, joué Grind, du Hardcore, joué Black to back, et un ensemble qui dégage une atmosphère incroyablement paillarde mais aussi malsaine, histoire de rester dans des clous déjà plantés sur la croix. DEUSZEBUL ne joue pas forcément la carte de l’originalité, mais celle de la brutalité, et n’hésite pas à appuyer la distorsion là où ça fait le plus mal en signant des hymnes à la cruauté bruitiste. Ce mélange de tendances toutes aussi exubérantes est une véritable démonstration de brutalité gratuite, et relègue la concurrence au simple rang d’ambiance.

  

Celle développée ici ressemble plutôt à un mélange d’enfer sur terre et de gueulante collective de diablotins sortis des entrailles de la terre. Et dès l’introductif « Emanações Sobre a Catalepsia », tout est dit, au point qu’on ne sait plus sur quel blast gigoter. Est-ce du Crust, du Grind, ou du Black ? Peu importe et les trois à la fois, disons juste que si ces descendants de DISCHARGE n’ont pas oublié de cacophoner, ils le font avec le manque de classe indispensable pour se faire remarquer. Ça hurle comme un goret, ça riffe circulaire en toute impunité, et le batteur ne manque pas une occasion de se faire remarquer. On pense à une version souillée et possédée de NAILS ou de NAPALM DEATH, qui auraient croisé le chemin de croix d’un MARDUK en version primitive (« Discípulo »), et à plein d’autres trucs tous aussi déments. Mais ça fonctionne, et pas qu’un peu, ce que démontre sans ambages le rouillé et abîmé « O de 100 Nomes e o Amor », aussi sale qu’un hymne Crustcore joué par des norvégiens déjà morts.

Mais comme ces tarés s’y entendent comme personne pour brouiller les pistes, Abandono se termine de la plus imprévisible des façons, via la conclusion « Novo Messias », qui se la joue oppression et pression pendant de longues minutes, avant de céder la place à un sample assez dérangeant, qui répète ses commandements ad nauseam. Difficile à ce moment-là d’éprouver la moindre empathie pour un groupe qui n’a de cesse de nous bousiller les oreilles à grands coups de feedback, de guitares en rasoir, et de lignes de chant pas vraiment sorties du conservatoire.

Libre à vous d’abuser d’un EP aussi corrosif, mais reconnaissons aux DEUSZEBUL de ne pas avoir fait les choses à moitié, et d’avoir encore fait reculer les frontières de la brutalité. Oui, tout a été blackisé, c’est un fait. Mais certains le font avec beaucoup plus de conviction et de tension que d’autres.


Titres de l'album:

  1. Emanações Sobre a Catalepsia
  2. Discípulo
  3. O de 100 Nomes e o Amor
  4. Cego
  5. Senhor do Fim
  6. Cárcere
  7. Novo Messias

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/09/2017 à 18:48
70 %    375

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

3rd From The Sun

3rd From The Sun

Agnostic Front

Get Loud!

Spoil Engine

Renaissance Noire

Lightning Born

Lightning Born

Sapiens

Sapiens Project

Nitrate

Open Wide

(echo)

Below The Cover Of Clouds

Exylle

Exylle

Goodbye June

Community Inn

Avatarium

The Fire I Long For

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

+ Verdun + Nornes

13/12 : Circus, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Excellente chronique !


Old school cette pochette ???
La thématique oui, mais la réalisation pas du tout. On dirait un comic Marvel récent...


On dirait du Pestilence la pochette.


Cet artwork très "old-school death metal" !


La musique me replonge directement dans les années 90' cassage de nuques et headbanging, mais j'ai plus de mal avec le chant.


L'intro de "Hell Awaits" sur Decade... M. A marqué à vie !


Gros respect pour Slayer même si j'ai seulement 2 mauvais souvenirs de concert (sur plus d'une quinzaine) Pour moi aussi decade reste le meilleur live , ne serait ce que pour l'intro de hell awaits qui plante le décor pour tout le reste de l'album.


Ah bon, pas le dimanche ?!


Qu'il revienne en 2021 pour les 40 ans et des dates en France et on en parle plus.


@Jus de cadavre ;

oui pour Decade of Aggression auquel je juxtapose Dance of the Dead, bootleg enregistré au Zénith le 22/11/1991.

Ca tombe bien, j'y étais :p


Ach !
Vous n'êtes peut-être pas assez trve pour brûler leur stock, mais dénoncez nous ce groupe si dégueulasse...
On veut un nom et le pourquoi du comment bordel !

(#Closer #Public #Voici)


@king : nan, le meilleur live de l'histoire c'est Decade Of Aggression !!! ;)
Concernant la violence de ce groupe, je me suis toujours demandé d’où venais leur colère et même cette haine palpable. Surtout à leur débuts : King est un premier de la classe à l'école, aucun dans le grou(...)


Je me retape le Still Reigning en ce moment.

LE MEILLEUR LIVE DE L'HISTOIRE.


+ 1000.

Le plus grand groupe de Metal de l'histoire tout simplement...


@JDC : j'aurai pas dit mieux ! J'ai eu la chance de les voir pour la tournée Divine Intervention en 94 au Zénith de Paris (Machine Head en 1ère partie). Effectivement, le concert le plus brutal que j'ai jamais fait. Les morceaux sur scène et sur album sont d'une intensité rare. Est-ce du aux ry(...)


J'aurais vraiment aimé les voir une dernière fois. Mais on connaît l'histoire, Hellfest tout ça ....

Jusqu'à maintenant je pensais aussi qu'un jour ils seraient de retour, mais maintenant je suis moins convaincu.

Dommage que Lombardo n'ai pas participé à la fête, m(...)


@Humungus :
Araya, ça m'étonnerait tout de même.

Veut profiter de sa retraite durement gagnée :p

Pis sans déconner, tune ou pas tune, le genre de zique pratiquée par Slayer + la vie en tournée + loin de chez soi au bout d'un moment, ça doit vraiment peser lour(...)


Arf, un pincement au cœur, pour un Label que nous avons crée il y a fort longtemps, et que d'autres ont repris par la suite. Merci à vous de votre dévouement et votre professionnalisme. Un estie de bon Label en Tabarnak, je ne pourrais en dire moins ... Bonne route.


Je plussoie tout les coms ici. Un groupe à part, d'une intensité rare sur scène comme sur album. Le Metal extrême ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui sans Slayer. Reign In Blood sera à jamais un des albums les plus extrême, violent et intense jamais sorti. Slayer aura marqué au fer rouge n(...)


@ Arioch91 :
La tune mon brave… La tune...